Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Cuche Denys, La notion de culture dans les sciences sociales. Cinquième édition

Charlotte Vampo
p. 342-344
Référence(s) :

Cuche Denys, La notion de culture dans les sciences sociales. Cinquième édition, Paris, La Découverte, 172 p., ISBN : 978-2-7071-9059-8

Texte intégral

1On ne présente plus l’ouvrage de Denys Cuche sur la notion de culture devenu un « classique dans son genre » comme le mentionnait déjà Gajardo (2010) à l’occasion de la publication de la quatrième édition du livre en 2010. Incontournable dans la formation des étudiants en sciences sociales et utile aux chercheurs les plus expérimentés, il est remis au goût du jour dans une cinquième édition de 172 pages (la première datant de 1996). On notera tout de suite l’ajout d’un chapitre VII (p. 116) sur l’extension de la notion de culture à de nouveaux champs d’application tel que le développement, ainsi que le transfert des parties sur les cultures des immigrés et le multiculturalisme présentes dans le chapitre sur les enjeux sociaux de la notion de culture de la quatrième édition dans un chapitre autonome (chapitre IX, p. 142) intitulé « Migrations internationales et transformations culturelles ».

2L’introduction de cette édition de même que les cinq premiers chapitres sont similaires à ceux de la précédente. Le propos introductif visant à montrer que l’on n’a jamais autant parlé de culture qu’aujourd’hui notamment de culture des médias, de la jeunesse et des immigrés, prend appui sur une citation de Augé (1988). Le mot « aujourd’hui » gagne ainsi à être relativisé. À partir de cette citation, l’auteur fait état de l’utilisation incontestée du terme (p. 5) compris au sens étendu comme « modes de vie et de pensée ». Toutefois, il rappelle que la notion n’a pas toujours été admise depuis son apparition au XVIIIe siècle et qu’une étude de l’évolution historique du concept scientifique est nécessaire (p. 6). Il procède alors à la revue des différents sens donnés à la culture entre les chapitres I et V en montrant que les luttes de définitions sont en fait des luttes sociales. De cette manière, il fait le pont entre les débats théoriques et leurs implications concrètes ; exercice fondamental pour les étudiants qui ne saisiraient pas tous les enjeux de ces débats d’apparence déconnectés des réalités sociales.

3Le chapitre VI présente l’intérêt de traiter du lien entre culture et identité mais notre attention doit surtout être portée sur le nouveau chapitre VII du livre dans lequel sont présentés les nouveaux champs d’application de la notion de culture. L’auteur en détermine deux principaux : le développement et la démographie. Pour le premier, un rapport tel que celui du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) de 2004 cité dans l’ouvrage et intitulé « La liberté culturelle dans un monde diversifié » souligne que le développement est aussi une question culturelle. Existe-t-il des obstacles culturels au développement ? C’est en tout cas une question bien connue des anthropologues (p. 119) et posée indirectement par les agents du développement lorsqu’ils parlent de « résistance culturelle » au développement. Denys Cuche reprend les travaux de Olivier de Sardan (1995) pour rappeler qu’il n’y a pas de culture inapte au développement. Il met en garde contre la vision fixiste de la culture qui fait disparaître l’acteur derrière une « culture impersonnelle » (p. 120). On retiendra de ce point sur la culture et le développement que la culture est un élément stratégique, dynamique et en renouvellement. Elle fait aussi son entrée dans le champ de la démographie nous dit l’auteur en citant les travaux de Charbit et Petit (2012) qui suggèrent une démographie compréhensive dite « démographie anthropologique ». Dans cette approche, il s’agit d’intégrer le facteur culturel dans les schémas explicatifs des comportements démographiques, de rendre compte de la rationalité des acteurs et de désamorcer finalement la critique d’une science quantitative détachée des faits sociaux. C’est un appel à repenser les disciplines anthropologiques, démographiques et l’interdisciplinarité auquel l’auteur semble adhérer tout en émettant une réserve partagée par certains anthropologues face au risque d’une définition de la culture restreinte à des indicateurs listés grossièrement dans des questionnaires (p. 123).

