Navigation – Plan du site
Varia

Les Étatsuniens de Mérida, Mexique : mobilité ou migration ?

Americans in Mérida, Mexico: Mobility or Migration?
Los estadounidenses en México: movilidad o migración?
Ève Bantman-Masum
p. 119-138

Résumés

Souvent décrite comme l’expression d’un privilège, la mobilité des citoyens étatsuniens installés au Mexique peut être appréhendée comme une variante de la migration économique. Les données empiriques recueillies lors de notre enquête menée, à Mérida, entre 2011 et 2013 suggèrent que le choix de la mobilité résidentielle vers le Mexique est motivé par des considérations économiques, notamment la recherche d’un meilleur niveau de vie et le désir d’enrichissement personnel. Des facteurs structurels – précarisation des conditions de travail et fragilisation des classes moyennes aux États-Unis – expliquent le développement, dans cette ville, d’un entrepreneuriat ethnique dynamique, du travail à distance, et de la spéculation immobilière. Tant par leurs niveaux de revenus que par leurs pratiques professionnelles (parfois à la limite de la légalité), l’expérience de ces Américains au Mexique invalide la thèse d’une mobilité privilégiée. Les efforts déployés pour accroître leurs revenus et accéder à un niveau de vie supérieur, les inégalités de ressources, l’incapacité des plus pauvres à sécuriser leur statut migratoire et maîtriser leur migration tendent à rapprocher l’expérience de ces étrangers à celles des migrants économiques classiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parallèlement au flux migratoire partant de l’Amérique latine pour rejoindre les États-Unis se dessine un nouveau flux, comparativement méconnu, celui des citoyens des pays du Nord, géographique et économique, vers le Sud. Pour Nancy Green (2009), il s’agirait d’une forme contemporaine d’expatriation, pratiquée par des privilégiés mettant à profit les asymétries structurelles entre Nord et Sud (Croucher, 2012). La mobilité Nord-Sud s’inscrit également dans la continuité d’autres formes de mobilités – tourisme résidentiel (Hiernaux, 2005) et migration temporaire (Bell and Ward, 2000). Les analyses existantes ont relevé que cette population migrante est majoritairement composée de retraités (Pihet et Viriot, 2009), et qu’elle contribue à la croissance et à la gentrification de nombreuses villes du Sud, notamment au Mexique (Bloom 2006 ; Croucher 2009). Les spécialistes de la « migration d’agréments » (Nils et al., 2012), aussi appelée « Lifestyle Migration » (Benson et O’Reilly, 2009), insistent sur la recherche d’une existence agréable ou d’un niveau de vie supérieur, mais évoquent plus rarement les trajectoires économiques des acteurs.

2Or, de récents travaux ont clairement établi que ce flux migratoire peut être entendu comme une forme de migration économique (Huete et al. 2013 ; Hayes 2015). Partant d’une même perspective critique, la présente étude interroge la notion d’une mobilité privilégiée, liée à la quête d’un style de vie tourné vers les loisirs, en décrivant les stratégies d’enrichissement (par le travail, la spéculation immobilière, ou la création d’entreprises) les plus répandues au sein d’une communauté d’Étatsuniens résidant à Mérida, capitale de l’État du Yucatán. Ce travail s’appuie sur une enquête ethnographique menée en 2011 et 2012, dans la ville de Mérida, pôle de migration et destination touristique depuis la fin du XIXe siècle supplantée, à partir des années 1970, par Cancún (État du Quintana Roo) qui s’impose à l’échelle régionale en terme de développement touristique et de nombre de migrants étrangers. Actuellement, les Étatsuniens habitant la péninsule du Yucatán (États du Yucatán, Quintana Roo et Campeche) ont investi des stations balnéaires comme Cancún ou Playa del Carmen, et des villes coloniales telles Campeche ou Mérida. À l’échelle du pays, la migration d’Étasuniens vers Mérida est à rapprocher de celles touchant des villes coloniales (San Miguel de Allende), ou les villes moyennes (Mazatlan), les abords de sites touristiques (Ajijic), ou encore dans des pôles migratoires secondaires (Mexico City et Guadalajara).

  • 1 Données consultées, le 31 mars 2015, sur le site de l’INEGI. URL : http://www3.inegi.org.mx/sistema (...)
  • 2 Malgré la difficulté à estimer les populations expatriées (Dumont et Lemaitre, 2005), la population (...)

3Lors du recensement de 2010, l’Instituto Nacional de Estadistica Geografica e Informatica (INEGI) comptait 6 951 résidents étrangers dans l’État du Yucatán pour 1,95 million d’habitants (dont 830 732 dans le municipe de Mérida). Parallèlement, l’Institut National de Migration dénombre 59 996 citoyens des États-Unis résidant au Mexique pour une population totale de 112,3 millions de personnes1. Ces chiffres sous-estiment considérablement l’importance du flux migratoire qui nous intéresse, en partie car les migrants eux-mêmes sont, pour des raisons idéologiques, politiques et économiques, hostiles au recensement (Bantman-Masum, 2013). À Merida, nos informateurs évoquaient systématiquement des chiffres supérieurs, allant de 2000 Étasuniens détenteurs de titre de séjour en règle à plus d’une dizaine de milliers d’individus quand ils incluaient visiteurs saisonniers et détenteurs de résidence secondaire2. Ces chiffres, et les données empiriques présentées ici, ont été recueillis par observation participante, puis ils ont été complétés par des entretiens semi-directifs avec soixante-neuf informateurs, et lors de discussions informelles. Les résultats ont été croisés avec les informations disponibles sur Internet : consultations, interviews et témoignages publiés sur des sites commerciaux ou des sites pour expatriés, dizaines de blogs en ligne entre 2012 et 2015. Pour le présent article, nous n’avons retenu que les données pertinentes relatives aux migrants originaires des États-Unis ou ayant résidé aux États-Unis avant de se relocaliser au Mexique, soit un total de soixante-treize migrants.

  • 3 L’expression gringo est utilisée par nos informateurs étasuniens quand ils se décrivent au Mexique. (...)
  • 4 Citons également parmi les rares auteurs mexicains travaillant sur la question Monica Palma (spécia (...)

4Loin de vivre un style de vie axé sur le plaisir et l’oisiveté, la majorité des résidents gringos3 de Mérida œuvrent en permanence à s’enrichir, précisément pour accéder à un niveau de vie supérieur. Même si nos informateurs ne se perçoivent pas comme des migrants, même s’ils sont originaires de pays développés, même s’ils sont mobiles, ces étrangers au Mexique n’en demeurent pas moins des immigrés. Leurs trajectoires migratoires et les pratiques observées sur le terrain s’expliquent par l’existence de contraintes économiques spécifiques, tant dans le pays de départ que dans celui d’arrivée. Vu le faible nombre de travaux s’intéressant à l’économie de cette migration (Lizarraga 20124, Akerlund 2013, Von Borloos 2013, Huete et al. 2013, Bantman-Masum 2013 et 2015, Hayes 2015), notre étude débutera par une description minutieuse des pratiques observées sur le terrain avant de proposer des pistes de théorisation. Nous décrirons, tout d’abord, avec précision les pratiques professionnelles de ces migrants nord-américains, ainsi que les multiples manières par lesquelles ils tentent d’accroître leurs revenus une fois installés au Mexique. Nous aborderons alors, les contraintes bureaucratiques (visas, permis de travail, codes professionnels) qu’ils rencontrent dans leur pays d’accueil. Nous insisterons, ensuite, sur le développement d’un entrepreneuriat immigré, voire ethnique, qui renvoie tant à la nationalité des clients, employés et créateurs d’entreprises qu’à leurs réseaux ou types de commerce (Pécoud, 2012 : 6-7). Nous montrerons qu’à bien des égards, les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTICs) ont facilité l’essor de cette mobilité. Nous décrirons les formes locales d’entrepreneuriat, les secteurs d’activité des migrants et l’importance du marketing visant à promouvoir l’immobilier à Mérida et développer son image de marque qui signalent la présence de véritables entrepreneurs de migration (Eimerman et al. 2015 ; Bantman-Masum 2015), notamment d’agents immobiliers dont nous montrerons l’influence et l’incidence à l’échelle locale. Car la pratique généralisée du télétravail, l’existence d’un secteur informel, la présence de retraités et d’anciens chômeurs permettent d’envisager la migration Nord-Sud comme une conséquence des transformations structurelles de l’économie de l’Amérique du Nord.

