Navigation – Plan du site

Les enjeux de la fondation d’une science économique dite islamique

The challenges of founding Islamic Economics
Frédéric Coste
p. Vol.143

Résumés

Depuis les années 1970, certains militants politico-religieux ambitionnent de fonder une science économique en conformité avec ce qu’ils supposent être l’homo islamicus. Ils entendent remettre en question certains postulats essentiels de l’économie orthodoxe, et offrir un cadre moral qui se veut issu de la sharī‘a. La science économique dite islamique a pour objectif principal de trouver les moyens de mettre fin à la pratique de l’intérêt dans le système économique, tout en s’appuyant sur un principe de redistribution. Cette approche expressément normative se voulant scientifique est directement héritière des combats de l’islam politique des années 1940 contre le communisme et le capitalisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Jamaat-i-islami est le courant politico-religieux fondé en 1941 en Inde musulmane par Mawdudi, u (...)

1Albert Hirschman estime que l’économie du développement remet en cause l’existence de lois universelles, et entend a contrario mettre en évidence la spécificité de certaines économies extra-européennes (1981). Cet accent mis sur la singularité du contexte socio-économique sera également le fait d’économistes musulmans cherchant à créer, dans les années 1970, une discipline se voulant scientifique et découlant du référent religieux. L’un de ses principaux promoteurs, Khurshid Ahmad, estime que la science économique, qui tente de cacher qu’elle est basée sur des valeurs, ne peut prétendre à l’objectivité (Ahmad, 1992). Cette science économique dite islamique ne doit cependant pas son origine à des considérations matérielles mais au militantisme politico-religieux. Elle correspond au prolongement des idées de l’islam politique de la figure majeure qu’est Sayyid Abul A‘la Mawdudi (1903-1979) et de ses disciples1.

2Depuis les travaux de Rodinson (1966), les questionnements de Djaït (1968), ou plus récemment l’approche essentiellement critique de Kuran (2004), la compatibilité de l’islam avec le développement économique a fait l’objet de débats. Le présent article propose d’interroger l’épistémologie des nombreux écrits normatifs visant à fonder cette « science économique islamique », en les articulant autour des sources auxquelles ils se réfèrent.

La pensée du « système économique de l’islam »

3La création du Pakistan en 1947, un État censé incarner de façon inédite les valeurs sociales de l’islam, a été un événement majeur. Il a favorisé et nourri les questionnements sur la mise en œuvre concrète de l’«  idéologie islamique », selon la perspective du courant majeur du réformisme religieux du xxe siècle qu’est le Jamaat-i-islami de Mawdudi. Face aux cadres d’idées concurrents que sont le communisme, le socialisme et le capitalisme, il s’agit alors de montrer que les préceptes divins, de par la complétude qui leur est attribuée, représentent aussi un système économique à part entière (Nasr, 1989 ; Kuran, 2004). « L’islam est une idéologie embrassant tous les champs de la vie », répètent constamment les membres de ce mouvement. La conclusion logique, selon eux, est qu’il existe ce qu’ils nomment un « système économique de l’islam ». Dès les années 1940, ils s’attèlent à en déterminer les traits qui le caractérisent (Mawdudi, 2011).

  • 2 Le 23 mars 1956 correspond à la reconnaissance dans la Constitution pakistanaise de la « République (...)

4La nature de l’État, opposant l’«  idéologie islamique » au sécularisme national, a animé toute la vie intellectuelle pendant au moins une décennie (1947-1956) au Pakistan (Binder, 1961)2. Il s’agit pendant toute cette période de discuter la définition islamique ou séculière de l’État et de la société. Cette perspective n’est pas restée cantonnée à des cercles restreints, et de nombreux militants ont vu dans le projet d’un État islamique au Pakistan une sorte d’avant-garde mondiale pour régénérer la pensée religieuse. Celle-ci a pu prendre des formes variées dans des projets rivaux du courant de Mawdudi, allant du « socialisme islamique » de Khalifa Abdul Hakim (1894-1959) dans Islam and Communism (1951), jusqu’à un certain « communisme primitif » de Ghulam Ahmad Parwez (1903-1985) dans Islam : A Challenge to Religion (1968).

5Pour l’un des plus fervents disciples de Mawdudi, Khurshid Ahmad, aussi considéré comme le principal promoteur de l’attention portée à l’approche économique de l’islam, le sécularisme dans le contexte des années 1950 donne lieu à un vide moral. Il lie cette idée « au nationalisme en politique, au laissez-faire en économie, et à l’individualisme en philosophie et en religion » (Ahmad, 1956 : 470). Or, l’État, ajoute-t-il, « ne peut se décharger de ses devoirs sans souscrire à une idéologie soutenant des standards de justice et de moralité ». Une indifférence aux « idéologies embrassant-tout » est, pense-t-il, devenue impossible dans l’« ère des idéologies ». Le sécularisme, dans le sens qu’il confère à ce mot d’autonomisation des champs les uns par rapport aux autres, est voué à l’échec. Citant divers auteurs occidentaux, il montre que le communisme répond à ce vide laissé par le sécularisme, faisant suite à la fonction exercée par la religion. Cet ensemble d’idées « embrassant-tout » n’est pas un problème social et politique, mais avant tout spirituel. S’il se représente le communisme comme fondamentalement opposé à la religion, il n’en demeure pas moins qu’il voit en lui un rôle semblable à celle-ci (1953a). Pour Khurshid Ahmad, face au « défi posé par le totalitarisme » communiste, « le temps est venu pour une nouvelle idéologie forte » (1953b : 2). Or, cette idéologie totalisante est fournie par l’islam, considère-t-il. Son mouvement politico-religieux, le Jamaat-i-islami, s’arroge alors la tâche de la définir et réaliser.

