Navigation – Plan du site
Dossier thématique

L’étape d’après. Travail et déclassement subjectif des réfugié·e·s en Bulgarie

The Step After. Work and Subjective Downgrading of Refugees in Bulgaria
El siguiente pasó. Trabajo y desclasamiento subjetivo de los refugiados en Bulgaria
Albena Tcholakova
p. 87-108

Résumés

L’article se propose d’interroger la problématique de « l’après », envisagé comme ce qui advient ultérieurement à la reconnaissance juridico-administrative des réfugié·e·s en Bulgarie et ce, à travers le prisme du travail. Dans un premier temps l’auteure présente les principaux éléments qui organisent la politique d’asile et la politique dite d’intégration en Bulgarie, en soulignant les effets qu’elles produisent sur l’expérience des réfugié·e·s. Dans un deuxième temps l’article explore pourquoi le travail se trouve être au cœur des attentes de reconnaissance qui émergent une fois obtenu le statut de réfugié·e. Dans un dernier temps, l’article développe une analyse du travail des réfugié·e·s et du travail pour les réfugié·e·s selon une approche sociologique intersectionnelle. On y examine la manière dont l’expérience et les attentes qui sont propres à la condition de réfugié·e modèlent ces deux types d’activité de travail.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Des politiques et des institutions à la recherche d’efficacité
Politiques migratoires et asilaires
Management de l’intégration des réfugié·e·s
Programme institutionnel et réalité vécue
Le travail des réfugié·e·s, le travail pour les réfugié·e·s
La reconnaissance sociale après la reconnaissance juridique
Le travail des réfugié·e·s comme expérience du déclassement
Le travail pour les réfugié·e·s : expérience vécue de l’intersectionnalité
Conclusion

Aperçu du texte

Les réfugié·e·s dans des pays comme la Bulgarie ont fait parler d’eux à l’occasion de ce que la plupart des médias et des discours politiques ont appelé durant l’été 2015 « la crise des réfugiés ». Le plus pauvre des pays membres de l’Union européenne, se situant sur la route dite des Balkans, frontière extérieure de l’UE, la Bulgarie a attiré l’attention du fait de l’existence de groupes de « chasseurs de migrants » à la frontière avec la Turquie. Triste occasion pour faire entendre la réalité des routes de l’exil traversant la Bulgarie et la crise des institutions de l’asile et pour faire comprendre l’expérience de réfugié·e.

Cet article se propose d’interroger la problématique de « l’après », envisagé comme ce qui advient ultérieurement à la reconnaissance juridico-administrative des réfugié·e·s en Bulgarie, et ce à travers le prisme du travail. L’analyse sera étayée à partir d’une enquête menée entre 2005 et 2010 sur les carrières professionnelles des réfugié·e·s (voir Encadrés 1...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albena Tcholakova, « L’étape d’après. Travail et déclassement subjectif des réfugié·e·s en Bulgarie », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 33 - n°4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remi/9447

Haut de page

Auteur

Albena Tcholakova

Sociologue, maîtresse de conférences, Université de Lorraine, IUT de Longwy, 186 rue de Lorraine, 54400 Cosnes-et-Romain ; albena.tcholakova@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page