Navigation – Plan du site
Varia
Note de recherche

Migrations de retour dans les Alpes italiennes : mobilités, « cittadinanza » et sentiment d’appartenance

Return Migrations in Italian Alps: Mobilities, “Citizenship” and Belonging
Migraciones de retorno en los Alpes italianos: movilidades, «ciudadanía» y sentimiento de pertenencia
Blanchard Melissa et Sirna Francesca
p. 301-322

Résumés

Les analyses des migrations n’étudient pas forcément les mouvements de retour. Lorsqu’elles le font, le retour devient l’objet d’études qui ne prennent pas en considération le pays où les migrants ont séjourné, parfois pendant de nombreuses années. À partir d’une lecture critique de la notion de « retour », cette note de recherche compare les parcours de deux groupes d’émigrants et de descendants d’émigrants originaires de deux régions des Alpes italiennes, le Piémont et le Trentin, « rentrant » dans leur région d’origine ou dans celle de leurs ancêtres, entre la crise économique des années 1970 et les années 2010. Peu d’études ont proposé une analyse comparative des flux migratoires européens et d’outre-Atlantique : cette note de recherche propose également de contribuer à la réflexion sur les effets de la distance/proximité sur les pratiques et les perceptions que les acteurs ont de leur trajectoire. Il veut aussi apporter une contribution aux études sur les migrations alpines en questionnant la complexité des pratiques et des espaces dans lesquels ces acteurs se déploient.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Alpes
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Migrations et modèle alpin de mobilité
Pour une appréhension critique du « retour » des migrants
Les différents types de « retour »
Le cas des émigrants et des descendants d’émigrants trentins
Le retour nostalgique
Le « retour » comme nouvelle émigration
Le retour « refuge »
Les retours nostalgiques des Piémontais : rebondir, échouer ou réussir ?
Quand revenir permet de « rebondir »
Retour d’échec
Retour comme accomplissement du projet
Retour et nationalité : les différents usages selon la génération et la période historique
Crise économique des années 1970 et aides au retour
Crises politiques des années 1970-1980 en Amérique latine
Inversion de la polarité migratoire et vieillissement de la population migrante
Conclusions

Aperçu du texte

Introduction

Les migrations de retour, loin d’être un phénomène marginal, ont concerné la majorité des migrants italiens. Des 27 millions d’Italiens émigrés depuis l’unification de la Péninsule (dont la déclaration date de 1861 et l’achèvement de 1871), plus de la moitié sont rentrés en Italie (Sanfilippo, 2001). Parmi les 8 millions de rapatriés enregistrés entre le début du XXe siècle et 1976, 30 % sont revenus entre 1965 et 1976 (Corti, 2005 : 128). La migration de retour est un phénomène qui a concerné de nombreuses familles dans plusieurs nations, mais l’interprétation de ce phénomène n’est pas toujours aisée à cause de la rareté des données (Ravenstein, 1885 ; Devoto, 1993 et 2003 ; Sanfilippo, 2005). Les analyses des migrations n’étudient pas forcément les mouvements de retour. Lorsqu’elles le font, le retour devient l’objet d’études qui ne prennent pas en considération le pays où les migrants ont séjourné parfois pendant de nombreuses années. Le « retour » est un aspect très ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blanchard Melissa et Sirna Francesca, « Migrations de retour dans les Alpes italiennes : mobilités, « cittadinanza » et sentiment d’appartenance », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8634

Haut de page

Auteurs

Blanchard Melissa

Anthropologue, Chercheure associée IDEMEC/URMIS, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence cedex 2 ; mblanchard@mmsh.univ-aix.fr

Sirna Francesca

Sociologue, Chargée de recherche CNRS, Centre Norbert Elias, EHESS/Aix-Marseille Université, Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille ; francesca.sirna@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page