Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels closAppel à contributions : L’étude d...

Appel à contributions : L’étude des migrations privilégiées face à la pluralité des rapports sociaux

Call for Papers: “Privileged Migrations” Studies and the Plurality of Power Relations
Claire Cosquer, Pauline Vallot et Olivier Clochard

Résumés

S’inscrivant dans le cadre des études sur les migrations privilégiées, ce dossier thématique vise à analyser les rapports de pouvoir multiples qui se nouent autour de la mobilité internationale ou ultramarine, des ressources qui la permettent, des bénéfices qu’elle dégage, de la mobilité sociale qu’elle induit, des formes de domination qu’elle consolide ou reconfigure. Il se donne pour ambition de rendre compte des positions dominantes caractérisées par le cumul des ressources, des avantages, des bénéfices retirés de la migration, tout autant que des expériences migratoires plus ambivalentes où s’entremêlent exercice de la domination et expérience de la minorisation et où le privilège migratoire doit être nuancé. Les contributions analysent l’expérience subjective de ces positions sociales avantageuses dans la migration, tout en les abordant de façon relationnelle.

Haut de page

Calendrier

Lancement de l’appel : 1er décembre 2022
Réception des propositions résumées et clôture de l’appel : 1er février 2023
Sélection et décision : 01 mars 2023
Réception des articles : 1er août 2023
Période d’évaluation des articles
Réception des articles dans leur dernière version : 1er février 2024
Parution : septembre 2024

Modalités de soumission

Les propositions résumées d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais et devront comprendre l’affiliation de l’auteur·e, une proposition de titre et un résumé de 1 000 mots ou 7 000 caractères (espaces compris). Elles devront présenter clairement la méthode, les données et la contribution empirique et théorique de l’article au thème du dossier. Elles peuvent émaner de différentes disciplines des sciences sociales, et sont à envoyer à claire.cosquer@unil.ch, pauline.vallot@u-bourgogne.fr et olivier.clochard@univ-poitiers.fr avant le 1er février 2023.

Les articles acceptés pourront être rédigés en français, anglais ou espagnol.

Pour plus de détails (normes, nombre de caractères, présentation, etc.) : https://journals.openedition.org/remi/5848

Comité de sélection/coordinateur·rice·s du dossier

Claire Cosquer (Sociologue, Chercheuse FNS Senior, Centre en Études Genre, Université de Lausanne, affiliée à l'Institut Convergences Migrations)

Pauline Vallot (Sociologue, Maîtresse de conférences, Université de Bourgogne/INSPE Dijon, IREDU)

Olivier Clochard (Géographe, Chargé de recherche, Migrinter (CNRS/Université de Poitiers), affilié à l’Institut Convergences Migrations)

Dates

La date finale de réception des propositions résumées est le 01/02/2023.

Contact

remi@univ-poitiers.fr

Argumentaire

L’introduction de la notion de « migrations privilégiées », popularisée par le texte pionnier de Sheila Croucher en 2012, a bouleversé les études migratoires, d’abord dans leur champ anglophone, puis dans les espaces francophones. Lorsqu’il apparaît en sciences sociales, le concept de « privilège » migratoire est initialement pensé à partir des mobilités Nord-Sud : il met alors en évidence la façon dont les asymétries postcoloniales de pouvoir entre États-nations se traduisent dans des asymétries de mobilité. Le classement des passeports selon le nombre de pays auxquels ils donnent accès sans visa (Henley Passport Index) est un exemple emblématique de la façon dont la nationalité détermine directement les inégalités de mobilité et définit un privilège migratoire.

Partant de cette conceptualisation centrée sur les rapports de pouvoir postcoloniaux entre États-nations, la construction des migrations privilégiées comme objet inclut — sans s’y limiter — des séjours habituellement placés sous la bannière de la « mobilité », de « l’expatriation » (Faist, 2013) ou du tourisme. Le concept de privilège migratoire ne se limite donc pas aux « élites de la mondialisation » (Wagner, 1998) ouest-européennes et nord-américaines ou aux « courtiers de l’international » (Dezalay, 2004), mais renvoie aussi — tel qu’il est manié dans la littérature — à des mobilités plus fréquentes et moins élitaires, parfois qualifiées de « middling transnationalism » (Conradson et Latham, 2005). Les migrations privilégiées se caractérisent dès lors par une certaine hétérogénéité, d’autant que certaines s’hybrident autour de pratiques de voyage combinant études, travail et loisirs (Le Bigot, 2016). Les migrations privilégiées incluent, enfin, non seulement les migrations internationales au sens strict, impliquant le passage d’une frontière étatique, mais aussi les mobilités entre les anciennes « métropoles » impériales et leurs outre-mer, dernières miettes officielles des grands empires du siècle dernier (Cosquer et al., 2022).

