Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 19 - n°3Notes de lectureMohseni Chirine, Réfugiés kurdes ...

Notes de lecture

Mohseni Chirine, Réfugiés kurdes en France. Modes de vie et intégration

Stéphane de Tapia
p. 292-295
Référence(s) :

Mohseni, Chirine, Réfugiés kurdes en France. Modes de vie et intégration. – Paris : L’Harmattan, 2002 – 207 p. ISBN : 2-7475-2592-9

Texte intégral

  • 1 Cigerli Sabri, Les réfugiés kurdes d’Irak en Turquie. Gaz, exodes, camps. Paris, L’Harmattan (Compr (...)

1Kurdes d’Irak, suite et… L’ouvrage de Chirine MOHSENI arrive en complément d’une note précédente sur les réfugiés kurdes d’Irak en Turquie (Cigerli, 1998)1. L’auteur, docteur en anthropologie, également kurde d’origine (mais du versant iranien), s’est intéressée à un petit groupe de réfugiés kurdes irakiens justement issus des camps de Turquie, à la suite de la tragédie d’Halabja où des milliers d’habitants avaient été bombardés et gazés par l’aviation irakienne sous les ordres de Saddam Hussein et de son cousin Ali, dit « Ali le chimique » depuis cette date. Si la grande majorité des 80 000 réfugiés a par la suite regagné le territoire irakien (après la première guerre du Golfe), une minorité était depuis lors restée en Turquie tandis que quelques familles et quelques plus rares célibataires étaient, sur l’initiative de l’association France Libertés présidée par Danielle Mitterrand, amenés en France (49 familles et 34 célibataires en août 1989 et 27 familles entre octobre 1990 et avril 1991, soient 543 personnes au total). L’ouvrage est tiré des travaux de doctorat de l’auteur en anthropologie, mais s’appuie aussi sur une pratique sociale d’une quinzaine d’années auprès de populations kurdes de France, originaires de Turquie ou d’Iran, bien plus que d’Irak ou de Syrie. La rencontre entre les familles de ce groupe et l’auteur est d’ailleurs professionnelle puisque Chirine MOHSENI intervient comme interprète à Piriac-sur-Mer, l’un des nombreux sites parmi lesquels ces familles ont été disséminées.

2Après une première partie très classique, rappelant les grandes lignes de l’histoire kurde récente et les événements liés à l’opération militaire Anfal, faisant d’ailleurs référence à l’ouvrage de S. CIGERLI (voir REMI, vol. 19, n° 1, 2003), mais où on apprend l’origine géographique exacte du groupe de réfugiés (région du Bahdînan : villages d’Amadiya, Bamarni, Zakho, Sarsing dans le gouvernorat de Dohuk), on passe au cœur du sujet : modes de vie et intégration en France. Derrière une apparente simplicité du texte (voir les titres de la troisième partie : habitation, alimentation, vêtement ; sous-titres des chapitres : l’aménagement de l’espace privé…, la cuisine et l’alimentation en France, l’exil et les nouvelles pratiques vestimentaires), ce livre pose des questions cruciales sur la définition française de l’intégration et les pratiques qui lui sont liées.

3On y voit des familles kurdes ballottées entre une initiative française généreuse, due en grande part à la personnalité engagée de Danielle Mitterrand pour la cause kurde (mais pas uniquement, les Tibétains font aussi partie des populations défendues), unique en Europe dans sa dimension collective — au moins pour cette population —, et un accueil sur le terrain plutôt froid, parfois bureaucratique, souvent ambigu ! On y voit aussi des populations kurdes vivantes, capables d’autocritique et de résistances, parfois décontenancées par l’accueil réservé, tout en étant redevables aux autorités françaises et aux ONG qui s’occupent des familles et de leur sauvetage, alors que le séjour en Turquie, après les drames vécus en Irak, était pour le moins glacial et difficile. L’ouvrage montre un travail fin d’ethnographie / ethnologie dans un milieu totalement étranger où les « immigrés », de fait des réfugiés admis à titre collectif, ce qui est une situation rare pour l’OFPRA, sont arrivés sans l’avoir expressément désiré. Il s’agit au demeurant d’un cas classique de population réfugiée collectivement dans un pays avec lequel il n’y avait pas de lien préalable, ce qui peut l’apparenter à la majorité des Espagnols de la période 1936-1939 ou à la majorité des Algériens supplétifs de l’armée française à l’indépendance de l’Algérie (Harkis).

4Le livre est organisé en neuf chapitres regroupés en quatre parties. La première, intitulée « Aux origines des réfugiés » rappelle utilement pour le lecteur peu au fait des réalités de la question kurde-irakienne, le cadre de l’exode de 1988, en passant par les camps précaires de Turquie décrits par S. CIGERLI. Cette partie intègre deux chapitres sur la migration kurde vers l’Europe (23-28) et l’histoire générale et récente du Kurdistan irakien (29-44).

