Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 40 - n°1VariaNote de rechercheMise à l’abri, corps et traumatis...

Varia
Note de recherche

Mise à l’abri, corps et traumatisme. Réflexions pour l’évaluation qualitative d’un dispositif de soin en hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile (HUDA)

Shelter, Body and Trauma. About a Qualitative Evaluation of a Care System in Emergency Accommodation for Asylum Seekers (HUDA)
Puesta a salvo, cuerpo y trauma. Sobre la evaluación cualitativa de un dispositivo de tratamiento en alojamientos de emergencia para solicitantes de asilo (HUDA)
Pascale Baligand
p. 157-169

Résumés

Dans le contexte de la « crise des migrants » de 2015, un plan national d’accueil a été mis en œuvre, avec la création d’hébergements d’urgence pour les demandeurs d’asile (HUDA) dans la perspective de leur « mise à l’abri ». Cette note de recherche propose de réfléchir à cette notion de « mise à l’abri » et de s’interroger sur les enjeux relatifs aux modalités d’accueil, de facilitation de l’accès aux soins et d’accompagnement psychologique dans ces lieux fortement contraints par le contexte politique et social. À partir d’un travail exploratoire comprenant des entretiens de groupe avec les intervenants d’une équipe mobile composée d’infirmiers et de psychologues intervenants en HUDA et une revue de la littérature, cette note de recherche met en évidence plusieurs dimensions à prendre en considération en vue de l’évaluation qualitative du dispositif des permanences d’accès aux soins de santé porté par cette équipe soignante.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Évaluation qualitative du dispositif des permanences action santé migrants.

1En 2015, une réforme du droit d’asile a eu lieu face à ce qui a été appelé la « crise des migrants » (Beauchemin et Ichou, 2016 ; Withol de Wenden, 2016). Un plan national d’accueil a été mis en œuvre, qui a notamment conduit à l’ouverture de centres d’hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile (HUDA) en vue de leur « mise à l’abri » (Siffert et al., 2018 : 5). C’est cette entreprise de mise à l’abri et ses enjeux cliniques que nous proposons de questionner à travers cette note de recherche. Les HUDA ont été conçus avec la mission de subvenir aux besoins primaires des personnes hébergées, d’offrir un accompagnement juridique et de favoriser l’accès aux droits, en particulier en matière de santé (Siffert et al., 2018). Dans ce contexte, les associations gérant ces centres ont pu organiser des interventions dédiées en matière de santé, et notamment de santé mentale. Le projet EVAM1 dont il est question dans cette note de recherche a vocation à s’intéresser à l’un de ces dispositifs d’intervention en HUDA, à la demande de l’association francilienne qui l’a mis en place en 2018, pour en questionner les effets et la pertinence pour les bénéficiaires, tout en permettant un retour d’expérience de la part des intervenants. Ce dispositif se caractérise par la venue sur les lieux d’hébergement d’une équipe mobile proposant des permanences d’accès aux soins de santé conçues comme un espace d’écoute ouvert à tous les hébergés, avec ou sans rendez-vous, permettant d’aborder de manière large les questions relatives à la santé, et plus particulièrement à la santé mentale. Ces permanences sont animées conjointement par un infirmier et un psychologue, en présence d’un interprète si cela est nécessaire. Elles ont vocation à permettre un accompagnement sur site ou une orientation vers des structures de soins dédiées aux populations exilées, ou vers des structures de droit commun. Le projet EVAM cherche à mettre en lumière les enjeux présentés par ces interventions en termes d’accès aux soins et de santé mentale pour les personnes hébergées, et les adaptations des pratiques soignantes que ces interventions supposent. Il s’inscrit dans le champ de la psychologie clinique, et plus précisément dans le domaine de l’évaluation qualitative des dispositifs de soin promouvant une évaluation fondée sur une co-construction entre chercheurs et équipes soignantes, et sur l’analyse des processus de changement (Brun et al., 2016). À la suite de la phase exploratoire du projet, incluant une revue de la littérature, le recueil auprès de la direction de l’équipe d’éléments permettant de saisir le contexte de sa création, et la réalisation de trois entretiens de groupe non directifs avec l’équipe soignante (Roussillon, 2009), cette note de recherche vise à rendre compte des premiers éléments de problématisation recueillis. Ces premiers éléments ont permis de dégager différents axes à prendre en compte pour l’évaluation qualitative du dispositif, présentés en dernière partie de la note de recherche.

Entre paradoxes de la « mise à l’abri » et difficultés d’accès aux soins, le cadre d’intervention de l’équipe mobile en HUDA

  • 2 Les personnes dites dublinées sont celles qui sont concernées par la procédure de Dublin, instauran (...)
  • 3 La demande en procédure accélérée peut intervenir dans différentes situations, par exemple si le de (...)

