Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Demart Sarah et Abrassart Gia, Créer en post-colonie. 2010-2015. Voix et dissidences Belgo-Congolaises

Marco Martiniello
p. 208
Référence(s) :

Demart Sarah et Abrassart Gia (Dir.) (2016) Créer en post-colonie. 2010-2015. Voix et dissidences Belgo-Congolaises, Bruxelles, Bozar et Africalia, 329 p., ISBN : 978-9-074-81649-6

Texte intégral

1En 2013, Sarah Demart, alors chercheure post-doctorale au CEDEM à l’Université de Liège co-organisait un colloque intitulé Arts de diaspora congolaise (République démocratique du Congo) en Belgique : imaginaire et relations postcoloniales. Cet ouvrage qui rassemble plus de cinquante auteurs et de nombreuses photos de grande qualité est la trace de ce colloque qui avait réuni la crème des penseurs, activistes et artistes postcoloniaux congolais et belgo-congolais des différentes régions du pays.

2Cet ouvrage n’est pas à proprement parler un livre académique. Il est publié conjointement par Bozar, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, une des institutions culturelles les plus prestigieuses du pays et par Africalia, une association active dans le domaine de la coopération culturelle avec l’Afrique et dirigé par Sarah Demart et Gia Abrassart. Il rassemble une cinquantaine de contributions signées par des chercheurs, des artistes, des militants associatifs sur des sujets extrêmement divers relatant la variété de la pensée et de l’action postcoloniale en Belgique. Le lecteur ne trouvera pas dans ce livre d’avancée théorique majeure sur le postcolonialisme. Celles et ceux qui considèrent que la pensée postcoloniale n’est qu’un « carnaval académique » porté par une élite africaine privilégiée trouveront dans l’ouvrage des arguments en faveur de leur thèse. Celles et ceux qui s’inscrivent dans ce courant de pensée et d’action postcoloniale aussi. Car ce livre les « représente », au sens que le hip-hop donne à ce terme.

3Quant aux chercheur·e·s intéressé·e·s par toutes les réalités migratoires, diasporiques et post-migratoires, elles et ils trouveront dans ce document une foule d’informations très intéressantes et pertinentes sur des questions telles que la contribution culturelle des immigrés et de leurs descendants, en général, Congolais en particulier. Ce livre donne à réfléchir sur les relations entre les pratiques artistiques, l’immigration et les diasporas. Il montre comment les Arts peuvent être un vecteur de mobilisation et de résistance à l’ère de la post-vérité. Ce livre à multiples facettes est donc susceptible d’intéresser des publics multiples. Il indique aussi que quelque chose a clairement commencé à changer dans le Royaume de Belgique en ce qui concerne la reconnaissance de l’héritage colonial et peut-être même l’entrée très lente dans une ère post-postcoloniale. Que des artistes issus de la diaspora africaine entrent de plus en plus fréquemment aux Bozar, comme on dit à Bruxelles, est à cet égard loin d’être anodin. Le fait que l’ouvrage ait été coordonné par une chercheure « blanche » et une journaliste « métisse » non plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marco Martiniello, « Demart Sarah et Abrassart Gia, Créer en post-colonie. 2010-2015. Voix et dissidences Belgo-Congolaises », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/9161

Haut de page

Auteur

Marco Martiniello

Sociologue, directeur de recherche au FRS-FNRS, CEDEM-FASS/Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page