Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 38 - n°3 et 4Notes de lectureQuiminal Catherine, La République...

Notes de lecture

Quiminal Catherine, La République et ses étrangers. Cinquante années de rencontre avec l’immigration malienne en France

Maryse Tripier
p. 222-224
Référence(s) :

Quiminal, Catherine, La République et ses étrangers. Cinquante années de rencontre avec l’immigration malienne en France. – Paris : Éditions La Dispute, 2022. – 244 p. ISBN : 978-2-84303-310-1

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage est trompeur, il ne s’agit pas d’un livre de science politique. C’est le sous-titre qui compte. Dans ce sous-titre on note et la durée de la rencontre et la signification même du mot rencontre. Catherine Quiminal est anthropologue, mais ses pairs évoquent rarement le mot rencontre. C’est que sa posture est originale. L’auteure a étudié cette immigration, mais aussi accompagné ses luttes. Elle n’a pas travaillé sur, mais avec les immigrés maliens. Elle les a considérés non seulement comme une source de connaissance concrète sur leur vie, mais elle a discuté avec eux, ici et au Mali, pour échanger sur ses hypothèses. « L’entreprise qui consiste à rendre compte de cinquante ans d’immigration a été rendue possible grâce au suivi d’un même groupe, des mêmes individus, une relation entretenue avec constance » (p. 15). Peu de chercheurs ont investi avec autant de pugnacité, et sur un temps long, une communauté immigrée. On pense ici à Sayad et son œuvre sur les Algériens. Elle a adopté sa déclaration : « Un immigré est d’abord un émigré ». C’est pourquoi elle a fait les voyages dans la région de Kayes qui a donné l’ouvrage Gens d’ici, Gens d’ailleurs (1991). En plus, elle n’est pas malienne, elle a été adoptée. Ce livre est un bilan de toutes ces décennies, bilan sur le rôle des politiques migratoires, en particulier d’accueil et de logement des immigrés, bilan aussi des évolutions familiales parmi les immigrés maliens et de leur rapport au pays, en particulier au village. C’est aussi le bilan d’une vie pour la chercheuse. L’originalité de l’ouvrage c’est de donner à comprendre les points de vue des immigrés et en particulier des femmes au regard d’un contexte marqué, au long cours, par le racisme, la ségrégation au logement, la discrimination à l’embauche, l’assignation au statut d’ouvrier spécialisé (OS), la stigmatisation des familles, le déni de citoyenneté. Ces points de vue sont exprimés par des extraits d’entretiens qui rendent la lecture très vivante. L’écueil principal a été évité : le recours à des oppositions binaires « tradition/modernité », « culture soninké/culture française ». Comme l’écrit Catherine Quiminal, « l’immigration est une situation qui pose d’emblée le changement social », qu’elle étudie à travers les interactions, dans la durée (p. 14).

Interactions internes au groupe

2La nouvelle situation impose, sous contrainte, l’évolution des rapports de genre (polygamie, autonomie des femmes, etc.). L’installation des familles en France introduit des projets divergents entre les hommes et les femmes. Les hommes sont tournés vers le soutien au village, ce qui les incite au minimum de dépenses. Les femmes veulent assurer le bien-être de la famille ce qui nécessite l’accès aux liquidités. La décohabitation, proposée aux familles polygames, nécessite un accompagnement social. Toutes ces questions engendrent des conflits. Les imams apparaissent des médiateurs plus acceptables lors des conflits que les assistantes sociales jugées intrusives par les hommes. Cependant, ces imams peuvent contribuer à la redéfinition des traditions. Les femmes, confrontées à l’isolement, tentent de rétablir un lien social de proximité dans leur voisinage, dans un contexte d’abandon de certains quartiers, c’est une redéfinition de leur « entourage » dont il s’agit. Elles ont créé des associations pour faire entendre leur voix (chapitres 1 et 2). Ils ne sont pas les seuls, mais le foyer de travailleurs est emblématique des conditions de la venue des Maliens. Ils y ont construit une sociabilité élargie à d’autres migrants et mené des actions collectives pour défendre leurs revendications. Le foyer est devenu une communauté en soi, au sens où elle est apparue, au fil du temps, un référent identitaire puissant. L’installation dans la durée, génère aussi des tensions intergénérationnelles. Celles-ci tournent autour de la question du soutien au village qui a mobilisé l’énergie des anciens ou de l’implication dans la cité, en France, qui interpelle les plus jeunes alors qu’ils n’ont pas de droits politiques à moins d’être devenus Français. Les hiérarchies villageoises privilégiant les anciens et les « nobles » seront ainsi réorganisées, au Mali, à travers des projets transnationaux (chapitres 3 et 9).

