Navigation – Plan du site

Martel André, La Libye des Ottomans à Daʽech, 1835-2016, Paris, 2016, 314 p. (Préface d’O.Pliez, postface de J.Frémeaux)

Saïd Haddad

Texte intégral

  • 1 Selon l’expression de Martin Kobler, alors Représentant spécial et Chef de la Mission d'appui des N (...)

1Vingt-cinq ans après sa première publication (1991) est réédité, sous un titre légèrement modifié, l’ouvrage d’André Martel sur la Libye. Cette réédition s’explique « par le changement de problématique induit par la liquidation en 2011 d’un despote et d’un régime qu’il avait établi sous le nom de Jamahiriya ». Alors que la Libye est toujours à la recherche d’une hypothétique unité nationale, plus de 6 ans après la chute du régime, qu’elle est plus que jamais un pays « aux institutions parallèles »1 et que la tournure des évènements dans ce pays peut laisser l’observateur – averti ou non – perplexe, cet ouvrage nous permet de nous défaire des analyses immédiates dégagées de toute profondeur historique. Telle est, par ailleurs, l’ambition exigeante de cet ouvrage : établir une continuité entre « la longue durée historique » et « l’histoire immédiate » (Préambule).

2Si l’histoire de la Libye ne commence pas le 1er septembre 1969, elle n’en débute pas pour autant le 24 décembre 1951, lorsque fut proclamée son indépendance par le Roi de Libye, Mohamed al Idriss al Mahdi Es Sanusi. Ce territoire, qui n’est pas encore la Libye, doit sa configuration actuelle à la Sublime porte, les limites actuelles de la Libye étant pour l’essentiel celles de la province ottomane de Tripoli du Ponant, Tarebelus i Gharb (p. 42), Tripoli devenant en 1551 une place de corsaires. L’imperium de la Porte sur la Méditerranée ne va pas seulement sculpter le paysage politique de la région mais également la destinée des deux pays que sont la Tripolitaine-Fezzan et la Cyrénaïque ou pays de Barquah. Le rétablissement, en 1835, de l’autorité directe d’Istanbul sur la province va inscrire pour plus d’un siècle la Tripolitaine et la Cyrénaïque dans la question d’Orient. Ces deux régions vont être l’objet et le terrain de jeu des grandes puissances européennes (France, Angleterre, Italie) qui tentent de profiter de l’affaiblissement et de la décadence de l’Empire ottoman à partir du 18ème siècle. Les interventions extérieures vont ainsi façonner ce territoire dont l’existence « précède l’indépendance de quatre siècles ».

3La première partie de l’ouvrage, intitulée La Question d’Orient, s’articule ainsi autour des tentatives de contrôle de cette province ottomane, la souveraineté de la Sublime Porte se maintenant jusqu’en 1912 en raison de la neutralisation des ambitions des autres puissances européennes. L’intérêt de cette première partie est de souligner la dimension africaine et plus précisément sahélienne de la Question d’Orient. Cette course entre les puissances européennes et plus particulièrement entre la France et la Porte dans ce qui est une autre Méditerranée permet d’éclairer le rôle de structure relais de la Porte jouée par la Sanusiya, confrérie fondamentaliste, qui s’installe en Cyrénaïque en 1842 et dont l’influence s’étend jusqu’au bassin du Tchad. Si elle ne prétend pas à un pouvoir étatique, la tariqa « organise et exploite temporellement un espace » en s’opposant indirectement ou directement à l’expansion française au Sahel.

4Après avoir unifié les deux pays, l’Empire ottoman, qui disparaît, va faire des habitants de la Wilayat de Tripoli du Couchant des « Libyens » qui vont s’inscrire dans des dimensions autres que celui, impérial, qu’ils ont connu jusqu’alors: « un éphémère Impero italien, un monde arabe partagé entre l’existence d’États-nations (dawlat) et le projet d’une nation-communauté (umma) » (p. 111). Ce faisant, la Question d’Orient participe sinon de l’émergence d’une nation libyenne, tout au moins d’un particularisme reconnu dès 1835 par la Sublime Porte. Particularisme qui se renforcera au lendemain de la première guerre mondiale, rupture s’il en est pour les anciens territoires de l’Empire.

5Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la Libye est un pays arabe colonisé, à l’instar du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. La deuxième partie de l’ouvrage, intitulée La nouvelle question d’Orient, revient sur une période qui s’étend de l’occupation italienne en 1924 (la conquête s’étendant de 1911 à 1924) à l’expansion de l’organisation de l’État islamique dans la Libye post-Kadhafi au milieu de l’été 2016. L’occupation italienne (1924-1943), l’indépendance et le royaume sanusi (1951-1969), le régime de Kadhafi (1969-2011) et la période transitionnelle (2011-) illustrent et participent de ces grands mouvements historiques qu’ont été la colonisation, la décolonisation, la guerre froide, la fin de l’affrontement Est-Ouest et les révolutions arabes.

6La colonisation italienne est ainsi marquée par la volonté du régime fasciste de faire de l’ancienne Wilayat un pont vers son sud et notamment vers l’Ethiopie qui sera conquise en 1936, par celle de détruire une Sanusiya qui résiste en Cyrénaïque et dont le maître a symbolisé l’unité nationale en 1922. La grandeur de l’Impero passe ainsi par l’éradication « d’une société bédouine, restructurée par le revivalisme de la Sanusiya » (p. 165). Champ de bataille durant la seconde guerre mondiale, la Libye est débarrassée de la colonisation italienne par l’occupation franco-britannique (1943-1951), Londres exerçant sa tutelle sur la Cyrénaïque et la Tripolitaine et Paris sur le Fezzan, entérinant pour la première fois ainsi le partage du pays en trois régions.

