Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Pérez Siller Javier et Lassus Jean-Marie, Les Français au Mexique, XVIIIe-XXIe siècle

Aurélia Michel
p. 340-341
Référence(s) :

Pérez Siller Javier et Lassus Jean-Marie (Dir.) (2015) Les Français au Mexique, XVIIIe-XXIe siècle, vol. 1 et 2, Paris, L’Harmattan, 409 p. (vol. 1) ; 491 p. (vol. 2), ISBN : 978-2-343-05608-1 (vol. 1) ; 978-2-343-05607-4 (vol. 2)

Texte intégral

1Ces deux volumes, qui totalisent près de 900 pages, témoignent de l’ambition d’un projet de longue haleine qui a mobilisé les travaux d’une équipe franco-mexicaine sur plus d’une décennie. Il fait suite à plusieurs volumes marquant les étapes de ce projet (1998, 2004, 2010 et 2014) également dirigés par Javier Pérez Siller dans une série intitulée México-Francia : memoria de una sensibilidad común, siglos XIX-XX. Ce projet d’envergure mise sur le long terme et l’accumulation d’enquêtes pour faire émerger une « sensibilité commune » produite par les relations franco-mexicaines et autour de ce que l’on connaît comme l’« afrancesamiento » de la période du Porfiriat au Mexique (sous la présidence de la République de Porfirio Diaz, 1876-1910). Envisageant des phénomènes bien au-delà et en deçà de cette période, l’ouvrage propose non seulement une somme de connaissances sur les relations franco-mexicaines, les migrations françaises au Mexique (peu connues) et l’influence française au Mexique, mais surtout une approche historiographique qui articule histoire culturelle et histoire des sensibilités.

2Cette approche est nécessairement subtile, car de fait, les flux migratoires en eux-mêmes sont faibles, tant à l’échelle du Mexique (voir le chapitre de Délia Salazar sur la période de plus forte influence, c’est-à-dire sous le Porfiriat) que de la migration française atlantique. Pourtant, le Mexique fait bonne figure américaine dans ces différentes expériences migratoires, celles des « communautés » et autres utopies et phalanstères du début du XIXe siècle ou simples projets de colonisation rurale (sur les rives du Rio Coatzacoalcos, ou celles du Rio Nautla étudiées par Patrick Lafarge). Quelques rares filières se mettent en place, principalement celle des barcelonnettes (du nom de la ville des Alpes du sud d’où s’organise cette migration de commerçants au milieu du XIXe siècle, et qui donne lieu à d’importants réseaux marchands et industriels au Mexique), tandis que dans certaines petites régions françaises qui envoient des migrants (Thônes, vallée de l’Ubaye, Hasparren dans le Pays basque) le Mexique fait office d’Amérique.

3Si les flux sont peu significatifs, on est tout de même saisi par ces micro-histoires, comme par le cas de la colonie de Jicaltepec (Jean-François Campario), par les sources mobilisées qui restituent la fragilité de « l’homme blanc sous les tropiques » et le poids de l’aventure pionnière, encore plus à travers les échecs relatés et la forte mortalité qui caractérise ces populations, immigrées au Mexique ou retournées en France.

4D’où la gageure du projet d’articuler ces flux à la notion d’« afrancesamiento », autrement dit l’influence d’une présence et culture française et les interactions qui forment une « sensibilité commune » (Javier Pérez Siller). Un aspect mieux connu de la présence française vient de sa position dans l’économie atlantique. À ce titre, l’analyse des compagnies maritimes du Havre et de Saint-Nazaire (Veronique Basille Reyes) est très éloquente. Mais là encore, cette influence ne se traduit pas dans l’importance des flux commerciaux ni des flux de migration. Ces derniers favorisent certaines niches professionnelles qui ont été déterminantes pour la présence culturelle française (ce qui n’est pas particulier au Mexique) : boulangers et instituteurs (Maria Isabel Monroy Castillo, Estela Munguía). Il s’avère finalement que cette présence française au Mexique, bien que discrète, permet à un voyageur suisse en 1855 de parcourir une bonne partie du pays en passant d’une maison française à l’autre (Guy Rozat).

5Certes, la filière des barcelonnettes qui reste la principale expérience de la migration française au Mexique, bien plus que l’épisode scabreux de l’empire de Maximilien (1864-1867), a conduit à la présence de Français parmi les élites commerçantes et industrielles. En tant que tels, ces migrants participent à une culture nationale d’autant que la plupart se marient sur place et s’apparentent alors aux grandes familles mexicaines, plus acculturés qu’acculturant.

6Comment alors mesurer et voir ces sensibilités françaises au Mexique prendre forme ? C’est l’objet du second volume qui rejoint une historiographie de l’histoire des savoirs et techniques et du transfert technologique et culturel dans la mondialisation. On apprend beaucoup sur la culture française et la vision française du monde : la diffusion du restaurant (Raquel Barceló Quintal) ou de la géographie par exemple (Ferderico Fernández Christlieb), sont révélées par leur réception mexicaine. Pour le restaurant en particulier, on y voit la formation d’un modèle dans les sociabilités urbaines qui permet de dégager une réflexion générale sur les métropoles latino-américaines au XIXe siècle.

7Malgré l’expérience, ou plutôt à cause, de l’empire avorté de Maximilien, du destin de ses soldats (Solène Garotin), on constate une relative timidité des interactions avec la France. Celle des élites est plutôt celle d’une internationalisation qui se produit à Paris (Victor Macías) et éventuellement dans des salons « relais » à Mexico, et celle des classes populaires est trop peu nombreuse pour avoir des retentissements sensibles. À ce titre, l’expérience de Léon Martin, petit employé des barcelonnettes, est remarquable (Leticia Gamboa). À travers l’interprétation de sa correspondance avec ses parents en France, on perçoit une expérience traumatisante, celle de l’enfermement du subalterne, broyé dans la machine du grand magasin qui n’a rien à envier à l’ouvrier captif des ateliers parisiens, new-yorkais ou de São Paulo. Dans ce kaléidoscope d’expériences et d’études, on peut regretter une mise en perspective dans les sociétés mexicaines et françaises, qui permettraient de rendre la singularité de tel ou tel témoignage et son interprétation pour l’analyse des sensibilités franco-mexicaines qui est l’objet du livre et du projet. En tout cas, celui-ci impressionne par son mérite – moins par sa facture – à constituer cette somme d’expériences, de collectes, de regards, de données qui intéresseront en soi les historiens de la France et du Mexique et qui donnent matière à réflexion, hors des projecteurs de la migration européenne vers l’Argentine, les États-Unis ou le Brésil, sur la formation d’une culture atlantique originale au cours du XIXe siècle, où, malgré d’évidentes inégalités économiques et géopolitiques entre la France et le Mexique, les rôles nationaux, raciaux et ethniques ne sont pas encore tout à fait distribués par des rapports de force de type postcolonial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélia Michel, « Pérez Siller Javier et Lassus Jean-Marie, Les Français au Mexique, XVIIIe-XXIe siècle », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8616

Haut de page

Auteur

Aurélia Michel

Maître de conférences en histoire, CESSMA/Université Paris-Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page