2Dans les HUDA, la possibilité de proposer des interventions en matière de santé et de construire un cadre favorable au soin psychique semble d’emblée contrainte par le contexte dans lequel ces interventions prennent place, dans des lieux dont le soin n’est pas l’objectif premier (Bresson, 2008). Le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile est en effet historiquement marqué par des tendances fortes, encore accentuées depuis 2015, et dont on peut penser qu’elles produisent des distorsions et des discontinuités du cadre des accompagnements proposés (Gerbes et al., 2015). Une première tendance qui a été observée de longue date au sein du dispositif d’accueil des migrants est celle d’une forme de « tri » des migrants (Agier, 2010) qui s’exerce par et avec la procédure administrative (Bigo, 2002), et en lien avec les types de dispositifs d’hébergement proposés. Cette tendance s’est trouvée renforcée par la notion de « mise à l’abri » présidant à la mise en place des HUDA, dont on peut considérer qu’ils constituent une version appauvrie des centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) (Slama, 2018). La mise en place des HUDA a initié différentes évolutions, qui se sont poursuivies en 2018, menant à une restriction plus poussée dans l’accès à l’asile et au développement d’une forme de contrôle policier et d’assignation à résidence des populations inscrites dans la procédure administrative. Le volet juridique de cette réforme a fait prévaloir une lecture du droit d’asile allant dans le sens d’une limitation de l’accès au statut de réfugié, voire d’une restriction dans son extension, avec l’idée qu’il pourrait désormais être retiré et qu’il y aurait des clauses d’exclusion (Ribémont, 2016). Des modalités plus directives de gestion des populations hébergées ont été mises en œuvre, avec une régionalisation de la gestion des centres d’hébergement avec intervention des préfets de région, et une dissémination des centres sur le territoire français pour éviter des effets de concentration des populations (Slama, 2018). Le rôle de l’Office français de l’immigration et l’intégration (Ofii) est devenu central, puisqu’il a été désigné comme « habilité à prendre toutes les décisions relatives à l’admission, la sortie ou le changement de lieu d’hébergement et [coordonnant] les admissions via un traitement automatisé des données » (Ribémont, 2016 : 10), notamment en répartissant les demandeurs selon des critères de vulnérabilité. Ces différentes évolutions, associées à cette notion paradoxale de mise à l’abri, ont conduit essentiellement à exclure du dispositif existant jusque-là, celui des CADA, des personnes considérées comme pas assez vulnérables ou dont les procédures sont moins susceptibles d’aboutir à l’attribution du statut de réfugié (dublinés2, ou personnes en procédure accélérée3). À l’échelle des centres d’hébergement d’urgence eux-mêmes, les personnes morales chargées de la gestion de ces structures sont désormais tenues par le code de l’entrée et du séjour des étrangers « de déclarer à l’Office toute place disponible » (Ribémont, 2016 : 11) et « d’alerter l’autorité administrative compétente en cas d’absence injustifiée et prolongée des personnes qui y ont été orientées pour la durée de la procédure et, en cas de comportement violent ou de manquement grave au règlement du lieu d’hébergement » (Ribémont, 2016 : 11). Ainsi, en amont et en parallèle de la demande à l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) qui est pourtant la seule instance officielle à pouvoir se prononcer sur l’attribution du statut de réfugié, un tri des demandeurs d’asile s’opère qui promeut de fait l’émergence d’un contrôle des personnes hébergées, avec une sorte de double procédure de demande d’asile. Avec l’hébergement d’urgence des migrants tel qu’il est organisé avec ce plan national, on peut ainsi estimer que l’on a affaire à un dispositif spatial au sens où Lussault (1998) l’entend, c’est-à-dire un dispositif mis en œuvre par une agence (l’Ofii et le ministère de l’Intérieur) et où le territoire joue un rôle central avec des effets d’assignation à résidence (Slama, 2020). Les HUDA présentent en tout état de cause le risque de devenir des espaces d’abandon (Vilela, 2008) et de relégation, qui vont mettre à mal tant l’accès aux soins des personnes hébergées que la possibilité d’une reconnaissance des sujets dans leur singularité. Ces différents aspects constituent autant d’enjeux pour les intervenants amenés à travailler auprès des populations hébergées en HUDA, et soulèvent la question de la possibilité de créer un cadre sécure et propice au soin.