7En se prononçant pour l’indépendance de la Libye, avant le 31 décembre 1951, les Nations Unies prennent acte des transformations politiques et des aspirations à l’indépendance des peuples colonisés qui se font jour au lendemain de la Seconde guerre mondiale. S’il faut chercher dans la rivalité franco-britannique et dans l’effervescence politique qui agite la Tripolitaine les raisons du choix de Londres de soutenir et de reconnaître Idriss comme émir d’une Cyrénaïque qui se proclamera aussitôt indépendante, c’est aussi que la figure d’Idriss est la seule, selon l’auteur, à proposer une solution de dépassement (p. 156). Et l’un des mérites de cet ouvrage est de revenir sur le rôle de la Sanusiya et du futur roi de Libye dans l’édification de l’État libyen, qui se définit arabe et musulman. En effet, Idriss 1er aura fait de ce nouvel État, un sujet historique, certes dépendant des États-Unis et de la Grande-Bretagne, qui aura consolidé ses frontières, construit un sentiment d’unité nationale et connu une certaine aisance financière grâce à la manne pétrolière et ce dès 1959. Si le Royaume de Libye tombe sans coup férir, c’est en raison de la déstabilisation du tissu social provoquée par la soudaine aisance financière, l’inégale répartition des richesses se combinant avec la corruption, entraînant par là un discrédit moral. En dépit d’une politique panarabe modérée, mais néanmoins réelle, le pouvoir royal ne surmontera pas la contradiction à laquelle il fait face, celle d’accueillir des bases militaires américaines et britanniques en ces temps de nationalisme et de socialisme arabes, ce qui lui vaudra la perte de sa légitimité politique durant la guerre des six jours, en 1967.

8Le renversement d’une monarchie discréditée, le 1er septembre 1969, par Kadhafi et ses compagnons, va ouvrir un nouveau chapitre dans l’histoire libyenne. Le nouveau régime proclame ainsi l’émancipation culturelle et politique résumée dans le Livre vert (1976-1978), crée l’État des masse en 1977 (la Jamahiriya), se lance dans la réappropriation pétrolière et se veut le héraut de la cause palestinienne et arabe ainsi que des intérêts du Tiers Monde. Cette diplomatie bruyante, voire fantasque ne doit pas occulter que le régime de Kadhafi s’inscrit dans un double mouvement de rupture et de continuité avec le régime précédent, comme peut en témoigner par exemple la politique sahélienne, même si les modalités diffèrent. L’activisme libyen est rendu possible par deux facteurs. Les pétrodollars et la configuration de la guerre froide vont lui assurer une liberté d’action sans commune mesure avec son statut réel. Et l’on suit l’auteur lorsqu’il souligne que la fin de la guerre froide contraint le régime libyen à un « ajustement géopolitique » sans changer en profondeur les orientations du régime. La crise de l’État rentier après le retournement des prix du pétrole en 1986, l’échec des visées impériales sur le continent africain, vont souligner l’impasse politique d’un État, considéré comme « voyou » en raison de sa logique « révolutionnaire ». L’activisme libyen sera sanctionné par un embargo international du pays de 1992 à 1999.

9C’est durant cette période que Tripoli va faire montre d’une certaine souplesse tactique afin de réintégrer le concert des nations. La « normalisation » internationale de la Libye, son panafricanisme réinventé, son rôle de sentinelle avancée de l’Union européenne dans le domaine migratoire ne peuvent toutefois masquer la réalité d’un régime oppressif. La fin de la Jamahiriya s’inscrit bien dans la séquence des révolutions arabes mais marque aussi le point final d’une confrontation qui s’étend sur quatre décennies entre Kadhafi et une partie de la communauté internationale. Si « l’effondrement de la Jamahiriya qui a libéré des forces contenues pendant quatre décennies » est imputable à une intervention armée extérieure qui n’a pas planifié et pensé l’après, cet effondrement souligne l’échec d’un régime qui n’a pas voulu édifier un État national, ni un État de droit. Il a permis que « les anciennes structures socio-institutionnelles se manifestent » (p. 235) à nouveau en l’absence d’un État central, ce dont profitent les diverses milices armées libyennes et les groupes djihadistes affiliés à al Qaïda ou l’État islamique qui s’installe à Syrte en mai 2015 avant d’en être délogé fin 2016. Si la « confusion libyenne » en cours depuis 2011 et qui a des répliques régionales, fait écho à la situation libyenne qui prévalait en 1919 et 1922, aucune personnalité ni aucun groupe n’offre, à l’heure actuelle, une solution de dépassement.

10La mise en perspective de la Libye comme objet et sujet des relations internationales va de pair avec une réflexion sur l’édification encore inaboutie de l’État libyen. Ce n’est pas le moindre mérite de cet ouvrage qui emprunte à l’histoire, à la géographie et à l’anthropologie de nous faire mieux connaître cet objet scientifique même s’il manque malheureusement quelques cartes qui nous auraient permis de mieux appréhender les mouvements et les mutations à l’œuvre.

Haut de page

Notes

1 Selon l’expression de Martin Kobler, alors Représentant spécial et Chef de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye, Rapport du Secrétaire général sur la Mission d’appui des Nations Unies en Libye, S/2016/1011, 1er/12/2016

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saïd Haddad, « Martel André, La Libye des Ottomans à Daʽech, 1835-2016, Paris, 2016, 314 p. (Préface d’O.Pliez, postface de J.Frémeaux) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10275

Haut de page

Auteur

Saïd Haddad

Maître de conférences aux Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page