Navigation – Plan du site
Mouvements migratoires d’hier et d’aujourd’hui en Italie

Therrien Catherine, La migration des Français au Maroc

Jordan Pinel
p. 267-269
Référence(s) :

Therrien Catherine (2016) La migration des Français au Maroc, Casablanca, La Croisée des Chemins, 413 p., ISBN : 978-9954-1-0555-9

Texte intégral

1C’est une certaine singularité que propose cet ouvrage coordonné par l’anthropologue Catherine Therrien. En effet, la migration des Français au Maroc est ici abordée en partie sous l’angle de la perception et la représentation du groupe immigré par les Marocains. Le fait même de parler de migration est une originalité, dénotant des termes usuels d’« expatriés » et « mobilités » associés aux émigrés français. Un détail important qui permet à l’ouvrage de s’affranchir des catégories classiques de l’administration. Le terme est justifié dès le départ : « aucun des Français dont il est question dans ce livre ne peut être défini comme un touriste » (pp. 23-24). Pour certains cas, relevant de pratiques touristiques et de séjours prolongés non déclarés, l’anthropologue évoque des situations de « tourisme permanent ».

2Mais, outre ces problèmes de définitions liés aux catégories, s’intéresser à ce groupe pose également l’enjeu du cadrage de la population cible, notamment au regard du nombre important de double-nationaux franco-marocains. L’équipe de recherche a anticipé cette diversité de parcours personnels et familiaux en prenant le « Français » non pas dans le sens national du terme, mais dans le sens « ethnique » selon le terme utilisé par la coordinatrice. Uniquement ceux qui n’ont aucune ascendance migratoire du Maghreb sont intégrés dans cette recherche. Deux autres critères relevant de l’ancrage territorial ont également été pris en compte : ne pas être venu vivre au Maroc avant ses onze ans et résider au Maroc au moins six mois dans l’année et depuis plus d’un an (excluant ainsi les situations de tourisme prolongé).

  • 1 Source : http://www.tourisme.gov.ma/fr/tourisme-en-chiffres/arrivees-des-touristes (consulté le 01/ (...)

3Les différents chapitres montrent une certaine pluridisciplinarité, entre sociologie, anthropologie, droit et littérature. Le premier chapitre évoque le contexte historique et démographique de cette présence au Maroc depuis la mise en place du protectorat français (1912). On perçoit un manque important de données et de sources sur ces mouvements migratoires. Les chiffres les plus récents viennent des consulats français, qui constituent une base d’analyse, mais restent incomplets, l’inscription sur les registres n’étant pas obligatoire. Quoi qu’il en soit, l’analyse des effectifs des résidents français montre que le Maroc est une destination attractive et que le printemps arabe de 2011 a eu peu d’effet sur ces installations. Cependant, les données concernant les flux touristiques ne sont pas évoquées, or celles disponibles montrent une baisse importante des arrivées des touristes français au Maroc depuis 20141. De nombreux Français ne s’enregistrant pas et vivant au Maroc par des visas touristiques renouvelés, le constat d’attractivité pourrait éventuellement être relativisé. Ce sont ensuite les motivations à la migration qui sont étudiées dans le deuxième chapitre. Recherche d’une meilleure qualité de vie, opportunité professionnelle, parcours familial, quête de l’altérité culturelle ou encore fuite et épanouissement personnel sont les principales raisons de départ évoquées par Catherine Therrien. L’auteure détaille diverses approches et conceptions de la communauté française au Maroc dans les représentations du « chez-soi » et de l’altérité. Elle pointe une certaine « illusion de proximité » géographique, linguistique ou culturelle qui oriente certains choix migratoires. Au final, ce panorama de motivations et perceptions rend compte de la « complexité de l’imbrication des sphères économiques, professionnelles, familiales, personnelles et biographiques comme facteurs explicatifs de la migration des Français vers le Maroc » (p. 126). Dans le troisième chapitre, la doctorante Chloé Pellegrini donne un exemple de cette imbrication avec une analyse des parcours de plusieurs entrepreneurs français à Marrakech. Il y est fait état d’une volonté d’accomplissement personnel de ces entrepreneurs qui relève plus de l’intime que de l’économique et social. L’idée est de s’épanouir et de se « réaliser soi-même » par l’entreprenariat hors de France qui constitue un certain challenge face aux contraintes institutionnelles, professionnelles et culturelles.