Si l’imbrication des positions de classe et de la nationalité induit une grande variété des expériences migratoires privilégiées, des rapports de pouvoir multiples se surajoutent à ce premier niveau de disparité. Les migrations privilégiées étudiées dans ce dossier thématique concernent des mouvements de personnes dont le franchissement des frontières est facilité par une position dominante au regard d’un ou de plusieurs rapports de pouvoir, qu’il s’agisse de la nationalité ou de la classe, mais aussi de la race, de la religion, du genre, de la sexualité, ou de l’âge. La prise en compte progressive de cette pluralité des rapports sociaux amène à relativiser la place que tenaient initialement la nationalité et la détention d’un passeport avantageux dans l’analyse du privilège migratoire. Sans minimiser le poids de ces dernières, les contributions pourront examiner des positions migratoires avantageuses qui s’inscrivent dans une grande pluralité d’orientations géographiques, intercontinentales ou entre pays voisins, au-delà de la seule direction Nord-Sud.

Que fait la prise en compte de cette pluralité de rapports sociaux à la notion même de privilège en migration ? S’inscrivant à la suite de cette complexification progressive de l’étude des migrations privilégiées, ce dossier vise à analyser les rapports de pouvoir multiples qui se nouent autour de la mobilité internationale ou ultramarine (Cresswell, 2010 ; Croucher, 2012). Il s’agit d’étudier les ressources qui la permettent, les bénéfices qu’elle dégage, la mobilité sociale qu’elle induit, les dominations qu’elle consolide ou reconfigure.

Ce dossier propose de documenter des positions dominantes en migration. Il s’agit d’interroger le concept de privilège migratoire et de le complexifier en tenant compte de la pluralité des rapports sociaux et de leur imbrication. De plus, tout privilège est relationnel et aucune position dominante n’existe en soi : le privilège migratoire s’apprécie non seulement au regard de plusieurs rapports de pouvoir, mais aussi des positions et des revendications de différents groupes sociaux dans un contexte donné. Les contributions de ce dossier pourront ainsi s’intéresser à ce que les positions sociales de départ permettent, c’est-à-dire aux avantages qu’elles constituent vis-à-vis de la mobilité. Elles pourront aborder aussi la façon dont la migration module les positions de classe, les assignations de genre et/ou raciales, selon les contextes locaux. L’étude de la migration internationale ou ultramarine permet de souligner le caractère processuel des ressources et des rapports de pouvoir, dans la mesure où le changement de contexte géographique modifie la position de celles et ceux qui partent. L’étude empirique des migrations privilégiées révèle tout particulièrement la dynamique des rapports sociaux de race, dans la mesure où l’expérience de la migration recompose la relation entre groupe « majoritaire » et groupe « minoritaire » et fragilise l’association de la blanchité à la neutralité (Guillaumin, 1972). En cela, ce dossier entend prendre au sérieux l’impératif de « transnationalisation » dans l’analyse des positions raciales (Alloul, 2020).

Par ailleurs, le privilège en migration engage une dimension subjective. Souvent minimisé pour être mieux défendu (Ferber, 2012), le privilège pose la question de la perception des rapports sociaux, autant que celle de leur matérialité. Son usage dans la pratique de l’enquête peut poser question, lorsque les groupes étudiés ne se reconnaissent pas dans le qualificatif de « privilégié » ou effectuent un travail moral pour justifier et légitimer les bénéfices migratoires.

Dans le but d’appréhender la multidimensionnalité de la position sociale et ses fluctuations au fil du parcours migratoire, ce dossier vise à analyser particulièrement les situations d’incongruence et d’ambivalence, où le caractère avantageux d’une migration doit être relativisé au regard d’autres rapports sociaux ou d’autres contextes géographiques. Avantagées sur le plan des rapports de classe, de nationalité et de race, les femmes françaises « expatriées » à Abu Dhabi subissent dans le même temps une intensification de leur assignation à la sphère domestique (Cosquer, 2020). Malgré les avantages dont disposent de jeunes entrepreneurs camerounais de la diaspora en Europe, ceux-ci s’efforcent de « whitiser » (blanchir) leur accent, ce qui reflète une forme d’assujettissement aux normes langagières dominantes en même temps qu’une résistance à la racialisation (Telep, 2018). Dans ce dossier, les contributions portent une attention particulière aux mécanismes d’assignation raciale subie malgré une position de classe ou de genre favorable et aux processus d’invisibilisation associés (Le Renard, 2019).

