Navigation – Plan du site

La mesure des flux migratoires entre la France et l’étranger : et si on parlait (aussi) d’émigration ?

The Measure of Migratory Flows between France and Other Countries. Let’s (also) Talk about Emigration!
La medición de los flujos migratorios entre Francia y otros países. ¿Y si hablamos (también) de emigración?
Franck Temporal et Chantal Brutel
p. 215-229
Traduction(s) :
The measure of migratory flows between France and other countries; what if we also spoke of emigration?

Résumés

La mesure des flux migratoires a toujours été complexe et délicate. Au cours des dernières décennies, la connaissance des flux d’immigration et surtout d’émigration est restée incomplète rendant difficiles les comparaisons internationales. La nouvelle méthode d’estimation des flux migratoires entre la France et l’étranger, mise au point par l’Insee et présentée dans cet article, nous offre une vision globale des migrations, en ce qu’elle permet de traiter, pour la première fois, de la question des sorties du territoire français, de la part d’étrangers, mais aussi de nationaux. Les premiers résultats de la période récente (2006-2014) indiquent que si la France reste un pays d’immigration, elle est aussi un pays de départ et donc un territoire d’émigration.

Haut de page

Texte intégral

1La mesure des flux migratoires est depuis toujours complexe et délicate. Au cours des dernières décennies, la connaissance des flux d’immigration et surtout d’émigration demeurait incomplète. Le démographe Xavier Thierry notait que d’après l’Office européen de statistiques (Eurostat), ces flux étaient inconnus pour sept des vingt-sept pays membres de l’Union européenne en 2005, dont la France (Thierry, 2008b). Les chiffres variaient beaucoup selon les pays rendant difficiles les comparaisons internationales. Ces difficultés ont longtemps été liées à la pluralité des sources utilisées pour mesurer les mouvements internationaux, mais aussi à la définition du migrant variant d’un pays à l’autre, notamment en ce qui concerne la prise en compte de la durée de séjour. Sur ce dernier point, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et les Nations unies ont formulé des recommandations visant à améliorer les statistiques produites par les États (ONU, 1998). Ils ont notamment établi une définition du migrant international sur la base d’un changement de résidence habituelle d’un État à un autre pour une durée de séjour atteignant douze mois au minimum, indépendamment du critère de la nationalité ou du motif de migration. Ces recommandations ont été reprises ensuite par le règlement (CE) n° 862/2007 du Parlement et du Conseil du 11 juillet 2007 relatif aux statistiques communautaires sur la migration et la protection internationale1 abrogeant le règlement (CEE) n° 311/76 du Conseil relatif à l’établissement d’un statut des travailleurs étrangers. Ces nouvelles règles communes imposent aux États de fournir des statistiques communautaires sur l’immigration et l’émigration à destination et à l’origine des territoires des États membres vers un autre État membre ou un pays tiers. Il s’agit donc de mesurer les migrations internationales de nationaux, de citoyens d’un autre pays membre ou de ressortissants d’un pays tiers de l’Europe. Ces informations doivent être complétées par des statistiques sur la protection internationale (demande d’asile), sur les entrées et séjours irréguliers, sur les permis de résidence ou titres de séjour et sur les retours. Dans cette perspective, le Conseil et le Parlement européen identifient plusieurs sources de données mobilisables telles que les enregistrements des procédures administratives et judiciaires, les registres de populations concernant les procédures administratives, les recensements, les enquêtes par sondage et toute autre source appropriée.

2Compte tenu de ce contexte, cet article présente la méthode d’estimation des flux migratoires entre la France et l’étranger adoptée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et quelques principaux résultats de la période 2006-2014. Il montre en quoi cette nouvelle méthode d’estimation des flux migratoires permet d’avoir une vision globale des migrations, car elle permet de quantifier, pour la première fois, les sorties du territoire français. En effet, l’émigration est restée très longtemps absente des statistiques, mais aussi des débats publics et politiques sur la question migratoire.

3Comment l’imperfection des outils de mesure associée au contexte historique français a-t-elle pu conduire à la fois à orienter le regard sur les seules questions d’immigration et sur les seuls mouvements d’étrangers ? Nous détaillerons ensuite la méthode d’estimation des flux migratoires entre la France et l’étranger mise au point par l’Insee fin 2015. Enfin, nous discuterons quelques résultats de la période récente : si la France reste un territoire d’immigration, elle est aussi un pays d’émigration.

La mesure des flux migratoires, une équation tronquée ?

Des statistiques incomplètes

4Dans les différents pays du monde, les flux d’immigration sont habituellement estimés à partir de données administratives variées (titres de séjour, permis de travail ou registres de population). L’estimation des flux d’émigration est beaucoup plus rare, seuls certains pays enregistrent les départs, principalement des pays qui disposent de registres de population. Pendant des années, la France n’a pu respecter les recommandations internationales et européennes sur la mesure des flux migratoires avec l’étranger. En effet, elle fournissait à Eurostat une estimation de l’immigration étrangère en provenance des pays tiers ou des États membres de l’Europe, mais aucune information sur les flux de sorties des étrangers (retour des migrants vers leur pays d’origine ou départs vers un autre pays), ni sur les mouvements relatifs aux nationaux (départs et retours de Français de l’étranger). Cette situation résultait de la mauvaise qualité des sources administratives, souvent partielles sur les entrées en France et surtout de l’absence d’estimation des sorties.

