Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 38 - n°3 et 4Notes de lectureTremblay Rémy et Dehoorne Olivier...

Notes de lecture

Tremblay Rémy et Dehoorne Olivier, Entre tourisme et migration

Jordan Pinel
p. 217-218
Référence(s) :

Tremblay, Rémy et Dehoorne, Olivier, Entre tourisme et migration. – Paris : L’Harmattan, 2018. – 240 p. ISBN : 978-2-343-14995-0

Texte intégral

1Dans ce livre de 2018, c’est la frontière entre le tourisme et la migration qui est interrogée face à l’émergence de flux de mobilités qui ne sont ni vraiment des « mobilités touristiques », ni vraiment des « migrations ». En effet, selon les auteurs, de nombreuses mobilités semblent intermédiaires notamment à partir d’un argument « spatio-temporel » : les individus, bien que présents dans des zones touristiques, y restent un temps relativement long, ce qui les distingue des touristes ; mais ils ne sont pas non plus des « migrants » en conservant souvent une domiciliation dans un autre lieu et pratiquant parfois l’alternance résidentielle. Dans le contexte d’un « monde globalisé » selon les termes des auteurs, les déplacements pour les loisirs, le travail, la vie de famille sont devenus plus nombreux, car rendus plus simples par l’évolution des transports, la réduction de leurs coûts et l’émergence des nouvelles technologies.

2C’est le terme de « mobilité » qui est d’emblée utilisée par Rémy Tremblay et Olivier Dehoorne pour décrire une multitude de mouvements qu’ils placent dans un « continuum entre la migration permanente et le tourisme » (p. 11). Un spectre peut être trop large, qui intégrerait les migrations de retraite et de style de vie — du champ d’études des lifestyle migration —, les stratégies entrepreneuriales et les déplacements professionnels, les migrations dites « de retour », etc. Dès le chapitre introductif, le choix du paradigme « mobilité » est justifié comme permettant une grille de lecture pour analyser les modes de vie actuels à partir de l’absence de mobilité, des mobilités faibles, notamment saisonnières, ou une « hypermobilité » où l’espace de vie est partagé entre différents lieux. Et c’est justement ce dernier mode de vie qui a intéressé les deux géographes, notamment dans les lieux touristiques qui se forgent par la mobilité des touristes. Ils ont ainsi choisi d’ancrer l’ouvrage dans le champ des lifestyle migration, qu’ils traduisent par « migration d’agrément » ou « migration de style de vie ». Très développé dans la recherche académique anglo-saxonne, notamment à partir des travaux de Michaela Benson et Karen O’Reilly, les lifestyle migration désignent des migrations liées aux loisirs et à l’amélioration d’un cadre de vie. Ainsi, ce champ questionne notamment la notion de « privilège » dans l’accès à la mobilité. L’ouvrage ambitionne donc de se placer dans le champ des études questionnant les limites entre la migration internationale, le tourisme et les rapports à la mobilité dans la mondialisation, développés par différents chercheurs, notamment au sein du Lifestyle Migration Hub dont plusieurs contributeurs à l’ouvrage font partie.

3Ce livre a le grand avantage de mettre en avant ce champ d’études des migrations d’agrément, encore assez peu développé dans les études francophones. Six des huit chapitres sont rédigés en français et mettent en avant des travaux de chercheurs établis au Canada, en France, en Espagne ou en Roumanie. Si l’on peut regretter la succession assez artificielle de ces chapitres les uns par rapport aux autres, celle-ci est justifiée par les auteurs comme permettant surtout d’illustrer les différentes dynamiques de recherche existantes dans ce champ d’études, notamment à partir de terrains variés. Et c’est justement là le point fort de l’ouvrage : mettre en lien la théorie des « migrations d’agrément » avec les recherches effectuées sur le terrain, dans les « Nords » comme dans les « Suds », au Maroc, en France, en Espagne, aux États-Unis ou encore en Équateur.