6Des différents aspects du « système économique de l’islam », comme le nomment Mawdudi et ses affidés, deux d’entre eux se détacheront jusqu’à devenir les principaux pivots de cette construction intellectuelle : la prohibition de l’intérêt (ribā) ; et la zakāt (aumône légale), un des cinq piliers de l’islam, associée à de la redistribution sociale à partir de l’argent thésaurisé. « Le système économique islamique est largement basé sur les principes jumeaux de la zakāt et de la prohibition de l’intérêt », argue l’un de ces économistes militants (Siddiqi, 1983 : 36). L’importance de ces éléments tient au fait qu’ils les conçoivent comme les deux formes archétypales à même d’atteindre à la fois le cœur de l’idéologie capitaliste et communiste. Au combat contre « le vice » inhérent au capitalisme – où la monnaie n’est plus seulement un moyen d’échange comme le prône l’islam mais engendre par elle-même de l’argent – s’ajoute le véritable sens de la justice sociale issu de la Révélation, par opposition à la lutte des classes et à l’injustice du communisme. Dans une telle perspective, il s’agit de donner naissance à un système économique intégralement inédit dans la modernité.

7Pour ce courant politico-religieux, l’intérêt incarne l’esprit du capitalisme, profitant d’une relation d’inégalité et de dépendance entre emprunteur et usurier. En miroir, la solution proposée par le communisme est vue comme encore plus inique, en forçant l’égalité entre aptitudes pourtant différenciées et en recourant au conflit entre groupes sociaux. De ce point de vue, l’équité du « système économique de l’islam » s’oppose donc à l’égalité dite contre-nature du communisme.

8En rejetant ce qu’ils estiment être les traits centraux du capitalisme et du marxisme, ces réformistes politico-religieux les excluent par là-même en tant qu’idéaux-types. Dans la perspective de l’«  idéologie islamique », l’alliance de la prohibition de l’intérêt et de la zakāt, dépasse de beaucoup la fonction pratique de ces attributs économiques : elle permet l’éradication totale des maux sociaux qui sont inscrits dans ces systèmes d’idées rivaux. À elles seules, ces caractéristiques représentent en fait une double synthèse du capitalisme d’un côté, et du communisme de l’autre. L’islam, pensent-ils, est la réponse aux failles respectives de ces deux pensées économiques. Il s’agit dès lors de mettre à bas ces deux idéologies qui sont chacune perçues comme déchirant le tissu social. Pour cette raison, la résonance de l’interdiction de l’intérêt, de pair avec l’application de la zakāt, est particulièrement forte, au point de constituer les deux fondamentaux du « système économique islamique ».

  • 3 Pour l’importance qui est accordée à ces auteurs dans la promotion de préceptes économiques de l’is (...)

9Parmi les militants politico-religieux, Khurshid Ahmad et Muhammad Nejatullah Siddiqi, apparaissent comme les principaux promoteurs de l’Islamic Economics3. Le premier, né à Dehli en 1932, a connu Mawdudi par l’entremise de son père qui avait soutenu financièrement cette figure du réformisme religieux. Khurshid Ahmad intègre à la fin des années 1940 le Islami Jamiat-i-taleba, le bras étudiant du Jamaat-i-islami, et en devient le président de 1953 à 1955 à l’Université de Karachi. Il y obtient une licence en droit, un master en économie et un autre en études islamiques. Sa réalisation la plus significative tient à la mise en place d’institutions visant à islamiser le savoir, telles que l’Islamic Foundation de Leicester en 1973, un centre d’études professant cette vision du crédo religieux, ou d’autres au Pakistan et dans des pays musulmans. Il participe activement à l’édition de plusieurs revues et journaux tels que Students’ Voice (1952-55), puis en 1957 de Voice of Islam (1952-64), et plus tard de Criterion à partir de 1966, publications qui perdureront chacune plus d’une dizaine d’années et seront diffusées à 2 000-3 000 exemplaires. Il met également à disposition d’un public anglophone les écrits de Mawdudi concernant sa vision économique en les regroupant dans un ouvrage publié en 1969 sous le titre Economic System of Islam. Ahmad devient Ministre de la Planification et du développement (1978-79) au moment où le régime de Zia ul-Haq promeut l’islamisation de l’économie.

10Muhammad Nejatullah Siddiqi est une autre personnalité ayant un rôle crucial dans le développement de la réflexion économique dans le cadre de l’islam. Né en 1931 en Inde, il a d’abord fait des études coraniques pendant quatre ans à l’âge de 19 ans à Azamgarh dans le Nord-Est du pays, avant de poursuivre à la célèbre université musulmane d’Aligarh où il obtient en 1966 un doctorat en économie. En 1954, il fait ses premières armes dans la revue Islamic Thought qu’il lance et dont il sera le rédacteur en chef. Il est professeur d’études islamiques de 1977 à 1983 à Aligarh et dirige même un temps ce département, après y avoir été vacataire dans sa discipline doctorale pendant plus d’une décennie. Surtout il devient professeur de sciences économiques à l’université du Roi Abdulaziz de Jeddah de 1978 à 2000, établissement qui deviendra le pivot de l’Islamic Economics dans le monde. Il a été membre du Jamaat-e-islami Hind, la branche indienne du mouvement de Mawdudi. À la différence de Khurshid Ahmad dont le but sera essentiellement la promotion de l’islamisation de l’économie, Siddiqi réfléchira à la création d’un système bancaire se voulant conforme à l’idéal religieux (1969 ; 1983).

Les enjeux de l’Islamic Economics

  • 4 Ce terme sera reproduit ici par la suite, car en plus d’être le nom employé par ce mouvement, il po (...)

11Les promoteurs du « système économique de l’islam » entendent appliquer la vision idéologique totalisante de Mawdudi à l’ensemble de la société. Naît alors l’idée de fonder une « science économique islamique » à partir des années 1970 pour approfondir leur projet initial. Cet effort de systématisation prend à ce moment-là le nom d’ “Islamic Economics4. Ce terme souligne l’intention de proposer les modalités concrètes, via ce qui se veut une discipline académique, au « système économique de l’islam » commenté par ces acteurs pendant plusieurs décennies.