4La notion de « culture d’entreprise » fait ensuite l’objet du chapitre VIII. Son intégration dans l’édition de 2010 constituait d’ailleurs son intérêt principal. On constate dans la nouvelle édition toutefois qu’elle n’est pas incluse dans le chapitre sur les nouveaux champs sociaux de diffusion de la notion de culture ; considérons donc que le lien entre entreprise et culture est acquis. Un encadré sur le management interculturel a cependant été ajouté. Les exemples du contremaître animant une équipe d’ouvriers immigrés et d’un(e) chef(fe)s de projet en informatique qui gère du personnel en Inde sont utilisés pour montrer le défi commun des dirigeant(e)s à gérer les différences de cultures dans le cadre de leur travail. Depuis les années 1980 en France, la thématique entreprise/culture était exploitée en effet par les sociologues sous l’angle des confrontations culturelles entre les groupes sociaux qui composent l’entreprise en fonction de leurs rôles (p. 134). Denys Cuche reprenant les travaux de Chevrier (2013) nous indique les éléments qui caractérisent ce nouveau management interculturel absent de la dernière édition.

5Le choix d’élaborer un chapitre final (chapitre IX) sur les migrations internationales et les transformations culturelles est intéressant à observer au regard de l’actualité française et européenne. La polémique médiatisée au cours de l’été 2016 autour du burkini (le maillot de bain qui recouvre le corps de femmes musulmanes de manière complète) sur les plages de France a soulevé des questions sur le vivre ensemble, sur le respect des cultures et du corps des femmes, de ladite « culture d’origine » et sur l’intégration dans un espace national multiculturel. Plus que jamais, l’ouvrage de Denys Cuche nous rappelle d’être prudents avec ces termes. Une société multiculturelle ne s’inscrit pas forcément dans un modèle multiculturaliste et la notion de culture d’origine présente des limites que nous ne pouvons qu’inviter à lire. Un(e) immigré(e) n’est pas non plus totalement doté(e) d’une culture importée d’un autre endroit qui le/la rend imperméable à la société dans laquelle il/elle vit. Ces précisions sur la notion de culture (et les mots qui en découlent comme celui « d’interculturel ») faites au prisme de la migration ont toutes leur pertinence dans un contexte national et européen de peur exacerbée de l’autre.

6Quant à la conclusion de l’ouvrage, cette dernière reste inchangée. Elle se base sur un paradoxe qui est celui de la réticence d’un côté de certains chercheurs à utiliser le concept de culture si ce n’est sous la définition stricte du mot, c’est-à-dire « de productions intellectuelles et artistiques » (p. 157) du fait de la complexité à s’entendre sur son sens et d’un autre côté de la diffusion toujours plus grande de la notion de culture dans les milieux sociaux. Face à cette réticence, l’auteur nous alerte sur le danger de l’abandon du concept au nom de l’accumulation des connaissances et il défend l’idée, sans doute principale du livre, de l’utilité du concept pour les sciences sociales. Ce dernier est utile pour reconsidérer la question du relativisme culturel et pour repenser la notion d’ethnocentrisme définis comme étant des « principes méthodologiques » après que leurs limites aient été dressées (p. 161). Cette approche originale, en plus de tous les enseignements que l’on peut tirer de l’ouvrage, mérite tout particulièrement l’attention des étudiants qui sont amenés très souvent à penser l’ethnocentrisme comme un biais de la recherche à éviter et dont on ne peut rien extraire alors que c’est en comparant le mode de vie de l’autre à sa propre expérience sociale que l’on peut espérer une bonne compréhension des phénomènes culturels.

Haut de page

Bibliographie

Augé Marc (1988) L’autre proche, in Martine Segalen Dir., L’Autre et le semblable. Regards sur l’ethnologie des sociétés contemporaines, Paris, Presses du CNRS, pp. 19-34.

Charbit Yves et Petit Véronique (2012) Culture, rationalité et démographie compréhensive, in Erwan Diantell Dir., La Culture et les sciences de l’homme. Un dialogue avec Marshall Sahlins, Paris, Archives Karéline, pp. 187-200.

Chevrier Sylvie (2013) Le management interculturel, Paris, Presses Universitaires de France, 127 p.

Gajardo Anahy (2010) Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales, Revue Européenne des Migrations Internationales, 26 (3), pp. 218-221.

Olivier De Sardan Jean-Pierre (1995) Anthropologie et développement, Paris, Karthala, 224 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Vampo, « Cuche Denys, La notion de culture dans les sciences sociales. Cinquième édition », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8623

Haut de page

Auteur

Charlotte Vampo

Doctorante en anthropologie, CEPED/Université Paris Descartes

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page