Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 38 - n°3 et 4VariaL’Organisation internationale pou...

Varia

L’Organisation internationale pour les migrations et la surveillance des populations de déplacés du Sud

The International Organization for Migration and the Surveillance of the Displaced Populations of the South
La Organización Internacional para las Migraciones y el monitoreo de las poblaciones desplazadas del Sur
Younès Ahouga
p. 139-160

Résumés

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) prône l’usage des données pour stabiliser les populations de déplacés du Sud. Durant les années 2010, elle développa et perfectionna trois technologies numériques les ciblant : la Matrice de suivi des déplacements, le système de surveillance des frontières MIDAS et l’application mobile MigApp. Cet article avance que ces technologies convergent en un agencement de surveillance qui disciplinerait les déplacés selon une rationalité biopolitique et la production technocratique des données. Cet agencement délimite des espaces cognitifs et physiques pour capturer et relâcher les déplacés et leurs données en cinq étapes de surveillance : observation, standardisation des données, application de mécanismes de sécurité, capture disciplinaire, capture responsabilisante. Bien qu’il produise des données à l’utilité incertaine et qu’il ignore les politiques de sécurisation des États du Nord, l’agencement légitime l’autorité de l’OIM dans un champ humanitaire qui ne relève pas de ses prérogatives historiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Révolution des données, pratiques technocratiques et rationalité biopolitique
Observation des déplacés pour leur assigner des caractéristiques stables et les arrimer à des espaces surveillés
Standardisation des données pour quantifier la population transnationale de déplacés et isoler ses régularités
Application de mécanismes de sécurité sur les populations des camps
Capture disciplinaire des individus par la biométrie
Capture responsabilisante des individus par l’enquête et la connexion numérique
Conclusion

Aperçu du texte

« Never again should it be possible to say “we didn’t know”. No one should be invisible. This is the world we want — a world that counts. » (Groupe consultatif d’experts indépendants, 2014 : 3)

Cet appel à l’omniscience résume un rapport de 2014 du Groupe consultatif d’experts indépendants réuni par le Secrétaire général de l’ONU. Il lui enjoignit de s’appuyer sur la visibilité permise par les données pour mettre en œuvre les objectifs du futur Agenda 2030 pour le développement durable. Adopté en 2015 pour éradiquer la pauvreté, ce dernier permit à divers gouvernements, organisations internationales, entreprises informatiques et ONG d’enclencher une « révolution des données » qui tirerait profit des technologies de l’information et de la communication. L’explosion contemporaine du volume des données et les progrès des capacités d’analyse et de circulation de ces dernières présagent la réalisation d’un vieux rêve technocratique d’harmonisation par les nombres (Supiot, 2015). La planif...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Younès Ahouga, « L’Organisation internationale pour les migrations et la surveillance des populations de déplacés du Sud »Revue européenne des migrations internationales, vol. 38 - n°3 et 4 | -1, 139-160.

Référence électronique

Younès Ahouga, « L’Organisation internationale pour les migrations et la surveillance des populations de déplacés du Sud »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 38 - n°3 et 4 | 2022, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/21420 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.21420

Haut de page

Auteur

Younès Ahouga

Chercheur postdoctorant, Chaire d’excellence en recherche du Canada sur la migration et l’intégration, Université métropolitaine de Toronto, 350 Victoria St, Toronto On M5B 2K3, Canada ; younes.ahouga[at]ryerson.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search