Navigation – Plan du site

LATTE Abdallah, Stéphanie ; PARIZOT, Cédric (dir.), Israël/Palestine, l’illusion de la séparation, Presses Universitaires de Provence, coll. Sociétés contemporaines, Aix-en-Provence, 2017

Romain Damien

Texte intégral

1La mise en chantier du mur en 2002 devant séparer le territoire israélien de la Cisjordanie a longtemps entretenu l’illusion d’une frontière formelle entre deux sociétés distinctes. Pourtant, c’est bien cette idée de séparation territoriale que les chercheurs ayant contribué à cet ouvrage, sous la direction de Stéphanie Latte Abdallah et de Cédric Parizot, remettent en cause à travers leurs enquêtes. En ce sens, il serait tentant de voir cet ouvrage comme une simple suite de la précédente recherche dirigée par ces deux chercheurs, intitulée A l’ombre du mur, publiée chez Actes Sud en 2011. Cependant, les quinze enquêtes rassemblées ici offrent de nouvelles perspectives pour comprendre les dynamiques et les reconfigurations du régime d’occupation israélien afin de sortir de cette vision biaisée d’une séparation territoriale. Cette recherche pluridisciplinaire rassemble à la fois des historiens, des anthropologues, des politistes, des sociologues et des géographes. L’objectif de cet ouvrage, au-delà de la question du mur, est de montrer que la politique de séparation entamée par Israël depuis le début des années 2000 est loin d’avoir coupé tous les liens entre Israéliens et Palestiniens mais les a « transformés » (p. 7), forçant ainsi les populations à s’adapter aux nouveaux mécanismes de mobilité. Nous retrouvons ici l’idée de Didier Bigo qui envisage la frontière non plus seulement comme une « enveloppe territoriale » (Bigo, 2010) mais comme une interface où l’on peut observer « l’articulation de réseaux d’acteurs hétérogènes et d’opération de contrôle dont le but est de filtrer, canaliser et organiser le mouvement des personnes et des marchandises » (p. 21). Pour saisir ces régimes de mobilité, le regard des chercheurs s’est centré sur les circulations et les interactions entre les acteurs au sein de ces interfaces. Ces interactions ne se limitent pas aux Israéliens et aux Palestiniens mais intègrent aussi le rôle croissant d’acteurs internationaux (ONG, migrants, bailleurs de fonds…) dans la gestion de ces dispositifs via l’introduction de pratiques managériales par les autorités israéliennes. Cette démarche permet ainsi de mieux saisir les influences réciproques entretenues d’une part, par les populations soumises à ces régimes et d’autre part, par les dispositifs de contrôle israélien dont le fonctionnement échappe parfois à ses promoteurs. Dans cette optique, les chercheurs combinent à la fois pratiques et récits des acteurs en retraçant leurs trajectoires individuelles et collectives.

2Les premières enquêtes rassemblées dans l’ouvrage soulignent l’importance de l’impact des pratiques managériales dans la gestion du système d’occupation, notamment à travers la délégation par les autorités israéliennes d’une partie de ses responsabilités à d’autres acteurs. Stéphanie Latte Abdallah revient sur les réformes du système carcéral où la justice militaire israélienne délègue une partie des coûts financiers à l’Autorité Palestinienne, mais doit également négocier avec des acteurs locaux (avocats, familles, ONG) - faisant ainsi émerger un véritable « business du carcéral » au sein d’un système de plus en plus monétarisé. De même, Shira Havkin analyse la sous-traitance des checkpoints à des agences de sécurité privée via la réforme de la « civilianisation des passages » adoptée par le parlement israélien en 2003. Dans ces deux cas de figure, les réformes sont présentées par les institutions israéliennes comme des projets visant à dépolitiser et normaliser les dispositifs de contrôles tout en les rendant plus humains. L’introduction de ces pratiques managériales a également pour effet de réduire l’autonomie de l’Autorité Palestinienne (AP) dans des secteurs moins directement « sécuritaires », comme le montre Irène Salenson à propos de la gestion des ressources en eau. Dans la même lignée, Philippe Bourmaud retrace l’histoire du système palestinien de formation à la santé : en la matière, l’AP doit à la fois composer avec la segmentation territoriale de la Cisjordanie, mais aussi avec la concurrence institutionnelle que se livrent les universités palestiniennes en tant que lieux de formation.

3Les enquêtes rassemblées dans la seconde partie de l’ouvrage se concentrent sur l’économie informelle des régimes de mobilité et soulignent que les populations israéliennes comme palestiniennes participent à la régulation des personnes et des marchandises en s’adaptant et en se réappropriant les dispositifs de séparation. A travers le cas des travailleurs clandestins palestiniens, Cédric Parizot montre comment un système informel lucratif se développe au sud d’Israël, contournant ainsi les dispositifs de surveillance israéliens. On retrouve un marché informel similaire dans le secteur oléicole palestinien présenté par Arnaud Garcette, dans la mesure où les propriétaires et les fermiers palestiniens sont obligés de recourir à des intermédiaires (locaux ou internationaux) afin de contourner les difficultés liées au confinement spatial des territoires occupés. Dans ces deux cas, des groupes d’intérêts développent, en parallèle de la politique de séparation, une économie informelle très lucrative et constituent des réseaux intégrant de nombreux acteurs – à la fois palestiniens, israéliens et internationaux.