Des résidents qui travaillent

5Loin d’être oisifs, les gringos de Mérida participent à un marché du travail internationalisé. Nous observons une grande diversité d’activités et de statuts, différents degrés de réussite, différents niveaux de revenus, qui traduisent une capacité variable d’insertion dans le marché du travail nord-américain. Ce panorama rapide de la situation professionnelle de notre échantillon d’Étasuniens résidant à Mérida montrera qu’il s’agit d’une population composée majoritairement d’actifs – entrepreneurs ou salariés, voire les deux – qui réussissent à des degrés variables au Mexique. Avatars du Premier Monde des migrants connectés de Dana Diminescu, ils ont souvent opéré une reconversion professionnelle en devenant mobiles, ou ont adapté leur(s) activité(s) pour pouvoir le devenir. Faute d’avoir réussi cette reconversion et de s’être adaptés au Mexique, certains participent à l’économie informelle.

Chefs d’entreprise au Mexique

6De nombreux gringos sont des chefs d’entreprises qui utilisent Internet pour faire la promotion de leurs entreprises (trente-trois individus dans notre échantillon de soixante-treize migrants). En 2012, leurs commerces de biens et de services visaient prioritairement une clientèle étrangère composée d’expatriés et de touristes : les textes promotionnels étaient rédigés en anglais (et non traduits en espagnol) et les prix pratiqués étaient comparativement plus élevés. L’offre en ligne se concentrait autour de sites d’information à destination de touristes ou d’expatriés, dans les domaines de l’hôtellerie, l’assistance aux expatriés l’immobilier, l’enseignement des langues, les services touristiques, le sport et le bien-être. Cette palette d’activités commerciales compose une image virtuelle de l’expérience de ces commerçants immigrés, souvent d’anciens touristes ayant l’habitude de s’informer en ligne, avant de faire un premier séjour de repérage sur place, de louer ou d’acheter une maison, d’organiser leur déménagement, de s’initier à la langue et à la culture locale, de découvrir la région, pour finalement venir y résider de manière permanente.

7Visibles sur Internet, les commerces détenus par les ressortissants étrangers sont situés dans les quartiers les plus investis par les Anglos et intéressent des secteurs encore plus divers : entreprises de bâtiment et d’architecture intérieure, boutiques de décoration, galeries d’art, restauration, etc. À défaut de pouvoir tous les répertorier, voici quelques exemples représentatifs du dynamisme de cet entrepreneuriat à Mérida. Ils ne concernent que des actifs, arrivés au Mexique pendant les années 2000, qui ont choisi ou été obligés de changer d’orientation professionnelle en s’expatriant : un ancien acteur a ouvert un salon de coiffure ; une archéologue a créé une boutique de décoration dans laquelle elle vend l’artisanat d’autres expatriés ; deux Mexicains-Américains se sont lancés dans la restauration. Avec l’immobilier et l’hôtellerie, la restauration est un des secteurs qui attire le plus de novices : un décorateur d’intérieur dirige une école de cuisine régionale tandis qu’un ingénieur informatique organise des événements gastronomiques.

8Dans d’autres cas, la migration n’influe pas ou peu sur l’orientation professionnelle : un ancien pâtissier français ayant exercé son métier en Europe, Asie, Afrique et dans le reste de l’Amérique du Nord a ouvert deux boulangeries dans la ville ; un agent immobilier auparavant actif aux États-Unis possède sa propre agence à Mérida. Cas particulier : la veine entrepreneuriale est très prononcée chez les femmes canadiennes et étatsuniennes mariées à des Mexicains, qui résident au Yucatán depuis cinq, dix ou trente ans. Une jeune Canadienne, arrivée en 2004, a ouvert avec son conjoint une agence de voyages à Progreso ; une de ses compatriotes, résidente depuis les années 1970, a fondé une école de formation aux métiers du tourisme ; une Nord-Américaine vivant à Mérida depuis une trentaine d’années, a repris une école de langues ; une autre dans une situation similaire a lancé, dans les années 1970, un journal de promotion touristique avec son conjoint.

9Cet entrepreneuriat ethnique, très dynamique, est à l’origine de la création de nombreuses entreprises. Au-delà des PME, citons des établissements plus conséquents : une usine de 450 employés qui manufacture des uniformes pour l’armée américaine ; un spa de luxe installé dans un bâtiment rénové des beaux quartiers ayant permis de créer des dizaines d’emplois. Notons cependant que si les résidents étatsuniens de Mérida ont fondé de nombreuses entreprises, il demeure difficile de dresser un inventaire exhaustif de leurs domaines d’activité. D’autant que si certains commerces sont faciles à repérer (sur Internet ou en ville), d’autres le sont moins ; de surcroît, parmi les entreprises créées, beaucoup sont en faillite, ou n’existent qu’en ligne, et ne génèrent pas ou peu de profits. De plus, notons que nombre d’entrepreneurs exercent plusieurs métiers, possèdent plusieurs entreprises ou multiplient les sources de revenus. Les exemples qui suivent concernent divers secteurs d’activité, à l’exception de l’immobilier qui sera traité plus loin.

Le travail délocalisé

10D’emblée, il convient de remarquer qu’une partie de ces entrepreneurs ont des entreprises de part et d’autre de la frontière, gérées à distance, nouvelle illustration de l’impact du numérique sur les pratiques transnationales des migrants (Nedelcu, 2010). Un couple de Californiens, arrivés au début des années 2000, possède une entreprise spécialisée dans le design de sites Internet, domiciliée aux États-Unis, un site Internet d’information pour expatriés – entreprise mexicaine – qui vend des espaces publicitaires, et depuis peu un institut de massage en Californie. Une New-yorkaise, chef d’entreprise aux États-Unis, a ouvert une galerie d’art cubain à Mérida. Un couple de retraités californiens fait de la gestion locative à distance, et possède l’équivalent d’une société civile immobilière (corporacion) dans le Yucatán.

11Autre tendance remarquable : nombre d’expatriés – salariés et entrepreneurs – exercent ce qu’ils appellent des portable jobs (activité professionnelle compatible avec ou favorisant la mobilité) ou des mobile businesses (des entreprises administrables à distance), deux expressions qui désignent des formes de travail nomade rendues possibles par le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTICs). Les intéressés parlent parfois de remote work, un terme qui évoque l’éloignement géographique entre lieu de travail et siège de l’entreprise. Un portable job peut s’exercer n’importe où ; il ne nécessite aucun ancrage géographique, juste une connexion Internet haut débit. Ce type d’emploi peut permettre au salarié de vivre où il le souhaite avec un salaire relativement confortable. Mais parler de portable job, remote work et mobile business est une manière très positive d’évoquer la flexibilité de l’emploi. Tant pour les employés que pour les petits entrepreneurs, « la croissance du télétravail s’inscrit dans une recherche de flexibilité tous azimuts. Deux séries de rigidités sont visées : les coûts et immobilisations que constitue la location ou la propriété de bureaux ; les rigidités géographiques du marché du travail » (Moriset, 2004, 8).

12Plusieurs résidents étrangers travaillent pour des sociétés non mexicaines qui les mettent en relation avec des clients grâce aux NTICs. Si les employés y gagnent en mobilité, ils prennent également en charge une partie des frais (espace de travail, ordinateur, connexion Internet, par exemple). La situation des enseignants à distance – majoritairement des femmes – est parfois pénible au quotidien : elles travaillent en horaires décalés, la nuit et le week-end, puisque leurs élèves résident sur les cinq continents. Elles ne paient pas d’impôts au Mexique et choisissent ou non de le faire dans leur pays d’origine. Une résidente étatsunienne mariée à un Mexicain et vivant à Mérida depuis trente ans ne l’a pas fait : elle est en situation délicate avec l’administration fiscale étatsunienne puisqu’elle n’a jamais cotisé pour sa retraite. En revanche, une expatriée au sens classique du terme (ayant suivi son conjoint employé par de grandes entreprises dans une dizaine de pays) a choisi de cotiser et touchera bientôt sa retraite.

