Navigation – Plan du site

Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales, MIDÉO 32, (2017) « Qu’est-ce que commenter en Islam ? », pp. IX-170

Jawdath Jabbour

Texte intégral

1« Qu’est-ce que commenter en Islam ? » constitue les actes du colloque « Les sciences de l’islam, entre répétition et innovation : qu’est-ce que commenter en islam ? » tenu à l’IDEO, les 14-16 janvier 2016. Il rassemble huit articles, le plus souvent courts, en français, anglais et arabe.

2La tradition commentariale post-classique dans le monde arabo-islamique a longtemps souffert du désintérêt de la recherche. Cette perspective commença à changer il y a quelques années et c’est notamment grâce aux travaux de R. Wisnovsky ainsi qu’au séminaire Mellon Sawyer et à ses actes (Ahmed et Larkin, 2013) que nous devons le début d’une réflexion approfondie sur le genre commentarial ainsi que d’une mise en avant de la richesse de cette production qui devint le mode par excellence de l’activité intellectuelle tardive. Le mot liminaire de « Qu’est-ce que commenter en Islam ? » place ces actes dans la lignée de ces travaux. Il propose de continuer à remettre à l’honneur le genre du commentaire dans l’Islam post-classique (vie-xiiie/xiie-xixe siècles) en poursuivant les recherches dans ce domaine afin d’atteindre des conclusions plus probantes, aussi bien en ce qui concerne le genre en lui-même que les éléments socio-culturels dont il est la manifestation.

  • 1 La date de décès d’al-Samarqandī pose problème. L’auteur mentionne deux dates, celle fournie par Ha (...)

3L’article de L.W.C. (Eric) Van Lit souhaitant clarifier l’usage du terme « commentaire » propose une réflexion personnelle sur les termes liés à ce genre. Ph. Bruckmayr étudie la réception active du Umm al-barāhīn de Muḥammad al-Sanūsī (m. 1494) dans le Sud-est asiatique aux xviiie-xxe siècles. Il montre ainsi que ce qui a souvent passé pour de simples traductions en malais du Umm al-Barāhīn sont bel et bien des commentaires dont les auteurs étaient aussi bien conscients des problèmes relatifs à la traduction que des traditions commentariales et des débats qui agitaient le Proche-Orient. Il établit aussi les aspects fructueux de cette littérature qui mène à la création d’un nouveau genre littéraire, celui des « Vingts attributs » (Sifat dua puluh). Arguant de l’influence de ce texte aussi bien dans des fatwas issues dans le sud-est asiatique que dans la production musicale religieuse régionale, il considère que toute ces productions doivent être rangées dans le large réseau panislamique d’œuvres issues de cet opuscule d’al-Sanūsī. E. Chaumont pose la question de savoir comment une tradition légale, par définition conservatrice, fait pour se perpétuer. Il étudie les modalités littéraires nécessaires à la reprise du corpus de fiqh šāfi‛ite et considère que le genre du compendium y constitua le support le plus effectif pour l’interprétation. Ce qui est au centre de sa réflexion est la raison pour laquelle un texte en particulier est commenté, avant qu’il ne soit remplacé par un autre. Il établit ainsi l’existence de cycles commentariaux qui, prenant à chaque fois appui sur un compendium commentent celui-ci jusqu’à en épuiser le potentiel interprétatif, moment auquel un nouveau muḫtasar remplace le précédent pour assurer la continuité du maḏhab. Ce sont ainsi les cycles issus du Muḫtaṣar d’al-Muzanī (m. 878) d’abord puis du Tanbīh d’al-Šīrāzī (m. 1083) qui sont abordés jusqu’à ce que ce dernier soit remplacé, dans l’activité commentariale par le Minhāǧ al-ṭālibīn d’al-Nawawī (m. 1277). L’article de N. Zouggar traite la tradition commentariale issue de la Qaṣīda ‛ayniyya attribuée à Avicenne et dont une trentaine de commentateurs sont recensés. Elle y présente de manière plus détaillée les deux commentaires les plus diffus, ceux de Šams al-dīn al-Samarqandī (m. 13031) et de Ǧamāl al-Dīn al-Baḥrānī (m. 1274) et fait suivre son article d’une traduction de la Qaṣīda. Les article de N. Carpentieri et K. I. Karimullah portent sur les commentaires aux Aphorismes d’Hippocrate. N. Carpentieri montre, à partir des commentaires de Ḥunayn b. Isḥāq (m. 873), ‛Abd al-Laṭīf al-Baġdādī (m. 1231), Ibn al-Nafīs (m. 1288) et Ibn al-Quff (m. 1286), que ce qui a été perçu comme une confusion lexicale entre birsām et sirsām pour distinguer les fièvres diaphragmatiques et phréniques dans les commentaires arabes au sixième aphorisme d’Hippocrate (Ullmann, 1978 ; Dols, 1992) n’en est pas une. L’article de K. I. Karimullah, part du rapport au genre alexandrin des prolégomènes chez Ibn Abī Ṣādiq (m. 1067), ‛Abd al-Laṭīf al-Baġdādī et Faḫr al-Dīn al-Rāzī (m. 1210), pour étudier leur rapport à Avicenne, notamment eu égard à la question du statut scientifique de la médecine. L’article de J. Thiele dresse une liste des reprises du Ġunya fī al-kalām d’Abū al-Qāsim al-Anṣārī (m. 1118) dans le Nihāyat al-marām de son élève, Ḍiyā’ al-Dīn al-Makkī (xiie siècle). Cette liste confirme la thèse d’A. Shihadeh de la dépendance de ces deux traités (Al-Makkī 2010) et mène l’auteur à considérer que la deuxième œuvre est une compilation de la première. Enfin, l’article d’O. Hamdan étudie les sources de deux commentaires à la Qaṣīda Rā’iyya d’al-Šāṭibī (m. 1194) ­— al-Wasīla d’al-Saḫāwī (m. 1245) et Al-Durra al-ṣaqīla d’al-Labīb (m. avant 646 A.H.) ­— pour mettre en avant la méthode de ces commentateurs ainsi que le rôle qu’ont joués ces commentaires pour conserver des fragments de traités perdus relatifs aux ductus et lectures coraniques qu’ils préservent.

