Navigation – Plan du site

Abrous Dahbia et Claudot-Hawad Hélène, Mimétisme des corps et conquêtes des âmes. Les photographies des Missionnaires d’Afrique (Kabylie, Aurès, Sahara), Paris, éd. Non-lieu, coll. Entre-Rives, 2017

Malika Assam

Texte intégral

1L’ouvrage Mimétisme des corps et conquêtes des âmes. Les photographies des missionnaires d’Afrique (Kabylie, Aurès, Sahara) repose sur l’analyse d’un corpus de 600 photographies, en particulier 350 portraits de groupes ou d’individus, réalisées dès la fin du XIXe siècle par les Missionnaires d’Afrique en Algérie coloniale et au Sahara. Dahbia Abrous, Maître de conférence à l’Inalco, et Hélène Claudot-Hawad, Directrice de recherche au CNRS (UMI-ESS), toutes deux anthropologues et spécialistes du domaine amazigh, y partent à la recherche des premiers contacts entre missionnaires et autochtones, dans les trois régions amazighophones concentrant l’implantation de cet ordre en Afrique du Nord, à travers les clichés réalisés entre 1873 et les années 1940 par les « Pères blancs » et dans une moindre mesure par les « Sœurs blanches ».

2Dans un contexte de regain d’intérêt pour la photographie à la fois comme objet, source et méthode en anthropologie depuis les années 1990 (Guarrigues, 1991 ; Beaugé, Pelen, 1995), on notera l’intérêt de ces photographies, conservées dans le fonds d’archives des Maisons généralices des Missionnaires d’Afrique à Rome et dont seule une petite partie a été éditée à l’époque sous forme de cartes postales afin de financer l’action missionnaire. Il explique l’organisation de l’ouvrage : une première partie (« Le regard des Missionnaires d’Afrique. Contexte et enjeux ») propose une analyse des clichés dont plus d’une centaine sont reproduits et parfois annotés dans la seconde partie (« Voir, se voir, donner à voir. Les photographies des Missionnaires d’Afrique »). Leur étude s’inscrit dans une anthropologie du corps, voire une anthropologie de l’esthétique (Bartholeyns, 2011), poursuivant une orientation de recherche récente d’H. Claudot-Hawad (2010), développée cette fois-ci en contexte colonial.

3Les auteures s’interrogent d’abord à travers l’image des corps colonisés sur les modes de perception de l’altérité développés par les missionnaires. Elles proposent de cerner la construction d’une « écriture visuelle des réalités humaines et sociales » (p. 14) qui a rendu ces corps colonisés signifiants. Une longue contextualisation réinsére ces documents dans le cadre de l’expansion coloniale et de l’essor de la photographie et les articule aux discours savants de l’époque, dominés par l’évolutionnisme légitimant l’entreprise coloniale. Le rôle de Lavigerie, fondateur de l’Ordre est mis en exergue. Sa formation (spécialisation en histoire des premiers siècles de l’Église) et son parcours (direction de l’Œuvre des Écoles d’Orient de 1856 à 1863) expliquent deux aspects fondamentaux du regard missionnaire : un tropisme religieux, en lien avec le mythe berbère, explique leur implantation dans des régions amazighophones et les pousse à retrouver l’Église antique d’Afrique du Nord ; un « transfert » oriental (p. 27) sur des zones alors complétement amazighophones explique une extension sémantique insolite du terme arabe.

4Leur démarche repose ainsi sur le croisement de matériaux divers : des documents issus de la hiérarchie de l’ordre (écrits doctrinaux, règles) mais aussi, outre les clichés, des écrits émanant du terrain et relayant « la voix des simples congrégationnistes » (p. 16) : chroniques, rapports, diaires et correspondances. Cette confrontation complète l’approche de D. Abrous (2007) qui avait montré comment l’expérience des missionnaires sur le terrain avait modifié leur grille de lecture initiale ainsi que le savoir élaboré sur ces régions d’implantation.

5Ces écrits du terrain se nourrissent de l’enseignement inspiré par Lavigerie et montrent que les premiers contacts reposent sur une grille de lecture binaire opposant populations locales et missionnaires. Mais des éléments de la culture, de la vie sociale, des pratiques religieuses, considérés comme des traces du christianisme antique sont relevés, tandis que les éléments échappant à ce schéma d’intelligibilité sont caractérisés de grossiers, obscurs et désordonnés. Deux des trois catégories de photographies, d’après le classement opéré par les auteures, « donnent littéralement corps » aux archives écrites (p. 54). D’une part, des photos (absentes de la seconde partie) illustrent le paysage ou l’environnement géographique en privilégiant les signes supposés du christianisme antique (ruines, motifs de la croix). D’autre part, celles concernant la vie à l’extérieur de la mission, permet d’imager les différences humaines selon la grille en vigueur des « scènes et types » (p. 22), à travers des personnages incarnant des altérités variées (mendiants, nomades, femmes dans l’espace public), des précisions ethnographiques rajoutées à certains clichés transformés en cartes postales et un exotisme esthétisant en adéquation avec l’époque. Les régions ont été plus ou moins accessibles à ce regard, l’abondance de clichés sur la Kabylie, région ruinée et affaiblie qui a fait l’objet d’une installation plus précoce et durable, contrastant avec l’hermétisme du Mzab ou les images fugaces des Touaregs.