13Même si les salariés ont une vision globalement positive du travail nomade, il s’agit clairement d’une pratique favorable aux employeurs. Un programmeur australien, longtemps employé par une firme californienne pour laquelle il a créé un logiciel de gestion informatique, a été limogé en perdant le droit de travailler aux États-Unis (carte verte) puis réembauché comme consultant. Il assiste désormais les mêmes clients que par le passé, mais échange avec eux et ses collègues, par visioconférence, depuis Mérida où il réside en espérant pouvoir revenir aux États-Unis. Même s’il vit relativement confortablement au Mexique, il demeure en situation précaire, puisque son statut migratoire et sa situation professionnelle se sont dégradés. Lors de l’entretien, il parlait positivement du fait qu’il était désormais remote (à distance), sans nier cependant qu’il préfèrerait vivre ailleurs dans le pays, voire aux États-Unis, au Canada ou en Europe.

14Comme ces enseignants et formateurs salariés, les artistes cherchent à tirer parti de la possibilité de travailler à distance. A Mérida, ils sont nombreux à s’être installés dans des demeures agréables où ils écrivent, peignent, composent et pratiquent la musique. Là encore, on observe de subtiles nuances de statut : certains ont des contrats avec des maisons d’édition, des orchestres, des galeries ou des agents, tandis que d’autres sont en free-lance. Des artistes relativement connus vivent très bien entre le Mexique et leur pays d’origine : ils ont gagné à devenir des travailleurs nomades. Une romancière éditée, représentée par un agent, raconte avoir toujours vécu à l’étranger : elle change de pays à sa guise. Pour d’autres, la situation est plus mitigée. En travaillant à Mérida, puis en vendant leurs œuvres ailleurs, ils peuvent prétendre à un niveau de vie bourgeois (avoir une maison, une bonne couverture de santé, fréquenter les restaurants et voyager), mais leurs revenus sont plafonnés, car ils n’ont pas de clients locaux.

15Parmi les autres secteurs concernés par l’accroissement des distances entre clients et fournisseurs de services et de biens, la vente à distance ne semble pas bien fonctionner à Mérida où la logistique portuaire et postale est aléatoire, voire défaillante aux yeux de citoyens du Nord habitués à des services de livraison chronométrés. Tous ceux qui s’y sont essayés ont fini par renoncer. Mais le modèle du mobile business fonctionne très bien dans le consulting, un secteur où la distance ne nuit pas à la réception par le client du service ou du bien considéré. Une citoyenne étatsunienne qui souhaitait quitter son pays a pour cela transformé son entreprise de communication avant de se délocaliser. À l’inverse du salarié immigré cité précédemment, contraint de devenir consultant en ligne alors qu’il était salarié au siège de la compagnie, cette créatrice d’entreprise profite pleinement des NTICs pour économiser en frais généraux et en impôts. Elle voyage à la rencontre de ses clients (de grandes entreprises européennes ou américaines) et profite d’une meilleure qualité de vie (logement, dépenses médicales, alimentation, loisirs à moindre coût).

Économie informelle

16Dernière tendance notable, mais minoritaire, tant parmi les employeurs que les employés : le travail informel. Exemple révélateur des difficultés liées à la migration, l’histoire de cette ancienne urbaniste, devenue un temps commerçante aux États-Unis, avant de traverser la frontière avec le stock d’invendus de son précédent commerce. Contrôlée à la douane, elle se voit contrainte de payer des taxes et découvre, dès son arrivée, que le commerce est strictement régulé au Mexique. La pratique du travail dissimulé s’explique en partie par la méconnaissance du système : les Étatsuniens, notamment, arrivent au Mexique sans maîtriser l’espagnol, croyant tout à la fois que le pays fonctionne plus ou moins comme les États-Unis et qu’il est acceptable d’y contourner les règles. Ils adoptent une position défensive face aux autorités, dans la continuité d’une certaine tradition libertaire qui valorise la méfiance vis-à-vis d’un gouvernement ennemi des libertés individuelles. Ces Étatsuniens questionnent donc les lois mexicaines, rechignent à déclarer leurs activités et à payer des impôts. Par leurs croyances et leurs pratiques, ces entrepreneurs s’inscrivent dans une culture économique étatsunienne. Le fait de gagner de l’argent est perçu comme un signe d’intelligence. La débrouillardise, l’esprit commerçant, l’enrichissement personnel sont très valorisés, tandis qu’inversement, l’échec et la pauvreté sont stigmatisés.

17Autre aspect du problème, dans la majeure partie des cas, la décision de ne pas déclarer de revenus professionnels est temporaire et traduit une moindre intégration dans le pays d’accueil, ainsi qu’une certaine précarité. Les possibilités d’emploi salarié au Mexique sont assez réduites pour ces étrangers qui en majorité ne parlent pas espagnol, ceci en sus des obstacles posés par la législation mexicaine qui vise à protéger l’emploi national. Le travail dissimulé concerne avant tout les personnes les plus vulnérables qui ont conscience de jouer avec les règles – comme c’est le cas d’une retraitée qui donne des cours à domicile ou encore d’un couple de trentenaires qui attendent de générer des bénéfices pour donner une forme légale à leur activité. Le phénomène ne semble toucher que des résidents venus des États-Unis : l’enquête de terrain n’a pas permis d’observer ce phénomène chez des Canadiens ou des Européens, même s’il existe chez les migrants latino-américains en situation précaire (en particulier, ceux qui n’ont pas de titre de séjour). Ce non-respect de la loi ne concerne par ailleurs qu’une minorité de Nord-Américains, la majorité respectant scrupuleusement les règles en vigueur au Mexique. Face aux difficultés administratives, la plupart des entrepreneurs et salariés s’attachent les services de comptables et d’avocats, et déclarent leurs revenus.

18Inversement, ceux qui gagnent difficilement leur vie n’auront pas les moyens de payer des professionnels pour les conseiller et régulariser leurs comptes, ils n’hésiteront pas à pratiquer le travail dissimulé, car ils ont besoin d’augmenter leurs revenus pour financer leur migration. Plusieurs informateurs confient ainsi donner des cours (langue, culture, et sport principalement) ou organiser des événements comme des fêtes ou voyages touristiques sans déclarer de revenus. Dans la plupart des cas, les sommes engagées sont dérisoires. Par exemple, beaucoup d’expatriés pratiquent l’artisanat ; les objets qu’ils fabriquent sont mis en dépôt dans des boutiques, vendus lors d’événements associatifs, etc. Dans d’autres cas, seule une partie des revenus sera déclarée aux autorités : c’est une situation fréquente chez ceux et celles qui exercent plusieurs activités peu rémunératrices. Leur situation est doublement problématique : les intéressés courent le risque d’être sanctionnés par les autorités mexicaines pour avoir travaillé sans déclarer d’activité (surtout qu’ils font fréquemment de la publicité pour trouver des clients), alors que leur recours au travail informel vise à remédier à une situation précaire. Ce type de pratiques signale que l’expérience de mobilité d’une partie des citoyens des États-Unis vivant à Mérida s’apparente à celle des travailleurs immigrés. Comme l’écrivait récemment Matthew Hayes à propos de la ville de Cuenca (Équateur), la migration des Nord-américains en Amérique latine doit être entendue comme une variante de la migration économique (2015).

19Même quand ils justifient le fait de ne pas déclarer leur activité en invoquant la complexité de l’administration mexicaine, l’importance des impôts prélevés, ou le fait qu’il y a toujours moyen de s’arranger a posteriori au Mexique, la réalité est tout autre : il n’est pas toujours facile de bien vivre à Mérida. Beaucoup d’étrangers ne parviennent tout simplement pas à gagner autant qu’ils le souhaitent, même sans déclarer leurs revenus. Certes, l’horizon de référence n’est pas le style de vie mexicain, c’est celui du pays de départ (États-Unis), axé sur la consommation de biens et de services et sur la société de loisirs, qui repose sur la condition d’avoir un pouvoir d’achat suffisant. Faute d’y parvenir, six informateurs décrivent des difficultés majeures à gagner leur vie. Le manque de ressources personnelles peut, en outre, remettre en question le droit de séjourner au Mexique. Lors d’un entretien en 2012, un couple évoquait des difficultés à renouveler des visas de résidence d’un an (FM3), faute de pouvoir justifier de revenus suffisants. La nouvelle législation migratoire, entrée en vigueur fin 2012, a encore accru les obstacles administratifs à l’immigration des gringos les plus pauvres en renforçant les exigences de revenus nécessaires à l’obtention des visas de résidence.