4Par ailleurs, les disciplines des auteurs — anthropologues, sociologues, géographes ou urbanistes — permettent une richesse d’analyse par leurs différentes approches du champ d’études, mais aussi des populations d’étude diverses qui permettent d’observer des « figures » connues des lifestyle migration. Ainsi, les retraités sont abordés dans le premier chapitre par Matthew Hayes qui évoque les liens entre la crise économique de 2008 et le départ de nombreux retraités nord-américains vers l’Amérique du Sud, et en particulier l’Équateur, son terrain d’étude. La figure de l’entrepreneur est abordée dans les chapitres 3 et 5. Tout d’abord par Eve Bantman-Masum qui met notamment en avant le lien entre la connectivité, le style de vie et la mobilité de lifestyle migrants ayant monté des entreprises du tourisme à Paris. Puis, par Rémy Tremblay et Zianub Ibrahim qui évoquent les entrepreneurs québécois en Floride. Les installations en milieu rural sont abordées par Françoise Cognard dans le chapitre 6 où elle aborde les installations de Néerlandais dans le Morvan permettant d’analyser les migrations d’agrément à échelle intraeuropéenne. Le chapitre 4 reste également dans le milieu rural : Niels Martin, Jean Corneloup et Philippe Bourdeau évoquent le cas de Saint-Nizier-du-Moucherotte, commune du Vercors connue pour être un « lieu traditionnel d’excursion des Grenoblois et de loisir pour les néo-ruraux » (p. 96). Ils abordent « l’habitabilité récréative » à partir de l’exemple des néo-ruraux de cette région et de leur appropriation de l’espace.

5Les questions urbaines sont développées au sein des chapitres 2 et 7, notamment en évoquant les conséquences des migrations d’agrément sur les environnements d’installation. Dans le premier, Alejandro Mantecón et Raquel Huete interrogent l’impact du tourisme résidentiel sur le littoral espagnol. De nombreux lieux de villégiature font ainsi l’objet d’enjeux économiques et écologiques face à la pression résidentielle du tourisme, mais aussi des migrations d’agrément. Dans le second, Aba Sadki analyse les mutations urbaines dans des médinas marocaines par l’installation d’Européens qui peu à peu participent à la transformation du patrimoine local.

6Enfin, le chapitre 5 et le chapitre conclusif permettent d’aller plus loin dans la théorie des lifestyle migration. D’une part, avec le chapitre de Rémy Tremblay et Zianub Ibrahim qui reprennent leurs recherches sur les installations de Québécois en Floride pour mettre en avant les liens entre les mouvements migratoires et touristiques. Puis, la conclusion de l’ouvrage par Olivier Dehoorne, Alexandru Ilies et Rémy Tremblay qui expliquent l’émergence des migrations d’agrément par un contexte de globalisation et d’émergence des mobilités internationales.

7Bien que cet ouvrage soit riche de divers exemples permettant de mettre en lumière ce que sont les « migrants de style de vie » et d’en donner une certaine visibilité dans le milieu académique francophone, il manque cependant une étape supplémentaire qui pourrait permettre de lier théoriquement les différentes « figures » décrites dans les chapitres. En effet, la conclusion et l’introduction ne lient pas vraiment les chapitres entre eux et le lien entre tourisme et migration se perçoit surtout chapitre par chapitre, de manière indépendante. Par ailleurs, la notion de privilège — bien qu’abordée rapidement en introduction — ne semble pas assez soulignée alors qu’elle pourrait permettre d’être le liant entre toutes ces « figures », mais surtout de justifier l’utilisation de la catégorie d’analyse des lifestyle migration dans le champ des études migratoires qui reste ici très effacé. Nous pouvons notamment penser à des travaux récents de membres du réseau Lifestyle Migration Hub, à l’instar de ceux de Brenda Le Bigot, qui contribuent à ancrer ce champ d’études dans l’étude des migrations internationales en mettant notamment en avant des inégalités d’accès à la migration à l’échelle mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jordan Pinel, « Tremblay Rémy et Dehoorne Olivier, Entre tourisme et migration »Revue européenne des migrations internationales, vol. 38 - n°3 et 4 | -1, 217-218.

Référence électronique

Jordan Pinel, « Tremblay Rémy et Dehoorne Olivier, Entre tourisme et migration »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 38 - n°3 et 4 | 2022, mis en ligne le 20 octobre 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/21715 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.21715

Haut de page

Auteur

Jordan Pinel

Post-doctorant en géographie, Cnav (Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search