4Ces actes se présentent essentiellement comme des études de cas relevant d’époques et de domaines différents (médecine, kalām, fiqh šāfi‛ite, philosophie et sciences coraniques). Le lecteur peut avoir l’impression que l’objectif proposé de ce recueil — l’étude du genre littéraire du commentaire dans le monde islamique post-classique — est parfois remplacé par une étude d’aspects relevant plus généralement de l’intertextualité ou de problèmes doctrinaux au sein de commentaires. Cela n’enlève rien à l’intérêt en soi des études de cas que ce recueil propose, ni au fait qu’il contribue à enrichir l’approche au genre tentaculaire, et encore si peu défini, du commentaire dans le monde islamique.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques:

AHMED, Asad Q. et LARKIN, Margaret (dir.), 2013, « The ḥāshiya and Islamic Intellectual History », Oriens 41/3-4.

DADKHAH, Gholamreza, 2014, Shams al-Dīn al-Samarqandī, The Cosmos and the Soul, Mazda Publishers, Costa Mesa, CA.

DE YOUNG, Gregg, 2001, « The Ashkāl al-Ta’sīs of al-Samarqandī: A translation and study », Zeitschrift für Geschichte der Arabisch-Islamischen Wissenschaften, 14, p. 57-117.

DOLS, Michael,1978, Maǧnūn: The Madman in Medieval Islamic Society, Oxford, Clarendon Press.

AL-MAKKI, Ḍiyā’ al-Dīn, 2010, Nihāyat al-marām fī dirāyat al-kalām, éd. A. Shihadeh, Téhéran, Mīrāt-e maktūb.

MILLER, Larry B., 1995, « Shams al-Dīn al-Samarqandī », in Encyclopédie de l’Islam, vol. VIII, p. 1038 

ŞESEN, Ramazan, 2008, « Tawqī‛āt Aṯīr al-Dīn al-Abharī wa-Šams al-Dīn al-Samarqandī », in

ZAYDAN, Yūsuf (dir.), al-Maḫṭūṭāt al-Muwaqqa‛a, Alexandrie, p. 141-151. 

ULLMANN, Manfred, 1978, Islamic Medicine, Edinburgh, Edinburgh University Press.

Haut de page

Notes

1 La date de décès d’al-Samarqandī pose problème. L’auteur mentionne deux dates, celle fournie par Haǧǧī Ḫalīfa, 600/1203, et celle donnée dans le manuscrit qui aurait appartenu à l’un de ses étudiants, 702/1303 (Miller, 1995 ; De Young, 2001). Plus récemment, deux études s’appuyant sur des données issues de manuscrits ont argumenté en faveur de l’année 723/1322 (Şeşen, 2008 ; Dadkhah, 2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jawdath Jabbour, « Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales, MIDÉO 32, (2017) « Qu’est-ce que commenter en Islam ? », pp. IX-170 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10273

Haut de page

Auteur

Jawdath Jabbour

ENS de Lyon, Triangle (UMR 5203)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page