Économie de la migration

20Les citoyens étasuniens de Mérida cherchent tout à la fois à mener une vie plus agréable et à faire face à des difficultés économiques bien réelles. À l’échelle de l’Amérique du Nord, leur migration témoigne d’un processus complexe de recomposition des classes moyennes, encouragé par l’industrie de la migration (David et al. 2014 ; Bantman-Masum 2015). La majorité de ces résidents étasuniens recherchent des formes de mobilités résidentielles qui sont des stratégies d’enrichissement largement diffusées aux États-Unis. De plus, la forte hétérogénéité de revenus au sein de cette population, aux schémas de mobilité sociale ascendants et descendants, dessine les limites de leur supposé statut privilégié de citoyens du Nord. On touche là à une question fondamentale : en plus de dissocier dans cette mobilité Nord-Sud ce qui relève du tourisme de ce qui relève de la migration (Dehoorne, 2002), il faut interpréter la présence d’un groupe relativement important d’Étatsuniens peu aisés, en dépit du fait que le paradigme de la mobilité minimise l’importance des contraintes et des rapports de force régissant le mouvement des personnes et le passage des frontières (Pellerin 2011 ; Huete 2013). Si les autorités migratoires mexicaines accueillent volontiers les migrants nord-américains, elles exigent d’eux des revenus confortables avant de leur accorder le statut de résident (Bantman-Masum, 2013). L’accès à des revenus supplémentaires est une nécessité – sociale, économique et légale – pour une majorité de migrants américains. Bien que comparativement plus riches que la majorité des Mexicains, les gringos de Mérida composent un groupe hétérogène, allant des migrants en situation précaire à un groupe restreint d’agents immobiliers et promoteurs de migration très influents. La diversité des parcours professionnels et l’hétérogénéité des positions socio-économiques au sein du groupe étudié nous invitent à penser en termes de « migration économique d’agrément » (Hayes 2015 : 8), et donc de privilège relatif.

Mobilité sociale et spatiale

  • 5 Données consultées le 08/07/2015, disponibles sur le site American Factfinder. Pour les données sur (...)

21Pour donner une échelle de mesure, le revenu moyen des Mexicains se situait en 2013 autour de 12 000 pesos par mois, soit l’équivalent de 946 USD (données de l’INEGI). Malgré l’absence de données précises sur les revenus et patrimoines de tous nos informateurs en 2011 et 2012, les informations recueillies laissent à penser qu’ils ont pour la plupart des revenus supérieurs à la moyenne mexicaine, mais moyens, voire bas, si l’on prend comme base de référence les revenus des citoyens des États-Unis. Selon les estimations du U.S. Census Bureau, le revenu annuel par habitant y était en 2012 de 28 051 USD, et le revenu médian par foyer (avec une moyenne de 2,6 personnes par foyer) de 53 046 USD5 . Quatre de nos informateurs étatsuniens ont spontanément déclaré disposer d’un capital annuel disponible supérieur à 48 000 USD. Onze autres ont des revenus annuels égaux ou supérieurs à 28 051 USD. Cependant, la majorité se situe davantage dans la moyenne ; huit individus ont un revenu mensuel d’environ 1 000 USD et ils se disent d’ailleurs en difficulté. Clairement, la ville de Mérida n’attire pas une élite de privilégiés : seuls deux de nos quinze informateurs ayant un revenu annuel médian et moyen supérieur à la moyenne étatsunienne ne travaillent pas ; les autres ont majoritairement fait fortune au Mexique. Grâce à la migration, les moins aisés se sont maintenus dans la classe moyenne, tandis qu’une minorité a connu l’ascension sociale.

22Par-delà la question cruciale des revenus et de la classe sociale, la migration porte l’analyse vers la question du mode d’insertion de ces acteurs dans une économie mondialisée. En transformant localement le marché du travail, l’essor des NTICs et la flexibilité croissante de l’emploi ont favorisé l’essor de nouvelles formes de migration qui viennent renforcer des processus complexes d’intégrations régionales (De Wendel, 2010). La régionalisation des flux migratoires fait écho à l’intégration économique de la région nord-américaine en marche depuis 1994, date de l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Les flux migratoires du Sud au Nord et du Nord au Sud contribuent à tisser d’innombrables interconnections (notamment personnelles et économiques) qui unissent le Mexique au Canada et aux États-Unis. On connaît déjà l’importance de la migration mexicaine aux États-Unis et au Canada, mais il faut désormais tenir compte du flux Nord-Sud. À Mérida et ailleurs, emplois, employés, entreprises et consommateurs du Canada et des États-Unis se délocalisent. C’est ainsi que la migration Nord-Sud donne progressivement naissance à un marché du travail régionalisé où circule la main-d’œuvre des trois pays.

23L’économie de la communauté anglo de Mérida participe de ce processus d’intégration économique en Amérique du Nord, qui voit circuler biens et services mexicains, employeurs, employés et clientèle étrangère, et capitaux par-delà les frontières nationales. Migrants canadiens et étatsuniens y occupent un espace liminal, traversant les frontières des pays de l’Amérique du Nord, jouant sur les asymétries économiques au sein de la région afin de se maintenir dans la classe moyenne, voire d’en gravir les multiples échelons. Destination à la fois proche et familière, le Mexique offre théoriquement la possibilité de vivre mieux en dépensant moins : il attire à ce titre des membres vulnérables de la classe moyenne des pays développés, animés par l’espoir, mais pas la certitude, d’y vivre mieux. Seule une minorité va connaître l’insouciance, la majorité devra travailler pour atteindre un niveau de revenus suffisant.

24La dynamique socio-économique de cette migration – qui se veut expérience de mobilité spatiale et d’ascension sociale – fait qu’on ne peut figer ces acteurs dans le rôle de privilégiés. Les acteurs eux-mêmes sont conscients que leur trajectoire migratoire peut modifier les disparités initiales de revenus et patrimoine. Une expression évocatrice parle de Border Promotion, l’idée qu’en traversant la frontière, on passerait à un niveau de vie supérieur. L’expression est utilisée de manière méprisante par nos informateurs qui se savent majoritairement issus de milieux modestes. Elle traduit le mépris des nouveaux riches issus de la communauté, et de tous ceux qui se comportent en parvenus au Mexique, oubliant trop rapidement leurs origines. Par ailleurs, l’expression exprime une certaine difficulté à lire le statut social de chacun, une conséquence du processus complexe de recomposition des classes moyennes dans la migration, et du brouillage des catégories socioprofessionnelles lié au développement des NTICs et du travail à distance (Huws et Dahlmann, 2009).

Spéculation immobilière et migration nord-américaine

25Le spectre du déclassement et de la pauvreté explique en partie l’omniprésence des booms immobiliers observés dans nombre de destinations où se concentre ce type de migrants, qu’il s’agisse des Amériques – Costa Rica (Janoschska, 2011) et Équateur (Hayes 2015) – , de l’Europe – Malte (Akerlund, 2013) et Portugal (Baron-Yellès, 2006) –, de l’Afrique – au Maroc (Desse, 2010) –, de l’Asie – en Turquie (Südas et Mutluer, 2006). À Mérida, l’augmentation du nombre de transactions, et autres activités connexes (rénovation, location de biens par exemple), est indissociable de l’essor de la migration économique d’agrément. Cela tient notamment à l’action relativement discrète et subtile d’intermédiaires achetant à bas prix aux propriétaires mexicains et revendant avec une marge confortable aux migrants étrangers en quête de bonnes affaires. Ces intermédiaires sont simultanément des producteurs de représentations, qui ont habilement modelé les attentes et comportements de leurs clients (Akerlund, 2013 : 9) en mobilisant un imaginaire de la migration et de l’habitat, jouant sur le désir d’ascension sociale (Bantman-Masum, 2012). D’où l’omniprésente corrélation entre augmentation du nombre de migrants et spirale spéculative à l’origine d’immenses profits individuels.

