Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 38 - n°1 et 2Notes de lectureBouillon Florence, Deboulet Agnès...

Notes de lecture

Bouillon Florence, Deboulet Agnès, Dietrich-Ragon Pascale et Fijalkow Yankel, Vulnérabilités résidentielles

Daniel Pinson
p. 287-288
Référence(s) :

Bouillon, Florence (dir.), Deboulet, Agnès (dir.), Dietrich-Ragon, Pascale (dir.) et Fijalkow, Yankel (dir.), Vulnérabilités résidentielles. – La Tour-d’Aigues : Édition de l’Aube, 2019. – 272 p. ISBN : 978-2-81593-401-5

Texte intégral

1Cet ouvrage regroupe les communications d’une dizaine de chercheurs, présentées dans une série de séminaires tenus au cours de l’année 2012 dans le cadre du réseau Réhal (Recherche Habitat-Logement). Elles concernent des situations de grande précarité et/ou instabilité en matière de logement, localisées pour un peu plus de la moitié en France et pour le reste en Afrique, en Turquie, en Amérique du Sud (Buenos Aires) et du Nord (Detroit), ce qui constitue un des intérêts de l’ouvrage. Ces textes forment autant de chapitres regroupés en trois parties : une première centrée sur la ségrégation (« Trouver sa place dans la ville »), une seconde sur les « Politiques publiques et vulnérabilités », une troisième sur la résistance à la vulnérabilité résidentielle « avec, sans ou contre les politiques urbaines ». Chaque partie est introduite par une brève synthèse tandis que l’ensemble de l’ouvrage fait l’objet d’une présentation où le recours au concept de vulnérabilité est solidement discuté par les éditeurs : il est ainsi confronté à des concepts qui ont pu le précéder (insalubrité, indignité, exclusion, précarité, etc.) et ne paraissent plus couvrir tant la réalité des situations analysées que l’action des pouvoirs publics pour les résoudre, positionnés entre l’aide et la répression, et que celle des habitants pour les contourner, en s’appuyant sur leurs solidarités, voire pour en utiliser les aspects qui peuvent leur servir.

2Toutes les contributions ont leur intérêt qui outrepasse le regroupement thématique qui en a été fait. Les méthodes avec lesquelles les chercheurs abordent leur terrain ont chacune leur originalité qui renvoie souvent bien plus aux choix des situations d’habitat qu’à ceux des chercheurs, voire à leur fréquentation prolongée d’un quartier : les cas étudiés échappent ainsi pour beaucoup d’entre eux au recours à des données statistiques constituées et, quand bien même peuvent-elles exister (notamment dans les pays développés), elles restent fragiles, incomplètes ou provisoires. Ainsi passe-t-on d’études qui prennent appui sur des récits d’immigration individuels à des approches longitudinales (sur vingt ans) sur des ensembles importants (1 millier de foyers), voire à une cartographie des ségrégations à l’échelle métropolitaine ou des parcours de mobilité, consolidées, dans tous les cas, par des entretiens qualitatifs.

3On peut donc considérer que l’ensemble donne la part belle à des études de type ethnographique et qualitatif.

4À cette unité de ton, qui n’exclut en rien une certaine variété dans les approches, fait écho un panel de situations de fragilité qui donnent sa pertinence à la notion de vulnérabilité, car elles ne se réduisent ni aux seules pauvreté, insalubrité, précarité, insécurité, domination, discrimination, exclusion, etc., mais à une combinaison complexe de tous ces types de difficultés dont souffrent et auxquelles résistent ces populations. Chaque contribution en rend compte, à sa manière, au plus près des problèmes, des urgences, des luttes, des opportunités, des échecs et des succès que rencontrent des communautés ou des catégories défavorisées aux intérêts parfois opposés, et, dans tous les cas, confrontées à des politiques ou modes de gestion, pour certaines pavées de bonnes intentions, qui tendent à les encadrer, non sans les diviser, à en marginaliser certaines sous-catégories (les hommes sans papiers), ou à en amputer les modes de vie (gens du voyage).

