Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Compter les morts aux frontières : des contre-statistiques de la société civile à la récupération (inter)gouvernementale

Counting Migrant Deaths at the Borders: From Civil Society’s Counter-statistics to (Inter)governmental Recuperation
Contabilizar los muertos en las fronteras: de las contra-estadísticas de la sociedad civil a la recuperación (inter)gubernamental
Charles Heller et Antoine Pécoud
p. 63-90

Résumés

Cet article analyse la production de statistiques sur le phénomène des « morts aux frontières » dans la région euro-méditerranéenne, dans un contexte de crise des réfugiés qui voit des milliers de migrants mourir en tentant d’atteindre l’Europe. Ce travail de documentation et de collecte de données a été réalisé, depuis le début des années 1990, par la société civile et les associations de défense des migrants, dans le but de dénoncer le coût humain des politiques européennes de contrôle des frontières. Depuis 2013 cependant, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) produit également des statistiques à ce sujet (projet Missing Migrant). L’implication d’un acteur intergouvernemental dans un champ initialement occupé par les ONG change la nature et le sens politique de ces statistiques, d’une part parce que l’OIM joue elle-même un rôle important dans les politiques de contrôle des pays occidentaux et contribue donc à alimenter les prises de risques et les décès de migrants, et d’autre part parce cette organisation a pour principe de ne jamais critiquer ses États-membres, et tente donc de dépolitiser les chiffres sur les morts aux frontières en les isolant du contexte qui conduit à ce phénomène. Cet article analyse les raisons qui poussent l’OIM à reprendre à son compte ce comptage initié par la société civile et la manière dont cette activité s’insère dans ses stratégies et ses discours. Il interroge finalement les conséquences de l’implication de l’OIM pour la société civile et la manière dont il est possible de repolitiser cette activité statistique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
États, (contre-)statistiques et migrations
Les « morts aux frontières » : la production de contre-statistiques non gouvernementales
L’humanitarisation des frontières et le décompte (inter)gouvernemental des morts
(Re)compter pour demander des comptes aux États
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Depuis les soulèvements dans le monde arabe et les conflits qui secouent cette région du monde, la zone euro-méditerranéenne vit au rythme des naufrages en mer, et des milliers de migrants qui perdent la vie au large des côtes européennes. L’attention médiatique et politique suscitée par la « crise des migrants » (ou « crise des réfugiés ») a contribué à rendre visible – voir à spectaculariser – un phénomène déjà ancien : les « morts aux frontières » ne constituent pas, en effet, un phénomène récent ; ils sont de longue date une des conséquences du conflit de mobilité qui oppose les politiques de contrôle des États les plus riches au désir de migrer des populations du Sud, auxquelles on dénie le droit de franchir légalement les frontières. Si ces décès ont longtemps été peu documentés, ils n’en ont pas moins fait l’objet, depuis le début des années 1990, de l’attention de la société civile : plusieurs associations ont alors entamé un décompte de ces morts, avec l’intenti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Heller et Antoine Pécoud, « Compter les morts aux frontières : des contre-statistiques de la société civile à la récupération (inter)gouvernementale », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8732

Haut de page

Auteurs

Charles Heller

Chercheur associé au Centre de recherche en architecture, Goldsmiths, Université de Londres et post-doctorant soutenu par le Fonds National de la Recherche Suisse (FNS) au Centre pour l’Étude des Migrations de l’Université Américaine du Caire ainsi qu’au Centre d’Études et de Documentation Économiques, Juridiques et Sociales du Caire, Centre for Research Architecture, Department of Visual Cultures, Goldsmiths College, University of London, 8 Lewisham Way, New Cross, London SE14 6NW, UK ; chazheller@yahoo.com

Articles du même auteur

Antoine Pécoud

Professeur de sociologie, Université Paris 13 et chercheur associé au CERI/Sciences Po, UFR DSPS, Université Paris 13, 99 avenue J.-B. Clément, 93430 Villetaneuse ; antoine.pecoud@univ-paris13.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page