26En 2000, les prix pratiqués dans le centre historique de Mérida étaient relativement bas, les Mexicains aisés préférant résider au nord de la ville dans des quartiers modernes, résidentiels et arborés, où se concentrent écoles privées, centres commerciaux et lieux de divertissement. Peu nombreux, les Anglos étaient surtout présents pour raisons professionnelles (expatriation classique) ou personnelles (regroupement familial). Rapidement, à partir de 2001-2002, des Canadiens et Étatsuniens au profil nouveau – actifs au chômage, retraités, investisseurs – commencèrent à s’installer et acquérir des bâtisses coloniales du centre historique qui se vendaient alors pour moins de 50 000 USD. Rapidement, des intermédiaires – agents immobiliers ou marketeurs – se sont mis à promouvoir l’acquisition d’une maison comme symbole de réussite sociale et placement rentable. Ce discours très porteur insistait sur la possibilité de concrétiser « son » rêve américain au Mexique. Ici, en travaillant, on pouvait accéder à la propriété et connaître la réussite individuelle.

27Promoteurs clefs et premiers bénéficiaires du boom, des agents immobiliers étasuniens et anglais se sont posés en facilitateurs de transactions. On dénombre aujourd’hui des dizaines de migrants anglos exerçant une activité professionnelle qui participe à la spéculation immobilière ; parmi eux, des agents immobiliers salariés (un parmi nos informateurs ; des dizaines en réalité) et des propriétaires d’agence (deux parmi nos informateurs). Nous savons que la première agence tenue par un Étasunien existait déjà à la fin des années 1990 ; un de nos informateurs y exerce. Nos deux informateurs propriétaires d’agence sont arrivés un peu plus tard. La première a longtemps exercé cette profession aux États-Unis et avait initialement choisi de se reconvertir en arrivant au Mexique, mais elle est rapidement retournée à l’immobilier pour fonder une agence pour clients étrangers qui emploie une dizaine de salariés. L’autre propriétaire, originaire de Virginie, est un enseignant retraité qui en dix ans a vendu, sans parler un mot d’espagnol, des centaines de logements à des Anglos. Tous deux sont arrivés au début des années 2000, quand la ville de Mérida entamait son processus de métropolisation. Dans le centre-ville, l’activité des agents immobiliers est intense et visible, comme en attestent les multiples posters publicitaires (voir photographies) louant leurs services. La concentration est maximale dans les ruelles résidentielles du centre-ville, tout particulièrement dans le Gringo Gulch (« le ravin des Gringos »), surnom donné par ces étrangers au quartier qu’ils ont investi, près de la bibliothèque nord-américaine.

Photographies : Annonces immobilières

Photographies : Annonces immobilières

Source : photographies de l’auteur, 2012.

Source : photographies de l’auteur, 2012.

Source : photographies de l’auteur, 2012.

28Conséquence de cet activisme immobilier, les biens acquis au début des années 2000 s’échangent à quatre voire cinq fois leur valeur d’origine, davantage dans certains cas. Les nouveaux résidants ont agi en investisseurs : ils ont acheté une maison délabrée (parfois plus d’une) du centre-ville qu’ils ont rénové au goût anglo (dans un style colonial d’aspect neuf, avec tout le confort moderne, une piscine, l’air conditionné, et grand renfort d’électroménager) afin de la louer ou de la revendre en dégageant des bénéfices. C’est là une stratégie connue pour augmenter son capital, en complément d’autres revenus ; le terme renovation est employé par les professionnels et les acheteurs ; les actifs arrivés durant les cinq dernières années parlent de flipping houses, une expression qui suggère une transformation rapidement suivie d’une revente du bien, à l’image d’une activité qui s’est banalisée en devenant le passe-temps favori de beaucoup de résidents étrangers, à l’origine vidéastes, architectes, designers, artistes, ingénieurs, enseignants, chercheurs, commerçants, ou restaurateurs.

29Cette pratique spéculative est un phénomène typiquement anglo, quasiment inexistant chez les autres ressortissants européens, asiatiques ou latino-américains résidant à Mérida. Or, durant les années 2000. Mérida a vu l’arrivée massive et de migrants nord-américains et de Mexicains fuyant la violence liée au narcotrafic. Si l’accroissement rapide de la population a généré une forte pression foncière dans l’ensemble de la ville, le dynamisme du marché immobilier dans le Gringo Gulch résulte exclusivement de la migration économique d’agréments telle que la pratiquent les Anglos. En une décennie, le centre historique a été massivement investi par des Nord-Américains, quartier par quartier, avec de fortes concentrations dans certaines rues. Ces gentrificateurs ont importé au Mexique des stratégies résidentielles et spéculatives qui ont déjà métamorphosé les quartiers défavorisés des grandes villes étatsuniennes. Cette mobilité résidentielle vers les centres-villes anciens permet d’acquérir et de restaurer des biens immobiliers qui se valorisent à mesure que le quartier s’embourgeoise. Les anciens habitants, plus modestes, deviennent minoritaires, tandis que les nouveaux résidants mythifient leur rôle de pionniers ayant permis la renaissance d’un ancien beau quartier (Tissot, 2011). Les premières rues du centre colonial de Mérida à avoir été investies par ces pionniers américains sont désormais surnommées Gringo Gulch, comme ailleurs au Mexique (Bloom, 2006 ; Croucher, 2009). En 2012, la périphérie du centre, notamment les quartiers bâtis à la fin du XIXe siècle, était également concernée, un constat qui vaut pour d’autres destinations en Amérique latine (Hayes, 2015).

Marketing de la migration

30Les stratégies résidentielles et spéculatives des migrants étatsuniens contribuent ainsi à diffuser des valeurs marchandes et culturelles, des modèles entrepreneuriaux qui circulent avec les biens et les personnes. L’activisme immobilier est un effet de cette migration, indissociable d’une dynamique transnationale portée par les migrants. À notre époque, ceci passe par l’utilisation des technologies de l’information, relais cruciaux de l’industrie de la mobilité (David et al. 2015), qui facilitent la promotion des villes et des biens à vendre ou louer. Le marketing autour de la ville et des maisons de Mérida par des intermédiaires étrangers fonctionne si bien qu’il n’est pas rare de voir des étrangers acheter des biens avant même de venir s’installer à Mérida (Bantman-Masum, 2011). Enfin, le succès de cette industrie de la mobilité est à lier à la fragilisation des classes moyennes aux États-Unis, à une redoutable succession de crises économiques (DotCom et Subprime Crisis en particulier) qui a conduit jeunes chômeurs et retraités appauvris à élaborer de nouvelles stratégies économiques.

31Le marché ne s’entend pas seulement comme le développement d’une offre commerciale et l’existence de concurrents. Nous avons déjà dessiné les contours de cette offre commerciale plus haut qui se définit par la vente de biens et de services destinés à une clientèle migrante. Il convient de compléter cette liste car, comme nous l’avons déjà évoqué, dans bien des cas, c’est la possibilité même de vivre à Mérida qui fait l’objet d’une transaction financière. Parmi les intermédiaires qui s’emploient à faire connaître la destination, à promouvoir la ville et sa région à des concitoyens nord-américains, on trouve d’ailleurs de véritables spécialistes de l’assistance à l’expatriation. Leur public cible – les prospects – ne réside pas encore à Mérida et le jeu de ces marketeurs consiste avant tout à les convaincre de s’y installer. Nous avions déjà mentionné l’existence de sites commerciaux sur Internet (agences immobilières, hôtels, restaurants, etc.) qui s’adressaient à une clientèle étrangère. Par-delà l’essor du commerce électronique, la trajectoire de plusieurs informateurs suggère que l’avènement du web 2.0 a largement contribué à l’essor de la migration étasunienne vers Mérida (Bantman-Masum, 2015).