12Dans un article de 1957 intitulé ‘‘Problems of Islamic Research in Economics’’, Muhammad Nejatullah Siddiqi esquisse l’approche réflexive à la base de la science qu’il entend contribuer à créer. Tandis que la théorie économique postule la maximisation du profit, il pense que l’esprit capitaliste se dresse contre l’idéologie coranique qui donne la préséance aux valeurs. La rationalité des acteurs étant centrale en science économique, il pense que celle-ci existe aussi chez les musulmans, mais qu’elle concerne la recherche de la plus grande conformité avec les normes islamiques. Toutefois son entreprise dépasse largement cet aspect-là qui, reconnaît-il, peut être secondaire. « Le chercheur islamique devra mettre en lumière les grands objectifs économiques de la société islamique dans son ensemble », écrit-il (Siddiqi, 1957 : 4). Il pose alors un certain nombre de questionnements devant constituer les jalons à partir desquels pourra se développer une science économique islamique – la réponse étant en général implicitement contenue dans la question –, tels que : « La compétition économique est-elle compatible avec ces objectifs ? », « Quelle est la place de la coopération dans les relations entrepreneuriales ? ».

13Il propose de s’interroger sur la détermination d’un « prix juste et raisonnable » selon l’idéal religieux, ou encore la pertinence d’une institution alternative à la bourse, les relations entre marché et intervention étatique, etc. Si l’intérêt est bien sûr prohibé, ce n’est cependant pas le point le plus saillant d’une économie islamique. L’état d’esprit de « justice et de bienveillance » est ce qui caractérise celle-ci pour Siddiqi dans ce texte de 1957. Pourtant, il exhorte les chercheurs à se spécialiser dans le sujet de la réorganisation du système bancaire sur la base du partage des pertes et profits. Malgré des travaux préliminaires sur cet enjeu, à sa connaissance personne n’a réellement questionné le problème de la croissance et du développement sans l’institution de l’intérêt. « La science normative de l’Islamic Economics ne méritera pas ce nom tant que ces carences existeront » (Siddiqi, 1957 : 6). De son propre aveu, une simple recherche de normes « économiques » dans les sources que sont le Coran et la sunna ne portera pas ses fruits. Le préalable est donc l’étude des sciences islamiques que sont l’histoire dans sa période fondatrice, la sharī‘a et la jurisprudence. L’objectif est toutefois de comprendre les commandements moraux, et non de tenter d’y discerner un fonctionnement économique. Il conçoit de ce fait que le « système économique islamique » reste à déterminer, et reconnaît ainsi qu’en tant que tel, celui-ci n’a jamais existé. Les lignes directrices fournies par le Coran offrent le sens général sans pour autant permettre de disposer d’un système concret. La toute première exigence pour le chercheur est, selon cet activiste, d’œuvrer à une analyse approfondie des conditions économiques contemporaines des institutions et plus généralement du fonctionnement des économies modernes. La connaissance du code éthique de la religion s’allie à l’étude des sciences d’aujourd’hui, lesquelles sont indispensables puisqu’elles sont les seules à donner les moyens concrets de la réalisation d’une société islamique. Il en appelle par ailleurs à la recherche dans d’autres domaines comme la sociologie, la psychologie et la science politique.

  • 5 Entretien avec l’auteur, réalisé les 5 et 6 octobre 2012 à l’Islamic Foundation, Leicester, Royaume (...)

14Khurshid Ahmad estime avoir introduit le premier cours sur le « système économique islamique », en comparaison avec le capitalisme et le socialisme, à l’Université de Karachi en 1965 au niveau licence5. En 1973, il est invité à délivrer le discours d’inauguration de la World Assembly Muslim Youth Conference à Riyad sur le thème de “What is Islamic Economics ?” dans lequel il décrit l’évolution de la réflexion à ce stade. Il y développe l’idée centrale selon laquelle, jusqu’en 1970, les écrits de ses pairs se concentraient sur l’explication des enseignements de l’islam à propos des questions économiques, ou se cantonnaient à critiquer le capitalisme ou le socialisme, ou encore comparaient l’islam et le socialisme. Il fallait désormais aller plus loin et créer une discipline à part entière, avec l’effort conjoint des économistes et des religieux (ul-Hassan, 2011 : 100).

15La proposition de ce qui pouvait être une approche islamique appliquée à l’étude de l’économie reçoit immédiatement l’écho favorable du président de l’université du Roi Abdulaziz de Jeddah en Arabie Saoudite, fondée en 1967. C’est au sein de cette université qu’un centre de recherche en économie islamique est créé, où Siddiqi sera professeur pendant 22 ans. Le moment clé posant les jalons de ce champ disciplinaire à vocation académique est l’événement organisé par Khurshid Ahmad après un travail de trois ans et réunissant 300 économistes et religieux : the First International Conference on Islamic Economics, sous les auspices de cette même université, en février 1976 à La Mecque (Ahmad, 1980). Cette rencontre a pour intention de poser les bases de l’Islamic Economics en tant que véritable discipline scientifique.

  • 6 Fondée en 1975 dans les pays du Golfe, la finance islamique vise à conformer les transactions finan (...)

16Toutefois, surgit en premier lieu la difficulté de définir ce que seraient en pratique des moyens islamiques. En effet, le fait de s’accorder sur l’objectif de mettre fin à la pratique de l’intérêt dans l’ensemble du système économique ne répond pas à la question des mécanismes à appliquer. Il en ressort un problème majeur : celui de la définition des instruments qui seraient dans la droite ligne des commandements divins. Progressivement, la méthode du partage des pertes et profits fondée sur la distribution de dividendes, plutôt que le financement de l’économie par l’endettement, sera privilégiée par ces économistes. En d’autres termes, elle est censée incarner à elle seule l’«  esprit de l’islam ». Or, cette position a priori n’est pas sans poser des difficultés, puisqu’elle suppose à l’inverse que tous les instruments de dette sont non islamiques. La vision du monde de l’Islamic Economics sera alors en concurrence avec la finance islamique naissante6. En effet, dans le premier cas, il est question du projet radical d’un au-delà de l’intérêt par la suppression de la logique d’endettement.

17En second lieu, au sein même du paradigme de l’Islamic Economics en construction dans les années 1970, émerge une certaine méfiance vis-à-vis d’une pensée trop « rationalisante », essentiellement focalisée sur les conditions matérielles et les moyens pratiques d’y remédier, autrement dit sur les aspects que la raison peut appréhender. À l’inverse, l’économie partagée par nombre de modernistes et partisans de l’«  idéologie islamique » se perçoit comme fondamentalement spirituelle. Elle dénote chez eux un accent mystique, où les besoins humains ne sont pas seulement d’ordre intramondain et matériel. Khurshid Ahmad, pourtant à l’origine du développement de ce qui entend être une science, affichera une circonspection sur les moyens d’actions pouvant rompre le lien avec cette vision d’ensemble.