5À la différence des pays disposant de registres de population, les flux d’émigration ne donnent pas lieu à un enregistrement statistique et il n’existe pas de base de données exhaustive sur les stocks de Français établis à l’étranger. Plusieurs sources existent cependant. Le registre mondial des Français installés dans un pays étranger est géré par le ministère des Affaires étrangères. L’inscription à ce registre est conseillée, car elle permet de simplifier les démarches administratives des ressortissants français à l’étranger, mais elle est facultative. Cette source consulaire reste donc incomplète (Brutel, 2015a). L’OCDE gère une base de données à partir des recensements des trente-quatre pays membres permettant d’estimer le nombre de Français à l’étranger, mais une fois encore, certains pays qui reçoivent des Français ne sont pas intégrés à cette source (Brutel, 2015a). Plusieurs autres pistes, comme la réalisation d’une enquête spécifique pour estimer de manière indirecte les expatriations, ont été étudiées (Thierry, 2008b). D’autres ont évoqué la prise en compte des sources administratives et notamment les données de l’assurance maladie pour estimer les flux migratoires de la France vers l’étranger (Riandey, 2007).

6En ce qui concerne les arrivées en France de Français nés à l’étranger, de retours de nationaux ayant préalablement émigré, ou d’arrivées d’étrangers d’un pays membre ou d’un pays tiers de l’Europe, les statistiques sont plus nombreuses, mais demeurent imparfaites. Pendant plusieurs années, celles qui étaient transmises par la France à Eurostat ne portaient que sur les entrées d’étrangers à partir de sources administratives diverses comme les données de l’Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrations (ANAEM), les demandes d’asile reçues par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) et le fichier des demandes de titre de séjour géré par les préfectures (Thierry, 2008b). Les étrangers sans titre de séjour, les étudiants, les travailleurs saisonniers ou temporaires ne figuraient pas dans ces statistiques (Cornuau et Dunezat, 2008). Parallèlement, l’Institut national d’études démographiques (Ined) menait ses propres estimations des flux migratoires à partir principalement des données d’application de gestion des dossiers de ressortissants étrangers en France, données dites « AGDREF ». Cette estimation, jugée conforme aux recommandations internationales, fournissait une estimation du flux d’entrée d’étrangers de pays tiers de l’Europe, complétée par une estimation des ressortissants communautaires dispensés de demander un titre de séjour. Cependant, comme le mentionnent Mazuy et al (2011) dans leur article de conjoncture démographique de l’Ined, cette estimation a dû être temporairement abandonnée, puis révisée à la suite d’un changement de la législation sur les autorisations de séjours en France en juin 2009. En résumé, cette réforme a conduit à dispenser certains ressortissants des pays tiers de l’Europe titulaires d’un visa de long séjour valant titre de séjour (« VLS/TS ») de demander un titre de séjour en préfecture la première année d’installation, remettant ainsi en cause la méthode d’estimation des flux à partir du fichier des titres de séjour. Depuis cette réforme, l’Ined produit une nouvelle estimation des flux migratoires à partir des informations administratives sur les titres de séjours délivrés à des étrangers résidant en France (Mazuy et al., 2015 ; Albis et Boubtane, 2015). Cette source de données ne porte que sur l’immigration étrangère, les mouvements de Français ne sont pas pris en compte et l’on ne traite que des personnes étrangères qui détiennent un titre de séjour. Autrement dit, ne sont pas comptabilisés les étrangers dispensés de demander un titre, comme c’est le cas des ressortissants d’un pays d’Europe, ni les étrangers qui résident illégalement sur le territoire français. En outre, en raison de la nature administrative des fichiers utilisés, le nombre d’entrées ainsi estimé correspond à une entrée dans une catégorie juridique et non à une véritable arrivée sur le territoire. La date de la demande du titre de séjour peut en effet être différente de celle de l’arrivée en France. L’estimation des sorties est encore plus fragile, la fin de validité d’un titre n’indiquant pas nécessairement un départ du territoire. Plus qu’un évènement démographique, la mesure porte ici sur des événements administratifs. Malgré ces réserves, cette estimation menée à partir des données AGDREF permet de dénombrer et de décrire les flux d’étrangers des pays tiers de l’Europe soumis à la demande d’un titre de séjour, de 1998 jusqu’à la période récente (Albis et Boubtane, 2015).

Des débats et des politiques centrés sur l’immigration

  • 2 Depuis quelques années, les politiques commencent à s’emparer du sujet de l’expatriation des França (...)