32Le meilleur exemple de ce marketing de la migration est celui du commerce développé par un couple de Californiens arrivés à Mérida après avoir été licenciés lors de la dotcom crisis. En 2002, ces professionnels des NTICs et du marketing s’installent à Mérida. En 2004, ils commencent à animer un site d’informations sur la ville de Mérida qui sert de vitrine à leur entreprise de création de sites Internet. Leur initiative rencontre un franc succès, au point qu’elle génère rapidement des revenus publicitaires. Le couple comprend qu’il peut augmenter ses revenus en publiant davantage de contenus en anglais (sur Mérida, sur ses habitants, ses résidents étrangers, ses maisons, ses écoles, ses dentistes, ses possibilités de loisirs, etc.) et en vendant des espaces publicitaires en ligne. Au milieu des années 2000, le trafic augmente de manière exponentielle grâce à la mise en œuvre d’un marketing de destination subtil, à la gestion vigilante de la communauté en ligne, et à l’utilisation des réseaux sociaux Facebook et Twitter, notamment. Le site d’informations à destination des migrants devient peu à peu un site publicitaire et en 2010, le couple signe un accord commercial avec une entreprise d’assistance à l’expatriation fondée par des Mexicains. Selon ce partenariat, renouvelé jusqu’en 2012, le site publicitaire redirige les prospects (des étrangers désireux de migrer) vers l’entreprise mexicaine qui leur reverse un pourcentage du chiffre d’affaires à chaque signature de contrat. Le trafic sur le site des Nord-Américains se chiffre alors en dizaines de milliers de visites, et les clients de l’entreprise mexicaine en centaines (Bantman-Masum 2015).

  • 6 Les contenus (écrit, audio, visuel) sont conçus pour faire subtilement la promotion de biens et de (...)

33Cet exemple de ce qu’il convient d’appeler le marketing de la migration – au sens de promotion publicitaire et autres activités de mise sur le marché – est à rapprocher d’autres cas observés sur ce terrain et au-delà. Dans le sillage du site destiné aux expatriés, d’autres résidents étrangers ont fait la promotion de la ville de Mérida via des blogs et des guides d’expatriation (deux en version papier et deux autres en format électronique). Les nombreuses vidéos sur les maisons de Mérida visibles en ligne dénotent, certes, l’intérêt des migrants pour le patrimoine architectural local, mais elles s’intègrent surtout à une stratégie marketing6. Vidéos et récits ont vocation à encourager la migration et l’achat. Un migrant canadien, ancien journaliste, a d’ailleurs fondé une agence spécialisée dans la réalisation de contenus audiovisuels (films sur les maisons de la ville, sur les commerces et loisirs des migrants de la région).

34Ces initiatives locales en matière de marketing de la migration sont inspirées, directement et indirectement, des méthodes du groupe International Living, pionnier et leader du secteur. Fondé à la fin des années 1970 par un Nord-Américain, International Living était à l’origine une revue spécialisée promouvant un style de vie meilleur et moins cher à l’étranger. La revue appartient à un groupe dont les revues couvrent désormais l’investissement et l’optimisation fiscale à destination d’un public issu des classes moyennes, et qui a élargi son activité à la vente de biens immobiliers. Parmi ses nombreux partenaires, on compte notamment des formateurs en copywriting, ainsi que des conseillers en droit migratoire et fiscalité. International Living a donc élaboré des outils variés et pointus de marketing de la migration : des guides, des conférences payantes animées par leurs experts, de nombreux supports de diffusion électronique (site Internet, lettre d’information quotidienne, podcasts, vidéos en ligne, communautés Google+, présence sur Facebook et Twitter, par exemple). Pour créer ses contenus et animer ses conférences, International Living emploie des éditeurs. Parmi eux, un couple de migrants étasuniens – venus du marketing et du journalisme – un temps établis à Mérida où ils se lièrent d’amitié avec le couple de Californiens et recrutèrent le fondateur de l’agence audiovisuelle pour réaliser des films promotionnels (Bantman-Masum, 2015). Ces deux promoteurs résident désormais à Cuenca (Équateur) où International Living est parvenu à attirer des milliers de migrants depuis 2009 (Hayes, 2015).

Recomposition des classes moyennes en Amérique du Nord

35Ces marketeurs et agents immobiliers les plus en vue appartiennent à un groupe restreint de promoteurs de la migration dont ils sont les principaux bénéficiaires. Or, les cas spectaculaires d’ascension sociale sont très rares sur notre terrain. Ils concernent principalement des migrants originaires des États-Unis arrivés au début des années 2000, dont plusieurs professionnels évoqués précédemment. La situation du couple de Californiens ayant fondé le site pour expatriés est moins claire depuis qu’ils ont choisi de rentrer aux États-Unis. Les parcours migratoires et professionnels de ces Nord-Américains se ressemblent : ils vivaient à l’origine dans des environnements urbains compétitifs (respectivement New York, Los Angeles et Berkeley) ; ils avaient déjà une entreprise aux États-Unis ; ils avaient suivi une formation professionnelle (dans le design ou l’informatique). À Mérida, ils ont multiplié les activités lucratives et caritatives, devenant des figures emblématiques de la communauté anglophone, et même des membres relativement intégrés de la bourgeoisie mexicaine locale.

36Le premier couple – les Californiens ayant fondé le site pour expatriés – était le plus en vue jusqu’à ce qu’ils décident de repartir vivre en Californie, en 2011. Parallèlement à leurs revenus liés au marketing de la migration, ils ont gagné leur vie en construisant des sites Internet pour d’autres expatriés et en acquérant des biens immobiliers. La vente de ces biens et le capital accumulé au Mexique leur a certes permis de retourner vivre en Californie, au prix d’une activité professionnelle intense puisqu’ils gèrent trois entreprises et reviennent plusieurs fois par an gérer leurs affaires à Mérida. Leur statut de privilégiés est donc conditionné par leur lieu de résidence. Le deuxième couple est composé d’un agent immobilier (dont la famille, originaire de Détroit, a fui la débâcle industrielle des années 1970 en Californie) et de son compagnon new-yorkais. Arrivés à Mérida en 2002, pour sensiblement les mêmes raisons que le couple californien, ils ont capitalisé sur une expérience dans la décoration intérieure et se sont rapidement constitué une clientèle sur place. En complément de cette première source de revenus, l’un a créé une école de cuisine (puis un marché bio et il écrit maintenant un livre de cuisine locale) tandis que l’autre est devenu agent immobilier (profession) et guide touristique pour une association caritative (bénévolat). Tout comme les Californiens, ils possèdent plusieurs biens immobiliers à Mérida.

37Nombreux sont ceux qui, connaissant ces exemples de réussite, ont tenté de les imiter. La stratégie est toujours la même : multiplier les sources de revenus, investir dans l’immobilier, capter une partie du pouvoir d’achat des nouveaux expatriés. Cette stratégie a bien réussi aux immigrés arrivés après la dotcom crisis (2001), tandis qu’elle a largement échoué par la suite, notamment après la crise des subprimes (2008). Le programmeur devenu consultant à distance et son conjoint architecte ont acheté à leur arrivée une maison à rénover et lancé un restaurant à domicile (non déclaré). Ils ont ouvert un site commercial et un blog afin de créer des liens avec d’autres expatriés ; ils ont développé un partenariat commercial avec une agence de voyages pour femmes et un hôtel situé dans les environs de Mérida. Cependant, rien n’a fonctionné pour eux : la rénovation de leur maison a piétiné, l’agence de voyages et l’hôtel ont fait faillite. De nombreux sites Internet et commerces encore en ligne témoignent discrètement de l’échec d’un projet d’expatriation synonyme d’ascension sociale. L’incapacité à générer des revenus au Mexique peut, de fait, marquer le début d’une plongée dans un univers de débrouille et d’arrangements économiques plus informels.

38Autre type de situation précaire, celui de l’ancienne commerçante contrôlée lorsqu’elle tenta d’introduire son stock d’invendus au Mexique. À l’origine, elle pensait travailler quelques années avant de prendre sa retraite au Mexique avec son mari, au terme de vies professionnelles plutôt réussies. Ils investirent leurs économies dans un petit hôtel qu’ils comptaient gérer ensemble pour augmenter leurs revenus avant de se retirer et mener une vie confortable au Sud. Mais le couple se sépara et la voici désormais seule gérante d’une affaire qui ne marche que six mois par an, pendant la saison touristique. Propriétaire de deux maisons (une en ville et une autre en bord de mer), son capital est entièrement investi dans son affaire alors qu’elle fait face à d’importants frais de gestion courante. Depuis trois ans, elle tente de vendre son affaire et de déménager, car son niveau de vie à Mérida est inférieur à celui qu’elle a connu toute sa vie aux États-Unis. Mais faute d’acquéreur pour ses biens immobiliers, son capital est immobilisé au Mexique. Dans son cas, les stratégies classiques de migration et d’investissement ont abouti à l’inverse de l’effet escompté : une baisse du niveau de vie, des revenus et un capital de mobilité diminués.