5La seconde partie intitulée « l’arrivée et l’installation en France » nous informe des conditions d’accueil au Centre provisoire d’hébergement (CPH) de Piriac-sur-Mer (après un premier contingent de 355 personnes accueillies dans un camp militaire à Bourg-Lastic, autrefois camp de transit pour les familles algériennes de Harkis, ensuite disséminé sur tout le territoire français). Ce CPH est en fait un village de vacances réquisitionné. Cette seconde partie comprend deux chapitres : « l’arrivée à Piriac-sur-Mer » (45-70) et « l’installation dans les villes françaises » (71-90).

6Les troisième et quatrième parties représentent l’étude ethnographique proprement dite : « Habitation, alimentation, vêtement : tradition et adaptation », « le vêtement, révélateur des problèmes d’intégration ». Sous une forme ethnographique classique, l’étude des problèmes d’adaptation et d’insertion d’une population migrante, très largement fragilisée et traumatisée par des années de guerre, une fuite éperdue vers un pays voisin plutôt hostile, montre bien toutes les capacités de négociation mises en jeu, même si l’on comprend vite que le jeu est inégal. Les relations parfois difficiles entre réfugiés et personnels d’accueil (souvent mal formés pour cette tâche), entre membres de la communauté — encore le fait que les réfugiés soient originaires d’une même région kurde leur facilite-t-il à la fois cohésion interne et autodéfense —, mais aussi entre générations — entre les filles et les mères à propos des vêtements — sont parfois étonnantes. L’habillement, l’usage de la langue (en famille, en collectivité, face au personnel d’accueil…) sont autant de signes d’évolutions en grande partie dictées de l’extérieur, et sans contestation possible, ce qui amène parfois conflits et incompréhensions. La dissémination des familles liées par leurs origines et leur destin commun est souvent douloureuse ; l’auteur (p. 62) écrit : Certains Kurdes disaient alors qu’ils regrettaient d’être venus en France. « Nous ne savions pas qu’on allait nous séparer de nouveau, nous croyions que les familles en même temps en France resteraient en France. Dans le camp de Mardin, la vie était très difficile, mais au moins, nous étions ensemble et cela nous donnait du courage ». Ce passage est suivi de quelques critiques, toujours discrètes et adoucies, de ce qui semble bien avoir été cause de frictions entre réfugiés et accueillants, probablement peu (ou mal) préparés pour l’accueil d’un collectif a priori très différent de la « clientèle habituelle » des CPH, constituée d’individus isolés ou de rares familles constituées.

7Cet ouvrage a une qualité particulière, celui du témoignage quotidien, sur une longue période, des efforts faits par les immigrés, en l’occurrence ici des réfugiés, mais la différence dans ce cas n’est pas forcément pertinente, pour s’adapter à un nouveau milieu, une nouvelle langue, une nouvelle alimentation, de nouveaux vêtements et de nouveaux codes et rythmes de vie. L’auteur, dont la tâche, avant de rédiger une thèse d’anthropologie, est d’être une traductrice et une médiatrice, ne prend pas partie, ni pour les familles kurdes, ni pour les autorités françaises. Si la critique est toujours mesurée, elle n’en est pas moins parfois amère : c’est même l’incompréhension d’une mesure comme l’interdiction, émise par le CPH, de porter le costume kurde qui pousse l’auteur à étudier spécifiquement l’usage de l’habillement. De fait, ce livre laisse quelque part des questions en suspens, pour ne pas dire un certain malaise sur lequel il faudra revenir.

8À la lecture de cet ouvrage, et pour avoir lu nombre d’écrits, livres, rapports ou articles, sur la question kurde et la problématique des immigrations kurdes en Europe, il me semble que manquent quelques éclaircissements. Chez de nombreux auteurs écrivant sur l’immigration, le tribalisme kurde est souvent donné comme une donnée de base, mais aucune référence n’est faite, hors territoires peuplés par des Kurdes, à la véritable appartenance des individus à une collectivité sociale (tribu, lignage, confrérie ou tarikat éventuelle) plus que territoriale (village, quartier d’une ville). Quelle que soit la nationalité d’origine (turque, iranienne, irakienne, syrienne ou autre), cette remarque reste trop générale. D’une part, la population peut avoir été détribalisée, aussi bien sous influence extérieure que suite à une évolution sociale endogène, d’autre part, ce tribalisme peut être mythique et ne pas correspondre à la réalité vécue. Or cette appartenance tribale, quitte à la masquer pour des raisons de sécurité pour les enquêtés (par exemple : changements de noms, utilisation d’un code numérique ou alphabétique : « M. X. Y. » de la tribu des « ABC », lignage « 35 »), lorsqu’elle est réelle, est incontournable : elle expliquerait nombre d’alliances, méfiances ou inimitiés, des appartenances identitaires, elles-mêmes particulièrement complexes et mouvantes, liées aux groupes religieux (confréries [tarikat] par exemple, très présentes dans de nombreuses régions du Kurdistan et qui expliquent parfois, plus ou moins, des oppositions, comme entre les tribus Barzanî de Barzan (région d’Erbil) et Zangana de Chamchamal (région de Sulaymaniya), affiliées à deux branches de la confrérie naqshibendî dirigées par des sheykhs rivaux : les Barzanî et les Talabanî. Les chefs de ces mêmes familles sont en même temps des leaders politiques : les Barzanî pour le PDK (Parti Démocrate du Kurdistan), les Talabanî pour l’UPK (Union patriotique du Kurdistan) … toutes affiliations riches de sens et facteurs de forte cohésion groupale. L’auteur (p. 149) nous dit qu’une partie importante des réfugiés appartiennent à une tribu Barwari du Bahdînan, mais que d’autres sont dits kïrmanj (détribalisés) ou appartiennent à d’autres tribus. De même, à la page précédente (p. 148), il est fait mention de tensions entre Bahdnanîs et Soranîs à propos des relations pas toujours faciles entre UPK et PDK en Irak à cette époque. C’est probablement là que le terme de communauté prend une grande partie de son sens (rapports à la généalogie, au lignage, alliances, mariages, solidarités).

