Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Pieret Denis, Les frontières de la mondialisation. Gestion des flux migratoires en régime néolibéral

Cécile Giraud
p. 333-334
Référence(s) :

Pieret Denis (2016) Les frontières de la mondialisation. Gestion des flux migratoires en régime néolibéral, Liège, Presses Universitaires de Liège, 328 p., ISBN : 978-2-87562-095-8

Texte intégral

1Dans l’article qu’elle a publié à l’occasion des dix ans de la revue Mobilities, Sheller (2016) appelait la communauté scientifique à utiliser une approche foucaldienne afin de mettre à jour les dispositifs qui jouent sur les inégalités d’accès à la mobilité. Denis Pieret, docteur en philosophie de l’université de Liège, répond avec brio à cet appel dans le livre adapté de sa thèse de doctorat, Les frontières de la mondialisation. Gestion des flux migratoires en contexte néolibéral.

2La question qui traverse ce travail est celle de la rationalité qui sous-tend la gestion contemporaine des flux migratoires et l’auteur la pose à travers la thématique plus générale des effets du passage du libéralisme au néolibéralisme sur les populations migrantes. Pour y répondre, il se fixe plusieurs objectifs. D’abord, dans une approche foucaldienne du pouvoir, montrer comment fonctionne la norme (dans ses dimensions souveraine, disciplinaire et biopolitique) dans le champ des politiques migratoires. Ensuite, comprendre les contradictions apparentes qui structurent les politiques migratoires contemporaines sous l’angle de leur participation à une rationalité cohérente, celle du néolibéralisme qui exerce toujours le pouvoir à la fois de manière répressive et incitative. Enfin, il entend montrer que la gestion contemporaine des flux migratoires multiplie les espaces et les formes d’action de la frontière, et ce faisant, agit en produisant des mobilités différenciées selon un nouveau principe structurant : non plus intérieur vs extérieur, mais mobile vs fixe.

3Pour remplir ses objectifs, Denis Pieret articule données empiriques (en s’appuyant sur l’étude de documents officiels, institutionnels, juridiques, etc.) et cadre philosophique, lui-même adossé à deux courants théoriques distincts : celui, issu des travaux de Foucault, qui analyse le néolibéralisme comme une gouvernementalité, et celui qui porte sur l’étude de la mondialisation et met en évidence la multiplication des centres et des périphéries (notamment les travaux de Balibar, Harvey, Wallerstein).

4La première partie du livre retrace dans une perspective généalogique les grands principes du droit des étrangers (illustré par le cas de la Belgique), de la libre circulation et des politiques d’asile et d’immigration en Europe depuis la signature du Traité de Rome jusqu’au programme de Stockholm.

5La deuxième partie du livre offre un rappel bienvenu de la conceptualisation foucaldienne des différentes technologies de pouvoir, et sert de prélude à l’analyse des différents instruments de gestion des mouvements migratoires. Pieret commence par un passage en revue des instruments répressifs du pouvoir, ceux qui marquent des frontières : les camps, les zones extraterritoriales, les centres de rétention, les murs, les programmes qui s’appuient sur les nouvelles technologies pour ériger des « smart borders ». Il note cependant que la fonction de ces outils anciens du pouvoir a tendance à changer : les camps par exemple ne servent plus vraiment à normer le comportement des migrants, mais plutôt à réguler leurs mouvements.

6La troisième partie du livre s’intéresse à la nouveauté des discours portant sur le « migration management » en tant qu’il se présente comme un nouveau champ de connaissance qui agence conceptions théoriques, outils de surveillance, dispositifs administratifs, aspects juridiques et techniques de la frontière. Pieret isole et interroge la rationalité managériale de ce nouveau savoir spécialisé.

7La quatrième et dernière partie du livre porte sur la manière dont les frontières agissent comme instrument de différenciation visant à maintenir en mouvement ou à contraindre à l’immobilité les populations en fonction des exigences d’un capitalisme global.

8Le travail de Pieret tend finalement à montrer comment le nouveau régime de régulation des migrations vise à faire des migrants, selon les préceptes de la gouvernementalité néolibérale, des entrepreneurs de soi, des hommes parfaitement adaptés à cette nouvelle logique de flux qui agit non pas en mettant tout et tous indifféremment en mouvement, mais qui fluidifie en « stasiant » différentiellement, en aménageant les conditions qui favoriseront seulement la mobilité des plus aptes. Ce faisant, la hiérarchisation de la population passe désormais par la dichotomie mobile-fixe, « bons » migrants qu’il faut encourager et laisser circuler, et « mauvais » migrants qu’il faut « stasier » ou maintenir dans la périphérie.

9En conclusions, le livre de Denis Pieret nous offre une perspective originale sur les enjeux qui sous-tendent les régulations contemporaines des flux migratoires, en même temps qu’une opérationnalisation très réussie de la pensée du dernier Foucault. En sortant d’une philosophie « auto-centrée », Pieret réussit son pari de nous offrir une réflexion philosophique poussée sur un objet empirique à l’actualité brûlante.

10Nous retenons en particulier son articulation claire et ambitieuse des différents concepts qui composent le champ contemporain des politiques migratoires et leur mise en perspective à la lumière d’une théorisation de la rationalité frontalière. Nous regrettons parfois le manque d’approfondissement de certains concepts ou idées, mais cela est à porter au compte d’une pensée riche qui aborde un nombre conséquent d’éléments propres à ce nouveau management des migrations.

11Finalement, nous rejoignons Balibar qui signe la postface du livre et qui écrit : « la maîtrise du sujet, l’érudition pluridisciplinaire, la clarté d’exposition, la construction d’une argumentation à la fois nuancée et progressive, la fermeté de l’orientation théorique proposée font du livre de Denis Pieret un travail de très grande qualité ». Nous recommandons la lecture de ce livre à tous ceux qui désirent comprendre en profondeur cette nouvelle gestion des migrations en contexte néolibéral, ses apparentes contradictions et sa rationalité propre.

Haut de page

Bibliographie

Sheller Mimi (2016) Uneven Mobility Futures: A Foucauldian Approach, Mobilities, 11 (1), pp. 15-31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Giraud, « Pieret Denis, Les frontières de la mondialisation. Gestion des flux migratoires en régime néolibéral », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8607

Haut de page

Auteur

Cécile Giraud

Doctorante et assistante, Centre d’études du développement/Université Catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page