39La conjoncture économique explique en partie pourquoi on observe davantage d’échecs parmi ceux sont arrivés depuis 2008. Mais la maturation du flux migratoire a également joué un rôle clef : les premiers intermédiaires ont maximisé les profits, avant que le marché et le flux migratoire ne se stabilisent, limitant par ricochet les possibilités futures d’enrichissement spectaculaire. Le climat général – crise économique aux États-Unis, montée de la violence au Mexique – ne laisse pas une grande marge de manœuvre aux nouveaux arrivants. Alors que Mérida n’offre pas la certitude d’une ascension sociale fulgurante pour tous, les ressortissants anglos se sentent pourtant soumis à une obligation de réussite (Gelatt, 2013), car ils ont migré pour vivre comme des privilégiés (Batram, 2013). Ceux qui ont échoué vivent en marge de la communauté : ils disparaissent de la Toile, changent de quartier, et socialisent avec des gens dans des situations similaires. Nombreux sont ceux et celles, issus des classes moyennes, qui ayant migré à Mérida pour échapper à la pauvreté aux États-Unis ne parviennent pas à gagner leur vie au Mexique. Les plus chanceux repartent, mais dans certains cas, notamment quand le capital est investi dans des biens immobiliers surévalués, la mobilité est conditionnée à la vente des biens.

40Pour ceux qui ne parviennent pas à s’enrichir par le travail ou la spéculation, la mobilité Nord-Sud n’est donc pas l’expression d’un privilège. C’est une variante de la migration économique, problèmes de visa en moins, dans la majeure partie des cas. Avec la crise de 2008, les spécialistes observent une convergence entre migration d’agréments et migration économique (Glorioso et Moss, 2011, 42), comme en Espagne (Huete et al., 2013) et en Équateur (Hayes 2015). Les conclusions de notre étude de terrain vont dans le même sens. Saisie dans son ensemble, la population expatriée de Mérida appartient à la petite classe moyenne, avec une faible proportion de vrais bourgeois et de nouveaux riches. Contraints de quitter un pays où ils peinaient à trouver un travail, vivre de leur retraite, se loger, se soigner, se nourrir parfois, ces migrants travaillent à l’étranger pour pouvoir vivre mieux. La Lifestyle Migration ou Privileged Mobility est donc souvent un projet, parfois une réalité, pour ces migrants nord-américains installés à Mérida. La nécessité de travailler s’applique à une partie significative de notre échantillon, qui comprend des travailleurs retraités ou préretraités et qui pourtant travaillent, ce qui corrobore les analyses concernant l’essor de l’emploi post-carrière chez les seniors aux ressources fortement compromises (Lesemann et Beausoleil, 2004 ; Ghilarducci, 2004). La fragilisation croissante des classes moyennes en Amérique du Nord, combinée à des aspirations inchangées en matière de style de vie, est en train de générer de nouvelles formes de migration. Ici, le paradigme de la mobilité rejoint celui de la migration économique, car les citoyens mobiles du Nord sont aussi des travailleurs immigrés au Sud, produits de la mondialisation, de la dérégulation du marché du travail, de la hausse du coût de la vie et de la crise.

Conclusion – Migration d’agrément et industrie de la mobilité

41En une vingtaine d’années, la migration d’agrément s’est imposée, aux États-Unis et au Canada, comme une stratégie populaire de maintien dans la classe moyenne. Mise en place en réaction à la crise, cette migration contribue aussi de manière significative à la transformation des économies de l’Amérique du Nord puisque que ces migrants économiques sont aussi des créateurs de valeur et d’emplois qui participent de nouvelles circulations de main-d’œuvre et de talent, défini au sens large . Largement déconsidérés au Nord, ces professionnels déclassés sont devenus les animateurs d’une nouvelle économie au Sud. À Mérida, ils mettent leurs compétences professionnelles – tout particulièrement leur culture digitale – au service de leur projet de mobilité, plutôt qu’au service d’une entreprise. En témoignent les pratiques de travail délocalisé et le succès des entreprises mobiles ou portables dématérialisées, et facilement relocalisables.

42Le rôle de certains créateurs d’entreprises ou travailleurs indépendants doit être souligné. Forcés de se reconvertir pour financer leur projet migratoire, ces hommes et ces femmes se sont imposés comme animateurs d’un marché en plein essor qui capitalise sur la massification de la migration d’agréments. D’une manière générale, les secteurs d’activité privilégiés par les Américains et Canadiens de Mérida – immobilier, hospitalité, services liés à l’expatriation (relocation) – leur permettent de tirer parti de la popularité croissante d’un style de vie dont ils font la publicité. Mais, après avoir fait l’expérience de la mobilité, certains migrants vont plus loin et mettent leurs expériences à profit, décomposent leurs trajectoires migratoires en une série d’étapes qui peuvent être monétarisées. Cette activité économique de promotion de la mobilité génère un surplus d’activité touristique, de la spéculation immobilière, mais aussi une nouvelle offre de services destinée à ces étrangers.

43Nous avons encore beaucoup à apprendre de l’économie de cette nouvelle forme de migration entre Nord et Sud. Une des conclusions théoriques de cette recherche est qu’on assiste, à Mérida comme ailleurs, à l’essor parallèle d’une migration économique d’agréments et d’une industrie de la mobilité animée par des migrants (Bantman-Masum 2015 ; David et al 2015). Les Étasuniens et Canadiens de Mérida sont des migrants économiques au profil très singulier qui en quelques années ont profondément transformé le marché immobilier et la physionomie du centre-ville de Mérida. Ils ont investi dans le commerce, créé des centaines d’emplois et participé au développement local, tissant du même coup de nouveaux liens entre leur nouveau pays et leur pays d’origine. Quelles leçons peut-on tirer de ce mode particulier de participation au développement économique ? La description et l’analyse de ces nouvelles formes de migration ne font que commencer.

Haut de page

Bibliographie

Akerlund Ulrika (2013) The Best of Both Worlds. Aspirations, Drivers and Practices of Swedish Lifestyle Movers in Malta, Thesis, Umea, 69 p.

Attias-Donfut Claudine (2008) Avant-propos, Retraite et société, 3 (55), pp. 4-14.

Bantman-Masum Eve (2015) Migration Machine : Marketing Mexico in the Age of ICTs, in Olivier Frayssé and Mathieu O’Neil Eds., Digital Labour and Prosumer Capitalism. The US Matrix, Londres, Palgrave Macmillan

Bantman-Masum Eve (2013) Enjeux de la mobilité des Canadiens et Américains au Mexique : stratégies économiques des migrants et réponses des États, Autrepart, 68 (9), pp. 87-101.

Bantman-Masum Eve (2011) You Need to Come Here… to See What Living Is Really About. Staging North American Expatriation in Merida (Mexico), Miranda, 5, [en ligne] consulté le 16 /01/2014. URL : http://miranda.revues.org/2494

Baron-Yellès Nacima (2006) De la fréquentation touristique de masse aux flux résidentiels : le cas de l’Algarve (Portugal), Flux, 3 (63), pp. 63-74.

Bartram David (2013) Happiness and “Economic Migration”: A Comparison of Eastern European Migrants and Stayers, Migration Studies, 1 (2), pp. 156-175.

Bell Martin and Ward Gary (2000) Comparing Temporary Mobility with Permanent Migration, Tourism Geographies, 2 (1), pp. 87-107.

Bloom Nicholas Dagen Ed. (2006) Adventures Into Mexico. American Tourism Beyond the Border, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 230 p.

Croucher Sheila (2012) Privileged Mobility in an Age of Globality, Societies, 2012 (2), pp. 1-13

Croucher Sheila (2009) The Other Side of the Fence. American Migrants in Mexico, Austin, University of Texas Press, 243 p.

David Iñes, Eimermann Marco and Akerlund Ulrika (2015) An Exploration of a Lifestyle Mobility Industry in Kate Torkington, Iñes David and Joao Sardinha Eds., Practising the Good Life. Lifestyle Migration in Practices, Newcastle Upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, pp. 138-160

Dehoorne Olivier (2002) Tourisme et migration, entre logiques des marchés et système des mobilités : revue bibliographique, Revue Européenne des Migrations Internationales, 18 (1), pp. 113-212

Desse Michel (2010) Mobilités touristiques et recompositions socio spatiales dans la région d’Agadir, Norois, 214 (1), [en ligne] consulté le 9/05/2012. URL : http://norois.revues.org/index3127.html

Diminescu Dana (2002) Mobilités et Connexions. L’usage du téléphone portable par les migrants dans une situation précaire, Hommes et Migrations, 1240, pp. 66-81.

