Navigation – Plan du site

BAIR Houda, Cartographie et représentations de l’espace en Tunisie au XIXe siècle, Bordeaux, PUB, 2016

Aurélia Dusserre

Texte intégral

1L’ouvrage de Houda Bair s’intéresse, comme l’indique son titre, à la mise en carte de l’espace tunisien sur un demi-siècle, de 1830, date de la conquête de l’Algérie, à la mise sous Protectorat de la Régence de Tunis, en 1881. Le choix de cette chronologie politique ne doit cependant pas tromper le lecteur : si la cartographie a été un outil utilisé par les Européens dans le cadre de l’expansion, le propos de l’auteure se veut plus vaste et ne peut se réduire à une histoire écrite selon la grille de lecture savoir/pouvoir ; elle tend en effet à prendre en compte la totalité des acteurs, qu’ils soient européens ou tunisiens, qui ont contribué à l’exploration d’un espace tunisien mal connu encore au début du XXe siècle et à la transformation de celui-ci en un territoire vécu et perçu comme tel.

2Cette étude s’inscrit dans le champ de l’histoire des sciences, comprise comme une histoire sociale des sciences, prenant en compte à la fois les savoirs et les représentations produites, mais également les pratiques scientifiques qui en sont à l’origine. Au croisement de l’histoire, de la géographie, de l’histoire des savoirs académiques, techniques et empiriques, le livre se situe, pour reprendre les termes de Daniel Nordman dans la préface, à un « carrefour » des disciplines. Il trouve sa place dans le champ déjà bien étudié de l’histoire de la cartographie comme production d’un savoir sur l’espace mais aussi comme représentation de celui-ci : la carte est une image fabriquée, qui traduit les choix du cartographe et qui ne peut se comprendre en dehors des différents contextes dans lesquels elle a été produite. La bibliographie mobilisée par l’auteur est à jour et bien maîtrisée, tout comme les outils d’analyse critique des documents cartographiques choisis, qui, par ailleurs, sont bien mis en valeur : une des grandes qualités de l’ouvrage est sa riche iconographie, qui permet d’avoir des exemples concrets des productions cartographiques étudiées par l’auteure, reflétant le vaste travail de collecte de sources réalisé en amont par l’historienne.

3A partir de ce riche corpus, l’ambition de Houda Bair est de retracer et d’étudier le processus de construction de l’espace tunisien : comment a-t-il été décrit, appréhendé, représenté ? Au-delà de la simple question de la représentation, l’auteure s’interroge sur les diverses appropriations dont la Tunisie a fait l’objet de la part d’acteurs très divers et sur les « usages politico-administratifs et [les] enjeux stratégiques de la cartographie » (p. 16). Pour ce faire, elle a choisi un plan en deux parties, dont on peut regretter l’aspect quelque peu schématique, mais qui a le mérite de permettre une démonstration claire et pédagogique.

4La première partie de l’ouvrage, intitulée « De l’itinéraire à la carte », est consacrée à la cartographie comme productrice d’un savoir, mais également comme pratique scientifique particulière. Il ne s’agit donc pas, comme l’auteure le précise, de faire une simple « énumération des cartes ou des travaux » réalisés mais bien « de comprendre le processus général à l’œuvre » (p. 22), en matière de collecte et de restitution des données afin d’examiner la carte comme un produit complexe résultant d’un travail de terrain, du regard particulier du cartographe et ne pouvant se comprendre en dehors des conditions de sa production. Après avoir présenté brièvement les contextes et les divers voyageurs à l’œuvre sur le terrain, en soulignant le caractère international de l’exploration de la Tunisie du premier XIXe siècle, Houda Bair fait le choix d’une approche monographique, en se consacrant plus précisément à l’étude des travaux du Danois Falbe et du Français Pricot de Sainte-Marie. Ce choix assumé lui permet, par une étude fine des voyages et des travaux de chacun des auteurs, de donner de précieuses indications sur la manière dont se construit la carte, portant une attention particulière aux « coulisses de l’exploration » - c’est ici un des apports de l’ouvrage. Le travail de terrain, notamment la mesure de l’espace, les conditions d’observation, les contacts avec les habitants, les difficultés rencontrées (comment retranscrire les toponymes ?) sont retracés avec précision. Le lecteur est ainsi placé au plus près de l’élaboration de la carte, sans cesse remise sur le métier et en perpétuelle évolution au gré des innovations techniques, des nouvelles explorations et des enjeux politiques changeants.