18En troisième lieu, l’Islamic Economics montre des difficultés à se définir elle-même, à arrêter une méthodologie, à se départir des théories conventionnelles, à proposer les éléments de réflexion nécessaires à une économie politique appliquée, à se constituer en tant que discipline académique.

19Enfin, dans les années 1960, en plein bouillonnement d’idées à propos d’un « système économique de l’islam », surgit une vision du monde opposée, du nom de « socialisme islamique » ou encore de « socialisme arabe », qui aura une grande postérité. Elle constitue une attaque frontale de ce premier projet du fait qu’elle reprend les principaux traits censés déterminer le « système économique de l’islam », mais en vidant l’islam de sa force idéologique totale, pour n’en garder que la seule dimension de culture.

  • 7 Cf. (Hanna & Gardner, 1969; Mallat, 1993; Khalafallah, 1999)
  • 8 Philipp relève même que Hassan al-Banna, fondateur des Frères musulmans en Egypte en 1928, aura bea (...)

20Jusque-là, la présente étude s’est focalisée sur l’œuvre des intellectuels du sous-continent indien dans la promotion du « système économique de l’islam ». Il faut cependant signaler qu’un effort similaire a vu le jour au Moyen-Orient, dont les protagonistes ont eu des liens étroits avec leurs homologues indo-pakistanais. Les principaux auteurs-militants interviennent au tournant des années 1960 tels que Muhammad Baqir al-Sadr (1935-1980) dans son livre Iqtiṣāduna (Notre Economie) publié en 1961, Mustafa al-Siba’i (1915-1964) avec la parution de Ishtirākiyyat al‐Islām (Le Socialisme de l’islam) en 1959, et un peu plus tôt sous la plume de Muhammad al-Ghazali (1917-1996)7. La principale différence entre ces mouvements politico-religieux, eu égard à ces préceptes est que, dès les années 1940, à la différence de la plupart des réformistes religieux du monde arabe au même moment, le courant du sous-continent indien a réellement pensé créer un ordre économique nouveau dans la perspective de fonder un État islamique8. Au milieu des années 1970, le lancement officiel de la « science économique islamique » permet la jonction dans ce domaine entre l’islam politique du Jamaat-i-islami et son pendant dans le monde arabe que sont les Frères musulmans.

L’autonomisation d’une» science économique islamique » par rapport à la vision d’ensemble

  • 9 Pour les bibliographies constituées afin de regrouper par thème tous les textes écrits jusque-là, c (...)

21La Première conférence internationale sur l’Islamic Economics qui se tient en 1976 dans le lieu symbolique de La Mecque marque la naissance publique d’une discipline inédite. Elle représente de ce fait un grand moment pour le mouvement politico-religieux de Khurshid Ahmad. Un nombre significatif de chercheurs-militants se lancent dans un travail de définition des critères qui la caractérisent, des postulats qui doivent la sous-tendre, et de la direction générale qu’elle doit prendre9. Toutefois, l’autonomisation de la « science économique islamique » par rapport au savoir coranique est dès lors perçue comme un problème aigu. L’effort soutenu jusqu’alors par l’«  idéologie islamique » pour retrouver une image globale peut se fragmenter en une connaissance spécialisée. Le risque inhérent à l’adoption d’une approche trop rationnelle est de disloquer le lien avec cette vision d’ensemble. Après avoir passé plus de deux décennies à définir les principes du « système économique de l’islam », dans une période aussi cruciale que celle de sa fondation en tant que champ disciplinaire, Khurshid Ahmad adopte une position qui pourrait paraître surprenante (1978a ; 1980). Devant la spécialisation de cette discipline à venir, dont il est pourtant le premier promoteur, il adopte une posture quelque peu anti-rationnaliste. Au lieu de mettre en lumière la méthode pour appliquer ces préceptes économiques, prolongeant ainsi les écrits qui depuis tant d’années les énonçaient, la définition qu’il en fait participe d’une expérience quasi mystique de purification. Il prend le contre-pied du matérialisme, fortement représenté par la notion de « développement économique ». Il prône l’approche suivante face à sa fondation concrète : la « science « économique islamique » réside dans les termes de tawhīd, l’unicité de Dieu et sa souveraineté absolue ; de rubūbiyyah, le fait que Dieu offre la subsistance aux hommes qui doit être dirigée vers son usage le plus parfait ; de khilāfah, le rôle de l’homme sur Terre qui est un vice-gérant du divin, spécifiant les responsabilités qui lui incombent dès lors ; de tazkiyah, la purification menant à l’élévation de l’être. Il ajoute que « le concept islamique de développement doit être dérivé de celui de tazkiyah, puisqu’il traite lui-même du problème du développement humain dans toutes ses dimensions et est préoccupé par la croissance et l’expansion en direction de la perfection à travers la purification des attitudes et des relations » (1980 : 179). La conséquence directe de l’action de tazkiyah intervient dans la notion de falāh, à savoir la prospérité dans ce monde et dans l’au-delà, indique-t-il. Le bien-être matériel ici-bas n’est pas la fin ultime : il est inséparable de sa contrepartie qu’est le bonheur moral. La dimension matérielle du développement, aussi importante qu’elle soit, ne peut être considérée comme suffisante. Ainsi, les objectifs d’une politique de développement ne sont-ils pas, de prime abord, la question d’une production de biens à des fins utiles aux hommes, ni de celle de l’amélioration de la qualité de la vie, de l’introduction de nouvelles technologies ou encore de la réduction de la dépendance nationale et d’une plus grande intégration interne au monde musulman. Ils visent plutôt un développement des ressources humaines dans le sens religieux singulier qu’il lui attribue (1980 : 180-184). Il est plus que nécessaire d’inculquer à l’homme un comportement irréprochable en premier lieu, pour qu’il ait conscience que le développement n’est pas seulement matériel, qu’il se conçoit aussi comme un parcours personnel dirigé vers l’accomplissement de buts sociaux proposés par la religion.

