Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 38 - n°1 et 2Notes de lectureSchielke Samuli, Migrant Dreams: ...

Notes de lecture

Schielke Samuli, Migrant Dreams: Egyptian Workers in the Gulf States

Florian Bonnefoi
p. 285-287
Référence(s) :

Schielke, Samuli, Migrant Dreams: Egyptian Workers in the Gulf States. – Cairo : The American University in Cairo Press, 2020. – 160 p. ISBN : 978-9-77416-956-4

Texte intégral

1Trois ans après sa parution en arabe (Schielke, 2017), Samuli Schielke publie la version anglaise de son livre aux presses de l’Université américaine du Caire. Cet ouvrage restitue un pan inédit de son travail d’anthropologue, se concentrant sur l’expérience migratoire d’hommes égyptiens vers les pays du Golfe. En un sens, il est aussi un bilan de ses dix dernières années de terrain en Égypte. Il est le fruit de rencontres et d’amitiés qui ont permis à Samuli Schielke de suivre, sur une décennie, les espoirs, les ambitions et les parcours de plusieurs hommes originaires du Delta du Nil. Résultat d’un travail de long terme, cette analyse souligne les continuités et insiste peu sur les effets de la césure révolutionnaire souvent mise en avant dans les travaux réalisés sur l’Égypte contemporaine. En choisissant l’entrée par le rêve, l’attente et l’imagination, sa réflexion s’inscrit dans la continuité de ses travaux précédents (Schielke, 2015). Elle constitue une approche originale pour rendre compte du projet migratoire et des déconnexions entre attentes prémigratoires et réalité.

2À travers l’expérience d’un interlocuteur privilégié, Tawfiq, qui alterne, les séjours dans le Golfe et les retours en Égypte entre 2009 et 2019, l’auteur invite à considérer l’Égypte et le Golfe non comme des entités distinctes, mais comme deux éléments d’un système où les villages des Suds, en général, deviennent les « banlieues » (p. xv) des métropoles des monarchies pétrolières. L’argumentation est structurée par une double tension : d’une part celle d’une condition permanente d’instabilité cyclique liée aux allers-retours des travailleurs migrants et d’autre part, celle de la migration comme facteur de mobilité sociale, mais aussi de pressions et de conflits. En outre, Samuli Schielke met l’accent à la fois sur l’agentivité des travailleurs migrants et sur les structures qui contraignent leurs aspirations et leurs réalisations.

3De façon assez surprenante, l’auteur réserve sa partie théorique et son état de l’art au dernier chapitre de l’ouvrage, un choix qu’il justifie en préface. Il préfère une approche empirique, renforcée par une écriture oscillant entre analyse et récit, qui permet une insertion directe dans le travail ethnographique. Les nombreux extraits d’entretiens et de carnet de terrain donnent au lecteur un aperçu du matériau brut de la recherche. Faisant une large part aux discours de ses enquêtés, il propose une co-construction des savoirs, deux chapitres ayant notamment été ajoutés suite à des retours sur la version arabe. L’ouvrage se distingue donc par sa facilité de lecture et son écriture au plus près de l’expérience des travailleurs migrants égyptiens dans le Golfe. Il se divise en quinze courts chapitres qui peuvent s’organiser en quatre mouvements.

4Après un chapitre introductif, le deuxième chapitre insiste sur la migration comme un « fait social total » en Égypte au même titre que le mariage ou le service militaire. Il est l’occasion d’une mise au point nécessaire sur le vocabulaire arabe utilisé pour décrire les différentes expériences migratoires. L’auteur distingue ainsi les concepts de higra — migration au sens de départ définitif, de rupture —, de safar — concept plus neutre de voyage sans limites de durée — et de ghurba — expérience de l’étranger, aliénation subie lors de la déconnexion avec le connu. C’est sur cette dernière acception que se concentre l’ouvrage.

5Puis s’amorce jusqu’au chapitre 6 un mouvement sur la confrontation aux sociétés du Golfe et sur l’expérience de l’étranger. Samuli Schielke s’appuie ici sur un court terrain réalisé à Doha auprès de gardiens de banque. Il revient sur le système de la kafala (garant) et sur les conditions de travail qui participent d’une forme d’exploitation. Il met en avant les résistances du quotidien, le « faire avec » des travailleurs migrants. L’auteur décrit un périmètre de vie restreint, marqué par l’homosocialité et les communautés nationales ainsi que par une forme de « racisme subalterne » (p. 25) qui oppose les migrants d’origines différentes et qui fait le jeu des Qataris et de leur système de domination.

