Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Whongo Ahanda Antoine, Comment s’informent et communiquent les Camerounais de l’étranger

Pierre Kamdem
p. 334-338
Référence(s) :

Whongo Ahanda Antoine (2014) Comment s’informent et communiquent les Camerounais de l’étranger, Paris, L’Harmattan, 218 p., ISBN : 978-2-343-03994-7

Texte intégral

1Dans son ouvrage court et dense intitulé Comment s’informent et communiquent les Camerounais de l’étranger ?, Antoine Whongo Ahanda, journaliste de formation alors conseiller culturel à l’ambassade du Cameroun à Paris depuis une quinzaine d’années, nous propose une approche de la migration camerounaise saisie au prisme des outils disciplinaires des sciences de l’information et de la communication. Il prend particulièrement appui sur les effets des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ayant permis au courant migratoire camerounais de contourner les traditionnels obstacles à sa visibilité, ou tout du moins à son audibilité, afin d’opérer son incursion dans l’arène des affaires publiques de son pays d’origine, plus particulièrement l’arène politique que l’auteur choisit de scruter prioritairement. Pour ce faire, il place ses travaux sous l’angle d’une confrontation conceptuelle entre communication et transnationalisme, confrontation qu’il considère à même de mieux rendre compte des constructions diasporiques atypiques, voire marginales, en cours au sein de ce courant migratoire, particulièrement en Île-de-France où la majeure partie de son travail a été conduite.

2Cet ouvrage est structuré en cinq études suivant une logique propre aux ouvrages collectifs hétérogènes, chaque section ou chapitre disposant de sa propre bibliographie. Il démarre par une introduction générale permettant à l’auteur d’exposer dans un premier temps, les justifications de cette production scientifique dont la plus prégnante serait la mondialisation. Cette dernière est considérée comme point d’ancrage de la diversité des modes de communication transnationale en œuvre dans les nouvelles constructions diasporiques multiformes. C’est le cas des démarches subversives des composantes migratoires camerounaises considérées marginales qu’il met en résonance avec l’image fortement écornée du pays d’origine à l’étranger. Dans un second temps de cette introduction générale, il présente la méthodologie adoptée. Celle-ci croise dépouillement de bases documentaires diverses, entretiens semi-structurés auprès de Camerounais de la région francilienne et observations participantes en tant qu’acteur de premier plan, tout en convoquant la dimension pluridisciplinaire de la mouvance des « cultural studies » dans laquelle l’auteur ancre la filiation de ses travaux et tente ainsi d’expliquer le caractère juxtaposé des thématiques évoquées dans les différentes parties intitulées « étude ».

3À cet effet, la première étude s’attache à formuler un « transnationalisme camerounais » que l’auteur estime enchâssé entre un désir d’intégration de ces migrants en pays d’accueil et une revendication de citoyenneté considérée « à distance » par rapport au pays d’origine, à laquelle il attribue la notion de « citoyenneté externe ». Il s’appuie sur la trajectoire géo-historique du Cameroun, particulièrement sur sa dimension politique fortement oppressive tant en période coloniale que postcoloniale, pour expliquer la mise en place d’un courant migratoire camerounais aussi appelé « mouvements diasporiques camerounais » fortement contestataire. Il procède dans un premier temps à la restitution de l’histoire politique de cette diaspora en nous éclairant sur la mise en place d’une opposition camerounaise portée en migration par l’Union Nationale des Étudiants Kamerunais (UNEK). Cette opposition est dès le départ soumise à une stratégie croisée de séduction-répression parfois féroce sous le règne du premier président Ahmadou Ahidjo (1960-1982), aboutissant à ce que l’auteur appelle « maquis intellectuel ». Un assouplissement des relations survient avec l’avènement de la politique du « Renouveau » du second président Paul Biya (en place depuis 1982). À la fin des années 1980, cet assouplissement est accéléré par les divers changements globaux ayant imposé l’adoption des lois renforçant les libertés publiques au Cameroun en concomitance avec l’émergence des NTIC. Ensuite l’auteur nous propose un panorama de la migration camerounaise en établissant une catégorisation traversée par la double facette classique des migrations sur le plan juridique (régulières et irrégulières). Cette catégorisation repose sur des effectifs estimatifs dans lesquels on retrouve trois composantes majeures que sont les migrations pour études et la problématique des retours, les migrations de travail et la problématique des transferts de fonds, et les migrations familiales avec la problématique des compositions matrimoniales transnationales. Le panorama proposé est ensuite renforcé par une esquisse de la hiérarchisation des espaces d’accueil de ces migrants dont l’auteur essaye d’éclairer les différents modes d’organisation tant associatifs que politiques faits de clivages et convergences en vue de l’exercice de la citoyenneté, voire de la « formation d’une identité de citoyen ».