5Au-delà de la description suffisamment précise de ces populations et de leurs lieux de vie, pour renseigner a minima le lecteur, l’analyse des processus de formation de ces espaces marginaux ou marginalisés donne à voir les situations paradoxales qui se sont créées. Ainsi l’accueil des Roms par une municipalité communiste du Sud de la France, en même temps qu’il rompt avec l’hostilité des autres communes des environs, suscite des malentendus dans le reste de la population, des rumeurs infondées, et donne lieu aussi à des modalités d’accueil non dénuées de ségrégation, ainsi qu’à une perte de libre circulation des adultes tout en permettant la scolarisation des enfants.

6Dans les quartiers dégradés concernés par des plans de requalification (Saint-Denis), certains propriétaires, dont les immeubles font l’objet d’une démolition, se perçoivent, bien que relogés, comme déclassés (perte de leur « honneur social »), tandis que d’autres habitants, locataires, persistent dans le maintien dans un taudis, refusant un relogement en lointaine banlieue. Dans les quartiers informels d’Afrique, l’incertitude du statut et le surpeuplement créent une situation de « stress résidentiel » qui donne lieu, autour du point d’eau à des « bagarres de ménagères », les femmes seules, divorcées, veuves ou abandonnées, s’instituant, par nécessité, en chefs de ménage. En Turquie, une tradition de lutte politique et une origine rurale partagée ont fait naître, dans les gecekondus d’Ankara et d’Istanbul, un esprit de solidarité qui permet à leurs habitants, et à la « zone libérée » qu’ils ont occupée à la hâte, de structurer une résistance opiniâtre contre les tentatives de l’État de les en déménager. Avec le temps et les changements de pouvoir, l’expérience de la lutte politique se métamorphose en défense de l’identité et de la mémoire du quartier.

7Si les gecekondus présentent des similarités, l’étude parallèle des minorités latino et afro-américaine de Detroit présentent de notables différences, tant dans les dates de leur présence que leur importance respective : les premiers ont recours à la solidité de leurs relations familiales, leur permettant un enracinement précisément localisé (Southwest) alors que l’hypermobilité des seconds, associée à leur déstructuration familiale, renforce encore leur vulnérabilité résidentielle.

8Dans d’autres cas, celui de copropriétés à la dérive, on observe l’inversion de pouvoir entre locataires solidaires, parvenant à faire reconnaître, par l’instance gestionnaire et au nom d’une « économie morale », leur occupation prolongée comme un droit de maintien dans les lieux, au détriment de petits propriétaires désunis et endettés par le défaut de paiement de leurs charges (Buenos Aires).

9Il est difficile, dans un compte-rendu de lecture, de résumer chaque contribution, mais à l’évidence aucune ne peut laisser indifférents les étudiants et les chercheurs qui ont comme objet d’étude l’habitat des plus défavorisés, d’autant que la diversité des situations géographiques, politiques, économiques et culturelles stimule questionnement et débat par effet de mises en parallèle. Si plusieurs intervenants, à juste raison, rendent hommage à Colette Pétonnet, on peut regretter qu’aucun ne fasse référence à John F. C. Turner, disciple de Patrick Geddes, qui a défendu, dès les années 1960 et avec les encouragements d’Ivan Illich, le paradoxe des vertus de la baraque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Pinson, « Bouillon Florence, Deboulet Agnès, Dietrich-Ragon Pascale et Fijalkow Yankel, Vulnérabilités résidentielles »Revue européenne des migrations internationales, vol. 38 - n°1 et 2 | -1, 287-288.

Référence électronique

Daniel Pinson, « Bouillon Florence, Deboulet Agnès, Dietrich-Ragon Pascale et Fijalkow Yankel, Vulnérabilités résidentielles »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 38 - n°1 et 2 | 2022, mis en ligne le 31 août 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/20715 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.20715

Haut de page

Auteur

Daniel Pinson

Professeur émérite, TELEMMe, CNRS/Aix Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search