Navigation – Plan du site

BILICI Faruk, L’expédition d’Égypte, Alexandrie et les Ottomans. L’autre histoire, Alexandrie, Centre des études Alexandrines, 2017, 363 pages.

Matthieu Rey

Texte intégral

  • 1 Il suffit de voir comment Juan Cole reprend le cheminement et le raisonnement d’Henry Laurens pour (...)

1Rares sont les séquences historiques qui ont fait l’objet d’autant d’attention que l’expédition d’Égypte menée par Napoléon Bonaparte. Croisement d’excroissance des guerres révolutionnaires en terre arabe, de guerre coloniale annonçant l’époque contemporaine, voulue par ses concepteurs comme une réplique à la guerre de sept ans, et surtout comme une entreprise de libération des peuples, l’invasion de l’Égypte par les généraux français a suscité une très ample littérature. L’œuvre d’Henry Laurens semblait pour un temps avoir défriché les principales thématiques, que ce soit la société égyptienne du temps, l’univers mental des acteurs français, les menées guerrières et les conséquences à moyen terme de l’événement1. Que pouvait donc Faruk Bilici apporter au débat ? Adoptant une autre focale largement inédite, il introduit lecteur dans un univers méconnu, celui porté par le regard du tiers parti de l’expédition entre Égyptiens et Français, les Ottomans. Sa plongée de longue haleine dans les archives impériales, son suivi méticuleux des correspondances entre les différents émissaires et sa maîtrise des univers mentaux respectifs confèrent à ce livre, une grande nouveauté sur ce sujet.

  • 2 Sur la provincialisation du regard, cf. Aymes, 2010.

2Le sous-titre du livre résume à bien des égards l’ambition de ce travail : « une autre histoire ». L’altérité se décline de deux manières. La première tient au choix des acteurs considérés, Sélim III, ses vizirs, les principaux gouverneurs et les correspondants impériaux présents en France. L’autre relève des théâtres choisis : Alexandrie comme point d’entrée, c’est-à-dire un lieu à la marge des grandes opérations et du gouvernement, donnant à voir ce que peut vouloir dire cette entreprise guerrière pour une ville secondaire d’Égypte. Il s’agit indéniablement de décentrer le regard, de le provincialiser en scrutant ce qui se passe non au Caire, mais dans les marges de cette province2. L’auteur confère aux études sur l’Alexandrie ottomane, la démonstration de leur richesse et des défis posés par une telle recherche sur un objet à la périphérie.

3Ce livre doit en premier lieu sa richesse à la qualité de l’édition et au foisonnement documentaire qui le constitue. L’auteur s’attache à proposer un ensemble d’illustrations avec douze figures sur une quinzaine de pages iconographiques. Ces dernières reproduisent principalement des plans de la ville ou des installations militaires dont il est question dans la démonstration. Le visuel autorise la saisie immédiate des enjeux mais aussi ce qu’est l’Alexandrie en crise décrite dans le dernier chapitre. La surface urbaine rétrécie à l’isthme souligne comment la ville s’est refermée sur elle-même avec le déclin démographique qui la touche. Surtout, ce livre offre une double entrée de lecture. Avec dix-huit documents textuels, reproduits (photographie de l’original), transcrits et traduits, le lecteur est invité à s’immerger au mieux dans la documentation mobilisée par l’auteur. Saluons ici la prouesse de F.Bilici, qui hormis le travail éditorial, trouve à résumer suffisamment du document dans le corps de texte afin que le lecteur ne soit pas forcé de se reporter en fin d’ouvrage en permanence. Cette technique facilite la lecture et suscite l’intérêt.

4Le déroulé de l’ouvrage reprend largement le plan chronologique pour se clôturer sur un chapitre faisant œuvre de tableau. L’introduction fournit une liste relativement exhaustive des fonds d’archives et mémoires utilisables pour traiter de cette période. Son intérêt repose sur la mise à jour des références ottomanes. Suit un premier chapitre voulant dresser les liens entre France et Empire Ottoman pour souligner non les origines culturelles de l’expédition d’Égypte connues par les travaux d’Henry Laurens, mais au contraire, les représentations et connaissances ottomanes de la France révolutionnaire. Enquêtes sur les événements, erreurs d’appréciation de la part de l’ambassadeur, jeu diplomatique du Directoire s’entremêlent pour expliquer comment l’invasion constitue une surprise.

