Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 38 - n°1 et 2Notes de lectureArmagnague Maïtena, Cossée Claire...

Notes de lecture

Armagnague Maïtena, Cossée Claire, Mendonça Dias Catherine, Rigoni Isabelle et Tersigni, Simona, Les enfants migrants à l’école

Ralph Schor
p. 289-290
Référence(s) :

Armagnague, Maïtena (dir.), Cossée, Claire (dir.), Mendonça Dias, Catherine (dir.), Rigoni, Isabelle (dir.) et Rigoni, Isabelle (dir.), Les enfants migrants à l’école. – Lormont : Le bord de l’eau éditeur, 2021. – 216 p. ISBN : 978-2-35687-772-7

Texte intégral

1Une équipe de sociologues, de juristes, de spécialistes d’histoire sociale et de sciences du langage s’est penchée sur le cas des élèves migrants et des questions que soulève leur présence dans le système éducatif français.

2Les auteurs soulignent d’abord l’importance de l’afflux de mineurs étrangers en Europe. Le nombre de jeunes demandeurs d’asile dans les États de l’Union européenne est passé officiellement de 46 530 en 2008 à 398 255 en 2016. Entre 2015 et 2018, l’Italie a reçu plus de 66 000 mineurs. En France, les arrivées d’élèves allophones ont augmenté de 54 500 en 2014-2015 à 60 700 en 2016-2017.

3L’éclairage est mis sur le cas français. La loi impose la scolarisation de tous les enfants, quel que soit leur statut national et administratif. À l’origine, l’école privilégiait des méthodes pédagogiques centralisées et universalistes. Depuis les années 1970, sous l’influence des politiques européennes, l’approche s’est davantage adaptée aux besoins spécifiques de ce nouveau public, dans une perspective inclusive. Beaucoup de jeunes vivent l’exil comme une fuite causée par la pauvreté et les troubles politiques, et, au-delà, comme une possibilité de changement social, d’autonomisation et de choix quant à leur avenir. Dès lors, les frontières et les règles administratives qui entravent ces évolutions sont vues par les intéressés comme des barrières absurdes et injustes. Les institutions européennes rappellent toutefois l’importance du droit à l’éducation et les objectifs de celle-ci : développement de la personnalité, élévation du niveau de formation, utilité d’une éducation interculturelle, égalité de traitement entre nationaux et étrangers, insertion dans la vie sociale, professionnelle, politique. En France, le Défenseur des droits a dû intervenir plusieurs fois pour faire respecter ces principes.

4Les auteurs énumèrent les nombreuses difficultés auxquelles se heurte la scolarisation des jeunes migrants. Ces derniers ont souvent connu des traumatismes qui ne les rendent pas immédiatement disponibles pour suivre un cursus classique. Les parents et les enfants sont soumis à des statuts administratifs et socio-économiques divers qui les confinent fréquemment dans la précarité. Les conditions de logement peuvent se révéler totalement défavorables à la poursuite d’une scolarité harmonieuse. Le déclassement social de certaines familles entraîne des chocs symboliques douloureux. Il est des parents qui, pour des raisons culturelles, parce qu’ils se sentent stigmatisés sur le plan ethnique ou religieux, refusent l’école. La mixité des classes ou l’intervention d’enseignants et d’associations peuvent être ressenties comme des atteintes inacceptables. Certains voient dans la laïcité une forme de racisme institutionnel. Les obstacles se trouvent parfois du côté de la société d’accueil. Les enseignants ne sont pas toujours formés à l’éducation des migrants. Les travailleurs sociaux ne bénéficient pas toujours de la sécurité de l’emploi. Les pouvoirs publics méconnaissent, volontairement ou non, les règles européennes définissant le statut des élèves étrangers. Certaines collectivités locales refusent de scolariser les jeunes, particulièrement les nomades. L’enseignement du français se fait en français, ce qui peut gêner les élèves. Le passage du français langue étrangère à l’enseignement du français langue seconde nécessite des ajustements pédagogiques. Certains spécialistes estiment que les méthodes traditionnelles, la recherche du mérite individuel, la sélection, la hiérarchisation méritocratique, l’éloge de la performance et de l’excellence scolaires ne sont pas compatibles avec les besoins réels des migrants, leur hétérogénéité sociale, linguistique, psychologique.

5Les auteurs présentent ainsi de nombreuses réflexions de nature généralement épistémologique et ne se situent pas dans le quotidien de la classe, dans les relations quotidiennes du public concerné, élèves, enseignants, parents. Le point de vue des maîtres qui pourrait inspirer un autre ouvrage n’est pas évoqué. Telle quelle, cette étude a le mérite d’ouvrir un débat dont l’importance apparaît décisive à court et moyen terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ralph Schor, « Armagnague Maïtena, Cossée Claire, Mendonça Dias Catherine, Rigoni Isabelle et Tersigni, Simona, Les enfants migrants à l’école »Revue européenne des migrations internationales, vol. 38 - n°1 et 2 | -1, 289-290.

Référence électronique

Ralph Schor, « Armagnague Maïtena, Cossée Claire, Mendonça Dias Catherine, Rigoni Isabelle et Tersigni, Simona, Les enfants migrants à l’école »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 38 - n°1 et 2 | 2022, mis en ligne le 31 août 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/20754 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.20754

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Historien, Professeur émérite, Université Côte-d’Azur/CMMC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search