Navigation – Plan du site
Mouvements migratoires d’hier et d’aujourd’hui en Italie
Note de recherche

Quitter le Mezzogiorno : parcours d’enracinement des Italiens en Provence et dans le Nord-Ouest de l’Italie entre 1945 et 1970

Leaving the Mezzogiorno: Integration Paths of Italians in Provence and in the North-West of Italy between 1945 and 1970
Dejando el Mezzogiorno: ruta de enraizamiento de los italianos en Provenza y el noroeste de Italia entre 1945 y 1970
Anna Badino
p. 195-209

Résumés

Les protagonistes de cette étude sont les familles originaires du Mezzogiorno (Italie du Sud) qui, dans les années 1950 et 1960, se sont installées dans les zones urbaines de Marseille et de Turin. L’article compare une migration internationale et une migration nationale dans le but de mettre en évidence des mécanismes constants du processus migratoire, mais aussi pour évaluer le poids de quelques variables liées aux spécificités structurelles qui caractérisent les deux contextes d’arrivée. Le thème central de l’enquête sont les facteurs qui peuvent conditionner la mobilité sociale et économique des secondes générations à travers l’analyse des trajectoires de travail des parents, leurs stratégies résidentielles et leurs réseaux de sociabilité tissés dans la ville. Le but est de comprendre les retombées de cette conjonction de facteurs sur les itinéraires scolaires et professionnels de leurs enfants.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Deux migrations en parallèle : quelle comparaison possible ?
Parcours de pères pionniers entre constantes et spécificités
Ouvriers et maçons : quels projets pour leurs enfants ?
Itinéraires résidentiels et parcours scolaires
Conclusion

Aperçu du texte

Dans cette note, nous exposerons les premiers résultats d’une recherche en cours sur les Italiens qui ont quitté le Mezzogiorno entre 1945 et les années 1960 pour s’installer à Marseille et à Turin. Nous comparerons un flux migratoire international avec un flux migratoire interne, en portant une attention particulière aux parcours scolaires et sociaux des immigrés de secondes générations.

Dans le panorama des études migratoires, les migrations internes ne sont pas toujours considérées comme des migrations car il n’y a pas de frontières à traverser, pas de changement de statut juridique dans le lieu d’arrivée et en outre il y a le partage d’appartenance nationale avec les non immigrés. Pourtant, même en l’absence de ces obstacles à l’intégration, le fait de se déplacer d’un contexte géographique et social à un autre se traduit, dans les lieux d’arrivée, par la construction de certaines différences entre les nouveaux venus et les habitants (Elias et Scotson, 1965) qui peuvent se reprod...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Badino, « Quitter le Mezzogiorno : parcours d’enracinement des Italiens en Provence et dans le Nord-Ouest de l’Italie entre 1945 et 1970 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 34 - n°1 | 2018, mis en ligne le 28 décembre 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remi/9946

Haut de page

Auteur

Anna Badino

Historienne, Chercheuse post-doctorante, Université de Florence, Via San Gallo 10, 50129 Florence, Italie ; anna.badino@unifi.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page