3Un des ressorts fondamentaux du travail des psychologues cliniciens concerne en effet la possibilité de construire et de proposer aux patients un cadre favorable à l’expression d’une parole subjective permettant la mise en œuvre d’un traitement psychique et l’effectuation d’un travail d’élaboration (Manzano Garrido et al., 2016). Du côté des infirmiers, la question des modalités de prise en compte des demandes des patients est également essentielle. On note pourtant que la question de l’accueil par des soignants (Chaigneau, 1970) se pose dans un type de lieu si fortement associé à une logique administrative de tri des populations et à une notion de contrôle policier. Les entretiens exploratoires ont montré que l’association d’hébergement, bien qu’ayant vocation à promouvoir le soutien aux personnes précaires, se trouve impactée par des logiques politiques qui la dépassent : les HUDA sont parfois des lieux qui ne relèvent pas de l’hébergement (ancienne caserne, ancienne poste) et qui ont été réhabilités à la hâte. Les besoins spécifiques chez les populations accueillies, notamment en matière de santé mentale, ont pu être pris en compte dans un second temps, en particulier lorsque les travailleurs sociaux ont remarqué que la rédaction des dossiers de demande d’asile était des moments éprouvants pour les personnes hébergées. À l’échelle des parcours individuels, chaque demandeur d’asile est tributaire des évolutions de la procédure administrative le concernant, et appartient à un niveau plus général à une catégorie de situation (Bertaux, 1996) qui détermine de nombreux aspects de son existence (logement, revenu, possibilité de travailler) et l’inclut dans la société d’accueil tout en l’excluant. Ainsi, toute demande de soin formulée en HUDA est prise dans cette procédure et dans ses enjeux, et parfois confondue avec (Boulbil et Wolmark, 2018). Il s’agit alors de voir comment penser le cadre des interventions pour faire émerger des demandes qui relèvent de la vie psychique de la personne et du domaine du soin, et qui puissent s’exprimer sans que la question d’effets réels ou supposés sur l’obtention du statut de réfugié se pose directement. L’intrication de tout soin avec la procédure administrative peut de plus avoir un impact fort sur la temporalité des suivis, sur leur continuité, et sur la possibilité d’établir un lien thérapeutique approfondi. Les entretiens exploratoires ont notamment mis en évidence les aléas liés à l’attente et aux changements de statut des personnes en cours de suivi, qui pouvaient mener à des interruptions. Enfin, il faut souligner que par les effets d’assignation à résidence et du fait de leur appartenance à une catégorie administrative et de situation spécifique, les demandeurs d’asile sont confrontés à des difficultés particulières dans l’accès aux soins (Comède, 2017). Il peut s’agir d’obstacles administratifs ou matériels limitant l’accès aux droits et la possibilité de se rendre dans les lieux de soins. Il peut aussi s’agir d’obstacles liés à la difficulté d’accéder aux soins pour des personnes allophones (Veïsse et al., 2017). De nombreux demandeurs d’asile expriment également avoir été confrontés à des discriminations impactant la relation de soin (Pestre et al., 2016), ou encore à des refus de soin (Médecins du Monde, 2016). Enfin, un autre paramètre peut influer sur le recours aux soins qui concerne pour les soignants la possibilité de travailler avec les représentations culturelles de la maladie (Veïsse et al., 2017 ; Byrow et al., 2020). Ces différents effets liés au dispositif des HUDA, à l’inscription de la population hébergée dans la procédure de demande d’asile et à la spécificité des parcours d’exil doivent être pris en compte par les soignants pour penser leurs interventions, et notamment en matière de cadre psychothérapeutique. Cela d’autant plus que ces difficultés sont susceptibles d’entrer en résonance avec les problématiques psychopathologiques propres aux populations accueillies, et parfois même de les renforcer en exerçant des effets de répétition traumatique.

Les troubles psychiques rencontrés parmi les demandeurs d’asile, et leur possible entrée en résonance avec les caractéristiques du dispositif d’hébergement

4Les HUDA accueillent des populations dont la littérature a montré qu’elles sont susceptibles de présenter des difficultés psychiques spécifiques. La surreprésentation des troubles psychiques parmi les populations migrantes, et plus particulièrement réfugiées, est établie de manière claire par des études quantitatives (Comede, 2017 ; Byrow et al., 2020), en lien avec des parcours d’exil éprouvants et avec les conditions de vie dans les sociétés d’accueil. Chez les demandeurs d’asile, les troubles les plus fréquemment repérés sont le psychotraumatisme, régulièrement associé à l’expression de douleurs somatiques chroniques, ainsi que les troubles anxio-dépressifs (Morina et al., 2018). Concernant les troubles anxio-dépressifs, il s’agit de troubles dans lesquels ce sont les altérations émotionnelles et de l’humeur qui sont au premier plan, avec une prédominance de l’angoisse ou d’épisodes de tristesse. Les entretiens exploratoires ont mis en évidence que ces troubles pouvaient se présenter chez les hébergés sous forme de phobies diverses et d’angoisses liées à différents types de situation (sortir dans la rue notamment), ou encore se manifester par un repli sur soi et une tristesse. Des difficultés d’endormissement et des ruminations pouvaient également être repérées chez de nombreux résidents, parfois corrélées avec des cauchemars en lien avec une problématique de psychotraumatisme. Concernant le psychotraumatisme, on peut le définir comme relevant d’un choc psychique où les capacités du sujet à traiter une situation qui se présente à lui se trouvent débordées, ce qui induit la mise en place de mécanismes visant à faire face à ce débordement (Ferenczi, 2006). Ferenczi évoque notamment des moments où le corps et la psyché se trouvent comme scindés, selon un mécanisme de dissociation psychocorporelle, et où il se produit un clivage du moi visant à protéger le psychisme de l’événement insupportable. La dissociation psychocorporelle se présente sous la forme de vécus où la personne se décrit comme ne sentant plus son corps, ayant l’impression d’en être absente au moment de l’événement traumatisant, ou encore de le vivre comme si elle était une spectatrice extérieure. Les processus précoces qui contribuent à la constitution du soi comme une unité ayant un ancrage dans le corps et une continuité (Winnicott, 1989a et b) peuvent ainsi se trouver mis en cause. Le clivage va quant à lui consister pour le sujet à garder les sensations issues du vécu de l’événement traumatisant hors du psychisme, et à ne pas intégrer leur souvenir aux autres représentations mentales. Cela peut même aller jusqu’à l’impossibilité à produire une représentation mentale de l’événement. C’est donc à la fois le contenu de l’événement, mais aussi les capacités de contenance du psychisme comme lieu de mémoire et de mise en sens des événements (Vilela, 2008) qui se trouvent altérées. Les éléments traumatiques ne pouvant être intégrés vont rester dans le psychisme sous une forme brute, donnant lieu à des vécus corporels et à des comportements spécifiques, selon ce que Tordjamn (2019) a nommé un enkystement sensoriel du trauma. Les difficultés de mentalisation des événements peuvent conduire à une expression de la souffrance des sujets sous forme de distorsions du rapport au corps, où les douleurs somatiques et une sensorialité brute, de l’agitation (Morina et al., 2018) ou des mouvements d’errance peuvent constituer autant de manifestations d’une tentative de survie psychique (Jan, 2018). Les douleurs chroniques des personnes ayant connu la migration sont ainsi significativement supérieures à celles dans la population générale (Kellner et al., 2013) et l’importance de ces douleurs est corrélée à la gravité des signes de psychotraumatisme (Teodorescu et al., 2015 ; Fishbain et al., 2017). Cela donne à penser que dans le psychotraumatisme, du fait de la dissociation psychocorporelle, la souffrance est avant tout montrée et exposée sur un registre sensoriel et corporel avant de pouvoir être parlée. Pour reprendre les mots de Vilela (2008 : 105), dans un tel contexte, « seule l’affirmation des corps concrets et vulnérables peut dire une souffrance qui ne se communique pas, mais s’expose ». Les entretiens exploratoires avec l’équipe ont ainsi pu faire état d’aléas dans la rencontre avec les patients, en lien avec cette instabilité et ces mouvements d’expression de la souffrance sur un registre corporel et comportemental. Certains résidents ne parvenaient pas à venir au rendez-vous à l’heure indiquée, tout en restant toute la journée dans le hall du bâtiment et en s’approchant du bureau de l’équipe soignante. Lors des séances, une agitation très forte pouvait survenir chez un résident, au point qu’il était impossible de poursuivre l’entretien. À l’inverse, la prostration et les silences semblaient quant à eux traduire la difficulté à mettre des mots sur certains vécus. La mention de douleurs physiques, et notamment de maux de tête, a également été mise en évidence comme un motif fréquent de consultation. On sait par ailleurs que cette dissociation psychocorporelle péritraumatique peut prendre une tonalité particulière dans le cas de traumatismes extrêmes où c’est le lien social et la confiance en autrui qui ont été attaqués, ou lorsque l’espoir d’être secouru a été mis à mal (Waintrater, 2003), posant la question de la confiance dans le lien thérapeutique. Si l’on considère ces difficultés psychiques particulières, il s’agit de voir comment l’équipe soignante parvient à les prendre en considération dans le contexte de l’hébergement en HUDA et de la mise en œuvre d’un dispositif de soin voire de psychothérapie dans ces lieux.

