Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Halkias Daphne and Adendorff Christian, Governance in Immigrant Family business. Enterprise, Ethnicity and Family Dynamics

Thomas Lacroix
p. 338-339
Référence(s) :

Halkias Daphne and Adendorff Christian (2014) Governance in Immigrant Family business. Enterprise, Ethnicity and Family Dynamics, Surrey, Gower, 212 p., ISBN : 978-1-4094-4557-9

Texte intégral

1Governance in Immigrant Family business est un ouvrage publié aux éditions Gower dans la collection « applied research ». Cette précision annonce la tonalité de l’ouvrage, à la fois effort de cadrage théorique, et essai de recommandations en vue de soutenir et améliorer le fonctionnement des entreprises de migrants. Les auteurs de cet ouvrage sont par ailleurs un chercheur de l’Université de Bergame et un entrepreneur qui mène une activité de consultant sur les questions de gouvernance en entreprise. Ce format, plutôt inhabituel dans le paysage français, fait l’intérêt du livre. Le lecteur ne trouvera pas là un exposé universitaire appuyé sur un projet de recherche, mais plutôt un manuel à direction tant des étudiants que des entrepreneurs ou des pouvoirs publics.

2Le livre comporte deux sections. La première rassemble une série de quatre chapitres qui définissent un corpus conceptuel à même de cerner toutes les dimensions de cet objet hybride. Il s’agit là de la section qui intéressera le plus le lecteur universitaire. La seconde section (chapitres 5 à 9) passe en revue les défis qui peuvent affecter cette forme d’entreprises, défis relatifs aux dynamiques familiales, entrepreneuriales et culturelles de ce type d’activité. L’originalité de l’approche réside dans la prise en compte de toutes les clés de lecture de l’entreprise familiale de migrants. Contrairement à la plupart des travaux portant sur ce phénomène, ce dernier n’est pas pris comme un pendant du processus migratoire, mais comme un cas particulier de la forme la plus répandue d’activité lucrative au monde, à savoir l’entreprenariat familial. Le second chapitre est entièrement dédié à cet entreprenariat familial, extrêmement répandu (entre 65 et 90 % des entreprises dans le monde). Les auteurs rappellent qu’il n’existe pas de définition universellement admise de l’entreprise familiale tant les formes qu’elle peut prendre sont diverses, allant de la direction effective par une même famille à la simple prise de participation à une affaire dont la gestion est déléguée à d’autres personnes. Les relations qui soudent les membres d’une famille constituent la principale force de ces entreprises. Les relations de confiance, la fierté collective, l’ancrage de ces relations dans la durée sont autant de ferments qui stabilisent le commerce. Mais ces relations constituent également sa principale faiblesse (un tiers seulement sont transmises à la génération suivante). Cette fragilité n’a pas d’autre source que le dualisme constitutif de cette forme d’entreprenariat, à la fois affaire à but lucratif et activité fédérative d’une famille. La précédence des obligations familiales peut parfois entrer en contradiction avec les impératifs de performance : privilégier la stabilité d’une activité au détriment de la prise de risque, opter pour un partenaire familial au détriment d’un autre plus compétent. L’existence d’une entreprise peut également être suspendue à la qualité des relations entre ses membres. Un conflit, un divorce ou un décès sont autant d’événements susceptibles de la déstabiliser. Les questions de succession apparaissent comme le talon d’Achille principal. La passation à un nouveau membre ou leur retrait de la gestion effective sont souvent objets de conflits entre partenaires.

3Les chapitres 3 et 4 portent plus spécifiquement sur le commerce familial des étrangers. Ils reviennent sur les traits qui le caractérisent, à savoir une propension plus importante à ouvrir ses activités sur l’international grâce à l’expérience migratoire des entrepreneurs ; l’importance du lien culturel qui unit ses partenaires, mais qui peut être un obstacle à l’insertion sur le marché intérieur. L’entreprenariat immigré est souvent lié à la difficulté pour les migrants de s’insérer sur le marché du travail du pays d’accueil. On le sait, cet entreprenariat augmente en période de crise, tandis que les étrangers sont les premiers touchés par le chômage. Toutefois les auteurs soulignent que de plus en plus de migrants utilisent l’entreprenariat non comme une voie de sortie, mais comme un objectif en soi. Les auteurs parlent de migration d’opportunité. Cette tendance, en hausse depuis deux décennies, est liée à la hausse du niveau d’éducation chez les migrants. Cette pratique s’observe en particulier parmi les acteurs qui migrent pour acquérir une formation professionnelle ou académique et qui restent dans le pays d’accueil pour ouvrir une affaire. Internet a démultiplié les possibilités de ce type d’activité en permettant à moindres frais une projection vers l’international. La littérature distingue les acteurs en fonction de leur ancrage international : entrepreneurs diasporiques qui s’appuient sur des réseaux de la diaspora d’appartenance ; entrepreneurs globaux dont les activités n’ont pas de pays d’ancrage spécifique ; entrepreneurs transnationaux qui focalisent leurs échanges avec le pays d’origine. Avec cette nouvelle forme de commerce, l’expérience migratoire devient constitutive de l’orientation et de la nature des activités.

4En définitive, le principal intérêt de cet ouvrage réside dans le panorama conceptuel qu’il propose. Les spécialistes à la recherche d’une enquête et de questionnements originaux n’y trouveront pas leur compte. Des études de cas apparaissent à la fin de chaque chapitre. Elles illustrent avec un bonheur inégal les discussions conceptuelles présentes dans le corps du texte, mais elles ne constituent aucunement une base empirique des réflexions. Il faut davantage l’aborder comme une sorte de manuel. Les chapitres passent en revue les principales approches : l’entreprenariat familial et ses paradigmes, l’entreprenariat ethnique et ses concepts (enclave, théorie du « middle-man »), mais aussi l’interférence de la culture dans la gouvernance d’entreprise, etc. Ce livre invite également les spécialistes du commerce ethnique à aborder cet objet comme ancré dans une réalité qui n’est pas spécifique au monde des migrations : le commerce ethnique est aussi un commerce familial comme les autres. Il invite donc à se pencher sur une littérature de la sociologie et du management des entreprises qui est trop souvent absente des bibliographies sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Lacroix, « Halkias Daphne and Adendorff Christian, Governance in Immigrant Family business. Enterprise, Ethnicity and Family Dynamics », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8613

Haut de page

Auteur

Thomas Lacroix

Chargé de recherche, géographe, MIGRINTER/Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page