  • 1 L’auteure a consacré un ouvrage à ce sujet, issu de son travail de magistère. Voir Bair, Houda, 200 (...)

5La seconde partie, intitulée « Enjeux stratégiques de la cartographie », pose la question des usages et des applications pratiques de l’outil ainsi constitué. L’intérêt de ce deuxième moment est de décentrer le regard et de poser la question de l’usage, de l’appropriation par les Tunisiens eux-mêmes des productions et de la technique cartographiques. La période étudiée par l’auteure correspond en effet à un moment de réforme et de modernisation de la Régence, pendant laquelle se produit « un processus d’étatisation et d’institutionnalisation par les autorités tunisiennes » (p.95) d’activités à l’origine européennes. Houda Bair choisit d’appuyer sa démonstration sur trois exemples. L’évolution de la cartographie urbaine tout d’abord, qui traduit bien ces évolutions du contexte : le développement de la présence des militaires, européens et locaux, entraîne un intérêt accru pour les questions d’aménagement et du potentiel défensif et stratégique des villes. Le chapitre sur l’Ecole polytechnique du Bardo1, ensuite, est l’occasion pour l’auteure de revenir sur la création du premier établissement d’enseignement moderne tunisien créé en 1840 afin de former des officiers et des administrateurs locaux. Le caractère original de cette école réside dans ses méthodes pédagogiques innovantes, qui allient pratique de terrain et enseignement théorique. Si certains développements tendent à éloigner un peu le lecteur du sujet principal, l’auteure montre comment la cartographie a fait partie de la formation des futures élites du pays, devenant une discipline indissociable d’un processus de modernisation impulsé par les acteurs locaux et européens. L’étude des travaux cartographiques et des mémoires produits par les étudiants permet également à l’auteure de poser la question du regard que portaient les élites tunisiennes sur un territoire en voie de constitution et d’appropriation. Enfin, le dernier chapitre porte sur la question de la fixation de la frontière occidentale du pays, à un moment de construction de l’Etat tunisien, mais aussi de pressions impérialistes venues de la colonie algérienne voisine. L’auteure retrace l’histoire de la frontière sur la longue durée, avant de s’intéresser aux opérations de tracé et de fixation de la frontière et les conflits qui s’en suivent. Si elle montre le changement de signification et de perception de la frontière, qui devient une ligne de démarcation et de séparation, on peut regretter qu’elle ne s’appuie pas davantage sur un appareil théorique pourtant riche sur cette thématique.

6C’est donc une histoire de la cartographie contextualisée et au plus près du terrain qu’écrit Houda Bair, permettant de voir comment l’activité des cartographes a participé à la création, à la représentation et à l’appropriation de l’espace tunisien par ses divers acteurs. Assumant le choix monographique, l’auteure retrace les processus de construction de l’outil cartographique et ses usages, montrant le passage d’un savoir à des savoir-faire façonnant de nouvelles conceptions et organisations du territoire.

Haut de page

Notes

1 L’auteure a consacré un ouvrage à ce sujet, issu de son travail de magistère. Voir Bair, Houda, 2008, L’expérience cartographique de l’Ecole polytechnique du Bardo au milieu du XIXe siècle, Tunis, Université de Tunis, Faculté des Sciences humaines et sociales, Publications du Laboratoire DIRASET Etudes-Maghrébines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélia Dusserre, « BAIR Houda, Cartographie et représentations de l’espace en Tunisie au XIXe siècle, Bordeaux, PUB, 2016 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 27 juin 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10376

Haut de page

Auteur

Aurélia Dusserre

Aix Marseille Université, Cnrs Iremam, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page