5La littérature tend en effet à souligner que les difficultés psychiques auxquelles font face les demandeurs d’asile sont accentuées par la précarité du contexte d’hébergement (Comede, 2017 ; Rometsch-Ogioun El Sount et al., 2019). Des effets de résonance peuvent se produire entre les violences vécues lors du parcours d’exil et les difficultés du parcours dans le pays d’accueil. La mise à l’abri paradoxale produite par les hébergements d’urgence est susceptible d’influer sur les troubles psychiques des personnes hébergées en convoquant de nouveau une dimension de surexposition des corps (Vilela, 2008) et d’atteinte de l’intimité (Baligand, 2013) qui a prévalu dans les violences qui ont précédé l’exil ou qui ont jalonné le parcours migratoire. Les signes à expression somatique sous forme de douleur, d’agitation, de repli ou d’errance, mais aussi les risques d’isolement que rencontrent les demandeurs d’asile, peuvent ainsi être à traiter en tant que signes de troubles psychiques, mais aussi comme tentative de réinscription dans un lien social contraint, où la dimension institutionnelle doit être mise au travail. La question de ce qui est accueilli à travers les symptômes corporels se pose donc pleinement. De plus, les difficultés psychiques, et notamment leur composante anxieuse, apparaissaient comme majorées par la situation d’attente dans laquelle se trouvent les demandeurs d’asile relativement à l’issue de la procédure administrative les concernant, qui est une situation habituellement repérée dans la littérature comme fortement anxiogène dans un contexte de marginalisation sociale (Kobelinsky, 2010). Ainsi, si le dispositif spatial des HUDA risque de mettre à l’abri les demandeurs d’asile de manière paradoxale dans la continuité des politiques migratoires dissuasives déjà évoquées et de réitérer des vécus traumatiques, un travail de mise à l’abri d’un autre type peut être à envisager par les soignants auprès des personnes traumatisées, travail de contenance et d’élaboration, en partant notamment des symptômes corporels. Il s’agit alors de voir comment l’équipe qui a participé à l’étude peut se positionner face à ces enjeux, et quels en ont été les effets.

