Navigation – Plan du site

GEISSER Vincent, Omero MARONGIU-PERRIA et SMAÏL Kahina, Musulmans de France la grande épreuve face au terrorisme, Les éditions de l'atelier, 2017

Lucas Faure

Texte intégral

1Cet ouvrage, écrit par Vincent Geisser (politologue et sociologue, spécialiste de l’islam de France), Omero Marongiu-Perria (sociologue des religions, spécialiste de l’islam de France) et Kahina Smaïl (diplômée en science politique et en sciences des religions), entend revenir sur les réactions des musulmans de France face aux attentats de 2015 et 2016 et mettre à mal une présentation binaire de cet évènement. Une première interprétation accréditerait l’idée d’une absence des musulmans lors des manifestations de soutien aux victimes, doublée d’un silence, nécessairement complice et symptomatique d’un boycott. Une seconde lecture voudrait que les musulmans aient réagi à l’unisson, condamnant d’une même voix les attaques. Loin d’en arriver à une telle conclusion, les auteurs nous livrent avec force détail les réactions plurielles de citoyens se revendiquant de confession musulmane. La description des positionnements et des actions citoyennes illustre la multiplicité des façons d’être musulman en France et tord le cou au prétendu « mythe d’une autarcie musulmane » (p.185). La problématique de l’ouvrage – qui se veut être la première étude sociologique consacrée aux réactions des musulmans face aux attentats - nous est donnée en guise de conclusion : « réfléchir sur des acteurs ordinaires (les musulmans de France appréhendés dans leur diversité sociologique), confrontés à une situation extraordinaire (la violence terroriste) » (p. 290).

2L’analyse poussée des acteurs de l’islam de France – par des entretiens, des observations participantes, un suivi rigoureux de la presse et des réseaux sociaux – présentée en sept chapitres détaille tour à tour les positionnements et mobilisations des grandes fédérations musulmanes, de leaders et de représentants musulmans, tout en accordant une place de premier rang aux musulmans anonymes.

3Les trois auteurs répertorient les réactions diverses, parfois antagonistes, des musulmans de France face aux attentats, évènements vécus comme une épreuve (personnelle, citoyenne et spirituelle) au sens qu’en donne Gérôme Truc (p. 24), et rappellent que nombreuses furent les victimes de confession musulmane. Au travers d’une analyse sociologique des mobilisations musulmanes, multi-niveau et volontairement dépassionnée - à l’heure où fleurissent les essais et les prises de positions idéologiques -, c‘est toute la « polymorphie et la polyphonie » (Frégosi, 2013) du fait musulman en France que les auteurs nous donnent à voir. Davantage qu’une absence de réactions de la part des musulmans français, l’ouvrage met en avant leur « invisibilisation », puisque leur parole n’a été relayée que marginalement par les médias.

4Les attaques de 2015 et 2016 ont conduit les fédérations musulmanes (UOIF, RMF, UMF, CCMTF, etc) et les représentants de l’islam institutionnel (CFCM et CRCM) à prendre la parole. Ces derniers ont ainsi condamné sans restriction les actes commis et ont parfois rendu communes leurs prises de position publiques, mettant de côté leurs récurrentes divergences idéologiques. De même, ils n’ont pas hésité (ainsi que de jeunes leaders indépendants) à afficher ostensiblement un registre patriotique d’amour de la France - une pratique jusque-là marginale. De nombreuses initiatives ont été amorcées, comme la tenue de prières républicaines, de marches communes et une tendance généralisée à la promotion du dialogue interreligieux. Les auteurs soulignent la mise en place d’un partenariat durable et assumé entre les organisations musulmanes et les services sécuritaires, promouvant les imams en première ligne des dispositifs de lutte contre la radicalisation.

5En corollaire, l’ouvrage pointe le manque de légitimité et de représentativité des principales instances musulmanes en France, contestées selon cinq registres : un séculariste, un intellectualiste, un spiritualiste, un anticolonial et enfin, un générationnel. Peu reconnues et en décalage avec la base militante, les instances sont délaissées au profit de jeunes leaders émergents, tels Nabil Ennasri ou Mohammed Bajrafil. Leurs prises de position sont fortement relayées auprès du public musulman et audibles pour les décideurs politiques. Les évènements de 2015 et 2016 constituent ainsi un tournant pour les acteurs de l’islam institutionnel : s’ils ont tous entamé une démarche introspective à la suite des attentats, ils sont partagés sur la position à tenir entre le maintien d’un système jugé élitiste par certains ou un rapprochement avec les nouvelles générations, lequel se traduirait également par une ouverture aux femmes, absentes des instances décisionnaires.

6Plus généralement, la place prépondérante accordée au niveau local et l’intérêt porté aux « musulmans ordinaires » (Göle, 2015) représentent indubitablement les points forts de l’ouvrage et nous incitent à regarder l’islam tel que vécu au quotidien. Les musulmans ordinaires semblent paradoxalement avoir été absents des débats médiatiques et apparaissent « davantage parlés qu’ils ne parlent eux-mêmes » (Deltombe, 2005, cité p.2), subissant une triple confiscation de la parole : par les médias, par les leaders musulmans et par les djihadistes. Dès lors, il n’est pas étonnant que bien loin des lignes directrices de l’islam institutionnel, les réactions des musulmans anonymes aient majoritairement consisté en des initiatives individuelles et locales, notamment sur les réseaux sociaux. L’analyse des controverses numériques met parfaitement en exergue la diversité des positionnements citoyens, en particulier autour des deux hashtags #notinmyname et #jesuischarlie, lesquels furent grandement médiatisés. Par la mise en lumière et l’étude détaillée des « espaces d’expression alternatifs et [des] mobilisations locales » (p. 131), les auteurs constatent que, trop souvent, les possibilités laissées aux musulmans de s’exprimer sont binaires.