7Cette imperfection des statistiques migratoires de sortie du territoire a pu contribuer à orienter le regard et à centrer les débats sur les seules arrivées en France, au détriment de l’analyse des départs. Dans leur critique de l’absence de prise en compte des sorties dans les statistiques migratoires, Legoux et Orain (2014) indiquent que cette situation conduit à surestimer l’apport migratoire à la croissance de la population française. L’imperfection des statistiques peut expliquer le peu de recherches sur les sorties, les retours, l’émigration et les émigrés, biaisant ainsi notre vision des migrations. Dans une note relative à la situation des Français vivant hors du territoire national, Gonzales (2014) indique que les termes mêmes d’émigrés ou d’émigration sont très rarement utilisés dans les débats publics ; on leur préfère généralement les termes d’expatriation ou de Français établis à l’étranger. Ce lexique révèle la réticence ou la difficulté de penser la France comme un pays d’émigration. Le nombre d’études traitant de l’immigration, de l’accueil et des conditions de vie des immigrés et de leurs descendants est impressionnant. À l’inverse, rares sont les travaux consacrés à l’émigration des Français. Les débats et les politiques publiques s’intéressent quasi exclusivement à la politique d’immigration et aux conditions de l’accueil en France2. Rien ou presque sur les départs, à l’exception de la politique des retours (aidés) et des reconduites à la frontière de populations étrangères. Ce prisme conduit à ne pas traiter de l’émigration en tant que telle, mais plutôt des conséquences de l’immigration.

8Le fait que la France soit l’un des plus anciens pays d’immigration d’Europe peut expliquer historiquement l’accent mis sur les seuls immigrants. Depuis le XIXe siècle, sont venus s’installer des migrants de toute l’Europe (Belgique, Angleterre, Allemagne, Suisse, etc.), puis de Pologne, d’Espagne et d’Italie après la Première Guerre mondiale, suivis après 1945, du Portugal, du Maghreb et plus récemment d’Afrique Subsaharienne et d’Asie (Noiriel, 2016 ; Lessault et Beauchemin, 2009). Par ailleurs, comme le souligne Héran (2016), la France n’a pas, à la différence de ses voisins (Angleterre, Irlande, Allemagne, Italie), connu d’importants flux migratoires vers le Nouveau Monde en raison d’une croissance démographique alors plus modérée. Elle est généralement considérée comme un pays d’immigration et non un pays d’émigration.

9La nouvelle méthode d’estimation des flux migratoires entre la France et l’étranger mise au point par l’Insee permet précisément de décentrer le regard et d’avoir une vision globale des migrations. Elle reste une estimation, par définition perfectible, et nous ne négligeons pas les risques d’erreurs. Plusieurs travaux méthodologiques (Arbel et Costemalle, 2016) ont cherché à comparer la qualité des données AGDREF et des enquêtes annuelles de recensement (« EAR »). Il en ressort que ces deux sources donnent des estimations des flux divergentes. Les données des enquêtes de recensement auraient tendance à sous-estimer les arrivées de l’étranger par rapport aux données AGDREF dont la limite est de ne concerner que certaines catégories de migrants (Arbel et Costemalle, 2016). L’objet de cet article n’est pas de présenter ces considérations techniques sur la qualité de chacune de ces sources. Selon nous, ces deux sources de données permettent de disposer d’estimations de flux qui sont à utiliser en complémentarité pour la connaissance globale des mouvements migratoires entre la France et l’étranger. La méthode de l’Insee a cependant pour principal intérêt de présenter, pour la première fois, non seulement des statistiques sur les entrées en France, mais aussi sur les sorties. Elle a également le mérite de ne pas se concentrer uniquement sur les flux d’étrangers, et de prendre en compte les mouvements de Français.

L’estimation des flux migratoires entre la France et l’étranger

Flux et soldes migratoires : éléments de définition

10Les flux d’entrée sur le territoire français prennent en compte l’ensemble des personnes venant s’installer ou se réinstaller en France, qu’elles soient d’origine étrangère ou non. Il ne faut donc pas confondre flux d’entrées et arrivées d’immigrés, car toute personne entrant sur le territoire français ne doit pas être considérée comme migrante. Les touristes par exemple, qui effectuent de courtes durées de séjour, ne sont pas comptabilisés dans ces flux. On l’a dit, la définition statistique internationale de la migration fait référence à une durée de séjour ou une intention de rester sur le territoire français supérieure à douze mois. Les statistiques de flux migratoires de l’Insee sont transmises à Eurostat et ont été jugées conformes au règlement n° 862/2007 du Parlement européen et du Conseil relatif aux statistiques communautaires sur la migration et la protection internationale3. Elles permettent donc les comparaisons internationales.

11Les flux de sorties du territoire intègrent toute personne ayant quitté le territoire français au cours d’une année, qu’il s’agisse de Français faisant le choix d’aller vivre à l’étranger ou de personnes d’origine étrangère retournant dans leur pays d’origine, par exemple après une période d’étude ou de mobilité professionnelle. Il peut également s’agir de départs d’étrangers vers un autre pays d’émigration.