Adapter le cadre et les pratiques cliniques

6Des modalités de travail spécifiques ont été mises en place par l’équipe comme autant de propositions pour prendre en compte ces particularités du cadre d’intervention et des populations rencontrées. Ces propositions peuvent être considérées comme des tentatives d’adaptation du cadre et des pratiques cliniques, que le projet EVAM aura pour but d’analyser en évaluant leur pertinence et leurs effets. C’est tout d’abord le caractère mobile de l’équipe et le parti pris porté par ses membres de se déplacer en direction des différents centres d’hébergement qui seront interrogés, ainsi que la manière dont cette caractéristique a pu s’articuler avec le dispositif spécifique des HUDA. Inspirée de la clinique de la précarité (Furtos, 2008), la démarche d’aller-vers a pu sembler une manière de contrer les effets de l’assignation à résidence et de faciliter l’accès aux soins pour les hébergés. La démarche d’allers-vers permet en effet aux équipes mobiles de jouer un rôle de prévention par un travail de proximité au plus près des objets et des situations de la vie quotidienne (Auffret, 2016 ; Mercuel, 2018). Il s’agira de voir comment cette démarche s’est concrètement organisée, et quels peuvent en être les bénéfices, mais également les limites en termes de continuité des soins et de travail institutionnel et de réseau (Sempé et Siffert, 2022). Cette démarche d’aller-vers a également été associée à un recours systématique à l’interprétariat, en présentiel ou par téléphone, afin de permettre une traduction linguistique, mais parfois également une médiation relative aux représentations concernant la santé et la santé mentale (Byrow et al., 2020). Si les effets sur la santé des multiples vulnérabilités et précarités auxquelles les demandeurs d’asile sont confrontés sont bien documentés (Comede, 2017), leur vécu quant à la question du soin et de la santé, et les leviers pour lutter contre les difficultés qu’ils rencontrent méritent des travaux plus nombreux et plus approfondis (Gerbes, 2015). De plus, si les préconisations de l’Organisation mondiale de la santé et la littérature scientifique établissent qu’il est souhaitable d’inclure au mieux et au plus tôt les demandeurs d’asile dans les services de santé de droit commun, les modalités de cette inclusion, et les pratiques professionnelles permettant de faire lien entre ces populations éloignées du soin et les institutions de droit commun sont à enrichir et préciser (Bresson, 2008). Comme le souligne Jan (2018), le clinicien qui travaille avec des demandeurs d’asile est appelé à exercer une clinique du care préalable à celle du cure afin de participer « à l’effort d’étayage [des patients] dans leur arrivée […] » (ibid. : 102). Une analyse fine des récits des parcours de soins des personnes hébergées et l’évocation des pratiques liées à l’aller-vers dans le cadre des focus groups avec l’équipe semble ici susceptible de mettre en évidence des étapes particulièrement critiques dans les parcours des demandeurs d’asile (Duchet, 2018), les points d’achoppement dans l’accès ou le recours au soin, mais aussi les modalités d’organisation du dispositif permettant un accueil perçu comme ouvert par les personnes hébergées, et comme faisant sens pour leurs pratiques professionnelles respectives pour les intervenants.

7La question de l’enchevêtrement des suivis avec la procédure administrative, ainsi que la question de la confiance dans le lien sont également des éléments fondamentaux qui sont ressortis de la phase exploratoire, semblant régir à la fois le cadre et la temporalité des suivis. Ainsi, les enjeux psychiques liés aux différentes étapes de la procédure (rédaction du récit pour l’Ofpra notamment) et les effets anxiogènes de l’attente seront à analyser, tant du côté des personnes hébergées que du côté de leur prise en compte par les soignants. Ces enjeux ont donné lieu à des propositions d’aménagement de la technique thérapeutique à l’attention des psychologues cliniciens de la part de différents auteurs, allant dans le sens d’un renoncement à la neutralité bienveillante habituellement utilisée (Jan, 2018), pour se positionner par rapport aux violences subies en lien avec la migration et aux difficultés actuelles dont les patients vont faire état. On peut penser en matière de psychothérapie à la technique active de Ferenczi (1994), où encore à la position soutenue par Jan (2018 : 101) où le psychologue clinicien se positionnerait dans une logique de « fraternité bienveillante », à titre personnel et institutionnel, en reconnaissant que le sujet est en état de choc et en proposant des mots afin de le soutenir, tout en respectant ses éventuels silences (ibid.). Il s’agira alors de voir comment l’équipe soignante, et particulièrement les psychologues, s’est approprié ce type de propositions et de voir comment les personnes hébergées ont perçu le lien qui s’est établi avec les soignants. On pourra mettre en évidence les ressorts qui ont pu aboutir à un sentiment de contenance ou d’un accueil humain, en particulier à certains moments critiques de la procédure administrative. La perception de cette intrication entre écoute d’une vérité subjective ou de problématiques somatiques relevant du soin et positionnement dans la réalité pourra être questionnée chez les soignants de l’équipe. Au niveau du travail clinique et de la technique lors des séances elles-mêmes, il s’agira de voir quelles sont les manifestations de cette non-neutralité, et ce qui a pu soutenir les soignants dans leur réflexion. Il ressort également de la phase exploratoire que la possibilité d’entendre la colère et l’agressivité qui peuvent s’exprimer et l’accueil de moments d’agitation sont un point important du travail psychothérapeutique. Le travail de la colère, qui intervient dans la résonance avec le parcours migratoire et la violence du parcours de demande d’asile, paraît en effet essentiel pour favoriser les liens avec l’environnement, et en particulier les équipes des centres d’hébergement, et pour soutenir le sujet dans une réappropriation de sa dignité (Wolmark, 2017).

