Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Exister au risque de disparaître. Récits sur la mort pendant la traversée vers l’Europe

Existing at Risk of Disappearing. Narratives on Death during Border Crossing
Existir arriesgando desaparece. Relatos sobre la muerte durante la travesía hacia Europa
Carolina Kobelinsky
p. 115-131

Résumés

À Melilla, enclave espagnole bordant la mer Méditerranée, sur le continent africain, de nombreuses histoires sont racontées par les migrant.e.s sur la mort pendant la traversée vers l’Europe. La découverte d’hommes, femmes et enfants noyés, déshydratés, asphyxiés aux frontières est devenue une réalité quotidienne. Contrairement aux frontières maritimes, peu de morts sont comptabilisées et peu de corps sont retrouvés à la barrière de Melilla. La mort est pourtant un spectre qui accompagne l’expérience de toutes les personnes que j’ai rencontrées dans l’enclave et ses alentours. Cette omniprésence spectrale constitue une forme de violence qui s’infiltre tout autant dans les récits des expériences vécues de celles et ceux qui ont réussi à atteindre l’Espagne que dans les rumeurs qui circulent parmi celles et ceux qui attendent encore leur « chance » du côté marocain. L’auteure s’intéresse ici à la forme et au contenu de ces discours, recueillis au cours d’une enquête ethnographique conduite entre 2014 et 2016, en explorant ce qu’ils véhiculent et ce qu’ils disent de la migration aujourd’hui.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le dispositif « anti immigrés » à Melilla
Frôler la mort, risquer la disparition
Rumeurs de disparitions, imaginaire de la frontière
Conclusion

Aperçu du texte

À Paris, commentant la nouvelle, qu’on entendait à la radio, du naufrage en Méditerranée d’une embarcation remplie de migrant·e·s, Ibrahim Sagara, qui venait d’emprunter les mêmes routes quelques mois auparavant, commente d’un ton laconique : « Aux frontières, c’est mourir ou disparaître… ou bossa. »

À Melilla, enclave espagnole bordant la mer Méditerranée, les migrant·e·s racontent de nombreuses histoires sur la mort pendant la traversée vers l’Europe. Depuis plusieurs décennies, les morts des hommes, femmes et enfants aux frontières de l’Europe sont nombreuses. La découverte de corps noyés, déshydratés, asphyxiés, intoxiqués sur les côtes de la Méditerranée, de l’Égée, de l’Atlantique, tout comme aux frontières terrestres de l’Union, est devenue une réalité quotidienne. À Lampedusa comme à Lesbos ou à Tenerife, des tombes et des cases de columbarium sans nom matérialisent la violence dont sont actuellement porteuses les frontières européennes. Sans être le produit d’États totalitai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carolina Kobelinsky, « Exister au risque de disparaître. Récits sur la mort pendant la traversée vers l’Europe », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°2 et 3 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/8745

Haut de page

Auteur

Carolina Kobelinsky

Anthropologue, chargée de recherche au CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC), Maison Ethnologie & Archéologie René-Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre ; carolina.kobelinsky@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page