Navigation – Plan du site

BONNEFOY Laurent, Le Yémen, de l’Arabie Heureuse à la guerre, Paris, Fayard/CERI, 2017, 348 p.

Louise Plun

Texte intégral

1Si le Yémen a souvent été perçu comme un territoire interdit, inaccessible, ainsi que fantasmé, la situation de guerre et de crise humanitaire qui y règne depuis 2011 n’a fait que renforcer cette perception. Cette conjoncture constitue une contrainte qui s’impose aux chercheurs – yéménites ou étrangers – faisant du pays un terrain de recherche difficilement praticable, ainsi qu’un angle mort dans le champ académique. Les recherches françaises consacrées au Yémen sont rares, et leurs angles d’études peu diversifiés. On constate par exemple que les périodes des printemps arabes et post-2011, ont fait l’objet de travaux variés, tandis que les études portant sur les séquences antérieures sont largement délaissées. Si peu d’ouvrages scientifiques font office de références, il faut également noter un abandon médiatique qui accentue l’incompréhension et l’impénétrabilité des enjeux actuels, de même qu’une rareté des publications « grand public ». Le volume de Laurent Bonnefoy, Le Yémen, de l’Arabie Heureuse à la guerre, vient respectivement combler les défaillances historiographiques et dépasser les impasses méthodologiques susmentionnées.

2Chargé de recherche au CNRS (CERI), Laurent Bonnefoy est notamment l’auteur de Salafism in Yemen: Transnationalism and Religious Identity (Bonnefoy, 2011), ainsi que de nombreux articles d’analyse de l’actualité yéménite. Son dernier ouvrage s’articule autour d’une idée-force : le Yémen et son rapport « avec le monde » (p.34). Cette démarche, qui n’est pas sans rappeler les travaux de Patrick Boucheron (Boucheron, 2017), examine cette interdépendance qui se révèle pétrie de contradictions, tantôt source de richesses, tantôt d’affrontements. Dès lors, l’auteur récuse l’idée dominante selon laquelle le Yémen serait une Terra Incognita, imperméable et apathique vis-à-vis des dynamiques internationales. Laurent Bonnefoy montre bien que si le Yémen n’est pas forclos des « processus mondialisés » (p.34), il est un « symptôme » (p.322) d’un Moyen-Orient déchiré. L’introduction du volume – palpitante et limpide – retrace naturellement une histoire longue du Yémen, de la reine de Saba aux bombardements saoudiens. C’est en revanche sur la période allant des années 1950 à nos jours que se concentre le corps de l’ouvrage. En tant que politologue, Laurent Bonnefoy témoigne d’une maturité scientifique confirmée puisqu’il parvient à renouveler les problématiques de recherche propres au Yémen en adoptant une approche neuve. Celle-ci consiste à étudier les interactions du Yémen avec le monde pour expliquer et écrire une histoire différente du pays.

3L’appareil scientifique reflète une maîtrise du terrain ainsi qu’une adaptation à une recherche menée « à distance » (p.38). Les sources allient en effet une « connaissance intime et prolongée des sociétés avant leur fermeture et leur plongée dans la guerre » (p.38) – acquise lors de quatre années de terrain – un travail d’enquête sur Internet et une utilisation des réseaux sociaux. Enfin, la bibliographie donne à voir l’étendue actuelle des travaux de natures scientifiques et médiatiques portant sur le Yémen.

4Le Yémen, de l’Arabie Heureuse à la guerre se structure autour de deux parties : la première analyse les enjeux à l’œuvre au sein du territoire yéménite, tout en revenant sur le terreau historique qui les a produits ; la deuxième appréhende la question des flux humains yéménites, mettant en valeur les dynamiques internes au pays. Au sein de cette structure initiale, l’auteur développe le thème central de l’intégration du pays à la mondialisation à travers cinq formes d’interactions. En faisant le choix de cette structure thématique, Laurent Bonnefoy décline l’« idéal-type » wébérien, en débutant avec la figure du diplomate. Tout en retraçant l’histoire politique – et confessionnelle –du pays, l’auteur nous guide à travers le labyrinthe, parfois extrêmement sinueux pour le profane, de cette complexité yéménite Nord-Sud. Il pointe les spécificités tant politiques, idéologiques qu’économiques du pays, avec toujours pour ambition de comprendre les « fondements » de l’intégration singulière du Yémen dans le monde. À travers la seconde figure, celle du djihadiste, Laurent Bonnefoy montre comment l’image du Yémen, en tant que base arrière de l’islamisme armé et espace de projection de la violence, a pu configurer la place du pays au sein des relations internationales actuelles, ainsi que dans les représentations collectives. Maîtrisant parfaitement la question des mouvements islamistes, il analyse le paradoxe suivant : si l’islamisme armé yéménite devient une obsession internationale, il contribue à la marginalisation du pays sur la scène géopolitique mondiale. Une troisième partie est consacrée aux flux humains. Il s’agit de se concentrer sur la diversité des mobilités, telles que les migrations, les expatriations et le tourisme, qui matérialisent des dynamiques citoyennes, à la fois internes et internationales. La figure de l’artiste vient clore l’éventail des interactions yéménites avec le monde. En mettant l’accent sur les capacités créatives et artistiques – dans un tel contexte – de la société, Laurent Bonnefoy montre bien qu’au-delà des éléments historiques et politiques développés dans son ouvrage, ce sont bien les Yéménites eux-mêmes qui en sont le cœur battant, en tant que réels acteurs des évolutions structurantes de leur pays.

5L’auteur reconstitue donc en six chapitres singuliers, un portrait multi-facettes du Yémen qui, en associant l’histoire à l’actualité la plus récente, analyse le pays à travers ses interactions et intégrations internationales. La thèse de l’ouvrage consiste bien à penser le Yémen en tête-à-tête avec le monde. À n’en pas douter, cette dernière permet de diversifier le champ des hypothèses et des thématiques d’étude sur le pays. Parallèlement, l’auteur relève le pari – tacitement fixé dans son introduction – de déconstruire le double a priori selon lequel le Yémen serait une entité trop complexe à étudier et uniquement pénétrable par le biais de grilles d’analyse et de lecture simplificatrices. L’habileté de Laurent Bonnefoy réside également dans sa capacité à mettre en valeur pour le lecteur, la centralité du territoire yéménite, perçu jusqu’alors comme périphérique. Pour conclure, les ambitions méthodologiques et historiographiques privilégiées par l’auteur font de cet ouvrage une réponse originale et – faut-il le préciser – convaincante à la question formulée dans le titre du volume d’Helen Lackner : Why Yemen matters (Lackner, 2014) ?

Haut de page

Bibliographie

BONNEFOY Laurent, 2011, Salafism in Yemen: Transnationalism and Religious Identity, London, Hurst & Company.

BOUCHERON Patrick (dir.), 2017, Histoire mondiale de la France, Paris, Seuil.

LACKNER Helen (ed.), 2014, Why Yemen matters: A Society in Transition, London, Saqi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Plun, « BONNEFOY Laurent, Le Yémen, de l’Arabie Heureuse à la guerre, Paris, Fayard/CERI, 2017, 348 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 28 juin 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10340

Haut de page

Auteur

Louise Plun

Faculté des lettres de Sorbonne Université (Paris-Sorbonne IV)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page