8Enfin, c’est la question de l’attention à la dimension corporelle dans les accompagnements qui semble pertinente à analyser, au regard du choix effectué par les soignants d’intervenir en binôme infirmier/psychologue. Comme voie de monstration spécifique des difficultés psychiques, le registre corporel est une composante fondamentale du travail sur le psychotraumatisme. Il se trouve parallèlement au cœur des questions d’accès aux soins de santé chez les demandeurs d’asile. Le dispositif de l’équipe, porté par ce fonctionnement en binôme entre psychologues et infirmiers, apparaît comme proposant un format original d’intervention à cet égard. Il s’agira d’une part de voir comment cette écoute bifocale a permis d’étayer et d’accompagner les personnes dans leurs démarches d’accès aux soins de santé vers des praticiens ou des institutions de droit commun, comment la répartition des rôles entre psychologues cliniciens et infirmiers s’est effectuée et a été perçue par les personnes hébergées. L’enjeu sera aussi de voir selon quelles modalités s’est effectuée la prise en compte du corps et selon quels registres. Ce sont ici les caractéristiques de malléabilité (Roussillon, 2001) du dispositif proposant ce double accueil infirmier/psychologue qui seront analysées en matière de soutien à la symbolisation du traumatisme (Roussillon, 2012) et d’accueil du sujet « dans sa sensorialité et sa corporalité comme temps inaugural essentiel du processus thérapeutique » (Tordjman, 2019 : 289). On verra ainsi comment les soignants pensent une temporalité de l’accueil en hébergements d’urgence où il serait possible de s’adapter au moment du parcours du patient auquel s’effectue la rencontre clinique pour respecter au mieux sa temporalité subjective (ibid., 2019). Nous verrons aussi comment les manifestations d’errance, d’agitation, de repli dans le rapport à l’habitat, mais aussi les éventuelles séquelles physiques et les plaintes somatiques sans séquelles physiques ont pu être accueillies par les soignants dans une éventuelle synergie ou complémentarité des rôles entre psychologues cliniciens et infirmiers. L’enjeu est ici que le corps, ses modalités d’être et les demandes le concernant, aient pu être entendus dans le cadre de l’inscription temporelle des événements traumatiques, et éventuellement traités comme porteurs de réminiscences (Der Antonian, 2018). La proposition d’un accompagnement en binôme entre infirmier et psychologue pourrait avoir à cet égard une portée clinique plus générale pour les cas de psychotraumatisme, allant au-delà de la population des demandeurs d’asile, et réinterrogeant la dimension des liens entre psyché et soma (Winnicott, 1989b) dans cette psychopathologie (Van der Kolk, 2018).

Conclusion

9À l’issue de ce travail exploratoire et de cadrage, il apparaît que l’intervention clinique auprès de demandeurs d’asile en HUDA présente des particularités, tant au niveau de l’impact du contexte d’hébergement qu’au niveau du type de problématiques cliniques susceptibles d’émerger chez les personnes rencontrées. Cela sollicite chez les intervenants un engagement actif (Fassin et Rechtman, 2007) et des capacités créatives, qui se retrouvent également au niveau des dispositifs de soin (Saglio-Yatzimirsky et Wolmark, 2018). Une étude approfondie des propositions mises en œuvre par l’équipe participant au projet EVAM permettra d’explorer la pertinence et les effets d’un exemple de tentative de créativité soignante en HUDA, en mettant en question le travail d’aller-vers, de technique active, et d’appréhension de l’articulation psyché-soma dans les suivis à travers l’écoute bifocale. La phase exploratoire du projet restituée à travers cette note de recherche a permis d’orienter l’opérationnalisation méthodologique du projet vers la réalisation d’entretiens approfondis avec les demandeurs d’asile afin d’accéder à des récits de parcours de soin et à l’expression de leur vécu au sein de ce parcours, et vers la tenue de focus groups thématiques avec les soignants pour leur permettre d’exprimer toute la richesse de leur pratique et de leurs questionnements.

Haut de page

Bibliographie

Agier Michel (2010) Managing the Undesirables. Refugee Camps and Humanitarian Government, Cambridge, Polity Press.

Auffret Marianne (2016) Le cadre de l’équipe mobile : espaces paradoxaux, in Alice Casagrande Dir., Éthique et management du soin et de l’accompagnement, Paris, Dunod, pp. 163-196.

Baligand Pascale (2013) La demande d’asile : l’attente du lieu d’un lien social ?, Topique, 1 (122), pp. 61-70.

Beauchemin Cris et Ichou Mathieu (Dirs.) (2016) Au-delà de la crise des migrants : décentrer le regard, Paris, Karthala.

Bertaux Daniel (1996) Les récits de vie, Paris, Nathan.

Bigo Didier (2002) Security and Immigration: Toward a Critique of the Governmentality of Unease, Alternatives: Global, Local, Political, 27 (1), pp. 63-92.

Boulbil Elodie et Wolmark Laure (2018) Vulnérabilité, soin et accueil des demandeurs d’asile, La Revue des droits de l’homme, 13, [en ligne] consulté le 10/12/2020. DOI : https://doi.org/10.4000/revdh.3502

Bresson Maryse (2008) Les paradoxes des politiques et pratiques professionnelles à la frontière de la précarité et de la santé mentale, in Christophe Niewiadomski et Pierre Aïach Dirs., Lutter contre les inégalités sociales de santé : Politiques publiques et pratiques professionnelles, Rennes, Presses de l’EHESP, pp. 253-270.

