Navigation – Plan du site
Varia

La transformation genrée des normes matrimoniales et familiales dans le contexte des migrations internationales. Le cas des Chinois·es « conjoint·e·s de Français·es » résidant en région parisienne

The Gendered Transformation of Matrimonial and Family Norms in the Context of International Migration. The Case of Chinese “Spouses of French” Residing in the Paris Region
La transformación de género de las normas matrimoniales y familiares en el contexto de la migración internacional. El caso de los «cónyuges de franceses» chinos residentes en la región parisina
Simeng Wang
p. 273-300

Résumés

En s’appuyant sur une enquête qualitative menée auprès de Chinois·es conjoint·e·s de Français·es, des membres de leur famille et belle-famille et d’agents administratifs préfectoraux, cet article se propose d’analyser la transformation genrée des normes familiales et matrimoniales dans un contexte de migrations internationales, à travers une approche en termes d’intersectionnalité. Il s’agit d’une population d’origine chinoise qualifiée – soit en Chine, soit en France, soit dans les deux pays – pour laquelle ne se présente pas l’enjeu de la régularisation par l’acte de mariage. En privilégiant trois scènes sociales, au cours de leur migration, où ces conjoint·e·s de Français·es sont confronté·e·s à différents systèmes de normes matrimoniales et familiales de la manière la plus conflictuelle – départ de la famille d’origine en Chine, expériences administratives à la préfecture et à l’OFII, et installation du couple en France –, l’article vise à montrer que derrière cette catégorie administrative « conjoint·e·s de Français·es » présentée comme une catégorie allant de soi, il existe une diversité de trajectoires sociales et les migrants chinois hommes et femmes enquêtés dénaturalisent eux-mêmes les normes de genre. Les rapports sociaux de genre, de classe, de génération et d’ethnicité, fonctionnent de manière intersectionnelle, comme producteurs de normes matrimoniales et familiales en contexte de migrations internationales, et participent aux processus de socialisation de ces migrants internationaux. À ce titre, l’étude des couples extra-ethniques permet d’analyser un espace transnational dans lequel des normes et des hiérarchies sociales se transforment au croisement de la mobilité sociale et de la mobilité géographique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

« Conjoints de Français », un site privilégié d’observation de transformation des normes
Méthodologie et deux profils principaux de « conjoints de Français »
Les regards genrés de parents chinois sur le choix du « conjoint français »
Résister aux normes pour épouser : le cas de Xiang, un gendre déplacé
Des femmes chinoises « conjointes de Français » vues par leur entourage
Les normes familiales et matrimoniales transmises par l’administration française et leurs (ré)appropriations genrées par les migrants enquêtés
L’ajustement des normes familiales durant la phase de l’installation : découverte de la belle-famille française et dynamiques conjugales étendues à l’international
Les mariages extra-ethniques : rencontres de deux trajectoires sociales dans l’espace transnational
La transformation des normes familiales dans une approche du cycle de vie : penser la parenté dans l’espace transnational
L’espace transnational formé par des couples extra-ethniques : transformation des normes et des hiérarchies sociales, et mobilités sociales

Aperçu du texte

« Conjoints de Français », un site privilégié d’observation de transformation des normes

Les statistiques nationales montrent que les migrants catégorisés comme conjoints de Français sont de plus en plus nombreux : l’Insee constate que 72 % des admissions au séjour le sont pour motif familial et, parmi ces migrants, 74 % rejoignent en 2010 leur conjoint de nationalité française (Insee, 2012 :142). On s’éloigne de plus en plus de l’image de la femme migrante « conjointe de Français » ou de celle de l’immigrée par le « regroupement familial » (Tribalat, 2009), pour aller vers une diversification des situations migratoires – telles que des hommes rejoignant une conjointe française ou des femmes ayant un projet migratoire individuel (Algava et Bèque, 2008) –, dans lesquelles les rapports sociaux de sexe, de genre et de classe sont profondément reconfigurés. Le cas des « conjoints de Français » issus des mariages « extra-ethniques » nous semble particulièrement intéressant et constitue un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simeng Wang, « La transformation genrée des normes matrimoniales et familiales dans le contexte des migrations internationales. Le cas des Chinois·es « conjoint·e·s de Français·es » résidant en région parisienne », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8696

Haut de page

Auteur

Simeng Wang

Docteure en sociologie diplômée à l’École Normale Supérieure (2014), chargée de recherche au CNRS et membre du CERMES3, 7 rue Guy Môquet, 94801 Villejuif ; simeng.wang@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page