Interactions externes au groupe

3Comme tous les immigrés, les Maliens sont confrontés aux institutions, rapports souvent difficiles et humiliants. « Se met en place un partage sexué des rôles, les hommes sont majoritaires lorsqu’il s’agit de s’occuper des permis de séjour ou du regroupement familial. Ils préfèrent recourir aux institutions coutumières pour résoudre les conflits internes à la famille » (p. 36). « Les femmes n’hésitent pas à solliciter le droit français quand elles estiment que leurs intérêts seront mieux défendus par ce dernier. Ce sont elles également qui gèrent avec les institutions concernées les problèmes de la vie quotidienne : santé, logement, école » (p. 38). Ils seront aussi confrontés au monde du travail, à sa pénibilité, à l’assignation au bas de l’échelle, sans perspectives d’amélioration de leur condition. L’accès au travail est aussi genré. Les hommes à l’usine, les femmes dans les métiers du soin et du nettoyage. Même précaires et sous-payés, ces métiers permettent aux femmes de sortir de la maison. Catherine Quiminal désigne ainsi ces emplois « cul de sac ». La formation, essentiellement de l’alphabétisation, ne débouche sur rien. Idem pour les femmes. Ces conditions ont mené à des luttes, soit pour les hommes « fortement engagés dans les luttes ouvrières », soit pour les femmes, comme l’ont montré les longues grèves des femmes de chambre de l’hôtellerie. Ces luttes, comme celles des foyers, malgré des concentrations selon l’origine, ne sont pas spécifiquement maliennes (p. 108). Seules les grandes manifestations pour le logement les ont mises en avant sur la place publique au sens propre (squat de la place de la Réunion) (p. 118). Comme le dit l’auteure, loin de se résigner à occuper la place qui leur était assignée, ils ont su refuser, résister, se battre. Le dernier chapitre, intitulé « Citoyens des deux rives », montre les évolutions récentes au Mali, depuis la chute du dictateur Moussa Traoré et la mise en place d’institutions démocratiques. On y découvre le rôle que peuvent y jouer les émigrés surtout, de retour. Leurs compétences sont mises en œuvre pour construire des projets qui vont au-delà de la survie du village et donc du statu quo. Non sans conflits et difficulté, il s’agit de construire un espace démocratique transnational, plus efficace que les politiques d’aide au développement, et qui l’espère-t-on offriront des alternatives à la migration. En effet, le sort des jeunes migrants est désormais encore plus éprouvant, compte tenu de la politique migratoire de la France. Le rôle des associations en France puis au Mali a été décisif, comme apprentissage de l’action collective, de socialisation, de transmission et comme vecteur de changement.

4On retiendra de cet ouvrage son importance dans le champ des travaux sur les migrations d’autant que les « migrations sont inéluctables. Leurs motivations et composition peuvent varier, mais elles ne cesseront pas. C’est un effet quasi structurel de la mondialisation impériale, des guerres, des inégalités qu’elle engendre » (p. 220). On retiendra aussi une des ambitions de l’ouvrage d’« être un plaidoyer contre le racisme. Le racisme, avec les différentes formes, institutionnelles, systémiques ou quotidiennes qu’il revêt, ne fait pas l’objet d’un chapitre particulier. Il traverse chacune des situations étudiées : ségrégation pour l’accès au logement, discrimination à l’embauche et à la formation, stigmatisation des familles, déni de citoyenneté » (p. 15). Le tour de force, me semble-t-il, est d’offrir à un large public, une synthèse d’un bilan inédit, très riche, dont les limites d’un compte-rendu n’ont pu offrir toute la palette. Ce, grâce à une qualité d’écriture fluide et imagée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Tripier, « Quiminal Catherine, La République et ses étrangers. Cinquante années de rencontre avec l’immigration malienne en France »Revue européenne des migrations internationales, vol. 38 - n°3 et 4 | -1, 222-224.

Référence électronique

Maryse Tripier, « Quiminal Catherine, La République et ses étrangers. Cinquante années de rencontre avec l’immigration malienne en France »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 38 - n°3 et 4 | 2022, mis en ligne le 20 octobre 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remi/21739 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.21739

Haut de page

Auteur

Maryse Tripier

Professeur émérite de sociologie, Université Paris Cité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo Maison des sciences de l’homme et de la société de Poitiers
  • Logo Notre Twitter
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search