Brun Anne, Roussillon René et Attigui Patricia (2016) Évaluation clinique des psychothérapies psychanalytiques : Dispositifs individuels, groupaux et institutionnels, Paris, Dunod.

Byrow Yulisha, Pajak Rosanna, Specker Philippa and Nickerson Angela (2020) Perceptions of mental health and perceived barriers to mental health help-seeking amongst refugees: A systematic review, Clinical Psychology Review, 75, [online]. DOI: https://doi.org/10.1016/j.cpr.2019.101812

Chaigneau Hélène (1970) Psychanalyse et psychothérapie institutionnelle, L’Information psychiatrique, 46 (8), pp. 763-773.

Comité pour la Santé des exilés (2017) La santé des exilés. Rapport d’observation et d’activité 2017, [en ligne]. URL : https://www.comede.org/wp-content/uploads/2017/12/Rapport-Comede-2017-brochure.pdf

Der Antonian Pamela (2018) Le corps traumatisé, Mémoires, 2 (73), pp. 16-17.

Duchet Clara (2018) Cliniques du traumatisme. Du collectif au singulier, les trois temps du soin, Paris, Dunod.

Fassin Didier et Rechtman Richard (2007) L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.

Ferenczi Sandor (2006 [1934]) Le Traumatisme, Paris, Payot.

Ferenczi Sandor (1994 [1928]) The elasticity of psycho-analytic technique, in Sandor Ferenczi, Final Contributions to the Problems and Methods of Psycho-Analysis, Londres, Karnac, pp. 87-101.

Fishbain David A., Pulikal Aditya, Lewis John E. and Gao Jinrun (2017) Chronic Pain Types Differ in Their Reported Prevalence of Post-Traumatic Stress Disorder (PTSD) and There Is Consistent Evidence That Chronic Pain Is Associated with PTSD: An Evidence-Based Structured Systematic Review, Pain Medicine, 18 (4), pp. 711-735.

Furtos Jean (2008) Les cliniques de la précarité. Contexte social, psychopathologie et dispositifs, Issy-les-Moulineaux, Elsevier Masson.

Gerbes Anna, Leroy Hélène, Leferrand Philippe, Michel Didier, Jarno Pascal et Chapplain Jean-Marc (2015) Mieux repérer la souffrance psychique des patients migrants primo-arrivants en consultation de médecine générale et limiter les ruptures de suivis psychiatriques, L’information psychiatrique, 3 (91), pp. 243-254.

Jan Olivier (2018) Silence, dynamiques de survie et engagement du travail psychothérapeutique du traumatisme psychique grave dans l’exemple de patients en demande d’asile, Connexions, 1 (109), pp. 101-112.

Kellner Ulla, Halder Christine, Litschi Martin and Sprott Haiko (2013) Pain and psychological health status in chronic pain patients with migration background: the Zurich study, Clin Rheumatol, 32 (2), pp. 189-197.

Kobelinsky Carolina (2010) Les limites de l’hospitalité. Accueil et dépendance des demandeurs d’asile, in Didier Fassin Dir., Les Nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte, pp. 385-402.

Lussault Michel (1998) L’instrument sanitaire. Rôles et valeurs de la santé publique dans les politiques territoriales tourangelles, in Didier Fassin Éd., Les figures urbaines de la santé publique : enquête sur des expériences locales, Paris, La Découverte, pp. 174-202.

Manzano Garrido Juan Jesús, Palacio Espasa Francisco et Abella Adela (2016) Chapitre I -Le cadre psychanalytique (setting), in Juna Jesus Manzano Garrido, Fransisco Palacio Espasa et Adela Abella Éds., Précis de technique psychanalytique avec son application à la psychothérapie, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 3-11.

Médecins du Monde (2016) L’accès aux soins des personnes confrontées à de multiples facteurs de vulnérabilité en santé dans 31 villes de 12 pays, Rapport de l’Observatoire 2016, Paris, [en ligne]. URL : https://www.infomie.net/IMG/pdf/rapport_de_l_observatoire_2016_1_.pdf

Mercuel Alain (2018) « Aller vers… » en psychiatrie et précarité : l’opposé du « voir venir… » !, Rhizome, 2 (68), pp. 3-4.

Morina Naser, Kuenburg Alexa, Schnyder Ulrich, Bryant Ricard A., Nickerson Angela and Schick Matthis (2018) The Association of Post-traumatic and Postmigration Stress with Pain and Other Somatic Symptoms: An Explorative Analysis in Traumatized Refugees and Asylum Seekers, Pain Med, 19 (1), pp. 50-59.

Pestre Élise, Baligand Pascale et Wolmark Laure (2016) Ségrégations à l’hôpital. De quelques figures de l’étranger dans la relation de soin, Cliniques méditerranéennes, 2 (94), pp. 51-68.

Ribémont Thomas (2016) Sous conditions et sous contraintes : l’hébergement des demandeurs d’asile en France : Retour sur la loi du 29 juillet 2015, Sens-Dessous, 1 (17), pp. 5-14.

