Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 38 - n°3 et 4Notes de lectureGrohmann-Nogarède Annette, L’Hebd...

Notes de lecture

Grohmann-Nogarède Annette, L’Hebdomadaire Die Zukunft (1938-1940) et ses auteurs (1899-1979). Penser l’Europe et le monde au XXe siècle

Ralph Schor
p. 220-222
Référence(s) :

Grohmann-Nogarède, Annette, L’Hebdomadaire Die Zukunft (1938-1940) et ses auteurs (1899-1979). Penser l’Europe et le monde au XXe siècle. – Berlin : Peter Lang, 2021. – 751 p. ISBN : 978-3-631-83017-8

Texte intégral

1Parmi les 134 périodiques germanophones qui parurent en France dans les années 1930, l’hebdomadaire Die Zukunft (L’Avenir) tint une place particulière. Il ne connut certes que quatre-vingt-un numéros, d’octobre 1938 à mai 1940, mais il rassembla 331 auteurs, intellectuels et hommes politiques, parfois de première importance, représentant vingt-cinq pays. Il apparut comme l’un des plus brillants organes de l’opposition antinazie en exil. Ses rédacteurs prirent la figure la plus authentique d’intellectuels engagés. C’est à ce journal qu’Annette Grohmann-Nogarède a consacré sa thèse d’histoire culturelle.

2La première partie, intitulée L’amont, recense les origines idéologiques des rédacteurs, origines très variées, parfois antagonistes. Apparaissent d’abord des éléments pacifistes, dont les démocrates-chrétiens ainsi que Romain Rolland, Georges Duhamel, Louise Weiss, Thomas et Heinrich Mann, Annette Kolb, etc. Tous croient que la création de la SDN et les accords de Locarno marquent une époque nouvelle et que la réconciliation franco-allemande est possible. Un deuxième groupe de rédacteurs appartient au puissant empire médiatique mis en place par le communiste, bientôt dissident, Willi Münzenberg. Celui-ci, qui a compris l’influence des moyens modernes de propagande, cinéma, photo, publications ciblées et attrayantes rassemble des plumes comme celles d’Arthur Koestler, Manès Sperber, Alfred Doblin, Kurt Kersten, etc. Die Zukunft amalgame tous ces réseaux, coiffés par Münzenberg qui, ayant rompu avec le Kominform, se met au service des services français de propagande pour combattre le nazisme et l’expansionnisme soviétique. Le journal élargit sa rédaction en appelant des Britanniques, des Américains, des Suisses, des Néerlandais, des Italiens, des Scandinaves, etc. Ainsi coexistent dans les mêmes colonnes d’anciens communistes, des socialistes comme Pietro Nenni, des mencheviks, des travaillistes comme Clément Attlee, des démocrates-chrétiens tels Georges Bidault, Emmanuel Mounier, don Luigi Sturzo, Paul Landsberg, des conservateurs à l’instar d’Harold Mac Milan, Alfred Duff Cooper, Hermann Rauschling.

3Dans la deuxième partie, l’auteur analyse l’action du Zukunft. L’hebdomadaire s’affiche comme un adversaire du totalitarisme, terme désignant d’abord les systèmes italien et allemand, puis, après la signature du pacte germano-soviétique, le régime pratiqué en URSS. Les rédacteurs montrent que les pays totalitaires sont incapables de mener une politique étrangère pacifique, en raison de leur agressivité et de leur volonté d’exclusion de certains groupes. En janvier 1939, Die Zukunft publie la première carte des camps de concentration nazis. Le journal analyse aussi les bouleversements géopolitiques observables en 1939 : échec de la politique britannique d’appeasement et renforcement corrélatif des dictatures, disparition des centres intellectuels d’Europe centrale et affaiblissement de la culture progressiste, premiers ébranlements dans les empires coloniaux malgré la « mission civilisatrice » dévolue à l’Europe et aux États-Unis. Die Zukunft esquisse enfin les contours du nouvel ordre international à bâtir : démocratie politique et économique, démantèlement des trusts, expropriation des banques, justice sociale, gouvernance mondiale forte, mise en place de fédérations régionales, organisation supranationale régissant l’économie et la défense. Jean Giraudoux rappelle la fonction de « conscience morale » dévolue à la France dans le monde.

4Dans la dernière partie, Annette Grohmann-Nogarède essaie de définir l’action que les auteurs du Zukunft purent exercer après la disparition du journal, cela jusqu’en 1979. Certains s’engagèrent dans la Résistance, dans les journaux antinazis, dans les maquis, dans les services secrets alliés. Paul Landsberg, mort en déportation à Oranienbourg, paya son engagement au prix de sa vie. Après le conflit, les anciens rédacteurs s’interrogèrent sur le sort des pays vaincus ; certains pensèrent même que l’Allemagne ne devait plus exister en qualité d’État. Beaucoup prônèrent la constitution d’une Europe forte pesant face aux États-Unis et à l’URSS. Si tous affirmèrent leur attachement aux valeurs humanistes et si la plupart se déclarèrent démocrates libéraux, il se révèle délicat, dans le sillage de l’étude, de définir une attitude commune chez des hommes qui ne s’affichèrent pas explicitement comme des anciens du Zukunft, lequel leur aurait laissé une empreinte guidant étroitement leurs choix ultérieurs. De fait, quand certains se lancèrent dans la Résistance, d’autres purent avoir des liens au moins provisoires avec le régime de Vichy ; des tensions surgirent parfois entre les résistants de l’intérieur et les membres de la France libre ; les Allemands s’affrontèrent parfois durement sur le sort devant être réservé à leur pays natal ; sur les quatre-vingts ex-auteurs allemands survivants après la Libération, trente-et-un revinrent en République fédérale et six s’installèrent en RDA ; parmi les juifs rescapés, certains occultèrent leurs origines quand d’autres en firent le fondement de leur engagement.

5Ce livre apporte ainsi une riche moisson d’informations et ouvre des débats intéressants. On peut cependant regretter quelques faiblesses dans l’expression, une tendance à parfois énumérer plus qu’à problématiser. L’absence d’un index dans un ouvrage qui fourmille de noms propres se fait cruellement sentir. En vérité, cette thèse qui semble avoir été publiée in extenso aurait probablement gagné à être abrégée. Elle aurait ainsi acquis une force démonstrative plus forte et aurait mieux mis en valeur ses réelles richesses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ralph Schor, « Grohmann-Nogarède Annette, L’Hebdomadaire Die Zukunft (1938-1940) et ses auteurs (1899-1979). Penser l’Europe et le monde au XXe siècle »Revue européenne des migrations internationales, vol. 38 - n°3 et 4 | -1, 220-222.

Référence électronique

Ralph Schor, « Grohmann-Nogarède Annette, L’Hebdomadaire Die Zukunft (1938-1940) et ses auteurs (1899-1979). Penser l’Europe et le monde au XXe siècle »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 38 - n°3 et 4 | 2022, mis en ligne le 20 octobre 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/21733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.21733

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Professeur émérite d’histoire contemporaine, CMMC-Université Côte d’Azur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search