12On le sait, l’augmentation de la population française résulte de l’accroissement naturel (naissances - décès) et du solde migratoire. Ce dernier est en fait estimé indirectement, par différence entre, d’une part, l’évolution du chiffre total de la population telle que mesurée entre deux recensements successifs et, d’autre part, le solde naturel (naissances - décès) de l’année calculé à partir des données de l’état civil. Les données du recensement de la population étant aujourd’hui connues du 1er janvier 2006 au 1er janvier 2013 (cf. Encadré 1), on dispose du solde migratoire des années 2006 à 2012. Pour les années suivantes, les estimations de population sont provisoires. Elles sont réalisées en actualisant la population au 1er janvier 2013 indiquée par le dernier recensement disponible, grâce d’une part au solde naturel et d’autre part à une estimation du solde migratoire. Le solde migratoire de l’année 2013 est estimé provisoirement par la moyenne des trois derniers soldes définitifs (2010, 2011 et 2012). Ce solde est reporté pour 2014, de façon provisoire également. En janvier 2017, lorsque sera connue la population du recensement au 1er janvier 2014, ces soldes migratoires seront révisés.

13Nous proposons une étude des flux migratoires entre la France et l’étranger pour trois catégories de population : les personnes nées en France, les personnes immigrées, c’est-à-dire nées à l’étranger de nationalité étrangère, et les personnes nées françaises à l’étranger. Cette décomposition du solde migratoire pour ces trois groupes permet de dépasser les résultats agrégés où les flux de sens contraire selon l’origine des individus se compensent.

Encadré 1 : Le recensement rénové de la population et la mesure des flux migratoires

Dès 2004, l’Insee a mis en place un nouveau mode de recensement de la population. Autrefois effectué de manière exhaustive tous les dix ans environ jusqu’en 1999, le recensement de population est désormais remplacé par des enquêtes annuelles de recensement (EAR). Les communes de 10 000 habitants ou plus, où résident la moitié des habitants, font désormais l’objet d’une enquête annuelle auprès d’un échantillon de 8 % de la population, dispersé sur l’ensemble de leur territoire. Au bout de cinq ans, tout le territoire de ces communes est pris en compte et les résultats du recensement sont calculés à partir de l’échantillon de 40 % de leur population ainsi constitué. Pour l’autre moitié de la population, résidant dans des communes de moins de 10 000 habitants, leur commune est recensée exhaustivement tous les cinq ans, et une estimation annuelle est réalisée par interpolation ou extrapolation à partir des années d’enquête. Le champ des EAR est défini par l’ensemble des personnes résidant en France depuis au moins un an ou, pour les nouveaux arrivants, ceux qui prévoient de rester au moins un an en France.
Afin de transmettre les données dans les délais prévus par le nouveau règlement du Parlement européen4 (les données relatives à une année N doivent être transmises à Eurostat au plus tard en fin d’année N+1) et d’assurer une cohérence avec le bilan démographique, l’Insee a donc décidé d’utiliser les EAR pour mesurer les flux d’entrées. Par ailleurs, dès l’EAR de 2011, le changement de questionnaire a été l’occasion de réviser la méthode d’estimation des entrées pour l’envoi de nouvelles données à Eurostat fin 2013. En effet, depuis 2011, à des fins d’harmonisation européenne, la question relative au lieu de résidence antérieure ne concerne plus la situation cinq ans avant, mais un an avant. On identifie donc plus précisément la présence antérieure à l’étranger. En effet, sur une période de cinq ans, une même personne a pu effectuer plusieurs migrations de plus d’un an entre la France et l’étranger.

  • 5 64,2 millions en France métropolitaine et 2,1 millions dans les cinq départements d’outre-mer.
  • 6 À partir du premier janvier 2014, la population de Mayotte, estimée à 220 000 habitants, est intégr (...)

14Le 1er janvier 2015, 66,3 millions de personnes vivent en France5. Entre le début 2006 et le début 2015, la population a augmenté de 3,2 millions de personnes6. Le solde migratoire, de + 510 000 personnes sur l’ensemble de la période, contribue pour 16 % à cette hausse. En moyenne sur la période, ce solde migratoire est donc proche de + 57 000 par an ; il est la résultante d’un solde migratoire négatif pour les personnes nées en France (- 107 000) et positif pour les immigrés (+ 150 000) et les personnes nées à l’étranger de nationalité française (+ 14 000). Le solde migratoire des personnes immigrées est globalement stable sur la période 2006-2014, alors qu’au contraire, celui des personnes nées en France est en nette hausse, passant sur la période de - 60 000 à - 120 000. Ces deux tendances de sens contraire pour les Français et les immigrés n’apparaissent pas dans le solde migratoire global de l’ensemble de la population. Mais à eux seuls, ces soldes migratoires ne donnent qu’une information partielle sur les flux migratoires entre la France et l’étranger ; il convient donc de les décomposer entre flux d’entrées et flux de sorties afin de mieux en comprendre les évolutions.

