Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Dire la violence des frontières dans le rapport de force que constitue la procédure d’asile. Le cas d’Ali, de l’Afghanistan en Belgique

Telling the Violence of Borders in the Power Relations that Constitutes the Asylum Process. The Case of Ali, from Afghanistan to Belgium
Contar la violencia de las fronteras en el equilibrio de poder representado por el procedimiento de asilo. El caso de Ali, de Afganistán a Bélgica
Jacinthe Mazzocchetti
p. 91-114

Résumés

Cet article a pour objet de décrire la violence des frontières, à la fois géopolitiques et symboliques, qui se donnent à voir au travers des procédures relatives aux demandes d’asile : demandes initiales, recours, refus, etc. À partir du récit de vie d’Ali Y., demandeur d’asile afghan (arrivé mineur en Belgique, mais non reconnu comme tel), ainsi que de l’ensemble des documents de son dossier (rapports d’auditions, recours, rapports d’experts, cartes géographiques officielles et mentales, etc.), l’article analyse l’ethnocentrisme des procédures d’asile au travers des questions que soulève l’usage du récit biographique dans l’examen des demandes d’asile (le fait de se raconter). Il analyse également l’incidence sur l’issue de la procédure des représentations différenciées de l’espace, du temps et de la parenté du demandeur et de l’examinateur.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Narration et procédure d’asile
Récit d’Ali : « La vie des Afghans, ce n’est pas une vie humaine »
Un départ, des départs ?
De l’Iran à la Grèce, en passant par la Turquie
De la Grèce à l’Italie
Au centre fermé de Vottem (Belgique)
Un récit « hors cadre »
La « prétendue minorité »
La « prétendue origine »
Devenir un « sale menteur »
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Dans un contexte de fermeture et de gestion sécuritaire des frontières, mais aussi de criminalisation des migrants, le registre de la suspicion occupe une place importante dans le regard porté sur les demandeurs d’asile, en quête de sécurité et de droits (Valluy, 2006). C’est dès lors dans un climat peu propice que ces derniers sont amenés à se raconter de façon recevable. La procédure d’asile repose principalement sur la narration d’une histoire consignée et analysée par les agents de l’État, en charge d’évaluer le degré de correspondance avec les critères de la convention de Genève. Cet examen sensé opérer une distinction entre les « vrais » et les « faux » réfugiés (Kobelinsky, 2012), repose sur une conception « archétypique rêvée » (Akoka, 2011) du réfugié. L’impasse est faite « sur la nature éminemment construite de la qualité de réfugié et éminemment politique de la convention » (Ibid. : 13), comme si les critères d’obtention n’étaient ni situés dans le temps, ni r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacinthe Mazzocchetti, « Dire la violence des frontières dans le rapport de force que constitue la procédure d’asile. Le cas d’Ali, de l’Afghanistan en Belgique », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8736

Haut de page

Auteur

Jacinthe Mazzocchetti

Professeur d’anthropologie, Université catholique de Louvain, Membre du Laboratoire d’Anthropologie Prospective, Place Montesquieu 1, 1348 Louvain-La-Neuve, Belgique ; jacinthe.mazzocchetti@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page