Navigation – Plan du site

Halper Jeff, 2015, War Against the People: Israel, the Palestinians and Global Pacification, PlutoPress, Londres, 2015, 340 pages

Michaël Séguin

Texte intégral

1Ce livre de l’anthropologue et activiste israélien Jeff Halper s’attarde de façon très originale à deux questions fondamentales : (1) pourquoi le soutien mondial envers Israël est-il si puissant, y compris dans des pays où il n’y a pas de lobby sioniste fortement constitué  ? (2) Pourquoi Israël est-il si réticent à adhérer à la solution des deux États, et ce alors que presque tous les États de la région (y compris les Palestiniens) l’ont accepté  ? Halper répond sans détour que l’occupation de la Cisjordanie et de Gaza est devenue une ressource économique et politique dont Israël ne souhaite plus se départir et qui lui assure une place de choix au sein de l’industrie mondiale de la sécurité (qu’il nomme aussi «  global pacification industry  »). Il note :

«  economically, it provides a testing ground for the development of weapons, security systems, models of population control and tactics without which Israel would be unable to compete in the international arms and security market, but no less important, being a major military power serving other militaries in security services the world over lends Israel international status among the global hegemons it would not have otherwise  » (p. 4).

2Cet ouvrage en six parties propose de comprendre comment fonctionne cette industrie, véritable bras armé garantissant la relative stabilité du système-monde capitaliste, en partant du cas particulier d’Israël.

3La première partie vise à tracer les contours théoriques de l’industrie de la pacification. Reprenant le cadre du système-monde d’Immanuel Wallerstein, il explique que l’expansion de la classe capitaliste transnationale, majoritairement issue du Nord global, ne peut se poursuivre sans le recours à une forte industrie de la pacification. En effet, alors que l’accumulation de capital devient synonyme de dépossession d’un nombre de plus en plus grand d’individus sous l’impulsion de la mondialisation néolibérale, des services militaires, policiers, sécuritaires et carcéraux de plus en plus complexes sont nécessaires pour maintenir le pouvoir des élites du Nord et celles des élites compradores de la périphérie contre l’opposition grandissante de la base. C’est dans ce contexte que s’opèrent des «  guerres de sécurisation  » (securocratic warfare), des guerres qui n’opposent non plus une armée nationale à un ennemi étranger, mais les forces policières et les agences de sécurité contre leurs propres nationaux.

4Or, Israël tient une place particulière dans cette industrie en plein essor et c’est que Halper s’attarde à démontrer en seconde partie. Pourquoi  ? D’abord parce que l’industrie militaire, l’armée et le gouvernement israéliens sont passés maîtres de la politique sécuritaire (security politics), c’est-à-dire dans l’art de transformer les victoires de l’État hébreu sur le champ de bataille en gains politiques. Autrement dit, Israël a su tirer profit des développements militaires qui sont les siens – tant du point de vue de l’armement, de l’entraînement, du renseignement que du contrôle des populations – pour développer une influence, une indépendance, un réseau de contacts et des échanges commerciaux (avec 130 pays seulement pour 2012) sans commune mesure pour un État de 8 millions d’habitants. Plus encore, la synergie entre ses chercheurs, ses ingénieurs, ses soldats et ses politiques lui a permis d’exceller dans les trois domaines constitutifs de la pacification globale : la capacité à mener des opérations militaires de précision pour contrer les puissances contre-hégémoniques, celle à surveiller et à freiner de manières permanentes les contre-insurrections locales, et enfin celle à user d’une rhétorique sécuritaire pour justifier de telles actions tout en masquant leurs finalités véritables. Selon Halper, c’est sur ce savoir-faire que reposent tant l’alliance américano-israélienne que l’attrait qu’exerce Israël auprès des États et groupes privés en quête de technologies militaires nécessaires à la poursuite de leurs activités.

5Le reste du livre s’attarde à l’examen des différents biens et techniques développés par Israël en complément (niche-filling) de ceux mis de l’avant par les États-Unis et autres grands producteurs, de même qu’à l’usage qui en est fait. La troisième partie dresse une liste impressionnante d’équipements militaires de haute technologie conçus par les sociétés israéliennes. S’y croisent tant des systèmes visant le contrôle du champ de bataille (satellites d’espionnages, systèmes antibalistiques, drones d’espionnage et de combat, programmes de datamining et de cyberattaques, systèmes de gestion des batailles, etc.) que ceux visant à la destruction efficace de l’ennemi (missiles balistiques et de croisière, casques de pilote intelligents, tanks et véhicules blindés, vaisseaux et véhicules sans conducteur, robots de combat, drones miniatures, etc.). En alliant le génie aérospatial, les nanotechnologies, la robotique, l’intelligence artificielle et la génétique, Israël se pose nettement à l’avant-garde des guerres de sécurisation.

6Mais son avantage ne se limite pas à l’équipement : il repose aussi sur les différentes stratégies élaborées pour contrôler, fragmenter et affaiblir la population palestinienne (ce qu’Halper désigne du concept de warehousing, d’entreposage) tout en assurant à la population juive une protection digne d’une forteresse moderne. Cette «  matrice de contrôle  », exposée en quatrième partie, combine quatre éléments fondamentaux : la création de faits accomplis stratégiques (murs, voies de contournement, encerclement des populations, etc.), la mise sur pied d’un environnement légal et administratif propice au contrôle (gouvernement militaire, zonages à l’avantage des dominants, réductions des libertés civiles, etc.), la conception de doctrines et de tactiques opérationnelles éprouvées (système de collaborateurs, usage stratégique de la force brute, assassinats ciblés, etc.) et l’établissement d’un régime de dépendance économique. Le but de cette matrice n’est évidemment pas de résoudre le conflit, mais bien de le faire perdurer aux moindres coûts possibles, tant humains que financiers, pour Israël.