  • 10 Le premier séminaire a été préparé sous les auspices de l’International Centre for Research in Isla (...)

22Deux séminaires sur l’économie fiscale et monétaire de l’islam qui feront date se tiennent en octobre 1978 et en janvier 1981, respectivement à La Mecque et à Islamabad, afin de préciser la définition d’une « science économique islamique »10. Leur objet est clairement de déterminer la nature de cette discipline, de s’accorder sur ce que doivent constituer les principaux piliers de son édifice. Or les participants en concluent que l’abolition du ribā et l’introduction de la zakāt (aumône légale) contribueront grandement à réaliser les fins de l’économie islamique (Ahmad, 1978b : 9). Ainsi, reconnaissent-ils ces deux éléments comme les fondements essentiels de ce système. Entre ces deux événements, Khurshid Ahmad est en charge de donner les directions de la recherche dans une publication afin de préparer une seconde édition de suivi, sous l’égide du président pakistanais Muhammad Zia-ul Haq. Cependant, le pivot du Jamaat-i-islami qu’est Ahmad prend d’emblée ses distances avec l’effort fourni par ses collègues. Il rappelle que le système économique de l’islam n’est qu’un sous-ensemble de la vision intégrale et englobante :

« Il est, par conséquent, essentiel que le système économique de l’islam ne soit pas vu de façon émiettée. Surtout, si le nouvel ordonnancement islamique est vu comme contenant seulement deux éléments – l’abolition du ribā et l’introduction de la zakāt –, alors cela doit être considéré comme une forme de simplification. Sans aucun doute, ces éléments sont deux principaux piliers du système économique islamique, mais ils ne constituent pas l’alpha et l’oméga de celui-ci ». (Ahmad, 1978b : 4).

23Dans son rapport personnel dressant un bilan du Follow up Seminar qui s’est déroulé à Islamabad, alors qu’il en a été le maître d’œuvre et qu’il en partage l’ambition, il n’hésite pas à mettre en garde à nouveau ses confrères : « Il est important de souligner que l’économie islamique n’est pas le capitalisme moins l’intérêt plus la zakāt » (Ahmad, 1981 : 8). 

Critiques internes de la « science économique islamique »

  • 11 Voir la discussion qui suit la proposition de maquette d’enseignement de Siddiqi (1992).

24Un certain nombre de commentateurs extérieurs à ce mouvement ont fait état de l’impossibilité de l’Islamic Economics à se constituer en tant que science à part entière. Selon eux, le travail, l’entreprise ou la production ne sont pas pris en compte ; cette approche n’a rien d’expressément islamique ; ou encore elle n’a pas développé de conception économique nouvelle, mais seulement une approche éthique de celle-ci (Nasr, 1989 ; Philipp, 1990 ; Alatas, 1995 ; Kuran, 2004). Pourtant, sans même que des critiques ne proviennent de l’extérieur, la difficulté de mettre en place une telle discipline a été vécue par ses propres acteurs. De nombreux écrits provenant des « économistes islamiques » affichent une certaine insatisfaction face à l’inaccomplissement du projet initial, plusieurs décennies après la naissance officielle de ce qui entendait devenir une science (Ahmad, 1992 ; Chapra, 1996 ; Kahf, 1998 & 2004 ; Ahmed, 2000 ; Zarqa, 2003 ; Mirakhor, 2007, Siddiqi, 2008 ; Salleh, 2011 ; Zaman, 2011). Elle est vue par les auteurs eux-mêmes comme insuffisamment développée, trop générale, basée sur des écrits de qualité inégale, ayant portée son attention sur certains aspects au détriment d’autres – comme par exemple le peu d’analyse approfondie entre les politiques monétaires de la Banque centrale et les méthodes de partage des pertes et profits en étant trop focalisé à discuter des banques commerciales, ou le manque d’études du lien entre ce système et l’économie internationale, etc. Elle leur semble également marquée par la carence d’une masse critique de compétences académiques, ou encore trop ancrée dans la théorie de l’économie dite conventionnelle quand d’autres voudraient qu’elle soit indépendante de cette dernière. La réflexion sur ce que serait le curriculum adéquat en cette matière a fait l’objet de vifs débats pour déterminer la juste proportion de connaissances économiques requises qui ne soient pas jugées comme islamiques11. Alors que le premier manuel en économie islamique, datant de 1970, proposé par Muhammad Abdul Mannan est souvent cité, il est encore question d’en développer un au moins vingt ans après (Mannan, 1970).

  • 12 Cf. chap. 3 « Economics in Muslim Universities » écrit en 1977 in Siddiqi, 2001.

25Par ailleurs, une des particularités de la « science économique islamique » est une certaine fermeture sur elle-même. Alors même que beaucoup de présupposés sont issus des théories économiques « conventionnelles », celles-ci sont rarement citées. Dans sa prétention à générer ex nihilo un savoir inédit, la littérature convoquée a tendance à ne reposer que sur des références de l’Islamic Economics se confrontant entre elles. D’un autre côté, le rapport de cette discipline aux autres études islamiques se veut autonome. Elle « n’est pas une branche du kalam [théologie] ou du fiqh [droit islamique]. Elle constitue une discipline de son propre droit » (Ahmad, 1992 : 20). Ainsi, est-il reconnu que son point de départ n’est pas les sciences religieuses, mais le domaine économique. Comme le répètera Siddiqi, l’enseignement de la « science économique islamique » ne doit pas se couper des théories économiques modernes comme les finances publiques, la politique monétaire, le commerce international, cependant celles-ci doivent être couplées avec les buts islamiques12.

Une prophétie de long terme

  • 13 Pour la querelle sur le calcul économique en régime socialiste, cf. Mises, 1920 ; Lange, 1936-37 ; (...)

