Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Flory Céline, De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle

Yves Charbit
p. 331-332
Référence(s) :

Flory Céline (2015) De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle, Paris, Khartala, 455 p., ISBN : 978-2-8111-1339-1

Texte intégral

1Ce livre, consacré à l’histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle, est issu d’une thèse de doctorat en histoire couronnée par deux prix en 2011 et 2012. Alors que l’esclavage a été très largement étudié, la catégorie des travailleurs engagés sous contrat l’est beaucoup moins. En réalité, celle-ci recouvre deux sous-populations distinctes. Sur les 18 520 personnes introduites avant et après l’abolition de l’esclavage en 1848 en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane dans la Caraïbe, la plus grande partie (93 %) était des individus libres qui avaient signé un contrat dit d’engagement, 7 % des hommes, des femmes et des enfants rachetés par des armateurs français, alors qu’ils étaient captifs ou esclaves en Afrique.

2Si Céline Flory parle de liberté forcée, c’est parce que le parallèle avec l’esclavage s’impose. Sans être captif esclave, ni esclave, ils n’étaient nullement maîtres de leur corps, ni de leur mouvement, en particulier par rapport à la possibilité de retourner en Afrique à la fin de leur contrat. Les engagés, en dépit des apparences, avaient le plus souvent signé ce contrat sans vraiment en connaître les conditions. Ils n’étaient donc pas « maîtres de leur volonté ». Quant à ceux qui avaient été rachetés par des engagistes, ceux pour qui ils devaient travailler, ils furent utilisés comme une main-d’œuvre quasi servile, les employeurs s’efforçant d’éviter l’accusation d’esclavage, dans le contexte abolitionniste de la première moitié du XIXe siècle.

3L’intérêt de l’ouvrage est de présenter de manière très approfondie et documentée pratiquement toutes les dimensions du problème ou précisément tous les acteurs impliqués. Au XVIIe et XVIIIe siècle, au moment de l’esclavage le pouvoir des planteurs était quasiment illimité, la royauté, beaucoup trop lointaine, était incapable d’exercer un contre-pouvoir réel. Au XIXe siècle, la situation internationale est différente. Le gouvernement français doit constamment être attentif à la pression exercée par l’Angleterre et aux accords internationaux relatifs à l’esclavage signés par la France. Ainsi un droit de visite pouvait être exercé par la Royal Navy sur les navires français transportant les engagés.

4La première partie du livre, centrée sur les tensions entre la France et l’Angleterre et illustrée par les échanges de correspondance entre les ministres des deux pays, équilibre remarquablement l’histoire diplomatique et des relations internationales et celle des rivalités économiques autour de l’enjeu crucial de l’approvisionnement en main-d’œuvre dans les colonies. Par exemple, l’Angleterre qui bénéficiait de l’immense réservoir de main-d’œuvre en Inde ne laissa quasiment aucun accès aux recruteurs français. Un chapitre intitulé « Une immigration africaine transatlantique obsolète » met en lumière les conséquences de la montée en puissance de l’empire colonial français en Afrique. Les besoins en main-d’œuvre de l’économie de plantation dans les Antilles deviennent secondaires comme l’exprime bien Faidherbe en 1857 : « L’intention du gouvernement français ne peut être de sacrifier ses colonies pleines d’avenir de la côte occidentale d’Afrique, à ses colonies des Antilles, qui ont dit depuis longtemps leur dernier mot, en fait de développement et toujours causé tant de difficultés à la métropole pour ces malheureuses questions d’esclavage et des haines des races. »

5La deuxième partie analyse les conditions concrètes de la filière migratoire et le rôle des quatre entrepreneurs privés, en montrant le contrôle exercé par le gouvernement français, qui institue des « délégués du gouvernement pour les migrations », aussi appelés agents-chirurgiens, car ils appartenaient au corps des chirurgiens de la Marine, pour vérifier les engagements au départ des côtes africaines et qui embarquaient sur les bateaux jusqu’à l’arrivée aux Antilles, d’où souvent des conflits avec les capitaines. L’auteur distingue à juste titre la question du consentement dans le cas des Africains libres (1854-1857) et dans celui des Africains captifs (1857-1862). L’analyse très détaillée des conditions concrètes de la signature du contrat d’engagement sur ces deux périodes montre bien le piège qui se refermait sur les hommes et les femmes libres, surtout des Krous. Les Africains captifs furent rachetés plutôt au Gabon et au Congo, mais l’offre disponible était constituée d’individus souvent malades, affaiblis, chétifs, au point que les recruteurs français n’arrivaient pas à tenir les engagements conclus contractuellement avec le gouvernement, d’autant qu’ils étaient en concurrence avec les négriers transatlantiques. La réalité de la condition des rachetés, la procédure de rachat sont telles que la distance par rapport à l’esclavage est bien ténue. Le principe même d’un consentement, qui figure pourtant dans le décret du 27 mars 1852 qui organisait le rachat, ne fut nullement respecté. Les conditions abominables de la traversée, sur des bateaux dont l’auteur décrit très précisément l’organisation de l’espace, aboutirent à une mortalité élevée qui rappelle encore fortement esclavage : emplacement, entassement, modalités de conservation de l’eau, latrines favorisaient les épidémies de dysenterie, tandis que l’habillement dérisoire et l’alimentation insuffisante aggravaient encore les risques de mortalité. Et comme pour les esclaves, la discipline était très dure, entraînant parfois des rébellions.

6La troisième partie porte sur la vie dans les colonies. L’étude des conditions de travail est centrée sur le travail forcé, qui permettait de maintenir l’organisation économique alors que l’esclavage avait été aboli, avec des salaires dérisoires qui maintenaient de fait les engagés dans la misère, compte tenu de tous les prélèvements effectués et de la quasi-impossibilité de pouvoir racheter le retour à la fin du contrat d’engagement. La vie dans les colonies se caractérise aussi par des formes de résistance : protestations auprès des autorités, auxquelles il était rarement donné suite, révoltes et violences physiques, fuite et « marronnage », suicides. Le dernier chapitre porte sur les relations avec la société créole. Les esclaves africains se mêlaient parfois, mais pas toujours aux Créoles et aux travailleurs indiens, et ceci davantage en Guyane qu’en Guadeloupe et en Martinique.

7En résumé, ce livre, remarquablement documenté et enrichi de nombreux tableaux, graphiques, cartes et d’une abondante bibliographie, est une contribution majeure à la connaissance de cette période de transition entre l’esclavage et la reconnaissance à la fin du siècle du statut de citoyens à toute cette population d’immigrés présents depuis plusieurs décennies dans les colonies. On ne peut que saluer le tour de force qui consiste à proposer, on l’a dit, une vision globale de cette page de l’histoire coloniale, tout en apportant sur chacun de ses aspects des analyses précises qui emportent la conviction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Charbit, « Flory Céline, De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8605

Haut de page

Auteur

Yves Charbit

Professeur émérite de démographie, CEPED/Université Paris Descartes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page