Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Bonnet Éric et Soulages François, Frontières et artistes. Espace public, mobilité et (post)colonialisme en Méditerranée

Ralph Schor
p. 341-342
Référence(s) :

Bonnet Éric et Soulages François (Dir.) (2014) Frontières et artistes. Espace public, mobilité et (post)colonialisme en Méditerranée, Paris, L’Harmattan, 175 p., ISBN : 978-2-343-04914-4

Texte intégral

1Fruit d’une rencontre internationale, ce livre collectif explore les relations que les artistes originaires des pays méditerranéens tissent avec les frontières, les influences que les migrations, volontaires ou non, exercent sur les œuvres et sur l’imaginaire. Les auteurs se demandent ce qu’est « une pratique géoartistique de la mobilité » (p. 7), ce qu’induisent les convulsions du colonialisme et du post-colonialisme, ce que les contacts culturels entraînent en matière d’hybridation artistique. Les créateurs veulent se situer « à partir d’une philosophie du devenir et non d’une philosophie de l’être, une philosophie du flux et non une philosophie de la permanence » (p. 16). L’ouvrage invoque le patronage d’Ulysse, vu comme le héros paradigmatique de la mobilité en Méditerranée, artiste de sa propre vie dont il a fait une performance. D’Ulysse on passe à Du Bellay qui célébra le « beau voyage » qu’accomplit le héros d’Homère ; la leçon en est que la mobilité constitue une voie d’accès privilégiée à la formation et ensuite à la création.

2L’artiste est influencé par la globalisation ; il se détache de ses racines locales et transporte des signes qu’il mêle à ce qu’il rassemble au cours de son errance. Il abandonne parfois la peinture pour réaliser des installations dans lesquelles s’interpénètrent les images et les influences qu’il a rencontrées. Ainsi le créateur s’affranchit des fixités et offre des œuvres mouvantes. La subjectivité n’en est pas absente car l’artiste puise aussi dans son expérience personnelle formée au fil de ses déplacements. Certains proposent des photos de lieux connus ou de foules anonymes, photos enrichies de commentaires manuscrits, de documents divers faisant connaître les sentiments ou les activités du photographe. D’autres, dans le sillage de Matisse ou de Klee, travaillent au métissage des codes orientaux et occidentaux. Ces formes nouvelles, qualifiées de « post-orientalistes », engendrent une culture plurielle. On peut aboutir à une sorte de narration constituée de matériaux recyclés ou à une cartographie voulant rendre compte d’un rêve, d’une critique du pouvoir, de la restitution d’une réalité sociale. L’ordinateur devient parfois un outil de médiation artistique.

3Les messages que veulent transmettre les auteurs ne sont pas toujours limpides car « les frontières interdisent parfois l’universalité au profit de l’hybride contemporain qui unit, paradoxalement parfois, uniformité et communautarisme » (p. 15). Les artistes et esthètes qui ont contribué à la rédaction du livre utilisent souvent une langue obscure reflétant les complexités des concepts qu’ils manient. Autre difficulté : ils décrivent généralement des œuvres qu’ils ne reproduisent pas, faute de moyens matériels. Mais, si l’on dépasse les gongorismes de l’expression et si l’on imagine ce que l’on ne voit pas, on perçoit l’intérêt de la démarche qui essaie de caractériser la création artistique à l’époque de la mondialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Bonnet Éric et Soulages François, Frontières et artistes. Espace public, mobilité et (post)colonialisme en Méditerranée », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8620

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Professeur émérite d’histoire, Université de Nice-Sophia-Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page