Navigation – Plan du site
Mouvements migratoires d’hier et d’aujourd’hui en Italie

Intégration socioprofessionnelle et mobilité internationale. Le cas des ingénieurs français ayant emprunté l’ARM France-Québec

Social and Professional Integration and International Mobility. The Case of French Engineers Using the France-Quebec MRA
Integración socio profesional y movilidad internacional. El caso de los ingenieros franceses en el marco del ARM Francia-Quebec
Jean-Luc Bédard et Marta Massana Macià
p. 211-234

Résumés

Cet article porte sur l’intégration socioprofessionnelle d’ingénieurs français immigrant au Québec. Notre analyse vise à documenter le fonctionnement des règlements de l’Arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM) France-Québec et des mesures compensatoires exigées pour l’entrée en pratique professionnelle d’ingénieurs français au Québec. Leurs parcours s’inscrivent dans le cadre du paradigme de la mobilité. Nous décrivons l’intégration socioprofessionnelle selon deux grandes catégories explicatives inspirées de Heckmann : les dimensions structurelles et les dimensions culturelles et relationnelles. Davantage qu’une question associée à la stricte régulation professionnelle, l’entrée en pratique professionnelle apparaît comme un processus multidimensionnel, où interviennent les acteurs de l’immigration, du système professionnel et des employeurs, principalement. Notre étude de cas s’appuie sur quatorze entrevues menées auprès d’ingénieurs français, d’acteurs du système professionnel et d’informateurs clés issus d’organisations locales, bien au fait des réalités de cette catégorie d’immigrants au Québec.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les Arrangements de reconnaissance mutuelle (ARM) : un accord pour la mobilité internationale de professions réglementées
Genèse et principes directeurs
Démarche méthodologique
L’intégration socioprofessionnelle des ingénieurs diplômés en France
Mobilité des travailleurs hautement qualifiés
Comprendre l’intégration comme processus multidimensionnel
Le processus d’intégration socioprofessionnelle
La dimension structurelle
Le rôle de l’entreprise
Nouveau pays, nouveaux contextes juridique et réglementaire
Le discours du gouvernement québécois pour attirer des candidats à l’immigration
Les dimensions culturelle et relationnelle
Le processus d’apprentissage des codes sociaux et culturels
Les dynamiques relationnelles, personnelles, professionnelles et le rôle des réseaux
Conclusion

Aperçu du texte

« Immigrant incorporation encompasses a broader range of policies and personal experiences of social belonging in a receiving country. » (van Riemsdijk, Basford et Burnham, 2016 : 22)

Cet article s’inscrit dans une démarche de recherches en cours depuis 2012, dont les objectifs sont de comprendre et analyser l’évolution du système professionnel québécois dans sa gestion de l’admission de professionnels formés à l’étranger. Plus précisément, nous retenons ici le cas des professionnels français admissibles aux Arrangements de reconnaissance mutuelle (ARM) France-Québec pour documenter leur parcours d’intégration. En effet, nous examinons les parcours d’ingénieurs français, en comparant les discours d’acteurs du système professionnel et ceux d’ingénieurs français ayant eu recours à l’ARM France-Québec. Pour ce faire, nous allons d’abord situer cet accord dans le paradigme de la mobilité (Pellerin, 2011 ; Papademetriou et al., 2009). Ce modèle de gestion de la migration des travailleurs ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Bédard et Marta Massana Macià, « Intégration socioprofessionnelle et mobilité internationale. Le cas des ingénieurs français ayant emprunté l’ARM France-Québec », Revue européenne des migrations internationales, vol. 34 - n°1 | 2018, 211-234.

Référence électronique

Jean-Luc Bédard et Marta Massana Macià, « Intégration socioprofessionnelle et mobilité internationale. Le cas des ingénieurs français ayant emprunté l’ARM France-Québec », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°1 | 2018, mis en ligne le 28 décembre 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/9721 ; DOI : 10.4000/remi.9721

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Bédard

Anthropologue, Professeur, Université TÉLUQ, 5800 St-Denis bureau 1105, Montréal, Qc. H2S 3L5, Canada ; jbedard@teluq.ca

Marta Massana Macià

Anthropologue, Ph.D., Université TÉLUQ, 5800 St-Denis bureau 1105, Montréal, Qc. H2S 3L5, Canada ; marta.massana@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page