Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Tamouls du Sri Lanka en France : politisation de l’exil dans l’ombre des Tigres

Tamil of Sri Lanka in France: Politization of the Exile in the Shade of the Tigers
Tamiles del Sri Lanka en Francia: politización del exilio en la sombra de los Tigres
Angélina Étiemble
p. 65-86

Résumés

Le conflit armé au Sri Lanka, opposant la majorité cinghalaise et la minorité tamoule, prend fin en 2009 avec la défaite des LTTE (Libération Tigers of Tamil Eelam). Tout au long du conflit, des Tamouls ont cherché refuge en France et y ont obtenu asile, devenant la première population réfugiée dès la fin de la décennie 1990. Réfugiés statutaires, certains souhaiteraient néanmoins partir en Angleterre pour des raisons socio-économiques. Mais ces projets se heurtent à l’interprétation nationaliste de la migration. Selon les LTTE, la migration est toute entière consacrée au soutien de la « cause tamoule ». Leurs sympathisants sont très influents auprès des réfugiés tamouls de la région parisienne aux débuts des années 2000 via les associations qui leur sont affiliées. Ces associations mêlent habilement les dimensions politiques et culturelles afin d’assurer l’adhésion des Tamouls à leur cause. Si cette période représente un « âge d’or » de l’influence des militants nationalistes, avant l’interdiction de leur organisation en Europe en 2006 et la défaite en 2009, nous en percevons quelques échos dans les associations « tamoules » de la décennie suivante.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Vivre en France au nom de la « cause tamoule »
Se réfugier en France
La mobilité migratoire stigmatisée par les militants nationalistes
Diaspora tamoule versus peuple tamoul
L’engagement associatif au miroir de la lutte
Soutenir « l’Association »
La jeunesse en ligne de mire
L’héritage associatif dans l’après-guerre
Une organisation discréditée et la fin de la « cause tamoule » ?
Rhizomes associatifs
Conclusion : « âge d’or » de l’emprise nationaliste et dynamique associative « totalisante »

Aperçu du texte

Au Sri Lanka, l’un des plus longs conflits armés contemporains prend fin au mois de mai 2009. Il opposait depuis 1983 les forces gouvernementales, liées à la majorité cinghalaise, et les séparatistes des Tigres de la Libération du Tamil Eelam (LTTE), organisation paramilitaire autoproclamée représentante de la minorité tamoule. Ce conflit, violent, s’achève par la défaite des séparatistes, symbolisée par la mort de leur leader, Velupillai Prabhakaran. Il a conduit des milliers de Tamouls à chercher refuge loin de leur île, notamment en Europe. Dans les années 1980, la France n’est pas la destination d’élection des premiers exilés Tamouls, a contrario de l’Angleterre. Elle le devient au fil du temps puisque les Sri-Lankais, et parmi eux surtout des Tamouls, y représentent la première population réfugiée statutaire encore aujourd’hui. L’installation « communautaire » des Tamouls, visible dans la région parisienne, et le traitement favorable de leur demande d’asile dans la décennie 199...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angélina Étiemble, « Tamouls du Sri Lanka en France : politisation de l’exil dans l’ombre des Tigres », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/9376

Haut de page

Auteur

Angélina Étiemble

Sociologue, maîtresse de conférences, VIPS², Le Mans Université, UFR Sciences, avenue Olivier Messiaen, 72085 Le Mans cedex 9 ; angelina.etiemble@univ-lemans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page