Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« Tu ne pleures pas, tu suis Dieu… » Les aventuriers et le spectre de la mort

“You don’t cry, you follow God…” Adventurers and the Specter of Death
« No lloras, sigues a Dios… » Los aventureros y el espectro de la muerte
Cécile Canut
p. 21-43

Résumés

Si la mort sur la route tend à constituer un indicible ou un inénarrable, la dimension métaphysique et religieuse est essentielle pour saisir l’absence de pathos dans les récits concernant les scènes de violence et de mort auxquelles les voyageurs ont été exposés. Cet article se focalise sur la dimension existentielle qui émerge des formes langagières utilisées par les aventuriers (d’Afrique de l’Ouest) dans leurs récits, en mettant en lien les passages d’évocation de la mort et de la place de Dieu dans plusieurs corpus issus de terrains divers. À travers la construction des récits, les modalités discursives ou les formes de dialogisme, on observe que la mort revêt un caractère de subsidiarité dans le parcours mis en mots. Dans cette quête, la place de Dieu comme garant d’un devenir devient alors essentielle. Pris dans la contradiction entre une injonction divine appelant à se soumettre à la loi du destin et le désir incommensurable de se déplacer pour forcer ce destin, les aventuriers ne cessent d’expérimenter une tension dont le point de résolution ne peut revêtir que la délivrance définitive.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Préambule
Introduction
« Je me suis levé pour quitter mon pays » : quand il faut partir…
L’incidence de la mort : « Vous l’enterrez rapidement… »
« Tu suis Dieu… Tu t’endurcis »
Mission et soumission
« Ceux qui meurent à cause de ce qu’ils désirent »
Appendice

Aperçu du texte

Préambule

Au large de Lampedusa. La caméra filme longuement les corps, inanimés, ces corps tirés dans le canot de sauvetage. Ces corps dont on ne sait pas s’ils sont morts ou vivants, que la mer mouvementée empêche de manipuler avec délicatesse. Ils sont extirpés de l’embarcation de fortune et entassés les uns sur les autres. Les membres se croisent, s’emmêlent, on entend respirer l’un, gémir un autre. Il faut faire vite. On les retrouve quelques minutes plus tard, allongés, cette fois séparés les uns des autres sur le pont d’un bateau. À même le sol. Un médecin est en train de les ausculter. « Celui-ci est déshydraté », d’autres sont intoxiqués par le pétrole qui a pénétré leur chair et brûlé leur peau.

Le naufrage a été terrible une fois encore. Quelques instants plus tard, le réalisateur, Gianfranco Rosi, s’oblige à entrer dans le fond de la cale où des dizaines de corps s’entremêlent, cette fois sans vie. On ne les distingue plus. Des bras, des jambes, des têtes émergent d’un amas...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Canut, « « Tu ne pleures pas, tu suis Dieu… » Les aventuriers et le spectre de la mort », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8720

Haut de page

Auteur

Cécile Canut

Professeure des universités en Sciences du langage, Université Paris Descartes, CERLIS, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris ; cecile.canut@parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page