Rometsch-Ogioun El Sount Caroline, Windthorst Petra, Denkinger Jana Katharina, Ziser Katrin, Nikendei Christoph, Kindermann David, Ringwald Johanna, Renner Viola, Zipfel Stephan and Junne Florian Philipp (2019) Chronic pain in refugees with posttraumatic stress disorder (PTSD): A systematic review on patients’ characteristics and specific interventions, Journal of Psychosomatic Research, 118, pp. 83-97.

Roussillon René (2012) Agonie, clivage et symbolisation, Paris, Presses Universitaires de France.

Roussillon René (2009) L’associativité, Libres cahiers pour la psychanalyse, 2 (20), pp. 19-35.

Roussillon René (2001) L’objet « médium malléable » et la conscience de soi, L’Autre, 2 (2), pp. 241-254.

Saglio-Yatzimirsky Marie-Caroline et Wolmark Laure (2018) Santé mentale des exilés en France : entre impuissance et créativité, Revue Européenne des Migrations Internationales, 34 (2-3), pp.21-27.

Sempé Mathilde et Siffert Isabelle (2022) Les professionnels du médico-social en déplacement : enjeux de disponibilité et de construction partenariale à partir de deux équipes mobiles régionales, Revue française des affaires sociales, 2, pp. 147-169.

Siffert Isabelle, Cordone Aude, Réginal Mégane et Le Méner Erwan (2018) L’accès aux soins des « migrants » en Île-de-France. Une enquête auprès des centres d’hébergement d’urgence migrants en Île-de-France, au printemps 2017, Observatoire du Samu Social de Paris, [en ligne]. URL : https://www.samusocial.paris/sites/default/files/2022-09/santemigrantsrapportarsiledefrance.pdf

Slama Serge (2020) Dispositifs d’hébergement : la grande centrifugeuse étatique des demandeurs d’asile, Revue Européenne des Migrations Internationales, 36 (2-3), pp. 255-267.

Slama Serge (2018) De la défaillance systémique à la « policiarisation » des conditions d’accueil des demandeurs d’asile en France, La Revue des droits de l’homme, 14, [en ligne] consulté le 27/07/2021. DOI : https://doi.org/10.4000/revdh.4238

Teodorescu Dinu-Stefan, Heir Trond, Siqveland Johan, Hauff Edvard, Wentzel-Larsen Tore and Lien Lars (2015) Chronic pain in multi-traumatized outpatients with a refugee background resettled in Norway: a cross-sectional study, BMC Psycholy, 3 (7), pp. 1-12.

Tordjman Sylvie (2019) Du temps figé du trauma au temps de la mobilisation psychique, Perspectives Psy, 58 (4), pp. 287-292.

Van der Kolk Bessel (2018) Le corps n’oublie rien, Paris, Albin Michel.

Veïsse Arnaud, Wolmark Laure, Revault Pascal, Giacopelli Maud, Bamberger Muriel et Zlatanova Zornita (2017) Violence, vulnérabilité sociale et troubles psychiques chez les migrants/exilés, Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 19-20, pp. 405-414.

Vilela Eugénia (2008) Dans le silence d’un corps. Déplacement et témoignage, Lignes, 2 (26), pp. 100-119.

Waintrater Régine (2003) Sortir du génocide. Témoigner pour réapprendre à vivre, Paris, Payot.

Wihtol de Wenden Catherine (2016) Migrations, une nouvelle donne, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Winnicott Donald Woods (1989a) Le développement affectif primaire, in Donald Woods Winnicott, De la pédiatrie à la psychanalyse, Paris, Payot, pp. 33-47.

Winnicott Donald Woods (1989b) L’esprit et ses rapports avec le psyché-soma, in Donald Woods Winnicott, De la pédiatrie à la psychanalyse, Paris, Payot, pp. 66-79.

Wolmark Laure (2017) Dépossessions, actes et paroles dans la clinique de l’exil, Rhizome, 1 (63), pp. 14-20.

Haut de page

Notes

1 Évaluation qualitative du dispositif des permanences action santé migrants.

2 Les personnes dites dublinées sont celles qui sont concernées par la procédure de Dublin, instaurant le fait de devoir demander l’asile dans le premier pays européen où la personne est arrivée.

3 La demande en procédure accélérée peut intervenir dans différentes situations, par exemple si le demandeur provient d’un pays considéré comme sûr ou encore s’il refuse l’enregistrement de ses empreintes digitales ou s’il n’a pas déposé sa demande dans le délai de quatre-vingt-dix jours après son arrivée en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Baligand, « Mise à l’abri, corps et traumatisme. Réflexions pour l’évaluation qualitative d’un dispositif de soin en hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile (HUDA) »Revue européenne des migrations internationales, vol. 40 - n°1 | 2024, 157-169.

Référence électronique

Pascale Baligand, « Mise à l’abri, corps et traumatisme. Réflexions pour l’évaluation qualitative d’un dispositif de soin en hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile (HUDA) »Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 40 - n°1 | 2024, mis en ligne le 15 mars 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/remi/25604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remi.25604

Haut de page

Auteur

Pascale Baligand

Psychologue clinicienne, maîtresse de conférences, Université Paris Cité, INSERM, ECEVE, Paris, France ; pascale.baligand[at]u-paris.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search