Navigation – Plan du site
Mouvements migratoires d’hier et d’aujourd’hui en Italie

El-Qadim Nora, Le gouvernement asymétrique des migrations. Maroc/Union européenne

Martine Brouillette
p. 265-267
Référence(s) :

El-Qadim Nora (2015) Le gouvernement asymétrique des migrations. Maroc/Union européenne, Paris, Dalloz, 507 p., ISBN : 978-2-247-15321-3

Texte intégral

1L’ouvrage de Nora El-Qadim est issu d’une thèse de science politique s’inscrivant dans la thématique de la gouvernance extérieure des migrations de l’Union européenne, et plus précisément sur les négociations entre l’Union européenne et le Maroc pour la conclusion d’un accord communautaire de réadmission. Prenant ainsi pour point de départ de son analyse les négociations entre acteurs européens et marocains autour de la question des retours forcés de migrants en situation irrégulière vers le Maroc, l’auteur parvient ainsi à démontrer l’asymétrie au cœur des relations internationales qui se jouent sur ce terrain.

2Partant du constat que les analyses précédentes sur la gouvernance externe de l’UE considèrent les pays tiers comme terrains de l’externalisation des politiques européennes (p. 22 ; et voir aussi Guiraudon et Lahav, 2000 ; Boswell, 2003 ; Geddes, 2005 ; Guild, Carrera et Balzacq, 2008 ; Bigo et Guild, 2010), il s’agit ici de déconstruire cette idée qui renforce l’objectification des « pays tiers » (dans le vocable européen, ce terme contestable fait référence aux pays situés à l’extérieur de l’Union européenne), perçus comme simples « receveurs » des politiques européennes. En se positionnant aux marges de l’objet d’étude qu’est l’Union européenne et en privilégiant la lecture du quotidien de ces négociations, il est désormais possible de lever le voile sur la capacité d’action des acteurs, les tergiversations et les effets de feedback qui modifient les objectifs initiaux de ces politiques, voire qui parviennent même à alimenter la reformulation des politiques européennes.

3L’ouvrage interroge l’influence de l’évolution des politiques extérieures de l’Union européenne en matière de gestion des migrations sur le processus de négociation de l’accord communautaire de réadmission avec le Maroc, mais retourne ensuite la pièce afin de saisir comment les relations avec les pays tiers parviennent également à redéfinir les politiques extérieures de l’UE. Posant d’emblée l’asymétrie emblématique de ces négociations, notamment en termes de pouvoir, de ressources et de coûts politiques, la seconde dimension de la problématique de recherche s’intéresse à démontrer comment la partie la moins favorisée dans ces processus parvient tout de même à user de divers moyens pour résister aux exigences de la partie la plus favorisée. Fidèle à la méthodologie de la sociologie de l’acteur, l’auteur de cet ouvrage s’est intéressée à l’ensemble des acteurs étatiques impliqués dans ces négociations, à travers la réalisation de trois terrains d’enquête (Rabat, Bruxelles et Paris) afin de mettre en relief les relations triangulaires des négociations impliquant fonctionnaires européens, représentants des États membres de l’Union et acteurs intermédiaires des autorités marocaines.

4La réadmission étant dans cet ouvrage appréhendée au croisement de deux regards, la première partie porte à l’analyse l’accord de réadmission du point de vue de l’Union européenne. La coopération européenne interagit avec les enjeux locaux et peut soulever des résistances, voire conduire à la réaffirmation de la souveraineté du pays partenaire. Avec l’objectif de contourner les réticences liées à la question des retours forcés, il est possible pour l’Union européenne de poursuivre cet objectif à travers des formes informelles de coopération. Vient alors la question de la réadmission de ressortissants de pays tiers ayant transité par le Maroc, qui se bute quant à elle à une forte résistance des autorités marocaines et qui ne peut être qu’adressée que dans des accords formels de réadmission. Ainsi, l’Union européenne tente, par le langage de ces accords et son argumentation juridique, d’arriver à une légitimation des politiques de retours forcés en l’inscrivant dans l’ordre du droit international. Bien que l’asymétrie en matière de réadmission soit évidente entre l’Union européenne et le Maroc, le vocable de ces accords met de l’avant le principe de la réciprocité, aussi fictive soit-elle, afin de placer symboliquement les deux parties à égalité devant le droit. L’analyse d’El Qadim fait aussi état des dissensions organisationnelles, non seulement entre les États membres de l’Union européenne et la Commission européenne, mais aussi entre les différents organes de la Commission, permettant aux pays tiers de se rapprocher d’institutions partageant certaines valeurs et accroître ainsi leur poids à la table des négociations.