5Suivent trois chapitres se concentrant sur les événements militaires et les réactions administratives et diplomatiques auxquels ils donnent lieu. Plutôt que de reprendre dans le détail leur contenu – le second chapitre portant sur la prise d’Alexandrie, le troisième sur l’occupation et la guerre totale produite, le quatrième, sur la reconquête –, quelques lignes de force se dégagent du récit proposé. La narration se construit autour de la documentation ottomane laissant une large place à la parole du sultan ou de ses représentants. Aussi, en interne, ces pages donnent accès aux négociations, visées, perspectives, projets, ambitions, et heurts internes à l’administration ottomane. L’auteur souligne avec aisance les particularités de tel ou tel document, comme le firman reconduisant Cemal Pasha. La grande familiarité de l’auteur avec les corpus ottomans s’y ressent et fournit au lecteur une appréciation ajustée de ce qui relève de la nouveauté et de la tradition.

6Le second aspect porte sur les représentations qui se mettent en place à l’époque constituant les soubassements de la question d’Orient. Cette dernière voit un acteur local requérir un partenaire étranger pour affermir sa position initiale. Dans la langue sultanesque, l’invasion française ne répond à aucune légitimité démontant les ressorts de la propagande révolutionnaire, pour lui opposer la défense des musulmans et de l’empire… ce qui permet des rapprochements inédits avec la Grande-Bretagne et surtout la Russie. Le jeu méditerranéen se met en place en quelques mois, dans lequel les partenariats des uns (Ottomans-Britanniques) conditionnent les autres (Ottomans-Russes).

7Enfin, les mécanismes internes à l’Empire montrent comment l’ébauche de réforme prend place dès les lendemains de la conquête. Que ce soit en corrigeant les mamelouks, en apportant un soutien plus fort à Cemal Pasha ou au contraire, en limitant son pouvoir par l’envoi de plénipotentiaires de la capitale, Sélim III orchestre une reprise en main lentement murie. L’auteur insiste sur les temporalités croisées, celle d’une propagande appelant à la guerre immédiate et totale contre les français, celle de la logistique et de la diplomatie militaire qui prend acte des faiblesses ottomanes et du besoin de temps, celle enfin des opérations de reconquête en partenariat avec les puissances étrangères, qui s’étalent sur quelques années.

8Au-delà de ces grands moments, l’auteur propose en clôture, un cinquième chapitre qui dresse les grands éléments du décor alexandrin. Démographie, éléments de fortifications, communautés religieuses font l’objet d’une présentation détaillée. La multiplication des illustrations rend la démonstration des plus plaisantes, éclairant les mutations de l’urbain à travers les images contemporaines. Alexandrie apparait comme un centre secondaire affecté par une déprise au cours du xviiie siècle transformant les centres d’habitation. L’emplacement stratégique demeure mais il est marginalisé par d’autres.

9Cet ouvrage constitue incontestablement un nouveau jalon des études sur l’expédition d’Égypte, sur le monde ottoman au tournant du xixe siècle et sur les relations d’Orient et d’Occident. Quelques regrets tout de même se forment au cours de la lecture. Le paysage alexandrin mériterait d’être posé plus tôt pour que le lecteur s’immerge dans le décor des opérations. Il pourrait être aussi plus approfondi, pour donner un sens dynamique à l’expédition en proposant des éclairages sur les paysages urbains, sur les relations aux campagnes et aux autres centres commerciaux. De même, certains passages évitant de parler des événements militaires (défaite d’Héliopolis par exemple) auraient mérité soit de justifier davantage l’omission soit d’accorder quelques lignes de rappel pour que le lecteur suive pleinement l’auteur. En dehors de ces brefs points, l’ensemble se révèle des plus intéressants à découvrir, rappelant s’il y a lieu, la richesse des études se focalisant sur les centres secondaires et non centraux.

Haut de page

Bibliographie

AYMES Marc, Un grand progrès, sur le papier : histoire provinciale des réformes ottomanes à Chypre au XIXe siècle, Leuven  ; Walpole, MA, Peeters, 2010, 423 p.

COLE Juan, Bonaparte et la République française d’Égypte, Paris, la Découverte, 2014.

LAURENS Henry, L’expédition d’Égypte, Paris, le Seuil, 1997.

— Orientales, Paris, Ed. CNRS, 2014.

Haut de page

Notes

1 Il suffit de voir comment Juan Cole reprend le cheminement et le raisonnement d’Henry Laurens pour comprendre comment les ouvrages précipités restent la référence. Voir Cole, 2014 ; Laurens, 1997 et 2014.

2 Sur la provincialisation du regard, cf. Aymes, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Rey, « BILICI Faruk, L’expédition d’Égypte, Alexandrie et les Ottomans. L’autre histoire, Alexandrie, Centre des études Alexandrines, 2017, 363 pages. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 24 septembre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10501

Haut de page

Auteur

Matthieu Rey

Aix-Marseille Univ, Cnrs,Iremam, Aix-en-Provence, France - Institut français d’Afrique du Sud-Recherche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page