9L’impression générale est … dérangeante ; ma critique n’est pas dirigée contre l’auteur qui a très sérieusement et très honnêtement mené un vrai travail d’ethnologue et d’anthropologue face à une population qui la touche et pour qui la sympathie est réelle, mais contre l’absence de questionnement (s’agit-il de prudence de l’auteur, d’une retenue du directeur de thèse ?) face à la pratique presque expérimentale de l’intégration sur un petit groupe captif, devant en quelque sorte son existence aux autorités françaises et à qui on le rappelle discrètement mais fermement. On se demande parfois si la République française n’a pas fait preuve de plus d’efficacité que le régime dictatorial de Saddam Hussein ou la répression des militaires turcs ou iraniens depuis plusieurs décennies ! On se demande aussi si l’accueil des réfugiés, au demeurant très peu nombreux face aux centaines de milliers de personnes accueillies dans des conditions discutables en Turquie et en Iran (1991), n’a pas joué un rôle de laboratoire in vivo pour les organismes en charge de la gestion des réfugiés et des immigrés (OFPRA, FAS). Ces questions sont probablement choquantes, mais on voit, à la lecture de l’ouvrage, le groupe se déstructurer petit à petit, se trouver dispersé aux quatre coins de l’Hexagone, subir une multitude de petites humiliations (langue, vêtement, alimentation, pratique religieuse) …

10Il serait intéressant de mener une enquête chez ces réfugiés insérés en France, maintenant que Saddam Hussein a disparu, que les peshmerga du PDK et de l’UPK tiennent solidement le terrain, sous parapluie américain, et que le gouvernement irakien provisoire compte au moins cinq ministres kurdes. Certains d’entre eux, comme M. et Mme Bamarni (c’est aussi le nom d’un village de la région occupée par l’armée turque en territoire irakien) ont été interviewés par les télévisions françaises au moment de l’intervention américaine dans le nord-est irakien. Je ne me souviens pas les avoir revus depuis, alors que leurs avis seraient de toute évidence encore plus intéressants aujourd’hui.

11Pour conclure, l’ouvrage de Chirine Mohseni est un apport riche à plus d’un titre, d’une part par la description très fine, au jour le jour, des conditions d’insertion d’une population traumatisée accueillie par une démocratie occidentale, de ses difficultés, souffrances et questionnements, mais aussi de toutes ces petites victoires quotidiennes des individus qui leur permettent de retrouver une dignité, un espoir et un avenir, d’autre part par toutes les questions laissées en suspens, probablement par pudeur, aussi bien de l’auteur que des familles, au sujet d’une insertion, ou d’une intégration — les deux termes ne sont pourtant pas interchangeables — qui semble malgré tout se faire à sens unique, sans autre choix que de se fondre dans la population française. C’est bien ce qui et me dérange : après tout les gouvernements irakien, iranien ou turc, certes sous des formes nettement plus coercitives, ne demandent pas autre chose !

Haut de page

Notes

1 Cigerli Sabri, Les réfugiés kurdes d’Irak en Turquie. Gaz, exodes, camps. Paris, L’Harmattan (Comprendre le Moyen-Orient), 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane de Tapia, « Mohseni Chirine, Réfugiés kurdes en France. Modes de vie et intégration »Revue européenne des migrations internationales, vol. 19 - n°3 | 2003, 292-295.

Référence électronique

Stéphane de Tapia, « Mohseni Chirine, Réfugiés kurdes en France. Modes de vie et intégration »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 19 - n°3 | 2003, mis en ligne le 15 septembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/remi/24118 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.24118

Haut de page

Auteur

Stéphane de Tapia

UMR 7043 « Cultures & Sociétés en Europe », CNRS – Université Marc Bloch (Strasbourg)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search