Navigation – Plan du site
Mouvements migratoires d’hier et d’aujourd’hui en Italie

Bertheleu Hélène, Au nom de la mémoire. Le patrimoine des migrations en région Centre

Ralph Schor
p. 269-270
Référence(s) :

Bertheleu Hélène (2014) Au nom de la mémoire. Le patrimoine des migrations en région Centre, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 350 p., ISBN : 978-2869-0-6363-1

Texte intégral

1Un groupe de sociologues et d’ethnologues s’interroge sur la mémoire des migrations dans la région Centre, sur la sélection des objets, des images, des représentations du passé qui deviennent « patrimoine », sur les mécanismes de cette mutation. Les auteurs définissent d’abord ce qu’ils entendent par patrimoine : objets saisis dans leur environnement rural, urbain, industriel, maritime, culture immatérielle, métiers, savoirs, techniques, langue, récits, pratiques religieuses, lieux de mémoire, etc. Le patrimoine entretient des liens étroits avec l’identité, notion complexe, mais fortement ressentie en un temps où la quête d’enracinement s’affirme comme remède aux crises et aux incertitudes contemporaines.

2Les auteurs étudient divers exemples pris dans la région Centre. À Rosières, la mémoire valorise les ouvriers polonais, élevés au rang de militants syndicaux modèles et de héros de la Résistance pendant la Deuxième Guerre mondiale, considérés comme parfaitement intégrés, célébrés par un journal de collège qui a consolidé l’image positive des intéressés. Dans plusieurs communes, les groupes portugais dont les comportements sont analysés restent fidèles à leurs racines, à la langue et à la religion qu’ils veulent transmettre à leurs enfants. Mais cette population est vue avec sympathie, car elle est jugée laborieuse et discrète, elle réserve le récit de la migration et de ses épreuves au cercle restreint de la famille, elle partage sa culture par le truchement d’associations et de groupes folkloriques très appréciés. Très différent apparaît le cas des Maghrébins âgés, hôtes des foyers, isolés, silencieux, pensant parfois que leur parcours n’est pas digne de transmission ou se disant acculturés, mal à l’aise quand ils rentrent au pays. À Orléans, l’histoire de l’immigration est mal connue et semble recéler des germes de conflits sociaux ; elle ressurgit cependant dans le cadre des références multiculturelles des quartiers, mais avec une volonté d’intégrer la migration dans un modèle national assimilateur. À Montargis, la diversité des origines nationales entrave la formation d’un patrimoine institué malgré l’existence de lieux originaux comme des églises orthodoxes. Là, le projet de patrimonialisation n’émane pas des migrants, mais de responsables politiques ou associatifs qui valorisent la mémoire collective du quartier pour renforcer le consensus social. Il en va de même dans d’autres communes comme Bourges ou Vierzon où le terme d’« habitants » englobe les immigrés dont la désignation comme tels semble peu légitime. Pourtant l’intérêt pédagogique de l’expérience migratoire est utilisé par des enseignants et militants sensibles à la richesse contenue dans le vécu des personnes concernées. Certains s’attachent à recueillir le témoignage des vieux immigrés, à en restituer la réalité, à la conserver dans des institutions patrimoniales, à la transposer dans des créations artistiques. Un dernier exemple montre un cas de réussite patrimoniale concernant les catholiques portugais. Certes ceux-ci regrettent la disparition des messes célébrées dans leur langue et déplorent la différence entre la catéchèse traditionnelle qui leur est familière et celle qu’ils trouvent en France. Mais l’Église, en confiant la pastorale des migrants au clergé du pays d’accueil, favorise l’intégration ; les Portugais s’en accommodent plus ou moins, réussissent parfois à installer une statue de la vierge de Fatima dans les lieux de culte, assurent par leur active présence la vitalité du pèlerinage de Sainte-Solange, patronne du Berry.

3Le livre ouvre enfin des perspectives de réflexion sur les cheminements de la mémoire collective et la patrimonialisation. Il apparaît que le discours mémoriel n’est pas constitué par l’addition des mémoires individuelles. En effet, certains éléments du passé sont oubliés, volontairement ou non, d’autres sont sélectionnés s’ils sont jugés dignes d’entrer dans l’espace public. Parfois les individus troquent leur identité nationale d’origine contre une identité européenne globalisante, jugée plus valorisante. Les mémoires collectives peuvent aussi bien créer une solidarité qu’engendrer une concurrence entre les divers parcours et groupes. L’entrée dans le patrimoine est un processus complexe et contingent, résultant d’un classement symbolique, de gestes et de volontés sociales, de règles administratives. L’histoire de l’immigration, pour sa part, rencontre des obstacles particulièrement redoutables pour accéder au rang patrimonial, car, selon les cas, elle semble marginale, peu « noble », susceptible de contrarier l’entente sociale ou de compromettre l’unité nationale. Aussi, face à un phénomène qui n’est pas naturel et acquis d’avance, faut-il qu’agissent des passeurs ou « entrepreneurs de mémoire ». Ces derniers doivent montrer que le lien de l’individu avec son passé de migrant est porteur de sens et d’intérêt, prouver que, dans les villes, les grands ensembles, généralement dévalorisés, représentent un patrimoine original, souligner la richesse dont est porteuse la stratification sociale des quartiers, rappeler que le patrimoine est vecteur de cohésion. Ces entrepreneurs de mémoire représentent des milieux divers, descendants de migrants, travailleurs sociaux, professionnels de la médiation culturelle, enseignants, intellectuels et artistes, militants proches des immigrés, associations qui jouent souvent un rôle décisif. Ainsi l’ouvrage se révèle aussi précieux par les exemples analysés que par la réflexion portant sur les mécanismes de la mémoire, de la patrimonialisation, de l’identité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Bertheleu Hélène, Au nom de la mémoire. Le patrimoine des migrations en région Centre », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°1 | 2018, mis en ligne le 28 décembre 2018, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/9895

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Historien, Professeur émérite, Université de Nice-Sophia-Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page