4Les aspects juridiques et administratifs de la présence française au Maroc sont évoqués dans le quatrième chapitre par un entretien entre le juriste Hocine Zeghbib et Catherine Therrien. L’analyse, ponctuée d’exemples précis, s’articule autour de trois thèmes principaux : les conditions d’entrée et de séjour pour les Français ; la législation quant au travail salarié et non salarié des Français et les questions liées à la fiscalité, aux transports et à la santé ; et les comportements des ressortissants français vis-à-vis de la société d’accueil. On y perçoit vite une distinction entre droit théorique et réalité. En effet, la situation des Français est régie par le droit commun des étrangers, mais la réalité montre que les conditions sont plus favorables pour les Français que pour l’ensemble des étrangers, notamment en ce qui concerne l’emploi salarié ou les questions administratives en lien avec l’entrée sur le territoire.

5Enfin, les trois derniers chapitres s’attèlent à l’analyse des perceptions et représentations sociales des Français par les Marocains. Le cinquième chapitre se base sur une enquête dirigée par le sociologue Noureddine Harrami et effectuée auprès de 500 Marocains. L’échantillon n’est pas représentatif de la population marocaine, mais s’attache à intégrer des habitants de milieux urbains et fréquentés des Français comme des habitants plus isolés et ne fréquentant pas ou peu les Français. Le questionnaire porte sur les connaissances des Français au Maroc, leur accès à la nationalité marocaine, le mariage mixte, les apports des Français au pays et leur intégration sociale. Il est montré que les Français sont considérés comme intégrés dans le pays et que leur présence est souvent vue comme un apport pour l’économie, l’éducation ou le mode de vie. Cette présence française est mise en parallèle de celle des migrants subsahariens dans le sixième chapitre, renvoyant le Maroc à son récent statut de pays d’immigration. L’anthropologue Khalid Mouna analyse la perception de la présence des migrants au prisme de l’histoire, la politique, l’économie et la culture. Il arrive à la conclusion d’une certaine ambivalence, entre un enthousiasme assez pragmatique quant à la présence française et ses retombées économiques et une certaine méfiance face aux transformations de l’espace qu’elle peut engendrer. Enfin, le professeur de littérature, Khalid Zekri dédie le dernier chapitre à la représentation des Français dans la littérature narrative marocaine depuis le XIXe siècle. L’analyse aborde trois axes : les relations de voyages entre les deux pays, celui de la décolonisation et la représentation du personnage français dans les romans. Une analyse qui permet d’interroger les parallèles effectués dans la reproduction des référents entre la réalité et la fiction romanesque.

6Finalement, c’est une relation duale, entre ambivalence et proximité, qui est décrite dans cet ouvrage. Il permet d’éclairer d’un regard peut-être moins eurocentré cette présence française au Maroc. L’originalité d’un point de vue marocain « inédit » est bien au rendez-vous, même si l’on peut regretter que les trois derniers chapitres sur ce thème ne constituent qu’une petite partie de l’ouvrage, ne recouvrant qu’un quart du livre. Au niveau de la forme, on peut noter quelques petites erreurs ou imprécisions, notamment bibliographiques, qui ne gâchent en rien la lecture.

Haut de page

Notes

1 Source : http://www.tourisme.gov.ma/fr/tourisme-en-chiffres/arrivees-des-touristes (consulté le 01/06/2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jordan Pinel, « Therrien Catherine, La migration des Français au Maroc », Revue européenne des migrations internationales, vol. 34 - n°1 | 2018, 267-269.

Référence électronique

Jordan Pinel, « Therrien Catherine, La migration des Français au Maroc », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°1 | 2018, mis en ligne le 28 décembre 2018, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/9878

Haut de page

Auteur

Jordan Pinel

Géographe, Doctorant, MIGRINTER/Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page