6Une dernière catégorie, « noyau dur » du corpus, met en scène les missionnaires et les autochtones, en particulier catéchumènes et convertis, dans des lieux de contacts par excellence (écoles, ouvroirs, orphelinats, hôpitaux). Elle suggère, elle, des « formes beaucoup plus complexes d’échanges et de réciprocité, à travers le regard, la posture, les gestes et les costumes en miroir les uns des autres » (p. 31). La confrontation avec les écrits est ici particulièrement féconde puisqu’elle montre l’inadéquation entre discours volontariste de la hiérarchie et complexité des réalités du terrain. Au-delà d’un regard, ces clichés qui rendent tangible la mise en œuvre concrète d’activités permettent de cerner les interactions entre missionnaires et autochtones.

7On perçoit d’abord, dans les photos de classe par exemple, des situations de connivence, d’échanges spontanés, type de relations que les textes adressés aux supérieurs n’évoquent pas toujours. Les auteures insistent surtout sur les « métamorphoses réciproques de l’apparence », avec, dans un premier temps, un mimétisme des gestes, des corps, des vêtements et une recomposition de l’allure et des manières d’être qui aboutissent à une ressemblance troublante entre corps colonisés et corps missionnaires. D’abord, les corps missionnaires connaissent une « indigénisation » (p. 18) liée à une « véritable stratégie du paraître » en cohérence avec les dispositions édictées par la hiérarchie (p. 42). Ce processus connaît néanmoins des variations : inexistant pour les Sœurs, il varie en fonction des lieux fréquentés par les Pères, plus mobiles, et touche différemment les Frères armés du Sahara. Tous les hommes empruntent le burnous, vêtement « arabe » qu’ils exporteront ailleurs en Afrique. Il aurait été intéressant de comparer avec d’autres cas de mimétisme et de s’interroger sur l’existence, dans le cas spécifique des missionnaires, de mesures pour gérer la « bonne distance » entre colonisés et colonisateurs (Saada, 2005). La dissemblance réapparaît quoi qu’il en soit dans un second temps avec une européanisation des convertis et, plus largement, des influences multiples sur les autochtones révélées par les clichés à travers des gestes (le salut militaire) ou des pratiques (la couture et la broderie spécialités masculines qui se féminisent). Le propos s’attarde sur l’apparence qui montre la complexité des influences, aussi bien européennes qu’ottomanes et opérant selon diverses modalités :

8- Adoption d’un costume autre (costume algérois des orphelins devenus étudiants en médecine) ;

9- Abandon de pièces locales porteuses d’une forte charge symbolique (comme le turban) ;

10- Juxtaposition de pièces empruntées à divers costumes, local, occidental ou autre, révélant parfois l’adoption de valeurs nouvelles. « Transformations de l’apparence » et « métamorphose intérieure » (p. 51) sont liées, selon la conception des missionnaires, et les converties adoptent des insignes chrétiens qui cohabitent avec les bijoux locaux ;

11- Invention de nouvelles pièces vestimentaires qui représentent néanmoins un compromis entre les goûts locaux et occidentaux de l’époque. Ainsi naît la « robe kabyle », vêtement cousu mais dont la forme ample maintient l’aisance du vêtement local drapé.

12L’intérêt de l’ouvrage réside donc dans une approche des corps qui va au-delà du rapport de domination instauré en situation coloniale et révèle des interactions complexes entre missionnaire et autochtones. En montrant les comportements négociés sur le terrain mais surtout des échanges culturels qui ont opéré dans les deux sens, il complète utilement l’étude des transferts interculturels dans un domaine de l’apparence peu étudié.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

ABROUS Dahbia, 2007, La Société des Missionnaires d’Afrique à l’épreuve du mythe berbère. Aurès - Kabylie  - Mzab, Ed. Peeters, Paris-Louvain.

BARTHOLEYNS Gil, 2011, « Introduction », Civilisations 59-2, p. 9-40.

BEAUGÉ Gilbert, PELEN Jean-Noël (dir.), 1995, « Photographie, ethnographie, histoire. Présentation », Le monde alpin et rhodanien 2-4, p. 7-17.

BOETSCH Gilles, CHEVÉ Dominique, CLAUDOT-HAWAD Hélène (dir.), 2010, Décors des corps, CNRS éd., Paris.

GARRIGUES Emmanuel, 1991, « Le savoir ethnographique de la photographie », L’Ethnographie 109, 87-1, p. 11-54.

SAADA Emmanuelle, 2005, « Entre ‘assimilation’ et ‘décivilisation’. L’imitation et le projet colonial républicain », Terrain 44, p. 19-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Malika Assam, « Abrous Dahbia et Claudot-Hawad Hélène, Mimétisme des corps et conquêtes des âmes. Les photographies des Missionnaires d’Afrique (Kabylie, Aurès, Sahara), Paris, éd. Non-lieu, coll. Entre-Rives, 2017 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10277

Haut de page

Auteur

Malika Assam

Chercheure associée IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page