Graphique 1 : Soldes migratoires entre la France et l’étranger par catégorie de population (période 2006-2014)

Graphique 1 : Soldes migratoires entre la France et l’étranger par catégorie de population (période 2006-2014)

Source : Insee, champ France (y compris Mayotte dès 2014).

L’estimation des flux d’entrées

15La méthode d’estimation des entrées sur le territoire est fondée sur l’exploitation des variables sur l’année d’arrivée, information demandée uniquement pour les personnes nées à l’étranger, et le lieu de résidence antérieure, disponible pour toutes les personnes recensées. Une analyse de la cohérence des données renseignées par une personne (année d’arrivée, résidence antérieure, date d’emménagement), distinguant les réponses effectivement fournies de celles imputées, a conduit à privilégier la réponse à l’année d’arrivée lorsque celle-ci est disponible par rapport à la variable sur le lieu de résidence antérieure. Lorsque l’information sur l’année d’arrivée fait défaut (c’est le cas des personnes nées en France ou des personnes nées à l’étranger et n’ayant pas répondu à cette question), c’est le lieu de résidence antérieure à l’étranger qui permet de déterminer si une personne est migrante ou non (Brutel, 2014b). Le questionnement sur le lieu de résidence antérieure ayant évolué en 2011, les entrées mesurées à partir des EAR de 2005 à 2010 ont dû être réestimées.

Encadré 2 : Mode de calcul des flux d’entrées

Les entrées de l’année N sont estimées de la manière suivante :

* Pour les années N ≥ 2010, sont comptabilisées comme entrées à partir de l’enquête annuelle de recensement N+1 :
- les personnes ayant déclaré comme année d’arrivée l’année N ;
- les personnes résidant à l’étranger au 1er janvier N (sauf si elles ont indiqué l’année N+1 comme année d’arrivée) ;
- les enfants nés à l’étranger en N (sauf s’ils sont arrivés en N+1).

* Ces critères sont transposés aux EAR 2005 à 2010 en les adaptant compte tenu du fait que la question sur la résidence antérieure fait référence à la situation au 1er janvier N-4 et non pas au 1er janvier N.

* Pour les années N comprises entre 2004 et 2009, sont comptabilisées comme entrées à partir de l’enquête annuelle de recensement N+1 :
- les personnes ayant déclaré comme année d’arrivée l’année N ;
- les enfants nés à l’étranger en N (sauf s’ils sont arrivés en N+1).
- Pour déterminer les entrées des autres personnes de plus d’un an, c’est-à-dire celles pour lesquelles on ne dispose pas d’information sur l’année d’arrivée en France (sans objet pour les nés en France ou non-réponse pour les nés à l’étranger) ou pour lesquelles l’année d’arrivée en France est antérieure à N-4, la méthode retenue consiste à estimer le nombre d’entrées l’année N, en appliquant à chacune des populations concernées (nées en France ou nées à l’étranger) les taux d’entrées par sexe et par âge détaillés observés avec l’EAR de 2011. Ces taux sont définis, pour chaque catégorie de population, comme le rapport entre le nombre de personnes comptabilisées dans les entrées avec l’EAR de 2011 (c’est-à-dire les personnes déclarant résider à l’étranger au 1er janvier N) et l’effectif total de la catégorie. Cette solution assure des niveaux globaux assez cohérents entre anciennes et nouvelles EAR, sans que l’on puisse toutefois garantir qu’il n’y a pas de rupture de série (les méthodes et données utilisées sont différentes).

L’estimation des flux de sorties

  • 7 L’Échantillon démographique permanent (EDP), panel d’individus, est en cours d’expertise pour la me (...)

16Comme énoncé précédemment, aucune source statistique7 ne permet d’estimer le nombre de personnes qui quittent chaque année le territoire français pour une durée au moins égale à douze mois. Les sorties sont donc estimées, par déduction, par la différence entre le solde migratoire et les entrées. Elles intègrent donc les incertitudes du solde migratoire, mais également celles liées à l’estimation des entrées. Elles sont toutefois faibles par rapport aux évolutions constatées sur une période de sept ans. L’évolution de la mobilité des personnes nées en France issue de cette méthode est cohérente avec celle issue de la base de données de l’OCDE. Plusieurs pays estiment en effet à partir de leurs propres sources statistiques les flux d’entrée et/ou de sortie des personnes nées en France.

Flux d’entrées et de sorties par catégories de population

17Le nombre d’entrées globales en France peut être décomposé selon les variables sociodémographiques disponibles dans les enquêtes annuelles de recensement, par exemple le pays de naissance, le sexe, l’âge ou encore le niveau de diplôme ce qui permet de décrire les personnes concernées.