7L’ouvrage avance néanmoins l’idée selon laquelle les violences terroristes ont pu jouer un rôle incitatif conduisant les musulmans ordinaires à prendre la parole dans l’espace public et auprès de leurs proches, endossant les costumes de « décodeurs et médiateurs » (p.109) dans une démarche citoyenne. En effet, ils se retrouvent directement concernés et confrontés aux théories sur la radicalisation et, ce faisant, ils se réapproprient les discours académiques et médiatiques, profanes ou religieux, en fonction de leurs vécus personnels.

8Par l’analyse de villes réputées symptomatiques de l’islam de France, Bordeaux, Marseille, Lille et Nantes, les auteurs nuancent l’idée que l’échelle locale serait davantage propice à l’apaisement, en opposition aux tensions repérables au niveau national (Pingaud 2016), et présentent un islam local fragmenté. Ils dressent le constat d’une « renationalisation du local » (p.182), principalement via l’usage du triptyque imam, maire et préfet. Une attention toute particulière est accordée à la confection de contre-discours français pour endiguer la rhétorique théologique de Daesh, initiative résumée par la formule « contrer les maux par les mots » (p.227).

9Enfin, l’ouvrage se penche sur la perception de l’islam par les Français en se demandant si un « effet attentat » (p.249) est observable. Le principal changement résiderait dans l’émergence d’une « islamophobie sécuritaire » (p.265) qui, si elle n’est pas nouvelle, tend néanmoins à se pérenniser. Le discours politique n’échappe pas à la règle ; surfant sur la vague des émotions, de nombreux leaders politiques - de droite comme de gauche - ont traduit dans leurs programmes une essentialisation du fait musulman. À rebours de cette tendance, l’Eglise catholique a mené une véritable politique de « main tendue » envers les musulmans de France, bien qu’elle n’ait pas nécessairement été suivie et entendue par ses fidèles. En guise de conclusion, les auteurs rappellent les différents changements et initiatives ayant vu le jour depuis 2015 et tentent d’y voir un potentiel « moment créateur » (p.301) : à la fois de la part de l’islam institutionnel et de la part des musulmans ordinaires et s’interrogent sur la naissance d’une « islamo-laïcité » (p.301).

10D’une grande qualité et rigueur scientifique, l’ouvrage présenté se veut néanmoins accessible et pédagogique. Les auteurs possèdent une connaissance fine et précise de l’islam de France, plus spécifiquement du paysage associatif, comme le montre la liste impressionnante des personnalités rencontrées et des matériaux utilisés. Notons cependant l’absence de bibliographie finale, d’autant plus regrettable au regard de la quantité des sources académiques mobilisées. L’analyse du champ de l’islam de France, tant par son versant associatif qu’académique, amène à soulever plusieurs interrogations, dont celle de la place du chercheur face à l’événement (Bensa et Fassin, 2007). À l’heure où les sciences sociales, notamment du religieux, sont particulièrement sollicitées par les commandes institutionnelles, les auteurs retournent l’injonction à enquêter dans une perspective goffmanienne. Loin de sacraliser l’événement, ils tentent d’enchâsser leurs réflexions dans des dynamiques et de percevoir ces évènements comme des « moments révélateurs de représentations, d’attitudes, de comportements plus profonds, contribuant à éclairer la pluralité des façons de se « vivre musulman » » (p.28). Dès lors, le véritable apport de cet ouvrage est de revenir sur deux clivages bien connus de l’islam de France, pour les affiner davantage et montrer avec précision leurs évolutions. En effet, le clivage générationnel et le clivage entre le global et le local sont retravaillés par les évènements et « modifient les frontières des appartenances traditionnelles à des groupes et préfigurent une nouvelle configuration du champ islamique hexagonal, voire au-delà. » (p. 234).

Haut de page

Bibliographie

BENSA Alban et FASSIN Eric, 2002, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 38.

DELTOMBE Thomas, 2005, L’islam imaginaire. La construction médiatique de l’islamophobie en France, Paris, Ed. La Découverte.

FREGOSI Franck, 2013, « Polyphonies et polymorphies musulmanes en France », dans Le devenir de l’islam en France, Paris, Ed. Desclée de Brouwer.

GÖLE Nulifer, 2015, Musulmans au quotidien, une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam, Paris, Ed. La Découverte.

PINGAUD Étienne, 2016, « La gestion municipale de l’islam : les accommodements pragmatiques du pouvoir local », Métropolitiques.

TRUC Gérôme, 2016, Sidérations. Une sociologie des attentats, Paris, Ed. PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucas Faure, « GEISSER Vincent, Omero MARONGIU-PERRIA et SMAÏL Kahina, Musulmans de France la grande épreuve face au terrorisme, Les éditions de l'atelier, 2017 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 28 juin 2018, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10331

Haut de page

Auteur

Lucas Faure

CHERPA – Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence ; <lucasfaure.cherpa@gmail.com>

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page