Ce dossier se donne donc une double ambition. D’une part, rendre compte des positions dominantes caractérisées par le cumul des ressources, des avantages, des bénéfices retirés de la migration. D’autre part, aborder des expériences migratoires plus ambivalentes où les rapports de pouvoir entremêlent exercice de la domination et expérience de la minorisation, et où le privilège migratoire doit être nuancé. Ces situations peuvent être décrites avec profit en se saisissant des outils analytiques de l’intersectionnalité (Fassa et al., 2006 ; Bilge, 2010) : bien qu’ils aient initialement été forgés dans le but d’étudier des situations de cumul des handicaps, ces outils ont ensuite été transposés à l’analyse de positions hégémoniques ou plus ambiguës, à la fois dominées et dominantes. Loin de se restreindre strictement à ce cadre théorique, ce dossier entend accueillir des contributions diverses et favoriser l’hybridation avec d’autres corpus analytiques, tel celui plus interactionniste des « contradictions statutaires » (Hughes, 1945). Quelle que soit l’approche conceptuelle, s’intéresser aux incongruences des rapports de pouvoir permet d’enrichir l’analyse de la domination (Pease, 2010), notamment en résistant à sa réification et à son essentialisation.

Ce dossier thématique explore donc théoriquement et empiriquement la notion de privilège en migration, heuristique en ce qu’elle rend visibles des trajectoires plus rarement prises pour objets dans les études migratoires. Il met en avant la multidimensionnalité de cette notion, ses ambivalences, son caractère processuel et, enfin, la tension qu’elle entretient avec les expériences subjectives de la migration et de la mobilité sociale.

Bibliographie

Alloul Jaafar (2020) Leaving Europe, Aspiring Access: Racial Capital and Its Spatial Discontents among the Euro-Maghrebi Minority, Journal of Immigrant & Refugee Studies, 18 (3), pp. 313-325.

Bilge Sirma (2010) De l’analogie à l’articulation : théoriser la différenciation sociale et l’inégalité complexe, L’Homme & la Société, 176-177 (2), pp. 43-64.

Conradson David and Latham Alan (2005) Transnational urbanism: Attending to everyday practices and mobilities, Journal of Ethnic and Migration Studies, 31 (2), pp. 227-233.

Cosquer Claire (2020) Une cage dorée ? Expériences genrées du privilège migratoire dans l’« expatriation », Sociologie, 11 (3), pp. 223-242.

Cosquer Claire, Le Renard Saba A. et Paris Myriam (2022) Devenir « métro » : ce que les migrations vers les outre-mer font à la blanchité, Critique Internationale, 2 (95).

Cresswell Tim (2010) Towards a politics of mobility, Environment and Planning D: Society and Space, 28, pp. 17-31.

Croucher Sheila (2012) Privileged mobility in an age of globality, Societies, 2 (1), pp. 1-13.

Dezalay Yves (2004) Les courtiers de l’international : Héritiers cosmopolites, mercenaires de l’impérialisme et missionnaires de l’universel, Actes de la recherche en sciences sociales, 151-152, pp. 4-35.

Faist Thomas (2013) The mobility turn: a new paradigm for the social sciences?, Ethnic and Racial Studies, 36 (11), pp. 1637-1646.

Fassa Farinaz, Lépinard Éléonore et i Escoda Marta Roca (2006) L’intersectionnalité : pour une pensée contre-hégémonique, Journal of women’s studies, 13 (3), pp. 7-26.

Ferber Abby (2012) The Culture of Privilege: Color-blindness, Postfeminism, and Christonormativity, Journal of Social Issues, 68 (1), pp. 63-77.

Guillaumin Colette (1972) L’Idéologie raciste, genèse et langage actuel, Paris/La Haye, Mouton.

Hughes Everett C. (1945) Dilemmas and Contradictions of Status, American Journal of Sociology, 50 (5), pp. 353-359.

Le Bigot Brenda (2016) Les migrations hivernales des Européens vers le Maroc : circulations et constructions des espaces de vie, Autrepart, 77 (1), pp. 51-68.

Le Renard Amélie (2019) Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï, Paris, Presses de Sciences Po.

Pease Bob (2010) Undoing Privilege. Unearned Advantage in a Divided World, London, Zed Books.

Telep Suzie (2018) « Moi je whitise jamais ». Accent, subjectivité et processus d’accommodation langagière en contexte migratoire et postcolonial, Langage et société, 3, pp. 31-49.

Wagner Anne-Catherine (1998) Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search