4Cette première étude s’achève par une esquisse de l’enjeu politique de la diaspora camerounaise que constituent la participation politique et ses processus électoraux nourrissant un transnationalisme politique. Celui-ci développe dans ses diverses revendications politiques redoutées par le pouvoir en pays d’origine qui continue d’y apporter des réponses inconstantes, bien souvent défensives, voire teintées de « nationalisme gouvernemental ». Ce qui, selon l’auteur, fait cohabiter en pays d’accueil face au processus d’intégration, deux principales figures de cette migration, à savoir les « assimilés » par adoption de la nationalité et les « non-assimilés » à fort sentiment d’appartenance les conduisant à réclamer à distance l’exercice de la citoyenneté.

5La deuxième étude s’inscrit dans le prolongement de la précédente. Sur la base des critères d’honnêteté, compétence et « nationalisme » structurant une enquête qualitative effectuée auprès de migrants camerounais vivant en région parisienne, elle nous livre les opinions politiques défavorables portées sur l’ensemble des hommes politiques camerounais considérés véreux et corrompus, qu’ils soient du parti au pouvoir ou de l’opposition. Ce qui lui permet de dresser l’état des lieux de la perception tant du parti au pouvoir usant de son statut de privilégié pour adopter une attitude équivoque face au respect du jeu démocratique, que de l’opposition conduite par des dirigeants jugés peu sérieux, ne présentant pas de différence notoire avec ceux du parti au pouvoir et par conséquent aussi considérés inaptes à gouverner le Cameroun. L’auteur peut alors dégager une catégorisation des préférences partisanes de Camerounais de l’étranger structurée en trois groupes avec un léger avantage pour celui que l’auteur appelle l’« opposition », suivi du parti au pouvoir et enfin, un groupe sans opinion. Cette catégorisation est affinée en fonction des classes d’âges, du niveau scolaire et de la durée du séjour en France, au même titre que la structuration du choix politique de ces migrants que l’auteur place sous emprise de quatre facteurs que sont l’information, l’intérêt personnel, le profil du candidat et l’idéologie défendue. Ces deux derniers facteurs semblent primer dans le choix des Camerounais de l’étranger avec une nette préférence pour le facteur idéologique.

6L’information qui semble ainsi conditionner très faiblement le choix des migrants camerounais interrogés constitue l’élément majeur de la troisième étude consacrée aux méthodes de communication d’une frange marginale de cette migration. La notion d’« exopolitie » est alors convoquée pour désigner les actions de communication s’appuyant sur Internet considéré comme nouveau territoire de lutte d’opposants activistes en exil. À ce titre, l’auteur nous livre quelques figures majeures de ces exilés regroupés au sein d’un mouvement fédératif d’associations à objet politique et à caractère progressiste, alternatif, voire transgressif, appelé le CODE (collectif des organisations démocratiques et patriotiques de la diaspora) soutenu par certains sites internet dédiés au Cameroun. Il rend compte des ressorts et fondements de l’action de ce collectif consistant en une opposition frontale et systématique au régime de Yaoundé soutenue à la fois par une surexploitation des opportunités numériques offertes par Internet dans ses principaux espaces d’ancrages que sont les pays occidentaux, et une mobilisation de quelques anciens exilés de la période de l’indépendance, considérés dépositaires des fonds symboliques de la contestation du pouvoir camerounais avec son renversement pour ultime objectif. Leurs modes d’action prennent corps autant dans des manifestations publiques récurrentes fortement redoutées par les autorités diplomatiques camerounaises, que dans le déploiement d’une diplomatie non gouvernementale faite de sollicitations récurrentes d’organisations institutionnelles des territoires d’ancrage par des contacts directs sur demandes d’audiences, ainsi qu’à travers des lettres ouvertes et communiqués de presse relayés grâce aux rencontres et forums. Ces derniers évènements sont aussi autant d’occasions de prôner l’action judiciaire internationale, en même temps que sont scandés les récits historiques en hommage aux martyrs de l’indépendance. Ils donnent aussi lieu à l’organisation récurrente de votes symboliques en faveur de l’alternance au Cameroun, diffusés sur divers supports et canaux tels que portails, sites internet et blogs. Cet activisme médiatique repose par ailleurs sur une surexploitation politique de la notion de diaspora dont l’ampleur aboutit selon l’auteur à la décrédibilisation et la dénaturation de la notion de « diaspora » finalement au Cameroun, associée à celle d’« opposition radicale ». En somme, il s’agit pour une frange contestataire et radicale des migrants camerounais d’utiliser Internet pour vaincre les obstacles de la distance traditionnellement imposée par les pouvoirs publics dans l’accès à l’arène politique du pays d’origine où elle compte exposer une réalité cachée développée dans la quatrième étude au titre bien évocateur d’agenda setting du Cameroun et sa diaspora médiatique.

