Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Dukic Suzana, L’immigration en Languedoc-Roussillon du XIXe siècle à nos jours. Synthèse historique, enjeux contemporains

Ralph Schor
p. 208-210
Référence(s) :

Dukic Suzana (2014) L’immigration en Languedoc-Roussillon du XIXe siècle à nos jours. Synthèse historique, enjeux contemporains, Canet, Éditions Trabucaire, 174 p., ISBN : 978-2-84974-201-3

Texte intégral

1Le présent ouvrage qui résulte d’une commande officielle offre une synthèse commode sur deux siècles d’immigration dans la région Languedoc-Roussillon. Le plan, rigoureusement chronologique, rappelle d’abord les mobilités anciennes, la présence de marchands et d’intellectuels étrangers dès le Moyen Âge, de banquiers et de négociants d’Europe du Nord, de pêcheurs catalans, de mineurs flamands et allemands à l’époque moderne, des premiers réfugiés politiques espagnols au XIXe siècle.

2L’étude gagne en précision pour la période postérieure à 1850. La population étrangère devient alors plus nombreuse : elle passe de 8 664 personnes en 1851 à 19 677 en 1911, soit, à cette date, 3 % de la population totale de la région. Les Espagnols tiennent de loin le premier rang, suivis par les Italiens. À partir de 1880, la concurrence sur le marché de l’emploi nourrit une fréquente xénophobie qui culmine lors du massacre des Italiens à Aigues-Mortes en 1893.

3Pendant la Grande Guerre, l’appel à la main-d’œuvre étrangère s’accélère. Dans les années 1920, le déficit démographique de la région renforce le mouvement. Les immigrés constituent 8 % des actifs du Languedoc-Roussillon ; les femmes représentent un effectif stable de 40 % des nouveaux venus. Les Espagnols et les Italiens, toujours majoritaires, occupent, comme avant 1914, une place centrale dans l’agriculture, tandis que les mines du Gard font appel à des Polonais, des Tchèques et des coloniaux. La crise des années 1930 et le renforcement de la xénophobie – le mot « espagnols » devient une injure – entraînent une rétractation des effectifs : 159 213 individus en 1931 et 129 088 en 1936, cela malgré l’attitude des employeurs qui essaient de limiter les mesures de contingentement de la main-d’œuvre étrangère.

4À partir de1936 la situation se dramatise : arrivée de groupes de réfugiés espagnols dès le début de la guerre civile, avant la grande Retirada au début de 1939, jetant les réfugiés par centaines de mille sur les toutes de l’exil ; création de nombreux camps de concentration improvisés où les internés vaincus sont soumis à un régime très dur ; mise au travail obligatoire des réfugiés dès avril 1939, formule reprise et amplifiée par le régime de Vichy ; déportation des juifs étrangers : neuf convois quittent Rivesaltes pour Auschwitz ; internement des travailleurs indochinois à Agde. Dans le même temps, la résistance étrangère s’organise. Les combattants espagnols bien préparés par la guerre civile y tiennent une place éminente : réseaux de passage clandestins à travers les Pyrénées, sabotages, évasion de prisonniers, maquis allemands antinazis dans les Cévennes se multiplient. De la sorte, les étrangers jouent un rôle très actif dans la Libération.

5Après la guerre, le mouvement d’immigration repart à la hausse : 114 467 personnes en 1946 et 147 348 en 1968, soit 8,6 % de la population totale. Les Espagnols tiennent toujours la première place, tandis que les Italiens et les Polonais refluent. Les Portugais deviennent plus nombreux, de même que les Algériens. Plus de 55 % des étrangers sont toujours employés dans le secteur primaire, majoritairement comme ouvriers agricoles. Mais la place de cette activité recule tandis que, avec l’arrivée des Portugais, se fortifie le BTP avec 10,4 % des étrangers en 1954 et 32,4 % en 1975. Certains secteurs comme la viticulture et la riziculture restent très dépendants des saisonniers espagnols, souvent clandestins. Des camps de harkis sont créés, notamment à Saint-Maurice-l’Ardoise.

6Après 1974, la fin des Trente Glorieuses, les naturalisations et les décès entraînent un recul des effectifs : 142 923 personnes en 1975 (8 %) et 131 493 en 1999 (5,7 %). Les Ibériques, jusque-là majoritaires, sont progressivement remplacés par les Marocains, notamment dans l’agriculture. Le chômage frappe durement les immigrés : en 1982, le taux est de 11,2 % chez les Français et de 18,9 % chez les étrangers. La proportion des femmes reste stable autour de 44 %. Dans la dernière période arrivent des résidents aisés, plutôt âgés et diplômés, venant d’Allemagne, de Belgique, de Suisse, ainsi que des étudiants et de jeunes mineurs isolés originaires du Maghreb. Les difficultés économiques entretiennent toujours la xénophobie, mais les Espagnols, désormais bien connus et enracinés, prennent figure d’exemples d’intégration. Comme dans d’autres régions, la gestion des lieux de culte musulman est instrumentalisée et constitue un enjeu de luttes de pouvoir. Le livre s’achève sur quelques considérations relatives à la construction de la mémoire de l’immigration et à une analyse de l’éventuelle ethnicisation des cultures.

7Le livre apparaît relativement rapide sur les comportements culturels, surtout dans les groupes étrangers, les processus d’intégration, les aspects identitaires. C’est sans doute en raison du nombre réduit de pages qui lui étaient imparties que Suzana Dukic a voulu produire une courte synthèse mettant l’accent sur la dimension démographique et économique. Cette mise au point toujours claire et enrichie d’une importante bibliographie rendra de grands services. Elle offre l’intéressant exemple d’une originale immigration agricole qui resta majoritaire dans le long terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Dukic Suzana, L’immigration en Languedoc-Roussillon du XIXe siècle à nos jours. Synthèse historique, enjeux contemporains », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/9177

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Historien, professeur émérite, Université de Nice-Sophia-Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page