4Par la suite, les enquêtes de Véronique Bontemps sur les travailleurs clandestins et de Sarah Memmi sur les couples palestiniens devant vivre séparément à Jérusalem et dans les TPO s’attardent sur le vécu des frontaliers en s’appuyant sur les témoignages de leurs enquêtés. Les deux auteures retracent ainsi les trajectoires individuelles, mais aussi collectives, des populations frontalières pour qui la frontière ne représente pas seulement une séparation territoriale, mais un phénomène structurant leur vie quotidienne. Cette question du vécu offre également une comparaison intéressante entre Israël et les Territoires occupés pour saisir les différences dans des trajectoires militantes au sein des deux sociétés. Dans le cadre de son enquête sur les associations palestiniennes des deux côtés de la frontière, Elisabeth Marteu constate une asymétrie au sein de la solidarité inter-palestinienne, notamment à travers les modes d’action de ces associations qui s’orientent de plus en plus vers des problématiques propres et ce, malgré la défense d’une identité palestinienne commune. Dans la même lignée, Valérie Pouzol retrace l’histoire du mouvement gay LGBTQ dans les deux sociétés. Alors que le discours gay en Israël promeut l’idée d’un mouvement sans frontière, les militants palestiniens inscrivent leurs discours dans la lutte nationale. Enfin, Karine Lamarche revient sur le parcours des militants israéliens contre l’occupation qui n’hésitent pas à traverser la frontière et ce, malgré l’interdiction pour les citoyens israéliens de se rendre dans les Territoires occupés. En ce sens, ces militants deviennent eux-mêmes des passeurs. Ici aussi, ce nouveau rapport à l’espace influence le vécu de ces militants ainsi que leurs rapports à leur propre cause.

5Les dernières enquêtes portent le regard vers d’autres zones frontalières où les populations font également l’expérience de cette politique de séparation. Ainsi, deux enquêtes s’arrêtent sur la frontière israélo-libanaise. Tout d’abord, Adoram Schneidleder revient sur la définition de cette frontière à travers le vécu, l’intériorisation et les pratiques de deux groupes de ressortissants libanais qui ont décidé de s’établir en Israël (des Libanaises ayant épousé des juifs israéliens et des anciens membres de l’ALS). On retrouve cette perspective dans l’enquête de Daniel Meier sur les réfugiés palestiniens du Sud-Liban, région centrale dans la mémoire collective des réfugiés en tant que symbole de la lutte armée palestinienne. Ces deux enquêtes se rejoignent sur l’idée qu’une nation et ses frontières ne sont pas seulement une construction politique, mais sont aussi des espaces socialement vécus, perçus et pratiqués quotidiennement par des populations qui s’adaptent aux circonstances et, en l’occurrence, au durcissement de la politique de séparation. De son côté, Lisa Anteby-Yemini étudie les parcours des migrants africains qui traversent la frontière israélo-égyptienne et demandent l’asile aux autorités israéliennes. La régulation de leurs flux de circulation fait ici intervenir de nombreux acteurs (locaux, privés, criminels, internationaux) qui pratiquent différemment la frontière, dans un contexte nouveau où la question de l’immigration (non juive) entre en concurrence avec la présence des travailleurs palestiniens au sein de la société israélienne. Enfin, la dernière enquête de cet ouvrage s’intéresse à deux quartiers au sud de Tel-Aviv qui sont habités par des populations majoritairement étrangères (asiatique, européenne, africaine). Dans cette enquête, William Berthomière et Caroline Rozenholc démontrent que ces quartiers se distinguent du reste de la ville en termes de dynamiques sociales et d’imaginaire collectif, constituant ainsi une frontière sociale et culturelle qui se recompose alors qu’en parallèle Tel-Aviv tente de promouvoir son image de ville globale.

6La richesse des contributions et la variété des situations présentées dans cet ouvrage permettent de mieux saisir les mécanismes de mobilité au sein de la région. Mais au-delà des impacts concrets de la politique de séparation israélienne et l’adaptation forcée des populations à ce nouveau régime, les chercheurs invitent le lecteur à suivre le quotidien des Palestiniens et des Israéliens soumis à ces mécanismes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Damien, « LATTE Abdallah, Stéphanie ; PARIZOT, Cédric (dir.), Israël/Palestine, l’illusion de la séparation, Presses Universitaires de Provence, coll. Sociétés contemporaines, Aix-en-Provence, 2017 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 28 juin 2018, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10352

Haut de page

Auteur

Romain Damien

CHERPA, Sciences Po Aix

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page