Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 38 - n°1 et 2Notes de lectureBoutier Jean et Mourlane Stéphane...

Notes de lecture

Boutier Jean et Mourlane Stéphane, Marseille l’Italienne. Histoire d’une passion séculaire

Ralph Schor
p. 290-291
Référence(s) :

Boutier, Jean (dir.) et Mourlane, Stéphane (dir.), Marseille l’Italienne. Histoire d’une passion séculaire. – Arles : Arnaud Bizalion Éditeur, 2021. – 208 p. ISBN : 978-2-36980-184-9

Texte intégral

1Une vingtaine d’universitaires, d’archivistes et d’érudits, dirigés par Jean Boutier et Stéphane Mourlane, se sont attachés à mettre en valeur les multiples liens tissés entre Marseille et l’Italie depuis le Moyen Âge. L’ouvrage qui résulte de ce projet sert de support à une exposition organisée aux Archives municipales de la cité phocéenne. L’étude ne se présente pas comme un récit suivi, même si elle est chronologique, mais comme une série de monographies faisant ressortir divers aspects des liens italo-marseillais.

2Les auteurs commencent logiquement par mesurer la présence transalpine dans la grande cité : environ 6 000 Italiens dans les années 1790, soit 6 % de la population ; 35 000 en 1872 puis 115 000 en 1911, soit 27 % des Italiens recensés en France. Sous l’effet, entre autres, de l’intégration, les effectifs se tassent après la Deuxième Guerre : 32 000 en 1954, puis 6 600 en 1982 et 5 000 en 2014.

3L’analyse thématique commence par une mise au point sur les marchands et marins au Moyen Âge. Marseille appartient alors au même espace politique et culturel que les villes du Nord de la péninsule. Au XIIIe siècle, les podestats qui administrent Marseille sont majoritairement des Italiens. Il en va de même avec les viguiers qui, après 1262, représentent le comte de Provence. Une branche de la famille génoise des Doria joue alors dans la cité un grand rôle politique, notamment Blaise qui accomplit une longue et remarquable carrière. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les Italiens animent la vie économique du grand port : les Napolitains sont spécialisés dans le commerce du blé ; les Génois sont audacieux et n’hésitent pas à se lancer dans la contrebande ou la vente de contrefaçons. De 1860 à 1914, Marseille exerce la fonction particulière de port d’escale pour les paquebots qui conduisent les migrants italiens vers l’Amérique latine. Des intermédiaires plus ou moins honnêtes exploitent la présence de cette population flottante. À la même époque, des réseaux familiaux et régionaux organisent la venue d’immigrés résidents, main-d’œuvre nécessaire à la bonne marche des industries marseillaises. Ces ouvriers, parce qu’ils sont mal payés, peu syndicalisés et robustes, servent la compétitivité des entreprises. Il serait cependant faux de penser que la présence de cette masse de travailleurs freine la modernisation : la mécanisation progresse, mais, comme elle est ponctuelle, il faut encore importer des bras. Certains Italiens se placent eux-mêmes à la pointe de l’innovation, ainsi la famille Storione qui se spécialise dans les blés, achète des moulins, lance les farines Francine et la populaire banette.

4Cependant, rares sont les Italiens qui accèdent aux premiers rangs de la notoriété et de la fortune. L’étude des garnis au XVIIIe siècle fait ressortir la présence d’une foule modeste de matelots, de manœuvres, de porteurs, d’artisans itinérants tels les fabricants de baromètres ou de figures de plâtre. Présentes aussi sont les femmes qui se déclarent blanchisseuses ou mendiantes. Dès le XVIIe siècle, Marseille accueille des exilés politiques, notamment Mazzini à l’époque du Risorgimento. Au XXe siècle, la majorité des Italiens, craignant la répression policière ou patronale, observe une prudente réserve en matière politique. Mais l’avènement du fascisme favorise les luttes. Un fascio est fondé à Marseille dès 1923, une Casa d’Italia et un théâtre sont construits par les autorités fascistes, tout cela pour garder le contrôle idéologique des émigrés. Les antifascistes, longtemps divisés, n’hésitent pas à s’opposer violemment à la mainmise mussolinienne. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les socialistes comme Modigliani et les communistes tel Amendola s’engagent activement dans la Résistance.

5Le livre propose des ouvertures vers la culture. On découvre qu’en 1786 fut fondée une académie italienne à Marseille, la Colonia Focense de l’Arcadie. La presse publiée dans la langue de Dante présente plus de soixante-dix titres aux XIXe et XXe siècles dont la célèbre Giovine Italia de Mazzini. Les œuvres des rocailleurs italiens qui ornèrent les jardins de fausses ruines, de balustrades, de trompe-l’œil architecturaux sont tirées de l’oubli. Le peintre David Dellapiane et le sculpteur César sont évoqués. À partir du XVIIIe siècle, les Italiens tiennent la première place dans l’importation et la sculpture de marbres de haute qualité : les artistes parsèment les églises provençales d’autels polychromes ; certaines familles, comme les Fossati, acquièrent dans ce domaine une grande renommée. Cette activité se poursuit jusqu’au début du XXe siècle : le plus célèbre des marbriers, Jules Cantini (1826-1916), offre à la ville la fontaine monumentale de la place Castellane. L’institut culturel italien, installé en 1952 dans les locaux de l’ancien fascio, fait connaître aux Marseillais les réalisations artistiques patrimoniales et modernes venues de la péninsule. Le livre étudie aussi les traditions catholiques italiennes, plus ostentatoires que la pratique française, les œuvres confessionnelles, la découverte d’un cimetière comportant un peu de mobilier funéraire, chapelets et médailles. Les auteurs n’oublient pas les rencontres sur les terrains de football, comme le match du 5 juin 1938 au cours duquel les exilés antifascistes vinrent conspuer les joueurs venus de Rome. Bien présents sont les usages alimentaires, les fabriques de pâtes et l’essor de la pizza.

6Les auteurs retracent enfin des destins individuels qui illustrent le devenir général de la communauté italienne : modestes ouvriers, grutiers, cultivateurs, pêcheurs, restaurateurs, luthiers, musiciens améliorant progressivement leur condition, écrivain cinéaste, même un malfaiteur ayant du sang sur les mains et devenu un héros de la Résistance. Certains s’intègrent si bien à leur nouvelle patrie qu’ils se muent en défenseurs de la culture provençale.

7Marseille l’Italienne se signale par le soin apporté à la réalisation technique de l’ouvrage. L’iconographie apparaît très riche et variée, la couleur des encres et des papiers varie selon le thème traité. L’information scientifique est parfaite mais ne pèse pas tant le propos est clair et vivant. L’évolution de l’immigration italienne, ses apports dans les divers domaines de la vie marseillaise, les réactions des autochtones sont bien définis, de même que, in fine, le regard italien porté sur Marseille, principalement par la littérature et le cinéma. Ainsi le grand port devient un double miroir, celui des autochtones et celui de leurs hôtes qui se dévisagent mutuellement. Miroir déformant par le jeu des stéréotypes, miroir fidèle sous la plume d’auteurs savants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ralph Schor, « Boutier Jean et Mourlane Stéphane, Marseille l’Italienne. Histoire d’une passion séculaire »Revue européenne des migrations internationales, vol. 38 - n°1 et 2 | -1, 290-291.

Référence électronique

Ralph Schor, « Boutier Jean et Mourlane Stéphane, Marseille l’Italienne. Histoire d’une passion séculaire »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 38 - n°1 et 2 | 2022, mis en ligne le 31 août 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/20787 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.20787

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Historien, Professeur émérite, Université Côte-d’Azur/CMMC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search