6Un troisième mouvement tourne autour de l’ambition et du rêve. Les chapitres 7 et 8 reprennent les analyses de Georg Simmel sur l’argent, source à la fois de liberté et d’aliénation. Le gain financier est un moteur des rêves poussant à partir, puis à rester. Le chapitre 9 insiste effectivement sur l’importance du rêve et sur les mécanismes conduisant à sa perpétuation malgré les désillusions, notamment sur l’argent facile et rapide. L’auteur rend compte de la pression sociale qui entrave une communication franche entre les travailleurs migrants et leur communauté d’origine sur les difficultés rencontrées. Cette pression les pousse ainsi, consciemment, à alimenter le mythe du succès, ou tout du moins à l’exagérer. En cela, le rêve devient « inévitable » (p. 53). Dans la lignée d’Appadurai (1996), l’auteur décrit ces attentes vis-à-vis de la migration comme un bon exemple de « l’imagination comme pratique sociale ». Le douzième chapitre revient sur la perpétuation de la vie en migration. Le succès relatif en termes financiers rend difficile le retour : les bénéfices sont suffisants pour pousser à rester, mais encore trop faibles pour permettre un retour définitif. Celui-ci est sans cesse retardé, entretenant une instabilité liée à la succession de contrats de courte durée. Ainsi, une vie « en deçà du réel » (« a less-than-real life », p. 78), censée préparer la « vraie vie » au village, s’étend indéfiniment. Ces liens étroits entre gains financiers et aspirations diverses mènent l’anthropologue à mettre en lumière une double dimension du rêve. D’une part, une dimension qui relèverait de l’imaginaire, entre envie d’aventure et d’émancipation. D’autre part, une dimension plus rationnelle et comptable portant sur l’argent et les remises migratoires comme moyens de s’assurer une vie confortable. Cette distinction rappelle que les rêves et l’imagination ont aussi leurs limites et que le rapport à l’argent peut prendre une dimension morale et nourrir le rêve.

7Un dernier temps souligne les mutations induites par la migration sur le pays de départ. Ces dernières sont si prégnantes que « l’on ne peut aujourd’hui comprendre la société égyptienne séparément du Golfe ou des autres destinations de la migration égyptienne » (p. 83). Les effets sont à la fois financiers, culturels, paysagers avec le boom de la construction dans les campagnes et en périphérie des villes. La migration modifie aussi souvent le rapport au religieux.

8L’ouvrage se conclut sur un chapitre théorique autour du rêve et de l’imagination qui structurent une réalité partagée. Samuli Schielke montre le passage du rêve à la réalité, les transformations des attentes par l’expérience de la migration. Il inscrit son ouvrage au croisement des approches économiques et culturelles de la migration, mettant l’accent sur les expériences (inter)subjectives. Il pose finalement la question de savoir « comment rendre compte fidèlement des aspects imaginatifs, moraux et calculateurs de l’expérience migratoire » (p. 112). Tout en partant d’expériences individuelles, l’approche par le rêve et l’imagination permet une montée en généralité originale et transposable à d’autres contextes au Moyen-Orient ou ailleurs dans le monde.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai Arjun (1996) Modernity At Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Schielke Samuli (2017) Ḥatā yantahī al-nafṭ: al-hiǧra wa al-āḥlām fī ḍawāḥī al-ḫalīǧ (trad. A. Kairy), Cairo, Al-Sefsafa.

Schielke Samuli (2015) Egypt in the Future Tense: Hope, Frustration, and Ambivalence Before and After 2011, Bloomington, Indiana University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Bonnefoi, « Schielke Samuli, Migrant Dreams: Egyptian Workers in the Gulf States »Revue européenne des migrations internationales, vol. 38 - n°1 et 2 | -1, 285-287.

Référence électronique

Florian Bonnefoi, « Schielke Samuli, Migrant Dreams: Egyptian Workers in the Gulf States »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 38 - n°1 et 2 | 2022, mis en ligne le 31 août 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/20694 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.20694

Haut de page

Auteur

Florian Bonnefoi

Doctorant en sociologie, Université de Poitiers/MIGRINTER/CEDEJ

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search