Dumont Jean-Christophe et Lemaître, Georges (2005) Comptabilisation des immigrés et des expatriés dans les pays de l’OCDE : une nouvelle perspective, Revue économique de l’OCDE, 1 (40), pp. 59-97.

Gelatt Julia (2013) Looking Down or Looking Up : Status and Subjective Well-Being among Asian and Latino Immigrants in the United States, International Migration Review, 47 (1), pp. 39–75.

Ghilarducci Teresa (2004) Les politiques de retraite et du travail aux États-Unis,
Retraite et société,́ 2 (42), pp. 45-63.

Glorioso Romella et Laurence Moss (2012) Origines et développement du concept de migration d’agrément, in Niels, Martin et al. Éds., Les migrations d’agrément : du tourisme à l’habiter, Paris, L’Harmattan, pp. 37-55.

Green Nancy (2009) Expatriation, Expatriates, and Expats : The American Transformation of a Concept, The American Historical Review, 114 (2), pp. 307-328

Hayes Matthew (2015) Moving South: The Economic Motives and Structural Context of North America’s Emigrants in Cuenca, Ecuador, Mobilities, [en ligne] consulté le 20/03/2015. DOI : 10.1080/17450101.2013.858940

Hiernaux Daniel (2005) La promoción inmobiliaria y el turismo residencial : el caso mexicano, Scripta Nova. Revista electrónica de geografía y ciencias sociales, Barcelone, Universidad de Barcelona, 9 (194), [en ligne] consulté le 9/05/2013. URL :http://www.ub.es/geocrit/sn/sn-194-9.htm

Huete Raquel , Mantecon Alejandro and Estevez Jesus (2013) Challenges of Lifestile Migration Research : Reflections and Findings about the Spanish Crisis, Mobilities, 8 (3), pp. 331-348.

Huws Ursula and Dalhmann Simone (2009) Global Restructuring of Value Chains and Class Issues, Revue Interventions Economiques, 39, [en ligne] consulté le 07.08/2015. ULR : http://interventionseconomiques.revues.org/169

Janoschka Michael (2011) Imaginarios del turismo residencial en Costa Rica. Negociaciones de pertenencia y apropiación simbólica de espacios y lugares : una relación conflictiva, in Tomás Mazón ; Raquel Huete, y Alejandro Mantecón Éds., Construir una nueva vida. Los espacios del turismo y la migración residencial, Santander, Milrazones, pp. 81-102.

Lesemann Frédéric et Beausoleil Julie (2004) Les emplois « post-carrière » aux États-Unis : un bilan des connaissances, Retraite et société, 2 (42), pp. 9-43.

Lizarraga Morales Omar (2012) La transmigracion placentera. Lovilidad de estadounidenses a México, México, Publicaciones del Instituto Politecnico Nacional, 237 p.

Moriset Bruno (2004) Télétravail, travail nomade : le territoire et les territorialités face aux nouvelles flexibilités spatio-temporelles du travail et de la production, Cybergéo : European Journal of Geography,[en ligne] consulté le 08/07/2015. URL : https://cybergeo.revues.org/3815

Nedelcu Mihaela (2010) Repenser le transnational et l’intégration à l’ère du numérique. Vers un tournant cosmopolitique dans l’étude des migrations internationales ?, Revue Européenne des Migrations Internationales, 26 (2), [en ligne] consulté le 5/03/2013. URL : http://remi.revues.org/5122

Niels Martin, Bourdeau Philippe et Daller Jean-François Éds. (2012) Les migrations d’agrément : du tourisme à l’habiter, Paris, L’Harmattan, 412 p.

Norris Michelle and Nessa Winston (2010) Second-Home Owners : Escaping, Investing or Retiring ?, Tourism Geographies, 12 (4), pp. 546–567.

Pécoud Antoine» Immigration, entreprenariat et ethnicité », Métropoles [en ligne], consulté le 08/08/2015. URL : http://metropoles.revues.org/4560

Pellerin Hélène (2011) De la migration à la mobilité : changement de paradigme dans la gestion migratoire. Le cas du Canada, Revue Européenne des Migrations Internationales, 27 (2), pp. 57-75.

Pihet Christian et Viriot Durandal Jean-Philippe (2009) Migrations et communautarisation territoriale des personnes âgées aux États-Unis, Retraite et société, 3 (59), pp. 139-161.

Südas Ilkay et Mutluer Mustafa (2006) Immigration européenne de retraités vers la « Riviera turque » : le cas d’Alanya (côte méditerranéenne), Revue Européenne des Migrations Internationales, 22 (3), [en ligne] consulté le 09/05/2012. URL : http://remi.revues.org/3381

Tissot Sylvie (2011) De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’agir, 313 p.

US Census Bureau (2013) State and County Quickfacts, [en ligne] consulté le 10/01/2013. URL : http://quickfacts.census.gov/qfd/states

Van Noorloos Femke (2013) Residential Tourism and Multiple Mobilities : Local Citizenship and Community Fragmentation in Costa Rica, Sustainability, 5, pp. 570-589.

Haut de page

Notes

1 Données consultées, le 31 mars 2015, sur le site de l’INEGI. URL : http://www3.inegi.org.mx/sistemas/mexicocifras/default.aspx?e=31 et http://www3.inegi.org.mx/sistemas/temas/default.aspx?s=est&c=17484. L’INEGI ne propose pas de statistiques précises sur les étrangers au Mexique. Les chiffres de l’institut national de migration sont issus d’une étude portant sur l’année 2009. URL :http://www.inm.gob.mx/estadisticas/Estimacion_de_Poblacion/2009/ExtranjerosResMex.pdf consulté le 10 décembre 2012

2 Malgré la difficulté à estimer les populations expatriées (Dumont et Lemaitre, 2005), la population étatsunienne de Mérida compte au moins 2  500 individus. Pour une discussion plus approfondie de la question et des informations précises sur les chiffres, voir Bantman-Masum pour le Mexique (2014) et l’état des recherches d’Aude Etrillard (URL : https://lifestylemigrationhub.wordpress.com/2014/03/03/on-measuring-lifestyle-migration-and-the-case-for-a-qualitative-definition/).

3 L’expression gringo est utilisée par nos informateurs étasuniens quand ils se décrivent au Mexique. On parlera ici d’Étatsuniens et de Nord-Américains, des termes utilisés en espagnol mexicain pour nommer les citoyens des États-Unis. Le terme Anglo fera référence à l’ensemble des anglophones de Mérida, en incluant les Canadiens et Anglais notamment.

4 Citons également parmi les rares auteurs mexicains travaillant sur la question Monica Palma (spécialiste des migrations vers le Mexique), Bernardo Bolaños (UAM) et Camelia Tigau (UNAM), ainsi que Daniel Ancona (Cinvestav) dont les travaux sont en cours de publication.

5 Données consultées le 08/07/2015, disponibles sur le site American Factfinder. Pour les données sur les revenus : http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=ACS_13_5YR_DP03&src=pt consultées le 8 juillet 2015. Pour les données sur les foyers : http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=ACS_13_5YR_DP02&src=pt

6 Les contenus (écrit, audio, visuel) sont conçus pour faire subtilement la promotion de biens et de services.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographies : Annonces immobilières
Légende Source : photographies de l’auteur, 2012.
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/7308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Source : photographies de l’auteur, 2012.
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/7308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Source : photographies de l’auteur, 2012.
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/7308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bantman-Masum Ève (2015) Les Étatsuniens de Mérida, Mexique : mobilité ou migration ?, Revue Européenne des Migrations Internationales, 31 (2), pp. 119-138.

Référence électronique

Ève Bantman-Masum, « Les Étatsuniens de Mérida, Mexique : mobilité ou migration ? », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 31 - n°2 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/7308

Haut de page

Auteur

Ève Bantman-Masum

Maître de conférences (DEMA) et docteur en anthropologie (Lisst-Cieu), université Jean Jaurès – Toulouse II, 5 allées Antonio Machado, 31058 Toulouse Cedex 9 ; bantman.eve@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page