Navigation – Plan du site
Varia

Les « origines » présumées du chercheur. Ethnicisation et racialisation de la relation d’enquête dans des contextes migratoires vers le « Sud » (Sénégal)

The Supposed “Origins” of the Researcher. Ethnicization and Racialization of Fieldwork Relationships in Migratory Contexts towards the “Global South” (Senegal)
La percepción de los «orígenes» del investigador. Etnicidad y raza en la relación de investigación en contextos migratorios hacia el Sur (Senegal)
Hélène Quashie
p. 229-254

Résumés

Cet article analyse dans quelle mesure la catégorisation ethnoraciale du chercheur par ses enquêtés peut influencer la collecte et l’analyse des données de terrain. La réflexivité associée au processus d’enquête interroge souvent les effets de l’âge, du sexe et de l’appartenance sociale du chercheur. Mais il est peu souvent question, dans la littérature scientifique, du croisement de ces variables sociologiques avec l’identité ethnoracialisée assignée à l’enquêteur. L’étude de migrations Nord-Sud inversées, en provenance d’Europe et d’Amérique du Nord vers le Sénégal, se prête particulièrement à ce questionnement. Les contextes et expériences migratoires décrits sont très différents, mais tous marqués par des processus d’ethnicisation et de racialisation réciproques, eux-mêmes renforcés par des asymétries de classe et une liberté inégale de circulation Nord-Sud. Déconstruire les situations d’interlocution, le rôle de la « culture » comme masque des rapports sociaux, ainsi que la (non) maîtrise des effets des « marqueurs ethniques » permet alors de repenser la distance sociale intrinsèque à la relation d’enquête.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Être ballottée au gré des mises en scène de l’« africanité »
Enquêter sur l’attractivité migratoire du littoral touristique sénégalais
Se confronter aux quêtes culturalistes des microcosmes occidentaux de la capitale

Aperçu du texte

Introduction

Les sciences sociales se sont longtemps consacrées à l’étude des migrations vers les pays du « Nord », à leurs implications socio-économiques et aux dynamiques politiques et identitaires qu’elles construisent. Elles se sont plus récemment orientées vers l’analyse des mobilités migratoires « Sud-Sud », dont les enjeux se sont révélés tout aussi déterminants. Mais un volet particulier des flux transnationaux contemporains reste plus rarement exploré : celui des migrations du « Nord » vers les pays du « Sud » à partir desquels étaient analysées les migrations de travail.

Le terme « migration » sera ici employé pour caractériser des flux associés à des mobilités précises en termes de styles de vie, traduction du concept lifestyle migration (O’Reilly et Benson, 2009). Ces déplacements mettent en scène des étudiants, actifs ou retraités, en quête d’« authenticité », de découverte, de changement, d’une meilleure qualité de vie, parfois dans des contextes (post)touristiques, et d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Quashie, « Les « origines » présumées du chercheur. Ethnicisation et racialisation de la relation d’enquête dans des contextes migratoires vers le « Sud » (Sénégal) », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8669

Haut de page

Auteur

Hélène Quashie

Anthropologue, Institut des Mondes Africains (IMaf), École des Hautes Études en Sciences Sociales, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris ; helene.quashie@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page