7Cette quatrième étude s’attarde sur le principe d’« agenda setting », ou système orienté de production et de diffusion d’une image générale donnée, en l’espèce ici celle du Cameroun en Occident, dont les points d’ancrage sont les différents indicateurs de son sous-développement. Ces indicateurs influencent les sources d’information débouchant sur une image contrastée du Cameroun dans les médias internationaux bien souvent constituée de stéréotypes médiatiques. On se situerait ainsi à la source de la perception généralement négative de ce pays dans le monde, prolongée par l’attitude complaisante, voire complice de sa diaspora, plus particulièrement les méthodes des journalistes en exil et autres personnalités médiatiques de cette communauté. Ce qui conduit l’auteur à conclure cette quatrième étude par des recommandations aux pouvoirs publics de Yaoundé quant à la stratégie à adopter pour mieux gérer l’image du pays confrontée aux nuisances du règne d’Internet, marquant ainsi autrement la transition avec la dernière étude de son ouvrage.

8La cinquième étude est consacrée à la réception de la télévision camerounaise par les Camerounais de l’étranger dans un contexte de concurrence de plus en plus accrue. Leur choix alors porté sur le « bouquet africain » traduit selon l’auteur une quête d’« identité culturelle » concernant dans une moindre mesure leurs enfants. Cette dernière étude qui clos l’ouvrage laisse quelques regrets autant du fait de l’absence d’une conclusion générale en résonance à l’introduction générale, qu’en ce qui concerne le modèle de construction hétérogène du document exposant l’auteur à de nombreuses redondances alourdissant le suivi du raisonnement envisagé. À cet effet, les nombreuses répétitions de titres dans les multiples listes bibliographiques proposées, et le profilage contradictoire de la communauté camerounaise apparaissant tant dans la première que dans la dernière étude sont autant d’éléments susceptibles d’égarer le lecteur. L’auteur aurait gagné à consolider au préalable les données disponibles afin d’échapper au périlleux exercice consistant à mobiliser des données différentes pour tenter de construire un raisonnement scientifique cohérent sur le même objet de recherche, en l’occurrence ici la diaspora camerounaise. On peut aussi regretter une posture parfois subjective et partisane de l’auteur, inhérente aux écueils méthodologiques de conduite de recherche en immersion avec une trop forte implication du chercheur. Le biais scientifique se ressent à partir du titre de couverture qui ambitionne de traiter des Camerounais de l’extérieur, alors que le texte se confine pour une grande part, au traitement des relations du pouvoir central de Yaoundé avec une frange marginale de ce courant migratoire auquel une généralisation trop hâtive des résultats court le risque d’aboutir à des conclusions fortement discutables, voire erronées.

9Néanmoins, ces remarques majeures n’occultent nullement l’intérêt d’une telle approche de la question de la diaspora camerounaise dont l’enjeu identitaire bien adressé reste vissé dans son différend majeur avec les autorités du pays d’origine, à savoir l’exercice des droits civiques en migration bridé par un code de la nationalité interdisant et réprimant la double nationalité. En tout état de cause, cet ouvrage reste une source d’informations non négligeable, avec de très intéressants points d’ancrage pour de sérieuses pistes de recherches originales possibles, et par conséquent, hautement recommandable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Kamdem, « Whongo Ahanda Antoine, Comment s’informent et communiquent les Camerounais de l’étranger », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8610

Haut de page

Auteur

Pierre Kamdem

Professeur de géographie, MIGRINTER/Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page