5La seconde partie de l’ouvrage déplace la focale de l’analyse pour explorer cette fois le point de vue marocain autour de la négociation de l’accord communautaire de réadmission, et plus largement, sur la représentation marocaine de l’externalisation des politiques migratoires européennes. Les politiques européennes ont certainement une influence considérable dans le jeu politique national des pays auxquels elles s’adressent, mais elles s’inscrivent avant tout dans des objectifs politiques souverains, et peuvent devenir source de concurrences institutionnelles entre les différents acteurs étatiques. Les politiques migratoires de l’Union européenne comme du Maroc étant en construction, certaines institutions peuvent saisir l’opportunité que représente l’accent posé sur cet enjeu pour élargir leurs ressources et leur champ de compétences et ainsi promouvoir le modèle de gestion des migrations proposé par l’UE ou au contraire, revendiquer la mise en place d’une approche différente, en adéquation avec la réalité locale.

6L’ouvrage se conclut par une synthèse de ces deux regards, offrant une lecture de la conjonction des points de vue portés par les acteurs européens et marocains dans les négociations sur les migrations. L’auteur évalue ainsi « la portée et les limites des revendications et de la capacité d’action des acteurs marocains » (p. 315), en plus d’élargir l’objet d’étude à la mise en œuvre des accords et des politiques, en tant qu’espace additionnel de négociations. Cette analyse permet de mettre au jour les insatisfactions des États membres à l’égard des actions menées par les fonctionnaires européens et leurs manières de contourner ces efforts afin de maintenir des relations privilégiées avec leurs interlocuteurs marocains. Elle interroge de ce fait la « plus-value » supposée de l’engagement européen. En parallèle, les acteurs marocains jouent de ces espaces de négociations multiples, leur permettant de développer des contrediscours dont ils peuvent user à la fois lors des échanges à l’échelle multilatérale ou bilatérale.

7Le travail de recherche mené par l’auteur auprès des acteurs multiscalaires des politiques migratoires dévoile la complexité des enjeux au cœur de ces négociations et la multiplicité des points de vue. Pour cela, il apporte un éclairage significatif au champ des études européennes, tout en se positionnant à la marge de la communauté européenne. Ainsi, l’auteur procède à la « décolonisation » de l’étude de la politique extérieure de l’UE, déconstruisant au passage la représentation des « pays tiers » comme récepteurs des politiques européennes. L’analyse des instruments financiers et politiques effectuée par l’auteur expose les limites de l’hypothèse souvent émise du marchandage par contreparties financières comme mesure incitative, conduisant un pays tiers à conclure un accord de réadmission à l’échelle communautaire. Dans l’optique d’envisager un réel panorama des négociations au quotidien des acteurs impliqués dans les politiques migratoires, il serait bénéfique d’élargir le regard au-delà des relations triangulaires proposées par l’auteur, pour y inclure les points de vue des mouvements associatifs et sociaux, des organisations internationales présentes sur le terrain et de l’opinion publique, tous acteurs de premier plan dans la formulation et la mise en œuvre des politiques migratoires et pouvant influencer la négociation des termes d’une entente internationale.

Haut de page

Bibliographie

Guiraudon Virginie and Lahav Gallya (2000) A Reappraisal of The State Sovereignty Debate Revisited: the Case of Migration Control, Comparative Political Studies, 33 (2), pp. 163-195.

Boswell Cristina (2003) The external dimension of EU immigration and asylum policy, International Affairs (Royal Institute of International Affairs 1944-), 79 (3), pp. 619-638.

Geddes Andrew (2005) Europeanisation goes South: The external dimension of EU migration and asylum policy, Zeitschrift für Staats und Europawissenschaften/Journal for Comparative Government and European policy, 3 (2), pp. 275-293.

Guild Elspeth, Carrera Sergio and Balzacq Thierry (2008) The Changing Dynamics of Security in an Enlarged European Union, CEPS Challenge Programme, Research Paper n° 12.

Bigo Didier and Guild Elspeth (2010) The Transformation of European Border Controls, in Bernard Ryan and Valsamis Mitsilegas Dir., Extraterritorial Immigration Control. Legal Challenges, Leiden/Boston, Martinus Nijhoff Publishers, pp. 257-279.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Brouillette, « El-Qadim Nora, Le gouvernement asymétrique des migrations. Maroc/Union européenne », Revue européenne des migrations internationales, vol. 34 - n°1 | 2018, 265-267.

Référence électronique

Martine Brouillette, « El-Qadim Nora, Le gouvernement asymétrique des migrations. Maroc/Union européenne », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°1 | 2018, mis en ligne le 28 décembre 2018, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/9862

Haut de page

Auteur

Martine Brouillette

Politiste, Docteure, MIGRINTER/Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page