18Au cours de l’année 2014, 340 000 personnes sont arrivées en France. Parmi elles, 234 000 sont immigrées, soit près de 70 % de l’ensemble des entrées. Les autres entrées correspondent à des retours de personnes qui sont nées en France (84 000) et à l’arrivée de personnes nées françaises à l’étranger (22 000). À l’inverse, 293 000 personnes ont quitté la France. 80 000 immigrés sont retournés à l’étranger, soit plus de 27 % des sorties du territoire. Il s’agit essentiellement d’étudiants étrangers quittant la France à la fin de leurs études, de départs à l’issue d’une période d’emploi de quelques années ou encore de retours au pays au moment de la retraite. 202 000 personnes nées en France ont quant à elles quitté le territoire français en 2014. Elles représentent près de 70 % du nombre total de départs. Les retours à l’étranger de personnes nées françaises à l’étranger sont de faible ampleur (11 000). On observe donc deux principaux mouvements migratoires (l’arrivée d’une population immigrée en France et le départ de Français à l’étranger) et deux mouvements induits par les précédents (les retours d’immigrés dans leur pays d’origine ou un nouveau départ pour un autre pays après une migration en France et les retours de Français ayant préalablement migré à l’étranger).

19Compte tenu de ces mobilités géographiques, les soldes migratoires des immigrés (+ 154 000) et des personnes nées françaises à l’étranger (+ 11 000) sont tous deux positifs, les entrées dépassant les départs. À l’inverse, celui des personnes nées en France est négatif (- 118 000) ; il vient largement compenser les soldes migratoires positifs des immigrés et des personnes nées françaises à l’étranger, conduisant ainsi au faible solde migratoire de l’ensemble de la population (+ 47 000). Globalement les entrées et les départs du territoire représentent chacun 0,5 % de la population totale en 2014, soit un niveau stable depuis 2006, peu différent des arrivées de personnes nées à l’étranger : 0,4 % de l’ensemble de la population et inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE (0,6 %).

Graphique 2 : Taux d’entrée des personnes nées à l’étranger dans les principaux pays de l’OCDE

Graphique 2 : Taux d’entrée des personnes nées à l’étranger dans les principaux pays de l’OCDE

Source : OCDE.

20Le taux d’entrée des immigrés est logiquement plus important que le taux global : 4 % des immigrés résidant en France en 2014 sont arrivés en 2013 et 1,3 % ont quitté le territoire. La population née en France est évidemment beaucoup moins mobile, avec un taux de sortie de 0,3 % et un taux de retour en France de 0,2 %. L’effet de taille entre la population immigrée et celle des personnes nées en France limite toutefois la comparaison de ces taux.

Graphique 3 : Évolution du nombre d’entrées en France

Graphique 3 : Évolution du nombre d’entrées en France

Source : Insee, champ France.

Graphique 4 : Évolution du nombre de sorties de France

Graphique 4 : Évolution du nombre de sorties de France

Source : Insee, champ France.

21De 2006 à 2014, le solde migratoire total de la France a diminué, passant de + 112 000 à + 47 000, le nombre de départs ayant progressé plus vite que le nombre d’entrées. Ce constat tient principalement à l’augmentation du nombre de personnes nées en France partant pour l’étranger. En effet, sur la période, le nombre de leurs départs a progressé de 5 % par an en moyenne. En 2014, plus de 200 000 personnes nées en France ont quitté le territoire, soit 64 000 de plus qu’au cours de l’année 2006. Parallèlement à cette intensification des départs, les retours des personnes nées en France sont stables, même si une légère augmentation des retours en 2014 est constatée. De ce fait, le solde migratoire négatif des personnes nées en France s’est renforcé sur la période (de - 60 000 à - 120 000). Du côté des personnes nées en France, on compte donc environ dix départs à l’étranger pour quatre retours. En ce qui concerne la population immigrée, ce rapport s’établit à dix entrées en France pour un peu plus de trois sorties vers l’étranger (retours au pays d’origine ou départs vers un autre pays d’émigration). Ainsi, deux mouvements de sens contraires se compensent dans le solde migratoire de l’ensemble de la population.

  • 8 Il peut s’agir d’enfants accompagnant leurs parents en migration.

22La plupart des départs à l’étranger de personnes nées en France concernent des jeunes adultes, ils surviennent entre dix-huit et vingt-neuf ans, âges d’études ou de début d’activité ; un départ sur dix concerne un jeune de moins de dix-huit ans8. Les personnes nées en France, qui reviennent après un séjour à l’étranger sont logiquement plus âgées : la moitié d’entre elles ont entre dix-huit et vingt-neuf ans et un tiers entre trente et cinquante-quatre ans. Entre 2006 et 2014, la structure par âge de la mobilité des personnes nées en France n’a guère évolué ; elles sont toutefois un peu plus nombreuses à partir entre trente et cinquante-quatre ans et un peu moins nombreuses à partir après cinquante-cinq ans.

Graphique 5 : Profil par âge des retours de personnes nées en France (en %)

Graphique 5 : Profil par âge des retours de personnes nées en France (en %)

Source : Insee, champ France.