26À propos de la difficulté de créer un tel savoir, Khurshid Ahmad argue tôt qu’il nécessite un effort soutenu, se réalisant sur plusieurs générations. Il n’affiche donc aucunement le défaitisme présent chez certains autres auteurs, et il établit un parallèle avec le développement de la science économie européenne. Il évoque l’évolution de cette discipline depuis Adam Smith pour montrer qu’un programme applicable n’existait nullement parmi les premiers penseurs économiques. Par ce rappel, l’économiste-activiste entend relativiser la critique de ne pas être encore parvenu à offrir un plan d’action détaillé et complet aux décisionnaires. Dans La richesse des nations, pense-t-il, il n’est aucune trace d’un programme spécifique, si bien que l’emphase est mise sur le besoin de liberté de mouvement des biens et des personnes, du commerce international et des mécanismes du marché (Ahmad, 1995 : 70-71). Le premier manuel à même d’identifier le fonctionnement d’une économie moderne, ses lois fondamentales et leurs implications politiques, a vu le jour sous la plume d’Alfred Marshall, estime-t-il, soit 120 ans après l’ouvrage de référence de Smith. Les trois volumes du Capital de Marx, précise Khurshid Ahmad, mettent en lumière certaines lois de l’évolution sociale et une lourde charge contre le capitalisme, exemples à l’appui des travailleurs des usines de Liverpool et de Manchester. Cependant, on n’y décèle pas la moindre présence d’une institution de planification qui deviendra l’épicentre du système socialiste. Malgré la révolution bolchévique de Lénine de 1917, le premier plan quinquennal n’est apparu, rappelle-t-il, qu’en 1932, entre autres grâce aux efforts d’Oskar Lange et d’Henry Dickinson qui ont répondu aux salves de Ludwig Von Mises sur l’absence de projet concret (Ahmad, 1967 : 105-118)13. Il ne faut donc pas attendre du mouvement islamique un modèle déjà prêt à l’emploi, alors qu’il a fallu un temps long et de grandes ressources intellectuelles pour la science économique. Dans l’évolution de l’analyse économique en « Occident », le sujet et ses thèmes majeurs ont été développés en premier lieu, et ensuite est intervenue la systématisation du cadre théorique (1992 : 19). La mise en œuvre des commandements économiques découlant du référent religieux doivent inévitablement rencontrer des difficultés. Tandis que l’islam est infaillible, assène Khurshid Ahmad, l’homme ne l’est pas. De nombreuses expérimentations, tant théoriques qu’au niveau appliqué, seront le lot de cette transition. Mais selon lui, les écueils de cette phase temporaire ne doivent pas faire perdre de vue cet idéal. Les échecs à venir ne peuvent être dépassés qu’avec le « zèle de pionniers » (1978b : 5).

  • 14 Entretien avec l’auteur, réalisé les 5 et 6 octobre 2012 à l’Islamic Foundation, Leicester, Royaume (...)

27Après avoir déterminé ce que serait un « système économique de l’islam », les militants politico-religieux du Jamaat-i-islami ont ambitionné de créer une science économique qui en découle, afin de trouver les moyens permettant sa réalisation. Ce courant reste très critique à l’égard de la finance islamique, laquelle est jugée comme préservant la logique usurière de dette. Certains membres essaient toutefois d’influencer, à la marge, la direction que prend la finance islamique. À l'instar de Khurshid Ahmad lui-même, président du « shariah board » de la Bank of Khyber au Pakistan (2003-2008), dans le but de diminuer la présence des produits financiers de dette14.

Haut de page

Bibliographie

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ABU-RABI Ibrahim M. (Ed.), 1995, Islamic Resurgence: Challenges, Directions & Future Perspectives: A Roundtable with Prof. Khurshid Ahmad, Lahore, Institute of Policy Studies & World and Islam Studies Enterprise.

ADAMS Charles J., 1983, “Mawdudi and the Islamic State”, in ESPOSITO John L. (Ed.), Voices of Resurgent Islam, New York, Oxford University Press, p. 99-133.

AHMED Habib (Ed.), 2002, Theoretical Foundations of Islamic Economics, Proceedings of the Seminar in Islamabad, 25-27 Mar. 2000, Jeddah, Islamic Research and Training Institute, Islamic Development Bank.

AHMED Ziauddin, IQBAL Munawar, & KHAN Fahim (Eds.), 1983, Fiscal Policy and Resource Allocation in Islam, Papers Presented in the International Seminar on Monetary and Fiscal Economics of Islam, held in Islamabad, Jan. 1981, Islamabad, Institute of Policy Studies & International Centre for Research in Islamic Economics.

AHMAD Khurshid, 1953, “Communism and Religion : A Study into the Theory and Practice of the Communist Attitude Towards Religion, with Particular Reference to Islam”, Voice of Islam, Karachi, vol. 1, No. 10, July, p. 367-371.

1953, “The Fallacy of Secularism”, Students’ Voice, Karachi, 19 Dec, p. 2-4.

1956, “The Case Against Secularism”, The Voice of Islam, Karachi, vol. 5, No. 1, Oct., p. 467-471.

1969, Socialism or Islam, trans. from Urdu, Dehli, Hindustan Publications, 1967.

1978a, “A Muslim Response“, in GREMILLION Joseph & RYAN William (Eds.), World Faiths and the New World Order : A Muslim-Jewish Search Begins, Lisbon, Interreligious Peace Colloquium, p. 171-193.

(Ed.), 1978b, Follow Up Seminar : Monetary and Fiscal Economics of Islam, n.d.

(Ed.), 1980a, Studies in Islamic Economics : A Selection of Papers Presented to the First International Conference on Islamic Economics, held at Mekkah under the auspices of King Abdulaziz University, Jeddah, 21-26 Feb. 1976, Leicester, The Islamic Foundation.

1980b, “Economic Development in an Islamic Framework”, in KHURSHID Ahmad (Ed.), Studies In Islamic Economics, Leicester, Islamic Foundation, p. 171-188.

1981, “Towards Monetary and Fiscal System of Islam : A Personal Report on Some Pertinent Questions and the Seminar’s Response to Them”, Based on Monetary and Fiscal Economics of Islam, Islamabad, 6-10 January 1981, Islamabad, Institute of Policy Studies.

1992, “Nature and Significance of Islamic Economics”, in AHMAD Ausaf, & AWAN Raza Kazim (Eds.), Lectures on Islamic Economics, Jeddah, Islamic Research and Training Institute, Islamic Development Bank, p. 19-31.

