Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 39 - n°1Notes de lectureGay Vincent, Pour la dignité. Ouv...

Notes de lecture

Gay Vincent, Pour la dignité. Ouvriers immigrés et conflits sociaux dans les années 1980

Daniel A. Gordon
p. 239-240
Référence(s) :

Gay, Vincent, Pour la dignité. Ouvriers immigrés et conflits sociaux dans les années 1980. – Lyon : Presses universitaires de Lyon, 2021. – 311 p. ISBN : 978-2-7297-1238-9

Texte intégral

1Les grandes grèves des travailleurs immigrés des usines Citroën-Aulnay et Talbot-Poissy, qui ont fortement marqué l’actualité française à l’époque, remontent à 1982, il y a quatre décennies déjà. Il est donc surprenant que ce soit un sociologue plutôt qu’un historien qui ait produit le travail définitif sur ce que Vincent Gay qualifie d’« épisode relativement oublié ». Mais le pari est tout à fait remporté par l’auteur, qui ajoute aux méthodes sociologiques classiques (quatre-vingts entretiens notamment) un impressionnant travail d’archives, ce qui lui permet d’approfondir l’analyse dans tous les sens de la double condition ouvrière et immigrée des travailleurs de l’automobile.

2Un peu à contre-courant des travaux récents sur les luttes des travailleurs immigrés en France pendant les « années 68 », l’auteur défend une certaine discontinuité entre les mouvements immigrés de l’après-1968 et ceux de 1982-1984, même s’il nuance aussi l’idée reçue présentant les années 1980 comme une « décennie cauchemardesque » sans contestation sociale. On n’était ni dans « l’insubordination ouvrière », dont parle Xavier Vigna, ni face à des « ouvriers après la classe ouvrière », selon l’expression de Stéphane Beaud et Michel Pialoux, mais plutôt dans ce que Vincent Gay présente comme « un moment charnière » à cheval entre les deux phénomènes. Pour la grande majorité des participants, la grève de 1982 était leur première expérience de mobilisation collective (rappelons que l’usine d’Aulnay n’est ouverte que depuis 1973). Force est de constater que c’est un peu nuancé par le fait que certains des ouvriers interviewés par l’auteur avaient pratiqué le militantisme bien avant — comme Mehdi, originaire de la région de Marrakech, qui en mai 1968 a fréquenté la Sorbonne ainsi que les militants maoïstes et communistes des usines parisiennes de Citroën, avant de faire partie d’un petit groupe de militants qui ont déclenché à Aulnay la grève de 1982.

3Cependant, Vincent Gay a raison de souligner le poids, avant 1982, chez Citroën en particulier, des pratiques répressives et de l’hégémonie de la Confédération française du travail — Confédération des syndicats libres (CFT-CSL), syndicat se présentant comme « indépendant » mais en réalité au service du patronat. Les ouvriers de Citroën, étrangers à 78 %, étaient toujours dans un système clientéliste digne du début du XXe siècle, où l’affiliation au CFT-CSL représentait leur « petite carte de tranquillité ». Le moment 1982, alors que ces cartes ont été déchirées dans un « profond changement d’attitude » et une certaine reconfiguration des relations sociales, fut donc pour eux une véritable libération, d’où des slogans comme « Fini le pastis, fini le couscous ».

4L’auteur montre bien à quel point ces ouvriers étaient victimes des fausses représentations sociales de l’immigration et de l’ethnicisation des relations du travail. Citroën avait favorisé le recrutement des Berbères des zones rurales du sud du Maroc, supposés plus aptes psychologiquement au travail. Toutefois, beaucoup de jeunes Marocains des villes se posaient en paysans analphabètes pour se faire recruter, ce qui conduisait à ce que Vincent Gay appelle « la construction symbolique de l’incompétence ». Les discriminations liées au caractère ethnicisé de leur recrutement persistaient tout au long de leurs carrières — comme le montraient les bas salaires qu’ils percevaient, ce qui faisait qu’on avait peu d’argent à renvoyer aux familles restées au pays. En 1983, même la presse de gauche présente les ouvriers en grève comme une « génération usée », tandis qu’ils n’avaient à l’époque qu’entre trente-quatre et trente-huit ans en moyenne, donnant ainsi une explication pseudobiologique aux choix politiques et industriels. Enfin, parmi les ouvriers licenciés en 1984, les plus nombreux étaient Marocains ; même parmi les Français licenciés, on avait affaire à une discrimination raciale, car un nombre disproportionné était originaire des DOM-TOM.

5Il faut lire aussi les commentaires de Vincent Gay sur les divers enjeux politiques des grèves, des contre-manifestations de rue anti-grévistes organisées par le patronat hors de toute tradition historique, aux dissensions au sein de la CGT autour du rôle d’Akka Ghazi, leader gréviste jugé trop proche des autorités marocaines, en passant par les fictions bureaucratiques mises en œuvre par le pouvoir socialiste en France autour des questions de formation et d’aide au retour. Le chapitre 11 du livre, qui porte sur la réintroduction en 1984 par le gouvernement Mitterrand de l’aide au retour, rebaptisée « aide à la réinsertion », et sur les controverses que cela provoque dans le monde du syndicalisme, représente d’ailleurs un apport considérable à l’historiographie des migrations, dans la mesure où cet épisode est bien moins connu que le fameux « million Stoléru » sous Giscard d’Estaing, quelques années auparavant. Vincent Gay ne manque pas d’ajouter un dernier chapitre sur le rôle de la racialisation et des fausses représentations de l’Islam dans la manière dont les grèves ont été perçues par la société française. Si les propos de Gaston Defferre ou de Pierre Mauroy sur les « chiites », boucs émissaires commodes au vu du contexte de la Révolution iranienne, sont assez connus, l’auteur pointe aussi ceux d’autres personnalités, telle l’historienne Annie Kriegel sur la prétendue mutation de la CGT en « syndicat-ethnie », ou bien le ministre du Travail Jean Auroux ; il a interviewé ce dernier, qui aujourd’hui regrette ses mots de l’époque.

6Mais le concept central qu’élabore l’ouvrage pour comprendre les grèves de l’automobile reste celui de la dignité, un mot dont il analyse finement les usages par les différents acteurs. Il présente le rôle de la dignité dans ce mouvement comme « une morale ouvrière », dans un sens similaire à l’« économie morale » prônée par Edward Thompson, sur fond de contexte où les patrons de l’automobile ne semblaient pas avoir respecté leurs obligations sociales.

7Le livre est en outre bien illustré par une sélection précieuse de photos, qui présente au lecteur une manière supplémentaire de saisir la dignité. Vincent Gay conclut en soulignant certaines continuités entre les grèves de 1982 et les combats plus récents des travailleurs victimes de discrimination depuis la crise de 2008, du mouvement contre l’éventuelle fermeture de l’usine d’Aulnay en 2013 à la grève des femmes racisées contre la sous-traitance à l’hôtel Ibis de Batignolles en 2019. La dignité reste toujours d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel A. Gordon, « Gay Vincent, Pour la dignité. Ouvriers immigrés et conflits sociaux dans les années 1980 »Revue européenne des migrations internationales, vol. 39 - n°1 | 2023, 239-240.

Référence électronique

Daniel A. Gordon, « Gay Vincent, Pour la dignité. Ouvriers immigrés et conflits sociaux dans les années 1980 »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 39 - n°1 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remi/22551 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.22551

Haut de page

Auteur

Daniel A. Gordon

Maître de conférences en histoire européenne, Edge Hill University

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search