23Entre 2006 et 2014, les départs d’immigrés augmentent aussi (+ 51 000). Ainsi, 80 000 personnes ont quitté le territoire français en 2014, soit près de trois fois plus qu’en 2006. Dans le même temps, leurs entrées n’ont augmenté que de 41 000 personnes. Ainsi, le solde migratoire des immigrés s’est légèrement réduit : il est estimé à + 154 000 en 2014 contre + 164 000 en 2006. L’accroissement de la mobilité professionnelle de courte durée, notamment intra-européenne, peut expliquer ce constat.

24L’augmentation des flux migratoires n’est pas spécifique à la France (OCDE, 2015). Entre 2006 et 2013, le nombre d’immigrants dans l’ensemble des vingt-huit pays de l’Union européenne a augmenté de 208 000 personnes et le nombre de départs s’est accru de 802 000 personnes. En 2013, le solde migratoire de l’ensemble de l’Union européenne s’élève ainsi à + 575 000 (3,4 millions d’entrées et 2,8 millions de sorties), soit 594 000 de moins qu’en 2006. La situation diffère selon les pays : par exemple, le solde migratoire de l’Allemagne augmente fortement ; à l’inverse, celui de l’Espagne devient négatif. Ces tendances vont dans le sens d’une intensification des départs hors de France. Elles nous invitent à dépasser les données agrégées où les flux de sens contraires des populations sont compensés.

Conclusion : changer de regard sur les migrations

25Pendant longtemps, la France n’a pu respecter les recommandations internationales en matière de statistique sur les flux migratoires avec l’étranger. Si les flux d’entrée d’étrangers sur le territoire français étaient connus, les flux de sorties eux ne l’étaient pas. Plus problématique encore, nous ne connaissions rien des flux migratoires annuels des Français. Cette nouvelle méthode d’estimation des flux migratoires entre la France et l’étranger mise au point par l’Insee permet de combler ces lacunes. C’est une méthode d’estimation annuelle, qui a vocation à être améliorée et peut être utilisée en complément des autres sources statistiques existantes. Elle permet, pour la première fois, d’avoir une vision globale des mouvements migratoires et de leurs tendances. Elle offre ainsi aux décideurs politiques et institutionnels, à la société civile, au monde de la recherche et au grand public des informations essentielles sur l’ensemble des entrées et des départs de France. Nourrissant les débats scientifiques et politiques, les données issues de ces estimations devraient contribuer à décentrer le regard tourné jusqu’à présent de manière presque exclusive vers l’immigration en France et à ouvrir la focale vers d’autres flux, dont les enjeux sont tout aussi importants pour la dynamique démographique et sociétale du pays.

26Les premiers résultats issus de cette méthode indiquent en effet que si la France est bien un pays d’immigration, elle est également un pays d’émigration avec des flux de départs vers l’extérieur non négligeables qui viennent compenser largement les arrivées. Les tendances récentes indiquent d’ailleurs une intensification de ces départs de France de la part de populations françaises et étrangères. Ces résultats invitent enfin à relativiser le caractère permanent de l’installation des migrants après une arrivée en France et illustrent plutôt une circulation migratoire de populations entre la France et l’étranger.

Haut de page

Bibliographie

Albis Hippolyte (d’) et Boubtane Ekrame (2016) De la difficulté d’estimer les flux migratoires, Association française de science économique, [en ligne] consulté le 24/07/2016. URL : http://www.blog-afse.fr/content/de-la-difficulté-d’estimer-les-flux-migratoires

Albis Hippolyte (d’) et Boubtane Ekrame (2015) Caractérisation des flux migratoires en France à partir des statistiques de délivrance de titres de séjour (1998-2013), Population, 70 (3), pp. 487-523

Arbel Julyan et Costemalle Vianney (2016) Estimation des flux d’immigration : réconciliation de deux sources par une approche bayésienne, Économie et statistique, 483-484-485, pp. 121-149.

Bellamy Vanessa et Beaumel Catherine (2015) Bilan démographique 2014. Des décès moins nombreux, Insee Première, 1532, 4 p.

Brutel Chantal (2015a) L’analyse des flux migratoires entre la France et l’étranger entre 2006 et 2013, Insee Analyses, 22, 4 p.

Brutel Chantal (2015b) Population française, étrangère et immigrée en France depuis 2006, Insee Focus, 38, 4 p.

Brutel Chantal (2014a) Les immigrés récemment arrivés en France. Une immigration de plus en plus européenne, Insee Première, 1524, 4 p.

Brutel Chantal (2014b) Estimer les flux d’entrée sur le territoire à partir des enquêtes annuelles de recensement, Document de travail Insee, F1403, 24 p.