7Cette idée de pacifier les populations à long terme plutôt que de répondre à leurs griefs correspond également, selon Halper, aux visées des élites politiques et économiques du centre comme de la périphérie du système-monde. À ce propos, la cinquième partie s’attarde aux principaux partenariats qu’a établis Israël depuis sa fondation. Inaugurée dans les années 1950 avec la Turquie, les Kurdes iraquiens, l’Iran et l’Éthiopie, «  l’alliance de la périphérie  » s’étend désormais jusqu’à l’Inde, le Sri Lanka, la Corée du Sud et l’Australie. L’assistance militaire apportée ne se limite d’ailleurs plus aux seules initiatives de l’État hébreu : elle est aussi le fait d’intermédiaires israéliens et de sociétés privées qui n’hésitent pas à vendre des armes, des conseils, de l’entraînement ou les services de mercenaires aux plus offrants, dictatures et groupes rebelles compris (comme le montrent les cas du Rwanda, du Cameron et de la Sierra Leone, pour ne nommer qu’eux). Plus surprenant encore, comme l’indique la dernière partie de l’ouvrage, cette offre de services ne se limite plus aux seuls États de la périphérie, mais s’étend jusqu’aux corps policiers américains qui peuvent bénéficier du savoir-faire et des technologies israéliennes pour combattre le terrorisme autant que les mouvements locaux de protestation populaire. Halper en conclut : «  In devising militarized responses to the threats emanating from the Palestinian microcosm, Israel is in fact blazing the path for civilizational gatekeepers the world over to deal with “their own” Palestines and Palestinians  » (p. 250).

  • 1 Voir à ce propos Collins (2011), Kuntsman et Stein (2015) et Graham (2014).

8En somme, tout en s’inscrivant dans la foulée d’autres travaux qui ont récemment permis de positionner l’action militaire et économique israélienne en Palestine dans une perspective plus large1, cet ouvrage offre un point de vue unique sur la place qu’occupe Israël au sein du complexe militaro-sécurito-industriel essentiel au capitalisme financiarisé. Ce faisant, Halper montre avec justesse que la répression militaire, policière et sécuritaire que vivent les Palestiniens est de moins en moins unique tandis que nous assistons à une «  Palestinisation du monde  ». Ce livre mérite donc d’être salué, tant du point de vue académique que militant, comme une contribution certaine à la lutte contre le recul des droits civils au nom de préoccupations qui ont plus à voir avec la consolidation des avancées du néolibéralisme que la sécurité en tant que telle.

  • 2 Voir A Half Century of Occupation : Israel, Palestine, and the World’s Most Intractable Conflict (2 (...)

9Demeure néanmoins la question de savoir jusqu’où l’on peut imputer le non-règlement du conflit israélo-palestinien à l’économie militaire israélienne et à ses partenariats commerciaux. Tout aussi séduisante que soit l’idée de concevoir les Territoires palestiniens occupés comme un laboratoire indispensable où peuvent être testées de nouvelles armes et tactiques de contrôle des populations, il semble exagéré de réduire la longévité de l’occupation militaire israélienne à sa seule profitabilité. D’autres auteurs, dont Gershon Shafir2, y voient plutôt une victoire idéologique des colons qui ont réussi à imposer cette occupation comme irréversible. Moins fataliste, cette explication a le mérite de poser la réversibilité de l’occupation advenant qu’une majorité d’Israéliens réalise que son intérêt à long terme n’est pas celui des religieux sionistes qui peuplent les colonies les plus reculées de Cisjordanie. Bref, qu’Halper ait raison ou non sur les motifs prépondérants justifiant la poursuite du conflit israélo-palestinien, son travail mérite d’être lu par quiconque est préoccupé par la militarisation grandissante des sociétés et par le rôle qu’y joue Israël.

Haut de page

Bibliographie

COLLINS, John, 2011, Global Palestine, New York, Columbia University Press.

GRAHAM, Stephen, 2014, Cities Under Siege: The New Military Urbanism, Londres, Verso.

KUNTSMAN, Adi et Rebecca L. STEIN, 2015, Digital Militarism: Israel’s Occupation in the Social Media Age, Stanford, Stanford University Press.

SHAFIR, Gershon, 2017, A Half Century of Occupation: Israel, Palestine, and the World’s Most Intractable Conflict, Oakland, University of California Press.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos Collins (2011), Kuntsman et Stein (2015) et Graham (2014).

2 Voir A Half Century of Occupation : Israel, Palestine, and the World’s Most Intractable Conflict (2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Séguin, « Halper Jeff, 2015, War Against the People: Israel, the Palestinians and Global Pacification, PlutoPress, Londres, 2015, 340 pages », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10276

Haut de page

Auteur

Michaël Séguin

Doctorant et chargé de cours en sociologie, Université de Montréal ; michael.seguin@umontreal.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page