Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 38 - n°1 et 2Notes de lectureGiliberti Luca, Abitare la fronti...

Notes de lecture

Giliberti Luca, Abitare la frontiera. Lotte neorurali e solidarietà ai migranti sul confine franco-italiano

Guillaume Silhol
p. 292-293
Référence(s) :

Giliberti, Luca, Abitare la frontiera. Lotte neorurali e solidarietà ai migranti sul confine franco-italiano. – Vérone : Ombre Corte, 2020. – 237 p. ISBN : 978-8-86948-167-3

Texte intégral

1Fondé sur une ethnographie menée entre 2017 et 2019 dans la vallée de la Roya pour la thèse en sociologie de Luca Giliberti, cet ouvrage propose de penser la frontière comme un espace vécu et pratiqué, constamment traversé par le pouvoir de l’État. Il adopte une perspective centrée non sur les parcours de migrants, mais sur les luttes sur le « territoire » et la « solidarité », qui mettent aux prises des individus et des collectifs issus de deux « univers culturels » locaux : celui des familles autochtones dites « de souche » (dans lequel s’insèrent de nouveaux résidents pendulaires qui travaillent sur la côte) et celui des néoruraux. L’ouvrage analyse ce que les faits migratoires et la forte médiatisation de la Roya, de 2015 à 2018, mettent en branle dans cet espace particulier : les extraits d’entretiens et de carnets, les sources iconographiques et documentaires montrent une scène où la vie quotidienne, les pratiques militantes, la militarisation de la frontière et les passages de migrants redéfinissent le territoire d’une vallée de cinq villages et près de 6 000 habitants. Les deux premiers chapitres déploient la construction de l’objet pour penser ensemble les politics of borders, manifestées par la militarisation, et les borders of politics (p. 44), du côté des acteurs solidaires avec les migrants ; le spectacle des luttes s’accompagne de coulisses, mais aussi d’un hors scène, celui des morts sur le chemin.

2Décrite dans le troisième chapitre, l’installation de néoruraux communautaires dans la Roya remonte à la fin des années 1970 et contribue à la recomposition de l’économie locale entre la production agricole, les commerces locaux et des circuits touristiques d’une vallée dépeuplée par l’exode rural. L’identité revendiquée par ces acteurs reste marquée à gauche, sinon anticapitaliste et anti-productiviste. Les néoruraux ultérieurs, issus de classes moyennes urbaines souvent déclassées, s’installent davantage en famille et mettent en avant leurs contributions aux circuits économiques locaux et à l’agriculture biologique, dans des municipalités dominées par le vote conservateur et de droite, hormis la commune de Saorge. L’hostilité courante des résidents et d’autochtones installés en ville envers des néoruraux stigmatisés en « hippies » n’exclut pas des négociations pratiques et des occasions d’échange à partir des années 2000, comme sur l’activisme pour le maintien de postes d’enseignants et de la ligne ferroviaire Cuneo-Vintimille.

3Cet espace de coprésence est bouleversé par le drame public dont l’analyse occupe les quatrième et cinquième chapitres. Entre 2015 et 2018, la prise d’importance des transits de migrants par la Roya et l’intervention massive des agents de l’État aux frontières requalifient cet espace et le placent au centre des discours publics sur les problèmes migratoires. Luca Giliberti montre un « double retour » conséquent de la frontière. D’une part, l’accentuation des contrôles à la frontière franco-italienne, avec une présence accrue de forces de l’ordre, entre durablement dans le quotidien des royasques. D’autre part, cette dramatisation remotive les oppositions entre les deux « univers culturels ». Les personnes investies dans l’aide aux migrants proviennent très majoritairement des collectifs néoruraux et réactivent une association, Roya Citoyenne, née en 2011 de l’opposition à un projet d’intercommunalité avec des communes côtières. Cette mobilisation endogène acquiert une ampleur sans précédent local (pp. 151-165). Les pratiques s’échelonnent sur un continuum des plus « humanitaires », sur le registre du secours puis de l’hospitalité, aux plus coûteuses (ressources, aide juridique, aide au transit) et aux formes « politiques » : l’investissement d’arènes judiciaires ou médiatiques, ou, à l’inverse, l’opposition à la médiatisation et à tout compromis avec l’État chez des militants comme les No Borders de Vintimille. La criminalisation de l’aide (y compris alimentaire) aux migrants et la catégorie floue de la « contrepartie militante », qui départagerait une action « spontanée » légale d’une action « militante » illégale, contraignent les acteurs à politiser des pratiques d’abord discrètes ou peu contestataires. Ces changements se traduisent aussi dans l’émergence en 2017 d’un contre-collectif « de souche », Défendre la Roya, animé par une quarantaine de personnes et proche de réseaux d’extrême droite. La réduction des passages de migrants à partir de 2018, pour diverses raisons, ne marque pas un déclin des réseaux militants, mais une période de réinvestissements moins visibles entre l’activisme culturel et citoyen (le festival Passeurs d’humanité) et la continuation d’activités de documentation sur les pratiques des forces de l’ordre.