Cornuau Frédérique et Dunezat Xavier (2008) L’immigration en France : concepts, contours et politiques, Espace populations sociétés, 2, [en ligne] consulté le 04/10/2016. URL : http://eps.revues.org/3330 ; DOI : 10.4000/eps.3330

Gonzales Julien (2014) Trop d’émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France, Fondapol, 52 p., [en ligne] consulté le 15/10/2016. URL : http://www.fondapol.org/etude/julien-gonzalez-trop-emigres-regards-sur-ceux-qui-partent-de-france/

Héran François (2016) Parlons immigration en 30 questions, Paris, La Documentation française, 104 p.

Legoux Luc et Orain Renaud (2014) Une étrange absence. La faible prise en compte des sorties dans les statistiques migratoires, e-Migrinter, 12, (en ligne). URL : https://e-migrinter.revues.org/389

Lessault David et Beauchemin Cris (2009) Les migrations d’Afrique subsaharienne en Europe : un essor encore limité, Population & Sociétés, 452, 4 p.

Mazuy Magali, Barbieri Magali, Breton Didier et Albis Hippolyte (d’) (2015) L’évolution démographique récente de la France et ses tendances depuis 70 ans, Population, 70 (3), pp. 417-486.

Mazuy Magali, Prioux France et Barbieri Magali (2011) L’évolution démographique récente en France. Quelques différences entre les Départements d’outre-mer et la France métropolitaine, Population, 66 (3-4), pp. 503-554.

Noiriel Gérard (2016) Le Creuset français. Histoire de l’immigration (XIXe-XXe siècle), Paris, Points, 447 p.

OCDE (2015) Perspectives des migrations internationales en 2015, Paris, OCDE, 383 p.

ONU (1998) Recommandations en matière de statistiques des migrations internationales – Révision 1, New York, Publication des Nations Unies ST/ESA/STAT/SER.M/58/Rev.1.

Riandey Benoit (2007) Le nouveau système d’information de l’assurance maladie en France permettrait-il une estimation des flux d’émigration ?, Aidelf, 12, pp. 93-107.

Thierry Xavier (2008a) Migrations : le défi statistique européen, Futuribles, 343, pp. 61-77.

Thierry Xavier (2008b) Les migrations internationales en Europe : vers l’harmonisation des statistiques, Population & Sociétés, 442, 4 p.

Thierry Xavier (2001) Les entrées d’étrangers en France de 1994 à 1999, Population, 3, pp. 423-450.

Haut de page

Notes

1 http://eur-lex.europa.eu/legal-content/fr/TXT/?uri=CELEX%3A32007R0862

2 Depuis quelques années, les politiques commencent à s’emparer du sujet de l’expatriation des Français.

3 http://eur-lex.europa.eu/legal-content/fr/TXT/?uri=CELEX%3A32007R0862

4 http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2007:199:0023:0029:FR:PDF

5 64,2 millions en France métropolitaine et 2,1 millions dans les cinq départements d’outre-mer.

6 À partir du premier janvier 2014, la population de Mayotte, estimée à 220 000 habitants, est intégrée à la population française.

7 L’Échantillon démographique permanent (EDP), panel d’individus, est en cours d’expertise pour la mesure des flux de sorties du territoire. La nouvelle version de l’EDP intègre désormais les données de sources fiscales.

8 Il peut s’agir d’enfants accompagnant leurs parents en migration.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Soldes migratoires entre la France et l’étranger par catégorie de population (période 2006-2014)
Crédits Source : Insee, champ France (y compris Mayotte dès 2014).
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/8270/img-1.png
Fichier image/png, 91k
Titre Graphique 2 : Taux d’entrée des personnes nées à l’étranger dans les principaux pays de l’OCDE
Crédits Source : OCDE.
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/8270/img-2.png
Fichier image/png, 66k
Titre Graphique 3 : Évolution du nombre d’entrées en France
Crédits Source : Insee, champ France.
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/8270/img-3.png
Fichier image/png, 78k
Titre Graphique 4 : Évolution du nombre de sorties de France
Crédits Source : Insee, champ France.
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/8270/img-4.png
Fichier image/png, 83k
Titre Graphique 5 : Profil par âge des retours de personnes nées en France (en %)
Crédits Source : Insee, champ France.
URL http://journals.openedition.org/remi/docannexe/image/8270/img-5.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Temporal et Chantal Brutel, « La mesure des flux migratoires entre la France et l’étranger : et si on parlait (aussi) d’émigration ? », Revue européenne des migrations internationales, vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, 215-229.

Référence électronique

Franck Temporal et Chantal Brutel, « La mesure des flux migratoires entre la France et l’étranger : et si on parlait (aussi) d’émigration ? », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 - n°3 et 4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/8270 ; DOI : 10.4000/remi.8270

Haut de page

Auteurs

Franck Temporal

Sociodémographe, Maître de conférences, Université Paris Descartes, CEPED, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris ; franck.temporal@ceped.org

Articles du même auteur

Chantal Brutel

Administratrice de l’Insee responsable de la cellule « statistiques et études sur l’immigration », Insee, 18 boulevard Adolphe Pinard, 75675 Paris Cedex 14 ; chantal.brutel@insee.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page