Navigation – Plan du site
Varia

Les dynamiques sociologiques entre contrôle des migrations et protection sociale : femmes migrantes sans papiers en quête d’hébergement à Paris

Sociological Dynamics between Migration Control and Social Protection: Undocumented Migrant Women in Quest of Shelter in Paris
Dinámicas sociológicas entre el control migratorio y la protección social: mujeres migrantes indocumentadas en busca de acogida en Paris
Maybritt Jill Alpes
p. 135-157

Résumés

Cet article vise à dépasser les débats accusant les migrants d’abuser des prestations sociales des États, ou les États d’exclure les migrants. Il s’agit d’analyser l’intersection entre la « protection sociale formelle », c’est-à-dire les services sociaux rendus par l’État, et la « protection sociale informelle » désignant les mécanismes de soutien opérant au sein des réseaux familiaux et sociaux. Cet article s’appuie sur l’étude des expériences d’hébergement de deux groupes de femmes migrantes sans papiers originaires d’Afrique de l’Ouest en quête d’hébergement à Paris : d’un côté des femmes migrantes travaillant comme auxiliaires de vie et de l’autre des femmes résidentes à l’hôtel social – qui se trouvent également impliquées dans le travail du care. L’analyse éclaire la façon dont les dispositifs de protection sociale officiels tendent à isoler les femmes migrantes de leurs réseaux. Cet isolement se produit dans un contexte où ce sont souvent des femmes migrantes qui répondent aux demandes croissantes dans le secteur des services à la personne. L’étude conclut à la nécessité de repenser la protection sociale des migrants et des citoyens de façon transnationale et en tenant compte de son double aspect, à la fois formel et informel.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Deux terrains parisiens auprès de migrantes africaines
Protection sociale et contrôle migratoire dans un monde transnational
Solutions informelles d’hébergement et accès aux hôtels sociaux
Entre assistance et contrôle social : le rôle des hôteliers
Des mesures contradictoires et leurs répercussions sur la protection sociale informelle
Initiatives des migrantes pour une protection sociale à travers les continents
Conclusion

Aperçu du texte

Au cours de ces dernières années, des camps de réfugiés improvisés ont vu le jour à Paris, les plus connus étant ceux de La Chapelle et du quai d’Austerlitz. Parmi les personnes habitant ces campements urbains, un certain nombre de femmes accompagnées d’enfants. Alors même qu’elles seraient en droit d’accéder à un hôtel social, celles-ci refusent d’appeler le numéro d’urgence 115 pour y loger. Ces hôtels qui accueillaient autrefois des touristes travaillent désormais avec des associations à but non lucratif appelées « plateformes sociales », chargées de fournir aux sans-abris un service social financé par les pouvoirs publics (Barrère et Lévy-Vroelant, 2012). Depuis la fin des années 1980, il s’agit du mode de logement standard choisi par les autorités pour les personnes sans abri à Paris. En raison du manque de structures spécialisées dans la capitale, les associations d’aide aux demandeurs d’asile, elles aussi, ont régulièrement recours à ce type d’hébergement.

Alimenté quasi exclu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maybritt Jill Alpes, « Les dynamiques sociologiques entre contrôle des migrations et protection sociale : femmes migrantes sans papiers en quête d’hébergement à Paris », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/9189

Haut de page

Auteur

Maybritt Jill Alpes

Chercheuse invitée, Université Libre d’Amsterdam, Faculté du Droit, De Boelelaan 1105, 1081 HV Amsterdam, Pays Bas ; m.j.alpes@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page