4Le propos de l’auteur bénéficie de sa valorisation des matériaux empiriques et de sa mise à nu d’un « enclicage », au sens de Jean-Pierre Olivier de Sardan, dans les réseaux néoruraux avec lesquels il explicite sa proximité. Si les néoruraux et acteurs de la solidarité avec les migrants sont nettement plus présents dans l’économie de l’ouvrage, l’analyse de la rhétorique de la « majorité » brandie par l’autre camp et de ses liens complexes avec les pouvoirs publics, entre contre-militantisme, sollicitations, extension des luttes dans l’arène judiciaire et malaise commun vis-à-vis de la militarisation de la vallée, est assez bien restituée. L’analyse de l’auteur est constamment relationnelle, mais on touche parfois aux limites de ce que permet son pas de côté. La focalisation sur les significations du « territoire », sur la genèse des réseaux militants néoruraux face aux autochtones puis sur les luttes et tactiques d’acteurs dominés, n’éclaire pas toujours des traitements différenciés par les agents de l’État des migrants et des activistes solidaires, en fonction des moments, des cadres d’interactions et des assignations notamment raciales et genrées, certes documentées dans d’autres travaux. De même, les porosités évoquées entre les deux « univers culturels » indiquent des résidents « de souche » qui effectuent des actes de solidarité avec les migrants, rendus invisibles par la dramatisation des oppositions ; mais l’auteur n’indique pas si des individus néoruraux, à l’écart des réseaux historiques ou issus d’autres matrices militantes, ont des positions contraires à celles des collectifs sur les migrants. L’ouvrage n’en reste pas moins une étude riche, parfois foisonnante en emprunts théoriques en socio-anthropologie outre les références prépondérantes à Étienne Balibar, Pierre Bourdieu, Erving Goffman et Abdelmalek Sayad, sur des expériences locales de migrations internationales et de leur mise sous contrôle, renforcée et légitimée au nom de l’antiterrorisme depuis 2015.

5Il constitue aussi un apport aux études sur les rapports ordinaires au politique dans les expériences d’un problème public migratoire, en évitant d’imposer une définition du « politique » sur les catégories indigènes. L’Europe, l’État, les administrations des politiques migratoires, la préfecture, voire les mairies, sont plus souvent au second plan, mais Luca Giliberti déploie une analyse fine des dispositions issues de la socialisation néorurale, de leur activation et des tensions vécues par les militants dans le passage aux actions collectives. Abitare la frontiera invite à tenir ensemble les rapports à l’inscription des actions dans des registres « humanitaire » et/ou « politique », en lien avec des trajectoires sociales, les « flux » de politisation subie, entre la médiatisation et les politiques répressives aux frontières, et les temps de « reflux » marqués par d’autres processus tout aussi pertinents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Silhol, « Giliberti Luca, Abitare la frontiera. Lotte neorurali e solidarietà ai migranti sul confine franco-italiano »Revue européenne des migrations internationales, vol. 38 - n°1 et 2 | -1, 292-293.

Référence électronique

Guillaume Silhol, « Giliberti Luca, Abitare la frontiera. Lotte neorurali e solidarietà ai migranti sul confine franco-italiano »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 38 - n°1 et 2 | 2022, mis en ligne le 31 août 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/20799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.20799

Haut de page

Auteur

Guillaume Silhol

Post-doctorant en sociologie, Université de Bologne, associé à MESOPOLHIS

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search