1995, “Islamic Resurgence : Challenges, Directions, and Future Perspectives”, in ABU-RABI Ibrahim M. (Ed.), Islamic Resurgence : Challenges, Directions & Future Perspectives. A Roundtable with Prof. Khurshid Ahmad, Lahore, Institute of Policy Studies/World & Islam Studies Enterprise, p. 61-79.

ALATAS Syed Farid, 1995, “The Sacralization of the Social Sciences : a Critique of an Emerging Theme in Academic Discourse”, Archives des sciences sociales des religions, No. 91, Juill.-Sept., p. 89-111.

ARIFF Mohammed (Ed.), 1982, Monetary and Fiscal Economics of Islam, Selected Papers Presented to the International Seminar on the Monetary and Fiscal Economics, held at Makkah, 7-12 Oct. 1978, Jeddah, King Abdulaziz University, International Centre for Research in Islamic Economics.

BINDER Leonard, 1961, Religion and Politics in Pakistan, Berkeley, University of California Press.

CHAPRA Muhammad Umer, 1996, “What is Islamic Economics ?”, Jeddah, Islamic Research and Training Institute, Islamic Development Bank.

DJAÏT Hichem, « Islam et capitalisme », Les Cahiers de Tunisie : revue de sciences humaines, No. 61-64, vol. 16, 1968, p. 13-25.

DICKINSON Henry D., 1933, “Price Formation in a Socialist Community”, The Economic Journal, vol. 43, No. 170, June, p. 237-250.

ESPOSITO John L., & VOLL John O., 2001, Makers of Contemporary Islam, New York, Oxford University Press.

HAKIM Khalifa Abdul, 1969, Islam & Communism, Lahore, Institute of Islamic Culture, 1951.

HANNA Sami A., GARDNER George H., 1969, Arab Socialism : A Documentary Survey, Leiden, Brill.

HIRSCHMAN Albert O., 1981, « Grandeur et décadence de l'économie du développement », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 36, No. 5, p. 725-744.

ISLAHI Abdul Azim, 1997, History of Economic Thought in Islam : A Bibliography, Jeddah, Scientific Publishing Centre King Abdulaziz University.

ISLAHI Abdul Azim, 2010, “Four Generations of Islamic Economists”, Journal of King Abdulaziz University : Islamic Economics, vol. 23 No. 1, p. 165-170.

MONZER Kahf (Ed.), 1998, Lessons in Islamic Economics, Jeddah, Islamic Research and Training Institute, Islamic Development Bank.

2004, “Islamic Economics : What Went Wrong ?”, Paper presented at Islamic Development Bank Roundtable on Islamic Economics, Current State of Knowledge and Development of the Discipline, Jeddah, 26-27 May.

KHALAFALLAH Haifaa G.,1999, Rethinking Islamic Law : Genesis and Evolution in the Islamic Legal Method and Structures. The Case of a 20th Century ‘Alim’s Journey into his Legal Traditions. Muhammad al-Ghazali (1917-1996), Phd dissertation, Georgetown University.

KHAN Mohammad Akram, 1973, Islamic Economics : Annotated Sources in English and Urdu, Leicester, The Islamic Foundation, 1983.

KURAN Timur, 2004, Islam and Mammon : The Economic Predicaments of Islamism, Princeton, Princeton University Press.

LANGE Oskar, 1936-1937, “On the Economic Theory of Socialism”, The Review of Economic Studies, vol. 4, No. 1/ No. 2, Oct./Feb., p. 53-71, p. 123-142.

MALLAT Chibli, 1993, The Renewal of Islamic Law : Muhammad Baqer as-Sadr, Najaf and the Shi’i International, Cambridge, Cambridge University Press.

MANNAN Muhammad Abdul, 1986, Islamic Economics : Theory and Practice, Cambridge, Hodder and Stoughton, 1970.

MAWDUDI Sayyid Abul A‘la, 1969, Economic System of Islam, trans. from Urdu, Lahore, Islamic Publications.

2011, “Mankind’s Economic Problems and Their Islamic Solutions”, Speech delivered at Aligarh Muslim University on 30 Oct. 1941, in Mawdudi, Sayyid Abul A’la, First Principles of Islamic Economics, trans. from Urdu, Leicester, Islamic Foundation, p. 3-23.

MIRAKHOR Abbas, 2007, “A Note on Islamic Economics”, Jeddah, The Islamic Research and Training Institute, Islamic Development Bank.

NASR Seyyed Vali Reza, 1984, The Vanguard of the Islamic Revolution : The Jama‘at-I Islami of Pakistan, London, I. B. Tauris.

1989, “Islamic Economics : Novel Perspectives”, Middle Eastern Studies, vol. 25, No. 4, Oct., p. 516-530.

1996, Mawdudi and The Making of Islamic Revivalism, New York, Oxford University Press.

PARWEZ Ghulam Ahmad, 1968, Islam : A Challenge to Religion, Lahore, Idara-e-Tulu-e-Islam.

PHILIPP Thomas, 1990, “The Idea of Islamic Economics”, Die Welt des Islams, vol. 30, No. 1-4, p. 117-139.

RODISON Maxime, 1966, Islam et capitalisme, Seuil, Paris.

SALLEH Muhammad Syukri, 2011, “Islamic Economics Revisited : Re-contemplating Unresolved Structure and Assumptions”, Paper Presented at the 8th International Conference on Islamic Economics and Finance, Qatar Faculty of Islamic Studies, Doha, 19-21 Dec.

SHINSUKE Nagaoka, 2012, “Critical Overview of the History of Islamic Economics : Formation, Transformation, and New Horizons”, Asian and African Area Studies, vol. 11, No. 2, Mar., p. 114-136.

SIDDIQI Muhammad Nejatullah, 1957, “Problems of Islamic Research in Economics”, Islamic Thought, Aligarh, vol. 4, No. 4-5, Oct.-Dec., p. 1-8.

1969, “A Model of Interest Free Banking”, Islamic Thought, Aligarh, vol. 13, No. 1, July, p. 36-52.

1983, Banking Without Interest, trans. from Urdu, Leicester, The Islamic Foundation, 1969.

2011, Economics : An Islamic Approach, Islamabad, Institute of Policy Studies & The Islamic Foundation, 1977.

