Navigation – Plan du site
Varia

Les travailleurs migrants subsahariens en Tunisie face aux restrictions législatives sur l’emploi des étrangers

Sub-Saharan Immigrants’ Workers in Tunisia Faced with Legislative Restrictions on Foreigners Work
Los trabajadores emigrantes subsaharianos en Túnez frente a la condición de restricciones legislativas del empleo de los extranjeros
Mustapha Nasraoui
p. 159-178

Résumés

L’objectif de cet article est d’examiner la situation socioprofessionnelle d’un échantillon de migrants subsahariens en séjour irrégulier en Tunisie. L’article étudie une immigration de travail dans un pays traditionnel d’émigration, qui fait l’expérience d’un flux d’immigration nouveau Sud-Sud. Le travail des immigrés subsahariens s’inscrit dans un cadre législatif limitant drastiquement l’emploi des étrangers. Il met au clair des pratiques d’exploitation qui relèvent parfois de la traite humaine. Toutefois, et d’après les déclarations des immigrés eux-mêmes, l’insatisfaction exprimée à l’égard des conditions de travail s’oppose à la satisfaction résultant de l’acquisition de nombreuses compétences.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un régime juridique défavorable à l’emploi des étrangers
La problématique
L’objectif de l’étude
Le questionnaire et l’échantillon
Étude des données
Les motifs du séjour en Tunisie
Un travail occasionnel et informel
L’abîme du secteur informel : l’informel de l’informel
Les conditions de travail
La rémunération
L’égalité de chances
Les perspectives de développement personnel
La protection sociale
L’insécurité psychologique
La liberté de s’exprimer pour défendre ses intérêts
Conclusion

Aperçu du texte

Longtemps considérée comme un pays exportateur de main-d’œuvre, la Tunisie est depuis quelques années un pays d’immigration de travail. Quatre facteurs importants ont contribué à l’émergence de cette nouvelle réalité.

D’abord, le transfert de la Banque Africaine de Développement (BAD) à Tunis (entre septembre 2003 et septembre 2014), au plus fort de la guerre civile en Côte d’Ivoire. De ce fait, les fonctionnaires africains de cette institution se retrouvèrent à Tunis, accompagnés de nombreux travailleurs qui étaient à leur service à Abidjan (employées de maison, chauffeurs, coiffeurs, coursiers, gardiens, etc.). Par la suite, après le retour de la BAD dans la capitale ivoirienne (septembre 2014), certains de ces travailleurs ont préféré rester en Tunisie pour exercer leurs métiers ou guetter l’occasion de partir en Europe. Deuxième facteur, la suppression par les autorités tunisiennes des visas qui étaient exigés pour les ressortissants de plusieurs pays subsahariens (Côte d’Ivoire,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mustapha Nasraoui, « Les travailleurs migrants subsahariens en Tunisie face aux restrictions législatives sur l’emploi des étrangers », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/9244

Haut de page

Auteur

Mustapha Nasraoui

Psychologue, professeur émérite, Université de Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, 94 Boulevard 9 avril 1938, Tunis 1007, Tunisie ; mustapha.nasraoui@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page