1978, Contemporary Literature on Islamic Economics : A Select Classified Bibliography of Works in English, Arabic and Urdu up to 1975, Leicester, The Islamic Foundation.

1982, Recent Work on History of Economic Thought in Islam : A Survey, Jeddah, King Abdulaziz University, International Centre for Research In Islamic Economics.

1983, Issues in Islamic Banking : Selected Papers, Leicester, The Islamic Foundation.

1992, Teaching Public Finance in Islamic Perspective, Jeddah, King Abdulaziz University, Scientific Publishing Center.

2008, “Obstacles of Research in Islamic Economics”, in Islamic Economic Research Center, The Seventh International Conference on Islamic Economics : Thirty Years of Islamic Economics, Solutions and Applications of Contemporary Issues, Conference Papers, 1-3 Apr., King Abdulaziz University, p. 3-19.

UL-HASSAN Mehboob, 2010, “Islamic Approach of Economics : Some Discourses on Khurshid Ahmad’s Vision of Socio-Economic Order, Self-Reliance and Economic Development”, Kyoto Bulletin of Islamic Area Studies, vol. 3, No. 2, Mar., p. 216-240.

2011, “Meeting with History : A Conversation with Prof. Khurshid Ahmad, An Islamic Economist and Activist”, Kyoto Bulletin of Islamic Area Studies, vol. 4, No. 1-2, Mar., p. 74-123.

VON MISES, Ludwig, 1939, « Le calcul économique en régime collectiviste », in HAYEK F.A. (dir.), L’économie dirigée en régime collectiviste : études critiques sur les possibilités du socialisme, trad. Paris, Librairie de Médicis, 1920, p. 93-132.

WILSON Rodney, 2003, “The Development of Islamic Economics : Theory and Practice”, in Taji-Farouki, Suha, & Nafi, Basheer M. (Eds.), Islamic Thought in the Twentieth Century, London, I.B. Tauris, p. 195-222.

ZARQA Muhammad Anas, 2003, “Islamization of Economics : The Concept and Methodology”, Journal of King Abdulaziz University : Islamic Economics, vol. 16, No. 1, p. 3-42.

ZAMAN Asad, 2011, “Crisis in Islamic Economics : Diagnosis and Prescriptions”, Paper Presented at the 8th International Conference on Islamic Economics and Finance, Qatar Faculty of Islamic Studies, Doha, 19-21 Dec.

Haut de page

Notes

1 Le Jamaat-i-islami est le courant politico-religieux fondé en 1941 en Inde musulmane par Mawdudi, un des pères de ce qu’il est convenu d’appeler l’« islam politique ». Cf. Adams, 1983 ; Nasr, 1984 & 1996.

2 Le 23 mars 1956 correspond à la reconnaissance dans la Constitution pakistanaise de la « République islamique », qui sera toutefois abrogée en octobre 1958 par le coup d’État du Général Ayub Khan.

3 Pour l’importance qui est accordée à ces auteurs dans la promotion de préceptes économiques de l’islam, cf. (Esposito, 2001, Chap. 2 ‘‘Khurshid Ahmad, Muslim Activist-Economist’’) ; (Abu-Rabi, 1995); (Wilson, 2003); (Islahi, 2010); (ul-Hassan, 2010); (Shinsuke, 2012).

4 Ce terme sera reproduit ici par la suite, car en plus d’être le nom employé par ce mouvement, il possède cette double propriété de pouvoir caractériser à la fois un « système économique islamique » et une « pensée économique islamique ».

5 Entretien avec l’auteur, réalisé les 5 et 6 octobre 2012 à l’Islamic Foundation, Leicester, Royaume-Uni.

6 Fondée en 1975 dans les pays du Golfe, la finance islamique vise à conformer les transactions financières au droit islamique (fiqh). A cet effet, un « conseil de supervision à la shari‘a » doit valider dans tout financement, l’existence d’un bien concret, et ce dans des secteurs considérés comme licites (halal). Une des principales critiques qui lui est adressée est ce conformisme légal qui ne remet pas fondamentalement en question la prohibition de la pratique de l’intérêt dans le système économique.

7 Cf. (Hanna & Gardner, 1969; Mallat, 1993; Khalafallah, 1999)

8 Philipp relève même que Hassan al-Banna, fondateur des Frères musulmans en Egypte en 1928, aura beaucoup d’estime pour Talat Harb, instaurateur de la Banque Misr – première banque entièrement égyptienne, mais n’ayant rien d’ « islamique » – en mai 1920, et qu’il considérait celui-ci comme « inspiré de Dieu ». Cf. (Philipp, 1990 : 119).

9 Pour les bibliographies constituées afin de regrouper par thème tous les textes écrits jusque-là, cf. (Siddiqi, 1978 & 1982); (Khan, 1973); (Islahi, 1997).

10 Le premier séminaire a été préparé sous les auspices de l’International Centre for Research in Islamic Economics nouvellement créé de l’Université King Abdul Aziz de Jeddah et réunissant 29 économistes du monde musulman soumettant 14 articles, cf. Ariff, 1982. Un comité spécial avait préparé les thèmes de la future recherche. Ensuite, le Commissariat au Plan du Pakistan (dont le vice-président et alors ministre est Khurshid Ahmad) organise un séminaire de suivi de celui-ci à Islamabad, 6-10 janvier 1981, cf. Ahmed et al., 1983.

11 Voir la discussion qui suit la proposition de maquette d’enseignement de Siddiqi (1992).

12 Cf. chap. 3 « Economics in Muslim Universities » écrit en 1977 in Siddiqi, 2001.

13 Pour la querelle sur le calcul économique en régime socialiste, cf. Mises, 1920 ; Lange, 1936-37 ; Dickinson, 1933.

14 Entretien avec l’auteur, réalisé les 5 et 6 octobre 2012 à l’Islamic Foundation, Leicester, Royaume-Uni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Coste, « Les enjeux de la fondation d’une science économique dite islamique », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Etudes libres inédites, mis en ligne le 09 mars 2018, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10181

Haut de page

Auteur

Frédéric Coste

Docteur associé, CERI/Sciences Po

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page